Ma French Bank : un lancement en catimini dans les bureaux de poste

 |   |  718  mots
(Crédits : Eric Gaillard)
La Banque Postale a donné le coup d'envoi, ce lundi 22 juillet, de son offre mobile appelée Ma French Bank. Elle espère séduire un million de clients à l'horizon 2025 et mise sur son réseau de bureaux de poste pour en faire la promotion et un important levier de conquête. Mais pour l'heure, ce lancement reste très discret en attendant une vraie campagne à la rentrée.

Alors que les néobanques, ces offres bancaires conçues pour un usage sur smartphone, ont déjà séduit 2,6 millions de clients en France selon une étude de KPMG, La Banque Postale arrive en bonne dernière en lançant, ce lundi 22 juillet, son offre mobile Ma French Bank. Objectif pour la filiale du groupe La Poste : séduire les 18-35 ans pour rajeunir sa clientèle.

A l'horizon 2025, Ma French Bank espère compter un million de clients. Elle a pour cela investi 100 millions d'euros et mise sur son réseau de bureaux de poste (2.000 au lancement, à terme la totalité, environ 9.000) pour en faire la promotion et un important levier de conquête.

Mais pour l'heure, ce lancement reste très discret et cette faible présence des couleurs de Ma French Bank dans le réseau du groupe La Poste tranche avec sa communication en ligne où la dernière née des néobanques a adopté une identité de marque très flashy et décalée. On retrouve ainsi sur le site des couleurs pop, des Gif, une flopée de hashtags et un ton très léger.

Cette communication dédiée aux millennials se décline également sur Instagram où Ma French Bank y publie des posts décalés, n'hésitant pas à jouer (et rejouer) du "franglish" propre à sa marque. Plusieurs représentations de peintures (Joseph et la femme de Potiphar de Guido Reni, La confluence des âmes de Max Svabinsky)  sont ainsi détournées avec des légendes qui se veulent humoristiques : "When elle rêve d'eaux turquoises but ton compte is in le rouge"

Ma French Bank Instagram

Peu de promotion dans les bureaux de poste

Dans un grand bureau de poste parisien, seule une petite pancarte posée sur le comptoir de l'accueil bancaire, situé au fond des locaux, fait la promotion de l'offre mobile. Sur place, les guichetiers, peu nombreux en cette période estivale, nous proposent de repasser dans l'après-midi ou le lendemain pour ne pas générer trop d'attente pour les autres clients, expliquant que cette démarche "pourrait prendre 15 à 20 minutes", malgré la mention "Ici ouvrez un compte en moins de 10 minutes" inscrite sur la brochure.

Ma French Bank

Dans un autre bureau de poste de la capitale, Ma French Bank se fait toute aussi discrète, avec un simple dépliant affiché dans l'espace réservé. Si le chargé de clientèle reconnaît qu'il "découvre l'offre ce matin", la promesse de La Banque Postale est tenue : l'ouverture du compte s'effectue en moins de 10 minutes, avec pour seul document à fournir une pièce d'identité. Toute la procédure s'effectue depuis un Smartéo, le poste de travail sur smartphone des chargés de clientèle.

Ma French Bank

Après avoir renseigné ses coordonnées et quelques informations liées à sa situation (catégorie socioprofessionnelle, propriétaire ou non, engagé par un crédit ou non), le client reçoit son identifiant et son mot de passe par SMS pour accéder à son espace personnel en ligne afin de finaliser l'opération. Il repart du bureau, sa nouvelle carte bancaire en main qu'il pourra activer en versant un montant minimum de 50 euros sur le compte associé.

Six mois gratuits

Contrairement à de nombreuses néobanques, Ma French Bank affirmait ne pas miser sur la gratuité pour séduire ses futurs clients avec un service commercialisé 2 euros par mois. « Il y a un prix parce qu'un service cela se paie. La gratuité et les modèles déficitaires, ça ne dure qu'un temps. Nous voulons instaurer une relation de transparence et de confiance avec nos clients », avait insisté Rémy Weber, le président de La Banque Postale, lors de la présentation détaillée de Ma French Bank à la presse en mai dernier.

Depuis, la banque publique a mis de l'eau dans son vin puisque les six premiers mois de Ma French Bank sont offerts pour toute ouverture de compte avant le 31 décembre prochain. Avec ce lancement en douceur, Ma French Bank se donne sans doute quelques semaines de rab pour effectuer les derniers ajustements, familiariser les chargés de clientèle à l'offre avant la rentrée scolaire et surtout se protéger d'une potentielle montée en charge trop importante à cette période de l'année.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/07/2019 à 18:34 :
Offre nulle .
Bien déçu
a écrit le 24/07/2019 à 5:55 :
Pour une sté c'est bien de se diversifier. Mais avant de le faire, il faut que ces activités principales soient faites correctement ! Il me semble qu'au départ la poste à été créé pour délivrer du courrier et des colis. Après ils se sont pris pour une banque, proposer des crédit, proposer des forfaits téléphoniques, etc... Et maintenant ma french bank! Je pense qu'il devrait se concentrer sur leur fonction première et la faire à fond! parce que recevoir des avis de passages pour des lettres recommandées ou des colis quand on est à la maison, c'est agaçant !
Réponse de le 25/07/2019 à 7:54 :
Tout à fait d accord!avant de se diversifier on commence par faire correctement son travail et pour cela on arrête de supprimer du personnel partout et de rajouter sans arrêt du boulot à ceux qui restent!pour bien faire les choses faut s en donner les moyens!
Réponse de le 25/07/2019 à 8:31 :
Bonjour. Je précise que je suis retraité du groupe La Poste et me permet de vous apporter quelques précisions.
Pour résumer, en gros,depuis la création de la banque postale, le groupe La Poste est scindée en trois parties, sans compter les filiales. Ce qui s'appelle la Poste ne concerne que le courrier, ensuite La Banque Postale que le financier, puis vient la partie bureau de poste avec ses guichets qui travaille pour les deux et fait aussi la téléphonie. Il ne faut donc pas tout mélanger, si il y a des problèmes de courrier il ne faut pas les imputer aux autres personnels que sont les guichetiers et les financiers.
L'activité principale n'est plus le courrier qui est en perte de vitesse permanente suite à la concurrence d'internet et des sms. C'est pour cela que La Poste a été obligée de se diversifier.
La Poste est passée entreprise "privée" et il n'y a pratiquement plus de fonctionnaires qui y travaillent. Mon avis est que le travail était mieux fait à l'époque par les fonctionnaires qui étaient sérieux et amoureux de leur travail que maintenant. Mais bon tout le monde tape sur les fonctionnaires et on voit maintenant ou on en est. Je précise que les fonctionnaires de La Poste n'ont jamais été payés par l'état mais par les recettes propres à la Poste.
Ensuite tout le monde veut conserver son bureau de Poste mais combien le font travailler? J'ai eu le cas d'un maire qui ne voulait pas que l'on ferme son bureau alors qu'en moyenne il y avait huit clients par jour et pour des opérations comme l'achat de timbres ou de petits retraits d'argent. Quelle entreprise peut payer un employé à temps plein ou même à mi-temps qui travaille effectivement moins d'une heure par jour? Dans cette même petite ville la banque locale était ouverte une journée par semaine et ça ne choquait personne alors que la majorité de la population était cliente de cette banque. Ou est la logique?
Pour finir je précise que la Poste qui s'appelait les PTT a été la première banque à exister avec les CCP et le premier chéquier.Cela a été crée en 1918 a la sortie de la guerre pour que les soldats et autres puissent toucher leur solde.
Voilà succinctement un résumé qui j’espère vous éclairera sur La Poste.
Cordialement.
a écrit le 24/07/2019 à 1:58 :
C'est affreusement détestable ce franglais et ridicule,les personnes qui ont fait ça ont-ils encore un minimum de bon sens,bonne volonté ou s'en fiche d'avoir honte ?
Quelques amendes "violentes" devrait calmer certains de ces cas.
a écrit le 23/07/2019 à 22:01 :
Le crédit agricole pas vert du tout pour les handicapés

Un handicapé sous curatelle renforcée a, pardon avait, un LEP au Crédit Agricole tous les mois il lui est mis une somme sur ce livret. Il est fourni au CA les documents pour la validation du Livret d’Epargne. Cette année grande surprise son LEP est passé en CSL sans le prévenir et surtout sans aucune justification sauf le diktat du Crédit Agricole. Quel résultat, le CSL la plus grande escroquerie bancaire car le taux d’intérêt est défini par la banque sans à priori de négociation, à titre d’exemple pour la personne concernée, les 1400€ de son ancien!!! LEP le Crédit Agricole a rémunéré les 1400 euros à hauteur de 0,04 euros de janvier à juin 2019 un bon et gros 4 cts qui plaisanterie sont soumis à cotisation CSG et impôts. La banque qui n’ignorait pas la situation de la personne n’a pas pris la peine de le prévenir de ce changement. Pour changer ce CSL en Livret A il faut que le curateur prenne un rdv, date fixé par le CA à un mois. Les banques voudraient se faire passer pour des établissements respectueux du client une plaisanterie surtout lorsque la personne est handicapée c’est-à-dire invisible pour ce milieu qui a plus tendance aux courbettes des bien nantis que des personnes en difficulté. Aujourd’hui je comprends le mécontentement pour ne pas dire plus des GJ car eux aussi sont les invisibles des banques sauf pour les agios. Je remercie aussi le gouvernement et plus particulièrement la ministre chargée de l’handicap qui nous fait une belle pub sur le droit de vote des handicapés belle jambe lors que ces mêmes citoyens sont peu ou pas reconnus par l’establishment c’est-à-dire en l’occurrence le lobby bancaire qui contrôle et impose son ordre établi et cherche à le maintenir pire à le faire faire croitre. Merci au Crédit Agricole pour cette vision inhumaine de faire de l’argent sur les plus faibles d’entre nous.
a écrit le 23/07/2019 à 12:05 :
Un nom "franglish", c'est n'importe quoi. Mais qu'en dit M. Toubon l'auteur de la loi relative à l'emploi de la langue française ? A quand "La French Postal ?
a écrit le 23/07/2019 à 10:02 :
Ma French Bank, ces anglicismes utilisés en permanence, ça devient exaspérant.
Les particuliers on peut encore comprendre, mais les administrations ....
a écrit le 23/07/2019 à 8:59 :
"Cette communication dédiée aux millennials"

Attention, attention, la vieille oligarchie financière européenne qui sent l'eau de cologne, le souffre et la naphtaline parle aux jeunes...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :