Le chèque survivra-t-il au coronavirus ?

 |   |  409  mots
(Crédits : AF et JC)
FACE A LA CRISE. Le chèque ne représente plus que 8% des transactions scripturales en France et son usage baisse de 10% par an depuis les trois dernières années. La crise du coronavirus a largement accentué cette trajectoire descendante, avec un recul de 60% lors du confinement. Si son usage venait à se réduire encore, la Banque de France pourrait encadrer davantage son utilisation alors qu'il constitue le moyen de paiement qui occasionne le plus de fraudes.

Alors que les débats se concentrent sur la disparition (prochaine ou non) des espèces, un autre moyen de paiement semble davantage menacé : le chèque. Davantage utilisé que la carte bancaire au début des années 2000, il ne représente aujourd'hui plus que 8 % des transactions scripturales et son usage baisse de 10 % par an depuis les trois dernières années. Il a ainsi été doublé par la carte bancaire, mais aussi par les virements et les prélèvements. La crise du coronavirus a...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2020 à 7:37 :
8% des français font encore des chèques. On résiste à l'envahisseur numérique comme on paye ses courses avec de la monnaie. C'est sur en Allemagne le chèque n'existe pas et dans le, monde vaut mieux avoir une carte bancaire à cryptographie dynamique. Mais le post confinement fera t'il supprimer le chèque totalement je n'en suis pas sûr !!!! Vive le chèque bancaire sécurisé.
a écrit le 23/07/2020 à 19:16 :
Les banques n'en veulent plus parce que ce doit être le moyen de paiement le plus sûr au monde donc les commerces qui l'acceptent sont handicapés et les commerces qui tiennent encore de moins en moins nombreux.
a écrit le 23/07/2020 à 16:09 :
Les associations, ça leur ferait quel montant en frais (à répercuter sur nos cotisations) de se faire payer par CB ? Pour payer les factures, la banque fait payer les virements (copropriété de 8, syndic bénévole/trésorier), je préfère envoyer ou déposer en passant un chèque. Un virement est plus rapide et pratique (tout informatique) que déposer, gérer un chèque mais bon..... L'assurance copropriété, TUP, les Impôts fonciers, prélèvement.
L'abonnement UFC, par CB ?
Mon chèque de droits d'auteurs américain (chapitre co-écrit, photonique, avec des collègues), l'ai jeté, trop de frais (60€ + %, 56$ ça ne pouvait rien apporter), c'est pas bon les chèques. :-)
Quand j'achetais des packs d'eau pour ma voisine âgée, lourd pour elle, éviter d'acheter bouteille par bouteille, elle devait me rembourser comment, sans liquide (honni) ou chèque (obsolète) ? Troc ?
Ces systèmes finalement, c'est surtout bon pour appliquer des frais à toute transaction, non ? Un virement = frais car faut alimenter le serveur des banques par EDF, une CB, des frais, faut bien vivre (ce qui permet à ma banque en ligne de faire la CB Gold à 0€/an, mais il faut s'en servir sinon frais !).
Réponse de le 23/07/2020 à 23:52 :
Les virements sepa sont gratuits depuis des années, il suffit de les utiliser. Si votre banque prélève encore en 2020 des fraits pour un simple virement ou un prélèvement il faut vite se dépêcher d'en changer !
Réponse de le 23/07/2020 à 23:52 :
Les virements sepa sont gratuits depuis des années, il suffit de les utiliser. Si votre banque prélève encore en 2020 des fraits pour un simple virement ou un prélèvement il faut vite se dépêcher d'en changer !
Réponse de le 24/07/2020 à 7:41 :
J'ai le cas d'une asso qui souhaiterait faire ses dons et cotisations par numérique. Problème qui dit qu'on le droit de récupérer les données bancaires, numéro de cartes et cvc. Piratage potentiel. De plus pour nous on doit passer par PayPal pour faire des dons en ligne. Autre problème majeur
Réponse de le 25/07/2020 à 0:34 :
En effet, pour les associations le chèque est la solution idéale. Cela permet d'étaler les règlements en plusieurs fois sans avoir besoin de réclamer l'argent aux adhérents.
Aucun autre système ne permet cela sauf les prélèvements mais dans ce cas, ce sont les adhérents qui sont réticents.
a écrit le 23/07/2020 à 15:31 :
Vous direz ça aux médecins qui refusent encore, en 2020, de prendre la CB, comme si les frais occasionnés allaient les saigner (et alors qu'ils courent un risque de solvabilité substantiel avec des chèques...). Car je ne pense pas qu'il soit dans l'intérêt du fisc d'encourager les transactions en espèces, qui peuvent faire l'objet de certains oublis déclaratifs malencontreux.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :