Fitch dégrade la note de Groupama en catégorie spéculative

 |   |  754  mots
Quelques heures après l'annonce par Groupama du non paiement de son coupon sur des emprunts obligataires, l'agence Fitch indique qu'elle abaisse la note de l'assureur vert à BB+.

Une mauvaise nouvelle de plus pour Groupama. Alors que l'assureur avait débuté la semaine avec la conclusion de la vente de Gan Eurcourtage à Allianz, il la termine sur la dégradation de sa notation financière par l'agence Fitch. L'agence a en effet abaissé vendredi 5 octobre de deux crans les notes de solidité financière de l'assureur français Groupama SA de "BBB" à "BB+", et de dette à long terme de "BBB-" à "BB", les deux étant assorties d'une perspective négative, donc susceptible d'être abaissée à nouveau dans un avenir proche.

Une économie de 63 millions d'euros pour renforcer les fonds propres

Les notes de solidité financière des filiales  Groupama Gan Vie et Gan Assurances sont également rétrogradées de deux crans à "BB+"par Fitch. Cette décision fait suite à l'annonce par le directeur général de Groupama SA Thierry Martel à l'AFP vendredi matin, du non versement de coupons sur des titres super-subordonnés à durée indéterminée (TSSDI ou TSS), une sorte d'obligation perpétuelle. Ce versement aurait dû être de 63 millions d'euros à payer le 22 octobre. Cette somme sera affectée au renforcement des fonds propres du groupe. "Ils confortent notre objectif d'un ratio de solvabilité (niveau de fonds propres rapporté aux exigences minimales du régulateur) de 120% en fin d'année", a expliqué Thierry Martel.

"Cela s'inscrit dans le contexte d'un groupe qui a dû faire face au défaut de la Grèce et qui doit renforcer ses fonds propres", a expliqué à l'AFP Thierry Martel. Afin de respecter les marges de solvabilité réglementaire, l'assureur a déjà dû procéder a plusieurs cessions d'actifs dont celle de Gan Eurocourtage conclu cette semaine. Il a également lancé un plan de réductions de coûts de 400 millions d'euros.

Un effet négatif sur la réputation du groupe

Pour justifier le choix de Groupama, Thierry Martel fait une comparaison bancaire. "Pour renforcer leurs fonds propres, plusieurs établissements bancaires ont choisi de ne pas payer de dividende cette année. Cela nous paraissait logique de ne pas payer ce coupon, sachant que c'était une option dont nous disposions", a expliqué le directeur général de Groupama SA.

Reste que pour l'agence Fitch, cette décision de "ne pas payer le coupon de sa dette hybride pourrait avoir un effet négatif sur la réputation du groupe". L'agence craint que la " flexiblité financière du groupe en ressorte diminuée". Elle croit en effet que "l'accès de l'assureur aux marchés financières ne devienne très difficile dans le futur proche".
Sans délivrer pour l'heure d'analyse détaillée, l'agence Standard & Poor's partage ce point de vue et estime elle aussi que ce non paiement de coupon pourrait avoir un effet négatif sur la réputation de l'assureur. S&P avait elle aussi dégradée la note de Groupama SA en catégorie spéculative en juin dernier.

Groupama créé l'incertitude pour les investisseurs

Le fait que Groupama ait fait usage de cette posssibilité de ne pas payer son coupon sur ses titres hybrides fait entrer  les investisseurs dans une période d'incertitude car d'autres coupons sont à verser dans les prochains jours ou les prochains mois. Groupama fera-t-il à nouveau usage de son "option " de ne pas payer ?

Tout dépend en fait des conditions inclusent dans les contrats d'émission. La société d'investissement et de recherche Aurel BCG estime ainsi  "qu'en ne payant pas le coupon du 22 octobre sur le TSS 6,298%, Groupama s'offre la possiblité de ne pas payer le coupon sur le TSP 4,375% en juillet 2013", car ce paiement sera lui aussi optionnel compte tenu des conditions qui figure le document d'émission.

En revanche, "nous estimons à la lecture des prospectus que Groupma devra effectuer, le 27 octobre 2012, le paiement du coupon sur le titre subordonné senior octobre 2039 call 2019 puis euribor 3m +536 bp, puisque la société a payé en juillet 2012 le coupon annuel sur le titre 4,375 % call 2015 puis euribor 3m +225 bp", écrit Aurel.

Le directeur général de Groupama évoque certes une "démarche d'équité" pour expliquer le choix du non paiement du coupon de l'emprunt de type obligataire à échéance du 22 octobre : "après avoir demandé des efforts à nos partenaires mutualistes et aux salariés du groupe, il nous paraissait assez légitime de mettre à contribution nos partenaires financiers".

Mais le signal envoyé aux investisseurs n'est en tout cas pas positif et pourrait accroître les difficultés de Groupama à trouver des financements dans l'avenir.

 

 

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/10/2012 à 22:31 :
Decision prise bien peu financière et juridiquement aléatoire sur l argument mis en avant par le management sur 'le principe d' équité'. Par ailleurs concernant les banques, qui ont coupe les dividendes selon l argument invoque, les bonnes banques (comme bnp) ne l ont pas coupe, et d' autres, comme société generale, l ont coupe ( dommage pour actionnaire groupama) mais a bien indique payer ses coupons de ses perpetuelles.
a écrit le 07/10/2012 à 10:06 :
Bonjour,

A la lecture du prospectus contenant les conditions contractuelles de l'obligation de type TSS dont le coupon ne serait pas payé, il y a deux conditions pour rendre le coupon facultatif :
- solvency event / problème de solvabilité => quand le ratio passe sous les 100%,
- demande des autorités de contrôle de renforcer les fonds propres car un solvency event est proche.

Malheureusement, le ratio de solvabilité de Groupama a toujours été supérieur à 100%. Il est meilleur en 2012 qu'en 2011. Je n'ai pas vu de demande publique ou officiel des autorités de contrôle envers Groupama concernant un événement de solvabilité proche.
Ainsi, je ne comprends pas cette situation. Soit leur solvabilité est inférieure à 100%, et ils ne veulent pas le dire, soit ils tirent un peu la couverture pour tenter de gagner 60 millions sans respecter leurs engagements...

Mais, il y a aussi une autre clause, clause qui rend obligatoire le paiement du coupon. Pour faire simple, toute opération sur le capital (dividende, rachat d'action, stock option...) rend obligatoire le paiement.
Malheureusement, Groupama avait racheté récemment pour 300 millions d'euros les titres de la CDC (titre que Groupama leur avait vendu précédemment)... Je comprends que racheter une filiale est une opération sur son capital et que quand on peut sortir 300 millions pour un tel rachat, 60 millions pour respecter ses engagements envers les obligataires ne représentent pas grand chose... Quand on a des problèmes de solvabilité, on cède des actifs, on n'en achète pas...

Par contre, je trouve que l'article et que le journaliste sont très léger. Avez-vous pris la peine de lire l'article mis en avant par Groupama pour comprendre pourquoi ils ne veulent pas payer les coupons ? Il serait intéressant de leur citer les deux conditions rendant facultatif le coupon et leur demander de commenter si leur ratio de solvabilité est bien inférieur à 100% ou si leur situation est jugée critique par une autorité de contrôle ?

Ici, ce n'est pas une question de principe, mais de chiffres précis concernant la solvabilité. L'obligataire participe si il y a un problème au redressement du groupe, mais à un seuil parfaitement défini (100%) et pas un autre comme pourrait le faire croire la direction de Groupama (110% ?).
Réponse de le 09/10/2012 à 11:47 :
Merci monsieur: enfin quelqun qui a lu le contrat de l'obligation en question!!
Effectivement comment une boite peut débourser 300m? le 1er Octobre pour racheter des actions à un de ses actionnaires et dire le 5 octobre qu'elle ne souhaite pas payer ses obligataires: depuis qd les actionnaires sont traités en 1er!!
De plus ce nest pas seulement une question d'équite c'est aussi marque noir sur blanc dans le contrat de l'obligation : un rachat d'action rend l paiement du coupon OBLIGATOIRE
a écrit le 05/10/2012 à 20:10 :
Cela confirme la mauvaise réputation de groupama
Réponse de le 06/10/2012 à 9:18 :
Vous avez d'un coté groupama sa et de l'autre les caisses régionales .
La gestion des caisses régionales est bonne mais elles ont du financer groupama sa et doivent encore aujourd'hui aider financièrement à son redressement .
Groupama ne fera jamais faillite et les sinistres seront toujours payés car en cas de besoin l'état avec la caisse des dépots lui viendront en aide .Précision, je suis assureur concurrent de groupama .
a écrit le 05/10/2012 à 19:57 :
en tout cas moi par principe de précaution je résilie tout mes contrats d'assurance groupama et vous invite a en faire autant des fois qu ils décident de ne pas payer les sinistres
a la différence de leur pub le respect des engagements d'un assureur n'est pas AMAGUIZ
Réponse de le 05/10/2012 à 20:29 :
Je paye amaguiz (cad jamais)....

Merci groupama
Réponse de le 05/10/2012 à 23:57 :
Pas de panique En cas de faillite, les assurés sont payés en priorité et même au bout du bout les autres assureurs assumeront et reprendront chacun une partie des l'entreprise
Ceci c'est deja passé pour des petites mutuelles ou l"assureur Europavie
L'activité même de Groupama n'est pas vraiment en cause, c'est même une boite plutôt saine, mais certains ont voulu jouer aux banquiers et ont pris des risques inutiles et l'autorité de tutelle qui 'est montrée encore une fois d'une incompétence totale et d'une parfaite inutilité était encore passée à côté !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :