Le Crédit Agricole met le modèle coopératif à l'honneur

 |   |  296  mots
dr
dr (Crédits : Bloomberg)
Les coopératives sont-elles performantes ? Quelle est leur utilité dans la vie économique ? Le Crédit Agricole a invité les dirigeants de grandes banques et entreprises coopératives d'Europe, d'Amérique et d'Asie à son congrès à Bruxelles ce jeudi 25 octobre pour répondre à ces questions.

Pour célébrer l'année internationale des coopératives décidé par l'Onu, la Fédération Nationale du Crédit Agricole fait les choses en grand. Elle a transplanté son Congrès à Bruxelles ce jeudi 25 octobre et invité des patrons d'entreprises et de banques coopératives d'Europe, d'Amérique et d'Asie à s'exprimer sur les qualités de leur modèle. Une étude du cabinet Mc Kinsey présentée dans la matinée viendra illustrer les points communs de ces sociétés de personnes, à la gouvernance basée sur le principe d'un homme = une voix, et qui qui privilégie le service de proximité.

7 millions de sociétaires

Le Crédit Agricole, première banque de détail française, affiche sa volonté « d'amplifier sa dimension coopérative à l'horizon 2015 » notammenant en augmentant le nombre de ces sociétaires (clients détenteurs de parts sociales de la banque) au delà de ses 7 millions actuels, en « formalisant un pacte coopératif et territorial » et en se faisant davantage le porte-parole des valeurs coopératives dans le monde. Santé, vieillissement, énergie renouvelable et protection de l'environnement : par le choix de ses dommaines d'action la banque veut démontrer qu'elle n'a pas seulement une dimension financière mais bien une dimension sociale.

Oublier Emporiki

Le moment semble venu pour le Crédit Agricole de briser le cercel des mauvaises nouvelles. Ces derniers mois, il a plutôt fait parler de lui en raison des déboires de sa filiale en Grèce Emporiki. Comme la vente de la banque greque est désormais chose faite,  le groupe coopératif semble décidé à revenir à ses fondamentaux historiques et se fait plus que jamais le défenseur du modèle de banque universelle qui a fait son succès.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2012 à 21:13 :
MON CRÉDIT AGRICOLE ! MON CRÉDIT AGRICOLE !
POURQUOI M?AS TU ABANDONNÉ ?


Ne croyez-vous pas que dans les petites communes l?emprunteur cautionné par ses voisin sera toujours poursuivi par la pensée que s?il ne payait pas , les autres seraient obligés de payer pour lui : il ne voudra pas s?exposer à perdre l?estime générale par son manque de loyauté ».

Jules MÉLINE
Le 23 février 1885, Louis MILICENT, auditeur au Conseil d?État, déposait les statuts de la première Caisse de crédit spécifiquement agricole. Son ambition est simple : « Les uns apportent leurs capitaux momentanément disponibles et leurs économies pour les mettre à la disposition de ceux qui en ont temporairement besoin. ». Il s?agit de la Caisse de SALINS dans le Jura.
Le modèle coopératif et mutualiste mis en place a conduit notre agriculture à l?une des premières places dans le monde. Il s?inspire d?un modèle millénaire déjà connu à Babylone.

Les agriculteurs sont à la fois propriétaires, gestionnaires et clients de la banque.

Le drame se produit en 2001, lorsque la Caisse Nationale devenue Crédit Agricole SA est introduite en bourse.

Ses principaux actionnaires restent les sociétaires au travers des 44 Caisses Régionales, mais cette banque devenue commerciale ne fonctionne absolument plus selon les principes coopératifs et mutualistes.

Cette disparition d?un outil essentiel pour l?agriculture, s?inscrit dans l?évolution normale de notre agriculture en décomposition depuis la mise en place par Sico MANSHOLT, nouveau fléau de Dieu, d?une politique démentielle. Ceci s?est accompagné depuis la fin des années 60 de la disparition du modèle d?organisation coopérative en agriculture qui était essentiel pour sa survie.

Remettre le modèle coopératif à l?honneur n?a pas de sens si les coopérateurs, ne sont plus les agriculteurs, mais les clients de la banque.
Une coopérative agricole est en effet un prolongement de l?exploitation, qui permet aux agriculteurs de mettre en commun un outil qu?ils ne pourraient financer individuellement.

Remettre le modèle coopératif à l?honneur si l?on entend laisser disparaitre notre agriculture comme c?est le cas, n?a donc aucun sens.
a écrit le 25/10/2012 à 11:19 :
oui c'est vrai ca merci d'ajouter les liens et la photo enfin ! il est 11H15 ! debout l'économie est en marche :-)

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :