Le Crédit Agricole va vendre sa filiale en Grèce pour 1 euro

 |   |  337  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Crédit Agricole SA annonce son entrée en négociations exclusives avec Alpha Bank pour lui céder sa filiale grecque Emporiki.

Si tout va bien, le Crédit Agricole sera débarrassée d'Emporiki d'ici le 31 décembre 2012. Le groupe bancaire français est en effet entré en négociations exclusives avec Alpha Bank pour la vente de sa filiale en Grèce au prix de 1 euro.

550 millions de recapitalmisation supplémentaire

Non seulement cette opération ne va rien rapporter au Crédit Agricole mais elle va lui coûter encore 550 millions de recapitalisation supplémentaire. La première recapitalisation de 2,3 milliards d'euros en juillet dernier doit en effet être augmenté à 2,85 milliards. C'est beaucoup mais plutôt moins qu'attendu puisque les rumeurs de la semaine dernière évoquaient 700 millions. Cette recapitalisation fait partie des exigences posées par le fonds héllénique de stabilité pour que la vente d'Emporiki soit menée à bien.

De plus, Crédit Agricole S.A. devra s'engager à souscrire " pour 150 millions d'euros d'obligations convertibles à émettre par Alpha Bank, remboursables, sous conditions et à l'initiative de Crédit Agricole S.A., en actions d'Alpha Bank", explique la banque française qui précise que les " financements actuellement octroyés par Crédit Agricole S.A. à Emporiki seraient réduits à due concurrence (0,7 milliard d'euros)". Par ailleurs, le financement résiduel de Crédit Agricole SA à Emproriki à la date de cession fera l'objet d'un "remboursement en trois échéances", indique la banque.

Grâce à la déduction fiscale, la facture sera moindre.

Cette annonce suscite un certain soulagement du côté des investisseurs. Le titre Crédit Agricole prenait d'ailleurs 2,59% en Bourse, à 5,51 euros, juste après l'ouverture de lundi 1er octobre. La perspective pour le groupe français de sortir de ce puits sans fonds grec est une bonne nouvelle aux yeux des actionnaires. D'autant plus qu'au final la facture de désengagement devrait être réduite dans la mesure où le Crédit Agricole pourrait bénéficier d'une déduction d'impôt d'environ 1,5 milliards d'euros qui viendrait compenser les 2,85 milliards de recapitalisation. Le coût net ressortirait alors autour d'1,3 milliard. Un moindre mal.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 01/10/2012 à 11:54 :
Hé oui le Crédit Agricole a joué au Casino avec l'argent de ses épargnants. Et ils ont eu le nez fin : investir dans le Sud Est de l'Europe, une zone sinistrée qui n'aurait jamais du rentrer dans l' Union. Pauvres incompétents.
Réponse de le 01/10/2012 à 12:52 :
Je veux bien être repreneur pour 2 euros.
Réponse de le 06/10/2012 à 9:16 :
Coincoin, Le CA n'a pas joué avec les fonds de ses épargnants, ne mélangez pas tout! La diversification à l'international s'est faite avec les fonds propres de Crédit Agricole SA, de même le renflouage. Le principe même de l'investisseur, de l'entrepreneur, est de se développer et donc de prendre des risques... Avec il est vrai, plus ou moins de réussite.
Enfin, l'argent des épargnants est toujours disponible, à tout moment car il n'est pas la propriété de la banque!
Cordialement.
a écrit le 01/10/2012 à 11:48 :
Pécadille. Où est passé tout le fric au passage ? Pas un mot. Des responsables ? Aucun. Ils arborent tous la LH.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :