La Bourse de Paris s'enfonce encore, au plus bas depuis début juillet

 |  | 255 mots
Lecture 1 min.
Le marché (...) est focalisé sur la Chine, (...) La conjoncture dans le pays inquiète et les investisseurs se demandent par conséquent où en est l'économie mondiale, parce que la croissance n'est pas bien fameuse aux Etats-Unis et patine en Europe, observe Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez HPC.
"Le marché (...) est focalisé sur la Chine, (...) La conjoncture dans le pays inquiète et les investisseurs se demandent par conséquent où en est l'économie mondiale, parce que la croissance n'est pas bien fameuse aux Etats-Unis et patine en Europe", observe Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez HPC. (Crédits : CHARLES PLATIAU)
Le CAC 40 perdait 2,6% ce jeudi après-midi à la fermeture, après avoir terminé la veille à -1,75%. Il est au plus bas depuis le 8 juillet.

Le ralentissement chinois et ses conséquences sur l'économie mondiale n'ont pas fini d'inquiéter les marchés. Jeudi 20 août, dans l'après-midi, la Bourse de Paris creusait ses pertes, après deux séances de baisses consécutives.

A la fermeture, l'indice CAC 40 perdait 2,06% à 4.783,55 points, dans un volume d'échanges nourri de 4,0 milliards d'euros. Les autres Bourses européennes suivaient, comme la veille, la même tendance: la Bourse de Francfort terminait sur une baisse de 2,34%, , un recul du même ordre que celui de mercredi (-2,14%). Celle de Londres perdait à,56%.

Les Etats-Unis ne rassurent pas

"Le marché (...) est focalisé sur la Chine (...). La conjoncture dans le pays inquiète et les investisseurs se demandent par conséquent où en est l'économie mondiale, parce que la croissance n'est pas bien fameuse aux Etats-Unis et patine en Europe", observe Xavier de Villepion, vendeur d'actions chez HPC. Or, la Bourse de Shanghai a terminé jeudi sur une chute de près de 3,5%, trébuchant à nouveau après son sursaut de la veille.

L'ouverture en baisse de Wall Street, au lendemain de la publication par la Fed  d'un document jugé ambigu quant au maintien à court terme du soutien de la Réserve fédérale américaine à l'économie, n'a par ailleurs pas rassuré les investisseurs. Vers 16H00 heure française, l'indice vedette Dow Jones Industrial Average cédait 188,81 points à 17.160,79 points, et le Nasdaq, à dominante technologique, 53,37 points à 4.965,99 points. Très suivi par les investisseurs, l'indice élargi S&P 500 reculait de 0,90%, soit 18,80 points, à 2.060,81 points.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 21/08/2015 à 11:54 :
A H ! voila le reflet a l image des politiques et de leur bilan point ..
a écrit le 21/08/2015 à 10:58 :
Les instances économiques mondiales ne veulent pas changer le système actuel, qui pourtant, malgré tous les subterfuges ne parvient plus, ou difficilement à concilier l'exercice commercial de la compétitivité. Les paramètres de réactivité ; connus de tous sont immédiatement mis en place, ce qui est logique. Ce qui l'est moins c'est l'aspect abusif de la spéculation boursière. L'on demande aux peuples d'investir dans la confiance aux entreprises ainsi qu'aux décisions de gouvernance. Et on s'étonne d'un souci d'économie. Pourquoi les peuples investiraient-ils dans les entreprises, si certaines institutions choisissent la spéculation boursière. L'exemple " Madoff" donne le ton (même aux plus ignares). Le capitalisme a dérapé de sa fonction d'élément moteur de l'industrie, pour ne viser que le profit. Certes celui-ci restant la finalité, mais, sans régulation il devient un poison.
a écrit le 20/08/2015 à 23:18 :
Un début...
a écrit le 20/08/2015 à 22:24 :
Vite BCE, imprimez toujours plus de billets pour maintenir les cours de bourse contre vents et marées. Et faire en sorte que les épargants utilisent leurs économies pour leurs besoins naturels.
a écrit le 20/08/2015 à 19:16 :
Et Hollande qui pense avoir 2 % de croissance en 2016, toujours aussi brillant notre conseiller général de Corrèze.
a écrit le 20/08/2015 à 18:39 :
Et quel est le personnage en France qui nous dit que la croissance est là???
Réponse de le 20/08/2015 à 19:12 :
Euh Monsieur sapin... Au moins on a le choix du bois pour nos entreprises lol

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :