La Banque Postale lance un incubateur pour décoder la banque de demain

 |   |  882  mots
La Banque Postale ouvre ce vendredi 1er février son premier incubateur de startups Platform58.
La Banque Postale ouvre ce vendredi 1er février son premier incubateur de startups Platform58. (Crédits : La Banque Postale)
La filiale de la Poste va accompagner une dizaine de startups par an au sein de son premier programme d'incubation baptisé Platform58. En retard sur ses concurrents, La Banque Postale espère se démarquer par des conditions très souples (gratuité, pas de prise de participation au capital) et créer aussi des synergies, notamment avec sa future banque mobile Ma French Bank.

Mieux vaut tard que jamais. La Banque Postale ouvrira ce vendredi 1er février les portes de son premier incubateur de startups baptisé Platform58, au 58 rue de la Victoire à Paris. Alors que le groupe La Poste a créé son propre incubateur Start'inPost dès 2014, la filiale bancaire du groupe ne s'était toujours pas dotée de cet outil d'innovation.

Nombre de ses homologues ont déjà sauté le pas depuis un moment. BNP Paribas a ouvert deux lieux d'accélération WAI en région parisienne et un programme spécifiquement consacrée à la Fintech à Station F en partenariat avec l'américain Plug and Play. Le Crédit Agricole a décliné sa pépinière d'entreprises le « Village by CA » dans une trentaine de villes à travers l'Hexagone. La Société Générale, elle, a ouvert un espace d'open innovation, Le Plateau, où elle héberge des startups externes et internes au sein de son technopôle Les Dunes, à Val-de-Fontenay.

Un accompagnement (vraiment) gratuit

« Cela a plusieurs avantages d'arriver après tout le monde, se défend Olivier Levy-Barouch, membre du Comex et directeur de la stratégie et de l'innovation du groupe Banque Postale. Nous sommes allés échanger avec des incubateurs en France et à l'étranger et avons également échangé avec des panels de startups pour comprendre ce qu'elles avaient aimé et détesté au sein des incubateurs corporate dans lesquelles elles avaient été hébergées afin de créer un programme sur mesure qui répond vraiment à leurs attentes ».

Résultat : Platform58 ne prend aucune participation dans le capital des startups qui intègrent l'incubateur et leur promet une liberté de collaboration avec d'autres entreprises, y compris des banques concurrentes. « Nous gardons les startups sur une longue période, de 12 à 24 mois. L'hébergement est gratuit et non obligatoire et chaque startup est accompagnée par un parrain au sein du Comex ou du Codir du groupe Banque Postale et de plusieurs mentors, à la demande, au sein des équipes techniques. C'est un programme sur mesure en fonction du profil et du besoin de chaque startup », détaille Olivier Levy-Barouch, lui-même parrain de la Fintech Kriptown. Membre de cette première promotion, cette jeune pousse propose au grand public d'investir dans des startups et PME à partir d'un euro en achetant des tokens (jetons numériques) échangeables sur un marché secondaire pour répondre au besoin de liquidité.

Créer une mentalité systématique d'innovation

Six autres startups découvriront vendredi les 3.200 mètres carrés du nouvel espace. Présenté comme une ruche d'innovation, le lieu accueillera également les équipes de Ma French Bank, la banque mobile que La Banque Postale doit lancer avant cet été, un espace de coworking (qui permettra de monétiser une partie de cette nouvelle structure) ainsi que l'école de code solidaire Simplon.

« L'objectif est de mettre en contact les collaborateurs des métiers, filiales et directions régaliennes du groupe Banque Postale avec un écosystème différent, plus agile, afin de créer un effet d'entraînement et une mentalité systématique d'innovation que ce soit pour le développement organique ou la croissance externe », insiste Olivier Levy-Barouch.

Dans les scénarios imaginés, les équipes de la startup Yes We Hack, membre de la première promotion et spécialisée dans le bug bounty (méthode qui consiste à faire appel à une communauté de chercheurs pour détecter des failles informatiques dans le cadre d'un programme bien défini) pourraient échanger avec les experts en informatique de La Banque Postale pour leur faire découvrir une autre manière de développer.

La Banque Postale ne communique pas le montant de l'investissement (sans doute conséquent) dédié au lancement de Platform58. Elle espère le rentabiliser en identifiant les produits et services qui répondront aux besoins futurs de ses clients (10,5 millions de clients actifs) mais développe également une stratégie à plus long terme.

« Les métiers de la banque et de l'assurance vont beaucoup changer. Dans le milieu bancaire, la différenciation s'est d'abord faite par le prix, puis par l'ergonomie digitale. Nous voulons identifier les facteurs de différenciation de demain », avance Olivier Levy-Barouch.

Sept premières startups incubées

  • Cashbee développe une application mobile pour aider les ménages à épargner avec des outils d'analyse de budget basés sur l'intelligence artificielle.
  • Kriptown est une plateforme permettant à des particuliers d'acquérir des parts de sociétés non cotées (startup et PME) et de les céder sur un marché secondaire utilisant une blockchain privée.
  • Leocare veut réinventer l'assurance automobile et habitation avec une expérience « sur-mesure », 100% mobile, à la demande et sans engagement.
  • Rendement Locatif facilite l'investissement immobilier locatif avec un simulateur de rendement et des outils de gestion de bien.
  • Softlaw s'appuie sur l'intelligence artificielle pour analyser et traiter automatiquement les contrats des entreprises afin de réduire les délais et la probabilité d'erreurs juridiques.
  • Unkle, spécialisée dans la caution locative, facilite l'accès au logement en proposant une garantie souscrite en ligne par le futur locataire.
  • Yes we hack externalise la cybersécurité auprès de hackers chevronnés, rémunérés sous forme de primes en fonction des vulnérabilités identifiées.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2019 à 5:25 :
Etonnant tous ces anglicismes utilises a tout va. Alors que la majorite des francais ont une connaissance plus que limite de la langue de Shakepeare.
a écrit le 01/02/2019 à 15:15 :
La banque de demain devrait être entièrement subordonnée à l'intelligence artificielle. La finance ne pourra plus être manipulée et contre manipulée au gré des pouvoirs en place.
La même banque pour tous. Il y aura nécessairement une phase de développement où plusieurs intelligences artificielles se feront concurrence...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :