Mobilité : le covoiturage local selon Karos

Comment marier l’offre et la demande de covoiturage pour les petites distances ? C’est le challenge auquel Olivier Binet - Président co-fondateur de Karos - entend répondre avec son application intelligente, où tout est automatique.
(Crédits : D.R)

Cleantech Republic : Vous visez un marché bien difficile, où les échecs ont déjà été nombreux...

Olivier Binet : Certes, mais nous pensons avoir trouvé la bonne vision, et avoir supprimé le frein principal : le dépôt manuel des offres par les conducteurs et la recherche de trajets par les passagers. Personne n'a envie de proposer ou de demander tous les jours (ou presque) les mêmes trajets ! L'idée fondatrice est alors simple : passer du déclaratif au « pré-rempli », autrement dit, être capable de prédire les trajets des uns et des autres.

Sur quelle technologie repose cette prédiction ?

C'est fait maison ! A base de géolocalisation sans GPS (pour économiser les batteries), de machine learning (apprentissage statistique), de big data, de compétences d'experts... Une fois notre application installée sur le smartphone d'un usager, il suffit de quelques jours au système pour commencer à apprendre/comprendre ses habitudes et à lui proposer des trajets, en tant que conducteur ou comme passager. La sommes de ces trajets (très précis, avec des horaires de départ et d'arrivée) constitue un véritable réseau de transport privé, avec une fiabilité des prédictions de près de 90% (ndlr : ratio entre les trajets prédits et les trajets réalisés sur un même jour).

Concrètement, comment « réserver » ou proposer une place ?

Tous les calculs sont réalisés de la veille pour le lendemain. Vous avez donc en permanence des propositions jusqu'au lendemain soir. Il suffit de cliquer sur la proposition qui vous intéresse et de valider l'heure à laquelle vous souhaitez partir. Les meilleurs points de rendez-vous sont automatiquement calculés par l'application, qui prévient automatiquement le covoitureur. Bien sûr, on peut également supprimer, ajouter, ou modifier un trajet.

Qui paye quoi ?

Chaque usager dispose d'un compte sur lequel sont prélevés ou crédités ses trajets, avec un tarif unique de 10 centimes du kilomètre (et un minimum d'1,5 €). Mais il s'agit uniquement d'une participation aux frais : Karos ne prélève absolument rien sur ces flux. Notre modèle économique est 100% B2B : nos clients sont des entreprises (ou des groupes d'entreprises) d'au moins 500 salariés. Cela nous assure ainsi d'atteindre la masse critique nécessaire à un bon fonctionnement du système. Le prix est variable en fonction du nombre de trajets effectivement réalisés (entre 10 000 et 30 000 € par an pour un millier de salariés) et du succès du service (fortement lié aux conditions locales de transport).

Quel retour sur « investissement » pour les entreprises ?

Financièrement, on constate un gain en pouvoir d'achat pour les usagers. Par exemple, si 15% des collaborateurs d'une entreprise de 1000 personnes utilisent Karos, cela représente près de 300 000 € de masse salariale chargée. Mais d'autres avantages sont moins quantifiables : plus de confort, des trajets plus courts, et donc des collaborateurs moins stressés ; une contribution significative aux démarches RSE de l'entreprise ; une meilleure accessibilité des sites, et donc une meilleure attractivité pour recruter des talents ; et même des rencontres qui peuvent déboucher sur du business ou des innovations.

Où en êtes-vous commercialement ?

Nous avons lancé cet été deux expérimentations « grandeur nature » (à Cergy-Pontoise avec Sagem, La Poste et Renault ; et à Grenoble sur un parc de 16 000 personnes). A ce jour, 4% des salariés ont adopté Karos, pour un objectif compris entre 10 et 15% (toujours la masse critique). Les volumes de trajets sont en forte hausse, et nous pouvons affiner nos algorithmes à l'aune de la réalité. Cela fonctionne très bien : nous constatons un effet d'entrainement entre les acteurs des territoires (entreprises, collectivités...) et nous sommes prêts pour mettre en œuvre leurs nouveaux réseaux de transport ! Au vue des sollicitations actuelles, nous visons la rentabilité pour fin 2017.

En vidéo : Olivier Binet - Prix Cleantech Republic 2015

Karos en bref...

Création : juin 2014
Fondateurs : Olivier Binet, Tristan Croiset (passé par Criteo et Google)
Effectifs : 10 (en croissance)
Chiffre d'affaires 2016 (prévisionnel) : 335 000 €
Financement : Levée de fonds en décembre 2015 de 500 000 euros auprès de business angels, dont Franck Le Ouay, cofondateur de Criteo, et Charles Egly, cofondateur de Prêt d'Union.
Distinction : Grand Prix Cleantech Republic 2015

Cleantech Republic

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.