Les « frais généraux de la Nation » doivent baisser selon la Banque de France

Dans sa lettre au président Macron et au Parlement, François Villeroy de Galhau, le gouverneur de la banque centrale, alerte sur la dérive des finances publiques qui expose la France à un risque de double choc de compétitivité et de souveraineté, en cas de remontée des taux d’intérêt. Il appelle à « oser les réformes », lutter contre les rentes et simplifier les réglementations. Mais pas dans la finance où il n’est « pas question de relâchement ».
Delphine Cuny

4 mn

Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, enjoint l'exécutif d'oser les réformes en particulier de reprendre le contrôle de nos dépenses publiques. Il suggère aussi de simplifier les réglementations et de lutter contre les rentes - mais pas dans la finance.
Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, enjoint l'exécutif d'"oser les réformes" en particulier de "reprendre le contrôle de nos dépenses publiques". Il suggère aussi de simplifier les réglementations et de lutter contre les rentes - mais pas dans la finance. (Crédits : Reuters)

La culture du management et de l'entreprise se diffuse jusqu'au sein de la Banque de France. Ce jeudi, en présentant sa lettre au président de la République et au Parlement, introductive du rapport annuel de l'institution, le gouverneur de la banque centrale, François Villeroy de Galhau, a décrit l'urgence d'une reprise en main des dépenses de l'Etat dans un langage très corporate :

« En matière de dépenses publiques, l'anomalie française est flagrante : les frais généraux de la Nation sont beaucoup plus lourds que chez nos voisins européens. Leur évolution a été complètement délirante. »

Dépenses publiques / PIB France All Euro depuis 2000

« Si la France n'inverse pas, dans  les années qui viennent, sa longue dérive des finances publiques, elle s'exposera à un double choc négatif : un choc de compétitivité et un choc de souveraineté, face à la remontée des taux d'intérêt, en se mettant à la merci des marchés financiers. Si l'on n'a pas retrouvé la maîtrise des dépenses publiques, les intérêts de la dette absorberont toutes les marges de manœuvre dégagées », a prévenu François Villeroy de Galhau.

Dette publique PIB France All Euro 2000 2018 BdF

La Banque de France s'est d'ailleurs elle-même fixée un objectif de réduction de 20% de ses effectifs et de 10% de ses dépenses nettes sur cinq ans d'ici à 2020.

Oser les réformes, lutter contre les rentes

Dans une prise de position très politique, qui fait écho au récent audit de la Cour des comptes, le gouverneur de la Banque de France, une institution « indépendante depuis 1993 », a fait valoir qu'une stabilisation des dépenses publiques en volume n'aurait « pas d'effet récessif : il faut une meilleure allocation des dépenses et s'interroger sur l'efficacité » de ces dépenses, qu'il ne « s'agit pas de remettre en cause ».

Il s'est gardé de désigner quelles dépenses devraient être diminuées, alors que la croissance de l'économie française pourrait atteindre 1,6% cette année, « une vraie reprise même si elle reste modérée. ». Mais il a invité l'exécutif et le Parlement à « oser les réformes nécessaires et possibles ». En particulier :

« La surabondance de réglementations, qui n'est peut-être pas une exception française mais une caractéristique française, appelle un effort massif et structuré de simplifications : sur le marché du travail et sur celui des biens et services. Il faut lutter contre un certain nombre de rentes, par exemple dans le transport ferroviaire, le domaine de la santé et des professions médicales », en citant les exemples de réussite dans la téléphonie et des créations d'emploi du secteur VTC.

Un discours digne d'un président de l'Autorité de la Concurrence.

Pas question de relâcher la réglementation financière

Cependant, cette « surabondance de réglementations », dont se plaint régulièrement la profession bancaire, ne s'appliquerait pas à la sphère financière.

« Dix ans après la crise financière, d'énormes progrès ont été faits sur la réglementation bancaire et non-bancaire pour renforcer la sécurité financière. Néanmoins, il n'est pas question d'un relâchement : la vigilance doit rester forte. Il faut lutter contre les tentations de dilution de la réglementation post-crise. »

Il a souligné la montée de l'endettement mondial, préoccupante en particulier dans les pays émergents chez les ménages et les entreprises. La dette des entreprises françaises progresse aussi, et il recommande d'inciter à se financer plus massivement par fonds propres.

« La réglementation bancaire et financière n'est pas le fruit d'une bureaucratie tyrannique et aveugle. Globalement, vu ce qu'il s'est passé durant la crise financière, il était bon de mettre des règles de sécurité. Cela ne veut pas dire que l'on ne peut pas simplifier, tel ou tel questionnaire [à remplir par les banques, ndlr] et nous le regardons avec l'ACPR [l'Autorité de contrôle prudentiel et de résolution, ndlr] » a-t-il répondu.

Le gouverneur, ex-directeur général délégué du groupe BNP Paribas, n'estime pas nécessaire d'en faire plus pour accroître l'intensité concurrentielle du secteur en France :

« Beaucoup a été fait en matière de lutte contre les rentes, y compris les dispositions sur la mobilité bancaire [loi Macron en vigueur depuis février, aux effets jusqu'ici limités, ndlr]. Les taux de marges d'intérêt sur les crédits aux entreprises sont parmi les plus bas de la zone euro et les commissions d'interchange sur les paiements par carte ont beaucoup baissé. La France a globalement plutôt un des systèmes bancaires parmi les plus concurrentiels », s'est-il félicité.

Delphine Cuny

4 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 48
à écrit le 07/07/2017 à 11:37
Signaler
tout à fait d'accord avec blablabla suffit de lire les comptes rendus de la presse économique mais certains ont du mal avec la réalité de la situation

le 09/07/2017 à 0:47
Signaler
" certains ont du mal avec la réalité de la situation" Surtout les européïstes qui doivent tomber le sparadrap et qui vont s' ..arracher les cils ..!

à écrit le 07/07/2017 à 10:27
Signaler
FAUTE de français dans l'article sur le verbe pronominal "elle s'est fixée comme objectif". Elle s'est FIXÉ comme objectif, car le COD est après le verbe. Preuve par la règle : http://grammaire.reverso.net/4_1_07_accord_du_participe_passe_des_verb...

à écrit le 07/07/2017 à 9:46
Signaler
Alors pourquoi continuer de perdre 9 milliards annuels dans la contribution au budget de l' Ue pour voir nos emplois délocalisés à l' est et les polonais acheter des missile Patriot américains ....? Le pire, c’est que les sommes des...

le 07/07/2017 à 13:16
Signaler
Grosse amnésie, les Français viennent de voter pour l'Europe il y a peine 1 mois et demi donc pour votre propagande repassez. 1/Vous parlez de 9 milliards, ce n'est pas ca qui va resoudre nos problemes de dette. 2/ Vous ne parlez pas des conséque...

le 08/07/2017 à 14:23
Signaler
@ Marc Hassin D'accord avec votre analyse...la prison des peuples, j'aime bien la métaphore qui ne fait que se justifier! Est-il normal en effet que les banquiers dictent leur loi à la France, prisonnière désormais de leurs intérêts occultes au s...

le 09/07/2017 à 1:01
Signaler
D'ailleurs les anglais sont en train de se sauver quand quelques nigauds osent encore avancer, "Sortie de l'UE c'est se refermer sur soi même (pardon pour l'ironie) et Trump en profite pour faire aux ..anglais des offres privilégiées ...

à écrit le 07/07/2017 à 8:21
Signaler
Tant que la monnaie ne sera pas considéré que comme un moyen d'échange, nous serons dans l'erreur!

à écrit le 07/07/2017 à 7:50
Signaler
y compris la remuneration du patron de la banque de France qui ne doit etre que honorifique et l'euro symbolique annuel et que comme jusqu'à ce jour tenu secrete au contraire de ses confrères europeen

le 07/07/2017 à 9:15
Signaler
je sais pas combien il gagne, mais si vous ne le payez pas, vous pouvez etre sur d avoir quelqu un qui va se payer sur la bete comme un Ferrand

le 07/07/2017 à 12:13
Signaler
Encore une "fake news" Il suffit de lire le rapport annuel BdF 2016. Le salaire brut du Gouverneur de la BdF en 2016 a été de E 283 129 plus une indemnité logement de E 5 643/mois. Je suppose que sa voiture (avec chauffeur ?) et son téléphone de f...

à écrit le 06/07/2017 à 17:31
Signaler
N'est pas désigné explicitement les agences d'état un peu moins d'une centaine pour un coût d'un peu plus de 50 milliards. Les agences état dont la majorité sont des nébuleuses crées par les politiques pour caser amis, ceux qui ont rendu services pou...

le 06/07/2017 à 20:00
Signaler
Pour etre énarque il faut un QI nettement superieur à la moyenne ....Quand a critiquer l'ENA sur la dette qui frole les 100 % que dire des USA avec leurs prestigieuses universités à 140 % de dette et le Japon lui aussi avec de prestigieuses universit...

le 07/07/2017 à 13:20
Signaler
+1 il est temps que les Enarques redeviennent des Fonctionnaires et non des politiques. Il faut de la diversité dans nos élites. Quand je lis la réponse de l'Enarque ci-dessous (son QI) ca montre le niveau. On est a la cour de récré "j'ai la pl...

le 07/07/2017 à 13:44
Signaler
Je suis totalement d'accord avec vous et je connais fort bien le domaine ... C'est une vraie gabegie et des abus de pouvoir inconnus des citoyens car il faut travailler avec ces gens là de près et durant suffisamment de temps pour s'en rendre compte...

le 07/07/2017 à 19:12
Signaler
Bonsoir, à vous êtes désagréable le QI n'est pas référencé comme compétence mais comme moyen on pourrait le comparer à un outil c'est à dire bien ou mal utilisé. Pour ce qui des US l'endettement colossal est à mettre en // avec la puissance économiq...

à écrit le 06/07/2017 à 17:25
Signaler
LE GROS DES DEPENSES PUBLIC SONT SOUVENT FAITE PARS DES MAIRES OU DEPUTE QUI VEULENT GATE LEURS ELECTEURS AFIN D AVOIR LEURS REELECTION ASSURE .? AUX NIVEAUX FINANCIER IL Y A ANOMALIE QUAND L ETAT PRETE DE LARGENT AUX BANQUES QUI LE PRETE APRES AVEC...

le 07/07/2017 à 7:57
Signaler
Ok mais pitié corrigez vos fautes c'est une honte d'oser ecrire ainsi en public...

le 08/07/2017 à 17:05
Signaler
@ VERITE Tout à fait d'accord! la dette n'existe que par ces sortes de manipulations, un vrai château de cartes, la crise, "ils" le savent mais ne feront sans doute rien, ça les arrange bien, un faux argument, une fausse excuse qu'il faut garder! Je ...

à écrit le 06/07/2017 à 17:16
Signaler
L' homme est naturellement intègre et brillant. Ce qu'il énonce me semble frappé du bon sens. Mais effectivement il y a du gras dans la maison dont il a la direction: si les appartements du Palais Royal se libère, ma foi ............ca pourrait m'int...

à écrit le 06/07/2017 à 17:14
Signaler
Si la Banque de France se met à critiquer, alors cela ne va pas " bien ".

à écrit le 06/07/2017 à 17:07
Signaler
pas besoin de l'avis du gouverneur de la banque de France ( il fait lui même partie des frais généraux ) chaque contribuable de ce pays en a bien conscience et ça n'est pas l'augmentation prochaine de la CSG qui le lui fera oublier

à écrit le 06/07/2017 à 16:51
Signaler
Le gouverneur de la Banque de France, François Villeroy de Galhau, enjoint l'exécutif d'"oser les réformes" en particulier de "reprendre le contrôle de nos dépenses publiques". Il suggère aussi de simplifier les réglementations et de lutter contre le...

le 07/07/2017 à 9:50
Signaler
A quoi sert la BDF depuis le passage à l'euro ? La banque de France gère également sa monnaie (et oui la BCE ne s'occupe pas de cela ...), la BDF fait du surendettement et s'occupe des particuliers auprès des banques, effectue la cotation des entre...

à écrit le 06/07/2017 à 16:05
Signaler
Excusez moi ce Monsieur il était où au temps de Hollande ?? Ce gentil Monsieur tout comme la cour des compte sont restés muet au temps de Hollande

à écrit le 06/07/2017 à 16:00
Signaler
Un copain placé par Hollande issu du réseau, qui n' aucune compétence et qui a échoué dans toutes ses missions! C'est le problème avec ces banquiers qui utilisent l'Etat pour servir les intérêts de banques privées!

le 07/07/2017 à 13:23
Signaler
C'est pas un banquier, c'est un enarque. Il fait travailler les autres mais ne comprend pas de quoi il parle. Triste France

à écrit le 06/07/2017 à 15:53
Signaler
"Il s'est gardé de désigner quelles dépenses devraient être diminuées"... comme d'hab.

le 06/07/2017 à 17:18
Signaler
@bruno_bd Ce n'est pas son rôle car ce n'est pas un politique. Il ne peut pas écrire qu'il faut tirer à la mitraillette sur tous nos services publics/régions mais aussi sur tous nos savoureux "Comité Théodule" qui prolifèrent comme des lapins, qui s...

à écrit le 06/07/2017 à 15:52
Signaler
OK avec mr Villeroy mais il ne vous a pas echappe que nous revenons au HOLLANDISME des taxes des taxes et des taxes avant hier la csg hier le ministre des transports taxes meme sur les nationales AujouRd hui hulot la taxe carbonne mais le...

à écrit le 06/07/2017 à 15:29
Signaler
Ils ne baisseront jamais car la France est le bras armé de l’Europe, "Je suis le plus fort et je fais ce que je veux ! " Chirac l'avait bien compris et intégré lors de sa poursuite des essais nucléaires en déclarant bien à bon entendeur ne vouloir ê...

le 06/07/2017 à 15:54
Signaler
Le budget de la défense, c'est 2% du PIB. Pas suffisant pour expliquer la différence considérable de dépense publique entre la France et ses partenaires.

le 06/07/2017 à 16:36
Signaler
Les armes nucléaires testées dans les années 90 par Chirac sont bien conservées à l'abris, qui en connais l'exacte puissance ?

le 06/07/2017 à 17:04
Signaler
@bruno_bd Vous êtes optimiste ! Actuellement, c'est environ 1.7% du PIB. L'objectif est de l'augmenter à 2% (quand ?) mais cet objectif risque d'être plombé par l'éventuelle mise en place d'un service militaire au lieu d'acheter du matériel: faire c...

à écrit le 06/07/2017 à 15:28
Signaler
Pourquoi il a rien dit durant ces dernières années. Il était sur un siège éjectable ?? Ceci posé, il a sans doute raison. Il est bon celui la avec ses suppressions d'emploi à la banquede france. On les rerouvera dans le budget indemnisationn chom...

à écrit le 06/07/2017 à 15:28
Signaler
que cette personne publie comme ses confrères europeen sa remuneration la clarete commence deja par sois meme ou il y a des compensation de verse sur le compte de ou des personnes qui l'on nome a ce poste

à écrit le 06/07/2017 à 15:21
Signaler
J'ai une idée pour baisser immédiatement le niveau des prélèvements obligatoires en FRANCE : vous privatisez la caisse de retraite et d'assurance sociale des agriculteurs et des artisans et commerçants : ceci ne devrait pas poser de problèmes puisqu'...

à écrit le 06/07/2017 à 14:56
Signaler
qu a t il fait pour reduire la dépense quand il était dgi

à écrit le 06/07/2017 à 14:35
Signaler
Il découvre l'eau chaude,et répète ce que d'autres ont dit. Avec l'Euro, ça sert à quoi laa banque de France. C'est pas une rente à supprimer ?

à écrit le 06/07/2017 à 14:26
Signaler
Alternatives Economiques avait fait un article en décembre 2014 intitulé "La France championne des dépenses publiques ? Une illusion" : il reprenait des données Eurostat qui montraient notamment que les services généraux ont, en France, un poids infé...

le 07/07/2017 à 9:20
Signaler
Vivant en RFA, on peut pas vraiment dire que c est pire que chez nous (certes ils ont bien moins de rond points). Et si on peut dire qu on investit plus dans la defense, il y a dautres domaine ou c est pas brillant: R&D ou logement. Essayez de vous l...

à écrit le 06/07/2017 à 13:49
Signaler
Il a raison et afin de montrer l'exemple à tous qu'il divise son énorme salaire par deux, il lui restera largement de quoi bien vivre et cela montrera ainsi que ces gens ne sont pas là que pour nous prendre pour des imbéciles.

le 06/07/2017 à 14:58
Signaler
C'est vrai ça, il gagne combien lui ?

le 07/07/2017 à 9:24
Signaler
Je sais que le directeur de la banque de france à paris est dans les 10000 euros par mois.

à écrit le 06/07/2017 à 13:30
Signaler
Quel tartufe! Que ne commence t il pas d'abord à mieux gérer sa maison. Quatre fois plus de personnel que la banque du royaume uni qui elle gère une monnaie, ce que ne fait plus la banque de france. Des gouverneurs, des sous gouverneurs, des directeu...

le 06/07/2017 à 14:52
Signaler
Sauf que la banque de France rapporte 4 milliards d'euro par ans à l'état ... (2 milliards de dividende et 2 milliards d' IS ) Sachant que la banque de France gère également sa monnaie (et oui la BCE ne s'occupe pas de cela ...), la BDF fait du sure...

le 07/07/2017 à 12:16
Signaler
@Nehe Vous devez certainement être un privilégié du sérail. Par quel jeu d'écriture "enarquienne" la bdf gagne t elle de l'argent alors qu'elle représente un coût pour le contribuable: salaires, batiments,... Sa production de monnaie (Chamalière!...

à écrit le 06/07/2017 à 13:22
Signaler
Soyons clair le programme de MACRON ne réponds pas à ce problème

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.