Le Crédit Immobilier de France se cherche un nouveau modèle économique

 |   |  852  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : <small>DR</small>)
Le nouveau patron du CIF, Michel Bouvard vient de s'adjoindre les services de François Morlat, un ancien de la banque KBL pour tenter de trouver une solution de continuité. Objectif : concentrer les activités de crédit sur la spécificité du groupe, à savoir l'accession à la propriété pour les plus démunis.

Quelques semaines à peine après la nomination de Michel Bouvard, ex-président du conseil de surveillance de la Caisse des Dépôts, à la tête du Crédit Immobilier de France, arrive donc un nouveau directeur général délégué en la personne de François Morlat, ex patron de la banque KBL et énarque de la même promotion que celle de François Hollande. Cette arrivée est symptomatique. Elle coïncide en effet avec la volonté manifeste du nouvel homme fort du CIF de trouver une solution de continuité pour l?établissement. Volonté confortée lundi par Ramon Fernandez, directeur général du Trésor qui, interrogé par la Commission des Finances de l?Assemblée Nationale a notamment répondu : « le Gouvernement doit avoir trois objectifs : préserver l?accession sociale à la propriété ; préserver certaines missions sociales des actionnaires du CIF que sont les SACICAP ; enfin, trouver une solution pour les salariés de l?établissement, victimes et non responsables de la situation ». Sachant que les SACICAP sont des sociétés anonymes au c?ur de la structure actionnariale du groupe et qui ont la particularité de mettre en ?uvre des missions sociales, comme la rénovation de logements insalubres ou la lutte contre la précarité énergétique.

Le schéma d?une gestion en "mode extinction" n?est plus évident

« Il faut éviter toute confusion entre l?activité de crédit de l?établissement et ces interventions, qui relèvent des activités propres des SACICAP même quand elles prennent la forme de prêts ou de subventions. Cependant, dans la mesure où elles sont en partie financées par les dividendes du CIF, il importe d?évaluer l?impact qu?aura sur elles la disparition de ces dividendes, pour y remédier. C?est à quoi le Gouvernement s?emploie », a ajouté le haut fonctionnaire.
La situation du Crédit immobilier de France est donc bel et bien plus complexe qu?il n?y paraît. Et le schéma d?une gestion en "mode extinction" n?est plus évident du tout. Le groupe est en effet constitué d?une myriade de filiales avec globalement deux spécificités : d?un côté les activités de crédit et de l?autre celles de l?immobilier, les deux métiers n?ayant aucun lien capitalistique et n?ayant pour seul point commun que d?être détenus par les SACICAP auxquelles ils versent des dividendes. Lorsque l?on parle des 2.500 salariés du CIF, on ne parle que de la partie crédit car les activités immobilières regroupent, elles aussi, 2.500 personnes. Ces activités sont rentables et n?entrent absolument pas dans la problématique de refinancement évoquée par les agences de notation.

Un rôle non négligeable pour la Banque Postale


« Le scénario d?un recentrage du CIF sur son activité principale est envisageable si l?on considère qu?il s?agit de missions d?intérêt général dans un secteur qui n?est pas, ou qui n?est que relativement peu concurrentiel. Et il y a bien certaines catégories d?emprunteurs pour lesquelles le CIF a une exclusivité : les intérimaires, par exemple, ou encore les personnes âgées qui souhaitent financer des travaux d?adaptation de leur logement. Une banque classique ne leur prêterait pas », a précisé Michel Bouvard devant la Commission des Finances. Soit. Restructurer le groupe autour des seules activités de financement des foyers à faibles revenus est non seulement une décision politique mais aussi une solution qui ne pourra se faire sans l?aide d?un intervenant extérieur. D'où le rôle non négligeable que devrait jouer la Banque Postale, filiale de la Caisse des Dépôts, dans ce schéma.


Une chose est sûre : les nouveaux dirigeants du CIF vont devoir faire vite. Car Bruxelles attend la notification de l?aide de l?Etat français avant de donner son quitus prévu pour le mois de février 2013. « À ce stade, nous n?avons procédé qu?à une notification incomplète dans la mesure où ne disposions pas de toutes les informations nécessaires, faute de coopération de la part de l?ancien président-directeur général du CIF. Dès que nous serons en mesure de fournir un dossier complet, les discussions pourront s?engager » a d?ailleurs stipulé Ramon Fernandez.

Le gouverneur de la Banque de France, Christian Noyer, a laissé entendre, de son côté,  que des agences du Crédit immobilier de France, au bord de la faillite, pourraient être reprises par des banques, mercredi lors d'une autre audition à l'Assemblée nationale. "Je pense, personnellement, d'après les contacts que j'ai eus, qu'un certain nombre d'agences (...), une partie du réseau commercial ou des pans de réseau commercial pourraient intéresser certaines banques", a déclaré M. Noyer. "J'ai des signes assez précis pour un certain nombre d'agences", a-t-il ajouté, sans davantage de précisions.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/11/2012 à 16:37 :
le crédit immobilier de france est aux abonnés absents . Pas de réponse au téléphone
quant au tableau d'amortissement qui est revisé au mois de décembre tous les ans
a écrit le 29/10/2012 à 12:35 :
je suis heureux d'apprendre que vous continuez à travailler et à préter. Cela dit personne ne répond à mes messages de demande de rendez-vous. Si vous savez comment faire pour obtenir un RDV, je veux bien... Est ce que cela sert à quelque chose si je dis que je suis scandalisé par le professionalisme de ces dirigeants... (je pense au CIF, Surcouf, Kodak etc...etc..etc. Je vais lire soutenirlecif.com et probablement signé
a écrit le 29/10/2012 à 10:38 :
Les commentaires de Floppy et L'argent du peuple me désolent.
"Cette banque applique les mêmes critères d'octroi de prêt comme les autre banques" : toi t'as vraiment rien compris.
"Qui va payer tout celà ? les contribuables..." : oui vraiment rien...
a écrit le 29/10/2012 à 8:00 :
fermez cette banque. UBS et autres licensient. Ceci est tout à fait normal: les banques sont trop nombreuses, trop grosses. Il faut maigrir. Il y avait le plan charbon il y a quelques années. Maintenant il y a amaigrissement du secteur banquaire.
a écrit le 27/10/2012 à 14:31 :
Il vaut mieux effacer la dette de tous les emprunteurs ONE TIME loss et repartir sur de nouvelles bases. Et les dirigeants du CFC arrêtent de mentir. Cette banque applique les mêmes critères d'octroi de prêt comme les autre banques. Rendez vous compte qu'il faut renfluer l'écart de taux pendant des dizaines d'années. Qui va payer tout celà? les contribuables sans aucun doute surement pas les dirigeants !!!!
a écrit le 27/10/2012 à 7:41 :
Peut-on connaitre la véritable histoire du CI, la finalité et qui en profite ?
Réponse de le 27/10/2012 à 10:16 :
Qui en profite ? Des voyous en cols blancs, et ce qui est sur, c'est qu'il ne faut pas des ventres mous pour poursuvire des mafieux en justice.
Réponse de le 27/10/2012 à 10:24 :
Bonjour,

Allez sur le site wwww.soutenirlecif.com. C'est une pétition à signer (ou non, on ne vous oblige à rien) et tout est clairement expliqué.
Bonne lecture
Réponse de le 27/10/2012 à 13:09 :
Avec 3 w seulement.
2,5 milliards de fonds propres, un ratio de 14%..................?????
Si je comprend bien vous dite que alors des autres banques avec la complicité d'une agence de notation vous on fait couler pour vous ramasser en miettes...c'est sure que vous le personnel vous êtes seulement des victimes du système.
Des vrais bankster le mot est bien approprier pour le système bancaire actuelle.
a écrit le 27/10/2012 à 6:22 :
Les dirigeants du CIF ayant été incapables de présenter un dossier B et étant "planqués dans d'autres filiales du Groupe , l'Etat de doit pas tenter de remettre en marche le CIF.En outre ,Il n' y a pire plus difficulte que de remettre au travail des gens qui ont arrêté de travailler .
Réponse de le 27/10/2012 à 10:22 :
Travaillant au CIF actuellement en tant que conseiller financier, je suis directement toucher par cette situation. Et je peux vous dire que nous n'avons pas arrêté de travailler et nous prêtons toujours (certes sur des critères plus limitatifs imposés par l'ACP). L'Etat doit impérativement trouver une solution pour le CIF car les conséquences de sa disparition dépasse largement le cadre d'un "simple" licenciement de 2000 personnes. Quand on ne connaît les tenants et les aboutissants d'une affaire, on évite de porter des jugements trop hâtifs. Merci
Réponse de le 31/10/2012 à 11:32 :
Très content de ce qui arrive actuellement au CIF et à ses salariés ! C'est à un pseudo conseillé comme vous que j'ai eu affaire ! Il m'a menti en me vendant un prêt qui était présenté comme capé mais qui ne l'était pas en réalité. Le retour de bâton n'est que justice. CIF = banque peu scrupuleuse à l'image de ce qui s'est passé aux USA. La revanbche est un plat qui se mange froid ... et je me régale !
Réponse de le 08/11/2012 à 20:15 :
c est vraiment n importe quoi. se rejouir de la misere des gens c est scandaleux. il y a 2500 familles qui risquent le chomage. maintenant tu ne dois pas generaliser ton commercial et les 2499 autres. de plus tu avais 11 jours pour lire tes offres de pret il me semble!!!
Réponse de le 09/11/2012 à 19:01 :
La plupart sont malhonnêtes et pas d'une manière seulement immorale mais aussi au sens de la loi. En effet, ils ne respectent pas le devoir de conseil !
Tu as raison, je vais mettre un bémol : Sur 2500, 10 sont peut être honnêtes ! ça te va ?!
Dans cette boîte de "subprimes" à la française, tu fais comme tout le monde et tu fais du chiffre ou tu prends la porte. ça ne laisse pas trop de place aux gens honnêtes !
Bref c'est pas moi qui vais pleurer pour un ex-banquier ou un ex-financier. Ils n'ont que ce qu'ils méritent ! Parlez plutôt des ouvriers de PSA ou des PME qui pointent maintenant au chômage, sont au RMI ou quémandent !
Ils ont fait n'importe quoi, et ce n'est que justice qu'il paye aujourd'hui !
Et si vous pensez le contraire, c'est que vous n'avez vraiment rien compris de ce qui nous arrive avec cette crise.
Pour moi, cette crise est avant tout une crise de la morale, des principes !
Quand une personne est prête à vous mentir et vous endetter pendant 30 ans sans morale, c'est que la société a touché le fond. Cette crise, c'est le peuple d'en bas qui crie justice !
Il n'y a plus de religion, nous vivons dans un pays complétement sécularisé, où la faute morale n'est pas puni, sans peur ni remord ... c'est normal ce qui arrive.
Regardez par exemple les pays musulmans qui sont comme tout le monde le sais encore attachés à leur religion. L'usure est interdite dans l'Islam et respectée. Et bien il n'y a pas de crise financière à proprement parlé. Il n'y a que des effets de la crise des autres pays occidentaux.
Réponse de le 08/01/2013 à 18:47 :
je suis d'accord avec le client qui dit que maintenant qu'ils nous ont bien eu ça leurs retombent dessus, car d'accord qu'il y a 11 jours pour regarder l'offre de pret, mais quand c'est la première fois qu'on en fait un, il nous faut etre conseiller. Comme tout le monde avait la tete dans le meme bonnet ils ont continuer à mentir sur le contenu et à bien, précisé que que mon taux ne changera jamais, hors tout était faux j'ai du avoir affaire à 8 personnes différentes pour etre sur du contenu et de m'expliquer les termes que je ne comprener pas.
Réponse de le 27/02/2013 à 19:34 :
le CIF récolte , ce qu'il a semé, vivement ça fermeture définitive que j'ouvre une bouteille de champagne!
a écrit le 26/10/2012 à 21:05 :
banque spécialisée ou département spécialisé d'une grande banque. Quand l'état cessera-t-il de jouer au banquier? Le cif doit évidemment être partagé entre les banques de detail. Eventuellement une compagnie d'assurance en gros pourrait être spécilisée dans les subprimes.
Réponse de le 19/02/2013 à 0:25 :
Dans l'Affaire APOLLONIA des dirigeants du CIF sont mis en examen pour escroqueri en bande organisée,faux usage de faux, viols de la loi Scrivener à des milliers de reprises pendant des années. Ces gens la ont participé au surendettement catastrophique de centaines de familles . Pour ce faire le CIF a adressé les offres de prêt a APOLLONIA jamais aux clients et APOLLONIA les a renvoyées au CIF jamais les clients avec lesquels le CIF n'a jamais eu de contact téléphonique ou physique.Le millier de victimes de cette escroquerie (Un milliard d'euros) demande réparation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :