Élection du Medef : alliance autour de Patrick Martin pour contrer les deux favoris

 |   |  788  mots
Pierre Brajeux et Fabrice Le Saché retireront leurs candidatures, à compter du 4 mai 2018, afin de concrétiser une candidature commune, destinée à défendre un projet de rénovation, et qui sera portée par Patrick Martin (photo ci-dessus), Pdg de Martin-Belaysoud Expansion et président du Medef Auvergne-Rhône Alpes, ont indiqué les trois candidats dans un communiqué commun.
Pierre Brajeux et Fabrice Le Saché retireront leurs candidatures, à compter du 4 mai 2018, afin de concrétiser une candidature commune, destinée à "défendre un projet de rénovation", et qui sera "portée par Patrick Martin" (photo ci-dessus), Pdg de Martin-Belaysoud Expansion et président du Medef Auvergne-Rhône Alpes, ont indiqué les trois candidats dans un communiqué commun. (Crédits : Laurent Cerino/ADE)
Patrick Martin, Fabrice Le Saché et Pierre Brajeux, trois des neuf prétendants en lice pour succéder à Pierre Gattaz à la tête du Medef ont annoncé une candidature commune, disant vouloir créer une dynamique de "rassemblement". Même si Geoffroy Roux de Bézieux et Alexandre Saubot sont les actuels favoris, cette nouvelle alliance pourrait changer la donne. Selon certains observateurs, la course reste ouverte.

Fin mars, on avait vu se former une première association en vue remporter la course à la présidence de l'organisation patronale : il s'agissait de Jean-Charles Simon (ancien directeur général délégué de l'organisation patronale sous la présidence de Laurence Parisot, entre autres) et de Vincent Charpin (ancien président du Medef Loire-Atlantique et actuel président du Medef Pays de la Loire), décidés à se présenter en duo, avec, comme programme, la réforme du paritarisme et la rénovation de la gouvernance de Medef.

Ce jeudi 26 avril, trois autres des neuf prétendants en lice pour succéder à Pierre Gattaz à la tête du Medef -Patrick Martin, Fabrice Le Saché et Pierre Brajeux- ont annoncé  une candidature commune, disant vouloir créer une dynamique de "rassemblement".

Brajeux et Le Saché se désistent

Cette candidature, destinée à "défendre un projet de rénovation", sera "portée par Patrick Martin", Pdg de Martin-Belaysoud Expansion et président du Medef Auvergne-Rhône Alpes, ont indiqué les trois candidats dans un communiqué commun.

Lire aussi : « Il faut impérativement supprimer les impôts sur la production » Patrick Martin, Medef Auvergne-Rhône-Alpes

En vertu de l'accord trouvé, Pierre Brajeux et Fabrice Le Saché retireront leurs candidatures à compter du 4 mai 2018, "c'est-à-dire après l'annonce de leur validation par le comité statutaire du Medef", ajoutent-t-il.

Les équipes des trois candidats sont cependant "d'ores et déjà au travail" et les trois chefs d'entreprise "auront prochainement l'occasion de présenter leur ambition et leur vision commune" pour l'avenir de l'organisation patronale, assure le communiqué.

Un trio qui partage les mêmes constats et porte la même vision d'avenir

Patrick Martin, 57 ans, est le Pdg de Martin-Belaysoud Expansion, un groupe familial spécialisé dans la distribution de fournitures industrielles. Diplômé de Sciences Po Paris et de l'Essec, il est le premier candidat à avoir annoncé sa candidature, début décembre. Pierre Brajeux est quant à lui le président-fondateur de Torann-France, une entreprise de sécurité privée de plus de 2.000 collaborateurs. Colonel de réserve, il est également le patron du Medef des Hauts-de-Seine. Fabrice Le Saché, enfin, a fondé Aera Group, une société de conseil et de négoce spécialisée sur les financements verts très active en Afrique. Âgé de 35 ans, il était jusque-là le benjamin dans la course à la succession de Pierre Gattaz.

Dans leur communiqué commun, les trois candidats, qui disent partager "les mêmes constats" sur les défis face auxquels le Medef se trouve, justifient leur alliance par la nécessité de faire primer "l'unité et le collectif" pour "l'avenir" du mouvement.

Ce rassemblement "permettra de faire face aux enjeux majeurs auxquels est confronté le Medef", comme "la recomposition de ses missions traditionnelles (paritarisme, dialogue social et lobbying)" ou "la nécessité d'améliorer son attractivité", ajoutent-ils.

Ce "triumvirat" peut changer la donne face à chacun des deux favoris

Cette alliance est-elle de nature à rebattre les cartes dans la course à la succession de Pierre Gattaz? "Possiblement", juge Bernard Vivier, directeur de l'Institut supérieur du Travail, qui voit dans ce rassemblement "un moment important de la campagne".

"Isolément, ces trois candidats avaient relativement peu de chance de l'emporter, même s'ils disposent tous les trois d'une bonne assise territoriale. Mais, désormais, la donne peut changer", estime ce spécialiste du patronat.

Roux de Bézieux et Saubot favoris, mais "la course reste ouverte"

Outre Patrick Martin, plusieurs responsables du Medef sont aujourd'hui sur les rangs pour succéder à Pierre Gattaz, à l'image de Geoffroy Roux de Bézieux et d'Alexandre Saubot, tous deux vice-présidents de l'organisation patronale.

Lire aussi : Geoffroy Roux de Bézieux : « Le Medef doit lui aussi se mettre en mouvement »

"Ces deux candidats pour l'instant sortent du lot, du fait de leur CV et de leur statut de vice-présidents. Mais la course reste ouverte, surtout si une dynamique se crée autour de la candidature de Patrick Martin", juge un bon connaisseur du monde patronal.

Un avis partagé par Bernard Vivier:

"Il reste encore deux mois de campagne. Il y a donc encore des rapprochements et des compromis possibles", notamment "avec les autres candidats considérés comme des petits candidats", assure le chercheur.

Une éventualité que Patrick Martin, Pierre Brajeux et Fabrice Le Saché semblent appeler de leur vœux dans leur communiqué commun.

"La dynamique engagée à travers ce rassemblement est ouverte à tous ceux qui souhaitent participer à la transformation du Medef", soulignent ainsi les trois candidats, louant "la collégialité" et "la décentralisation".

La date de clôture des candidatures pour l'élection a été fixée au 3 mai. L'élection aura lieu le 3 juillet.

(Avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/04/2018 à 12:40 :
C.N.P.F puis M.E.D.E.F. Je suis une des rares à en connaître !!!! la Signification si Diabolisée par la moitié de la France. Il faut en finir avec les sigles. Renommer par exemple " France Entreprises "
a écrit le 29/04/2018 à 12:39 :
C.N.P.F puis M.E.D.E.F. Je suis un des rares à en connaître la signification si diabolisée par la moitié de la France. Il faut en finir avec les sigles. Renommer par exemple " France Entreprises "

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :