Assurance : pas de croissance en vue sauf en prévoyance et santé

 |   |  329  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Dans dernier baromètre des décideurs de l'assurance, Eurogroup met en évidence l'inquiétude du secteur pour 2013.

Les assureurs n'ont pas le moral. Le baromètre des décideurs de l'assurance 2012 réalisé pour la 9eme fois par le cabinet Eurogroup révèle en effet une inquiétude forte sur l'évolution du contexte économique et réglementaire et sur l' avenir de l'assurance vie. L'alourdissement de la fiscalité et la perspective de la création de "class action" (action judiciaire collective) en droit français font partie des sujets les plus regardés.

Comme les années précédentes, des entretiens ont été menés auprès des décideurs d'une trentaine d'entreprises du secteur (compagnies, courtiers, mutuelles, IP, bancassureurs...) pour identifier leur perception dans chacun des grands domaines d'activité. Seuls la prévoyance et de la santé semblent promise à une croissance en 2013 selon les personnes interrogées.
 

Source : Eurogroup. Baromètre des dédiceurs de l'assurance 2012.

En assurance auto, une vision mitigée

En assurance automobile, le graphique montre certes une prévision de hausse des cotisations avec l'objectif "de rétablir les marges", selon l'analyse d'Eurogroup. Mais en y regardant de plus près, seuls 40% des répondants prévoient réellement une amélioration de la croissance des cotisations pour 2012-2013 alors qu'ils étaient 49% à le prévoir dans le baromètre précédent. Et 27% anticipent une continuité contre 46% en 2011-2012. En revanche, la part de ceux qui prévoient une dégradation grandit fortement : 33% cette année, contre 5% l'an passé.

Des assurances santé et prévoyance toujours plus chères mais attention au retour de bâton

Si 80% des décideurs interrogés envisagent un taux de croissance compris entre 4 et 5% en complémentaires santé, le risque d'assister à une réduction des couvertures  des entreprises et des particuliers pourrait contrebalancer cette tendance. Dans ce contexte de crise, certains s'interrogent en effet sur la probabilité qu'une partie des employeurs et des ménages choisissent de prendre des garanties moins élevées afin de réduire le montant des cotisations à payer.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :