Claude Sadoun quitte définitivement le CIF

 |   |  269  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
Claude Sadoun, le dirigeant historique du Crédit Immobilier de France a abandonné officiellement tous ses mandats à la tête du spécialiste du crédit à l'habitat samedi.

La page Claude Sadoun s?est tournée définitivement ce week-end au Crédit Immobilier de France (CIF). Déjà mis sur la touche le 31 août dernier par Bercy, le dirigeant historique du CIF a abandonné tous ses mandats à la tête du spécialiste du crédit à l?habitat samedi.

Départ acté par les acteurs de l'accession sociale à la propriété

Son départ a été acté par les 56 groupes d'actionnaires du CIF, les SACICAP (sociétés anonymes coopératives d'intérêt collectif pour l'accession à la propriété). Claude Sadoun était encore administrateur et président directeur général de l?organe de tête des SACICAP, l'Union d'économie sociale pour l'accession à la propriété (UESAP). Il y sera remplacé par Yannick Borde jusqu?alors directeur des SACICAP PROCIVIS Mayenne et CIPACIV.

Des conditions de départ non communiqués

Les conditions de départ de Claude Sadoun, arrivé à la tête du CIF en 1991, n'ont pas été communiquées. L'ex-dirigeant a normalement droit à une indemnité de retraite de plus de 600.000 euros. Et selon nos informations, il aurait perçu une indemnité de départ de 1,5 million d'euros
Le 31 août dernier, Bernard Sevez a assuré l?intérim de Claude Sadoun à la tête du CIF. Il a depuis passé la main à Michel Bouvard, l'ancien président du conseil de surveillance de la Caisse des Dépôts, qui doit désormais fixer sa feuille de route. L'avenir du groupe qui a cessé toutes ses activités de prêts et de ses 2 500 salariés est encore très incertain. 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/10/2012 à 11:42 :
1.5 millions d'euros pour avoir mis sur le carreau 2500 salariés. Qui dit mieux ? Ouh certes vous allez me dire, ce n'est pas encore fait, il y a de l'espoir... Oui, oui, bien sûr. La question n'est pas de savoir si le CIF va fermer ses portes, la question est de savoir quand.
on n'arrête pas le progrès quand même en France...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :