Thorium : la face gâchée du nucléaire

 |   |  518  mots
Avec le Thorium, aura-t-on une énergie nucléaire plus propre ?
Avec le Thorium, aura-t-on une énergie nucléaire "plus propre" ? (Crédits : DR)
Une énergie nucléaire sans danger ni déchets, c'est la promesse, longtemps sabotée par les lobbies de l'énergie et de la défense, que brandissent les partisans du thorium. Ce combustible alternatif, découvert à la fin du XIXe siècle, représente-t-il une piste sérieuse pour échapper aux dangers et à la pollution induits par l'utilisation du plutonium par l'industrie atomique ?

"Une énergie nucléaire verte ?" Au début de la série Occupied, diffusée par ARTE fin 2015, le nouveau chef écologiste du gouvernement norvégien, pour mettre un terme à l'exploitation pétrolière, inaugurait une centrale fonctionnant au thorium.

Une hypothèse nullement fictive, selon ce documentaire, qui montre combien ce combustible alternatif, découvert à la fin du XIXe siècle et répandu sur toute la planète, représente une piste sérieuse pour échapper aux dangers et à la pollution induits par l'utilisation du plutonium par l'industrie atomique.

Si le nucléaire n'avait pas été inventé pour bombarder Hiroshima et propulser des flottes militaires, nos centrales fonctionneraient sans doute aujourd'hui avec des réacteurs à sels fondus de thorium. Tchernobyl et Fukushima seraient peut-être restés des points anonymes sur la carte du monde. La surexploitation de l'énergie fossile aurait probablement cessé beaucoup plus tôt, et le changement climatique se révélerait moins alarmant qu'il ne l'est aujourd'hui...

La Chine à l'avant-garde ?

Pour réaliser ce scénario, qui semble aujourd'hui utopique, il aurait peut-être suffi de s'intéresser vraiment aux travaux visionnaires du physicien américain Alvin Weinberg qui, après avoir participé à la fabrication de la bombe atomique, a voulu travailler sur une utilisation civile et pacifique de l'atome. Il s'est acharné de 1945 à sa disparition, en 2006, à inventer les conditions d'une énergie nucléaire propre reposant sur des réacteurs révolutionnaires et sur l'extraction du thorium. Mais les intérêts liés aux lobbies de l'énergie et de la défense en ont décidé autrement. Les États qui ont opté pour l'énergie atomique ont longtemps cherché à étouffer l'éolien et le solaire, et aucun n'a voulu prendre en compte les problèmes bien connus d'enfouissement des matières fissiles.

Aujourd'hui, pourtant, l'idée d'un recours à des combustibles nucléaires liquides et à des réacteurs à sels fondus refait surface, défendue par le monde de la recherche et même par des écologistes combattant l'industrie nucléaire. Le gouvernement chinois a décidé d'investir 350 millions de dollars pour étudier cette filière révolutionnaire. La Fondation de Bill Gates s'y intéresse aussi. L'Europe va-t-elle rester à la traîne ? Un voyage teinté d'espoir vers la face gâchée du nucléaire.

>> VIDEO L'énergie du thorium, l'avenir vert du nucléaire ? Par Jean-Christophe de Mestral @ TEDxParis

Administrateur dans différentes sociétés de finance ou de high-tech et élu local en Suisse où il réside, Jean-Christophe, physicien, est un fervent défenseur de ce qui pourrait être une révolution énergétique : l'énergie nucléaire issue du Thorium. Conscient des enjeux technologiques et économiques, il s'engage pour que tous les acteurs du secteur disposent d'une information complète pour un véritable débat sur le nucléaire. Il est également membre fondateur de l'international Thorium Energy Committee dont le siège est à Genève.

>> VIDEO Le thorium et le nucléaire du futur - par Daniel HEUER (Laboratoire de Physique Subatomique et de Cosmologie, CNRS, Grenoble) - 15 mars 2012

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/09/2018 à 21:13 :
Il y a des solutions et pas des panneaux solaires ou des ventilateurs géants, alors pourquoi n'ont elles pas encore percés ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans ce documentaire.

Thorium, la face gâchée du nucléaire (Arte)

https://www.crashdebug.fr/dossiers/12383-thorium-la-face-gachee-du-nucleaire

Amitiés,

f.
a écrit le 17/03/2018 à 9:32 :
Le réacteur nucléaire au thorium en mode surgénération, avec réutilisation des déchets raffinés, signifie une source d'ñenergie pratiquement sans limite. en ses thermes s'exprime le chercheur français installé en suisse ayant une patente d'un modèle de réacteur nucléaire à sel fondu.

Il n'a pas été construit car les démagogues que nous élisons préfèrent investir dans leur carrière, soit dans les prestations sociales inutiles.
a écrit le 12/03/2018 à 13:51 :
En tant que physicien qui a eu aussi des responsabilités de gestion générale, du développement pratique à l'export et qui a aussi travaillé dans certaines branches nucléaires du thorium.
L'avenir appartient aux énergies renouvelables moins chères qui n'auront plus besoin de subventions publiques pour être exploitées et qui peuvent alors vraiment concurrencer les énergies fossiles. Et ceci est désormais possible avec le recours à certains nouveaux types de matériaux (que l'on commence à exploiter surtout en Chine et en Asie et dans une moindre mesure en Suisse) et avec certaines solutions qui permettent à la fois de réduire le coût de la maintenance, d'augmenter les durées de vie des composants et d'augmenter l'efficacité énergétique globale pour lequel il n'y a pas que le rendement PV qui est à prendre en compte et qui peuvent aussi améliorer la rentabilité de l'éolien. Messieurs les financiers responsables intéressez vous d'avantage aux solutions techniques nouvelles avec lesquelles on peut rapidement y arriver. En particulier pour éviter aux panneaux solaire de briller et de renvoyer une grosse part de l'énergie du rayonnement solaire reçu et ceci en apportant en même temps une solution anti érosion, anti hydrolyse et antisalissure.

Toutefois on aura toujours besoin d'une énergie "socle" pour palier aux intermittences du solaire et de l'éolien et pour ce faire c'est de toute évidence beaucoup plus intéressant de le faire avec certaines filières thorium, même si on ne supprime pas tous les inconvénients bien connus du nucléaire. Et compte tenu de ce qui existe et de ce qui a déjà été fait la mise au point de ce genre de technologie coutera toujours beaucoup moins que celui de la mise au point de l'EPR et pour lesquels son principal problème celui de la degradation des aciers sous l'influence du rayonnement nucléaire ( formation des lacunes et incorporation de l'oxygène et de l'hydrogène dissociés qui peuvent finir par la formation de craquelures et qui nécessitent des épaisseurs de cuve beaucoup plus importantes, et un gros soucis métallurgique de production industrielle que l'on a du mal à maitriser).
a écrit le 12/03/2018 à 3:38 :
Il faut quand même une filière uranium pour démarrer une filière thorium (non fissile). En outre les déchets durent malgré tout quelques siècles. Mais plus grave si l'on brûle des déchets plutonium on en revient en pire à la problématique des risques nucléaires. Le sodium liquide explose au contact de l’eau et brûle au contact de l’air en plus d'être très corrosif pour les réacteurs. Et quelques micro-grammes de plutonium ingérés induisent la mort.
a écrit le 11/03/2018 à 18:07 :
J'éviterais cependant de prêter ma boule de thorium à marcel qui s'en servirait pour faire un carreau à la pétanque comme sur votre photo.
Vous imaginez? la fin de l'espèce à cause de marcel !
a écrit le 11/03/2018 à 17:30 :
Tant qu'à la tête des Etats nous auront le cupide de service, nous continuerons vers le gouffre. Pour la production de l'énergie électrique nous avons les parcs éoliens (lobby), les champs de panneaux solaires (lobby). On sait que l'énergie électrique afin d'éviter les pertes en ligne doit être produite au plus proche du consommateur, mais non ils préfèrent subventionner, à nos frais, des énergies aléatoires. La géothermie n'est pas quasiment pas exploitée, est-ce en raison d'un problème technologique ou de coût , ou de la faiblesse du lobby qui n'arrose pas suffisamment les petits mafieux politiques ? Une curiosité, quel est l'intérêt du nouveau compteur soi-disant intelligent, aucun, pour le consommateur, mais la poule aux oeufs d'or pour l'entreprise qui les pose.
a écrit le 11/03/2018 à 16:59 :
Tout de même surprenant qu'une technologie présentée comme aussi "parfaite" ait étée si longtemps ignorée.
Aucun scientifique sceptique ou détracteur ?.... Étonnant...
a écrit le 11/03/2018 à 14:01 :
Tout ça pour informer l’opinion publique de l’existance de cette technologie «  connus depuis le 19 siécle »...

Si c’est «  un Fake » comme la cause du cholestérol ...au monde...

Effectivement , certains vont «  encore s’enrichir »...
a écrit le 11/03/2018 à 13:16 :
"L'Europe va-t-elle rester à la traîne " = Oui tout simplement !
Le monde change et les USA de Trump ont une vision bien différente du commerce mondial à l'ancienne et de l'avenir. L'indépendance énergétique revient ENFIN sur la table avec la fin du pétrole comme seul option.
La voiture électrique va transformer la demande et nous verrons bientôt ces projets réellement démarrer.
Réponse de le 11/03/2018 à 21:22 :
Je dirais que vous avez une certaine dose d'optimisme qui est saine et qui mérite d'être soulignée même si j'ai certains doutes sur vos allégations. L'espérance est parfois accompagnée de fruits nouveaux qui apportent une idée plus fraîche de l'avenir... et si tout le monde y met du sien cela pourrait être le cas... Qui sait ?!
a écrit le 11/03/2018 à 12:11 :
Marronnier
a écrit le 11/03/2018 à 11:33 :
Dans le secteur nucléaire, quelque part derrière le problème énergétique relativement facile à régler, c’est aussi la course aux armements qui fait rage. Pourtant le principe de la dissuasion et des rapports de force montre ses limites. Hors grandes puissances réfléchies et préoccupées par le bien être de leur population, on se trouve de plus en plus souvent face à des fous furieux extrémistes, qui étaient jusque là jusque là cantonnés à des groupuscules mais se propagent à des pays et à des démocraties. Au sein même des démocraties on assiste d’ailleurs à une cristallisation d’idées quelque peu simplistes, entre les conservateurs nationalistes souvent défenseurs des rapports de force et de la propagation de l’armement à tous et de l’autre les défenseurs de la propagation économique, qui quelque part aspirent à la paix et à l’ordre, ne serais que par intérêt financier. Le comble de l’absurde étant atteint en surarmant des populations pacifiques, ce qui a terme provoque une forme d’autodestruction (voire aux USA) - « quand on ne dispose que d’un seul marteau comme outil on a tendance à voir des clous partout ».

Quand nationalisme et cupidité se rejoignent ou se confrontent le cocktail peut s’avérer dangereux, surtout si aucun contrepouvoir n’est de taille d’en réguler les dérives.
Ce ne sont pas les exemples qui manquent et cette course au « si ce n’est pas moi qui vend, c’est l’autre» risque de se retourner contre l’occident, car en armant ou en nucléarisant un maximum de pays on augmente statistiquement le risque. A noter d’après Wiki (https://fr.wikipedia.org/wiki/Combustible_MOX), que la solution qu’auraient adoptée les USA et la Russie pour se débarrasser de leur excès de plutonium est de le transformer en Mox. Pour cet aspect, la France est probablement dans la situation la pire, avec ses tonnes de déchets et sa fabrication assidue de mox et autres. D’où l’empressement à enfouir les déchets, quitte à le faire n’importe comment et à risquer de polluer l’Europe entière.
L’autre solution étant de les exporter en tant que combustible et à propager le risque, une forme d’inconscience.
Dans cette sorte d'impasse a t-on d’autres choix ? probablement, en tous cas celui de foncer tête baissée dans le mur ne parait pas très intelligent.
a écrit le 11/03/2018 à 10:04 :
Je suis extrêmement sceptique par rapport à cet article. Si la possibilité de fabriquer une énergie propre existait, le premier à maitriser cette technologie aurait un retour sur investissement énorme. Alors pourquoi ça traine? Face à la possibilité de se faire de l'argent les lobbys se seraient logiquement jeté sur l'occasion. Par ailleurs dire la Chine met 350 millions sur la table, mais 350 millions pour la Chine c'est rien du tout! Et c'est très insuffisant pour pouvoir espérer d'avancer sur ce sujet. Bref j'en conclus que la Chine n'y croit pas non plus.
Réponse de le 11/03/2018 à 16:17 :
@Johnmckagan 11/03/2018 10:04
En effet, s'il y avait énormément d'argent à gagner les multinationales se seraient déjà précipitées dans ce business.
Cordialement
a écrit le 11/03/2018 à 9:52 :
Le Thorium n'est pas une découverte récente, il a été et reste encore utilisé dans l'industrie. Il longtemps utilisé dans des objectifs d'appareil photo Canon et Pentax pour en améliorer les performances. Avec le temps ils jaunissent, mais il suffit de las exposer aux UV pour qu'ils retrouvent leurs caractéristiques. Le thorium sous cette forme est sans danger pour la santé.
a écrit le 11/03/2018 à 9:42 :
Oui un beau gachis et tout cela pour lesi ntérêts de quelques uns, c'est abjecte.

Maintenant je pense que c'est trop tard, nous avons la technologie pour que les foyers et les entreprises deviennent autonomes en énergies renouvelables, le problème de ses centrales, qui est le même pour les centrales nucléaires à savoir la centralisation de l'énergie autour de grosses sources productrices n e va que générer inégalités et abus de toutes sortes comme seule la centralisation des pouvoirs peut le faire.

Cela aurait été une bonne idée en remplacement du nucléaire mais maintenant le plus gros problème que nous ayons n'est pas un manque de sources d'énergies mais 56 réacteurs nucléaires vieillissant à démanteler alors que nous n'en avons même pas les outils.
a écrit le 11/03/2018 à 8:46 :
Effectivement, avec le thorium on ne peut pas fabriquer de bombes nucléaires.... ceci expliquant cela😁
Réponse de le 11/03/2018 à 14:27 :
exact !
Les bombes nucléaires : c 'est la raison pour laquelle le Thorium a été rejeté par nos gouvernements
et maintenant nous nous retrouvons et avec des déchets nucléaires non érables et des centrales qui nous pèteront tôt ou tard à la gueule...
mais maintenant on sait
Thorium : voir l'émission de Arte à ce sujet
a écrit le 11/03/2018 à 7:54 :
.... et le moteur a hydrogène ? ....étouffé lui aussi par les lobbies ?
Réponse de le 13/03/2018 à 16:31 :
@ Hassan ;


Il faut beaucoup d'electricité pour fabriquer de l'hydrogène, bref on se mord la queue.....
a écrit le 27/09/2016 à 13:01 :
Le nucléaire à base d'uranium a d'abord été développé pour les militaires qui avaient besoin de plutonium pour construire une bombe atomique. L'éternel problème du complexe-militaro-industriel. En France nous avons Areva et EDF qui se garderont bien de favoriser le thorium. Leur business est pour Areva l'exploitation, la vente, le recyclage des déchets et donc la construction de centrales qui utilisent et produisent ces déchets. Quant à EDF, ça lui coûte moins cher de prolonger la vie des centrales plutôt que d'investir dans un RSF. Après Three mile island, Tchernobyl, Fukushima, faudra-t-il une quatrième catastrophe pour abandonner les bombes que sont les centrales à uranium et eau pressurisée pour développer des centrales au thorium, non pressurisées, très sûres parce que facilement et rapidement vidangeable, très peu polluantes et industriellement beaucoup moins coûteuses à construire. On attend quoi? Que les Chinois nous dament le pion....ce qu'ils ont déjà commencé à faire dans ce domaine.
a écrit le 27/09/2016 à 12:37 :
Développer une nouvelle filière nucléaire prend beaucoup de temps et coûte très cher. Qui a envie d'y mettre des milliards alors que le charbon et le gaz sont si abondants et bon marché et que les éoliennes sont largement subventionnées ?
Réponse de le 27/09/2016 à 18:08 :
Je ne suis pas physicien mais je sais que le thorium est utilisable dans les centrales actuelles, c'est un des avantages majeurs de l'opération. Le coût est certes supérieur aux matières carbonées, mais très inférieur aux énergies renouvelables.

Comme toutes les combustions fossiles, la combustion du thorium laisse des déchets et ces déchets sont radioactifs. Cependant c'est une amélioration indéniable du nucléaire actuel, en termes de sécurité (puisque les explosions nucléaires ne sont plus possibles) et de durée de vie des déchets radioactifs. C'est aussi une solution, la seule à l'heure actuelle, pour dépolluer les tonnes de déchets radioactifs déjà existants car produits depuis des années par les vieilles centrales, et que le développement des énergies renouvelables laisse en plan, malgré leur coût.
Réponse de le 11/03/2018 à 7:55 :
Ha bon ?!? parce que les éoliennes ça ne coute pas cher pour le peu de rendement que ça apporte ?
a écrit le 27/09/2016 à 9:31 :
Cela permet de bien comprendre de quoi notre monde est l'enjeu, d'intérêts étatiques et privés concernant quelques centaine de milliers de personnes dans le monde au détriment de plusieurs milliards d'autres.

Vous allez vous en coltiner des trolls qui vont vous certifier, preuves non vérifiables à l'appui que tout ceci est une connerie que seul le nucléaire vaut le coup.

Les intérêts financiers et d'influences politiques contre la vie dans son ensemble voilà où nous en sommes et depuis longtemps donc. Ne pas oublier que De Gaulle était un militaire et qu'il revenait d'une guerre apocalyptique, il a donc certainement fait le choix du nucléaire sciemment mais ce qui est vrai à une époque ne l'est pas forcément à une autre, le temps que s'installe un lobby puissant défendu par le secret défense qui empêcha toute reconversion possible car des personnages influents étant trop liés à l'intérêt du plutonium.

Au secours.
Réponse de le 27/09/2016 à 10:37 :
Le choix du plutonium est probablement du à ce qu'on appelle l'effet d'echelle, qui n'aurait pas existé avec l'emploi du thorium, qui aurait renchéri le nucléaire militaire, question de budget en somme.
Réponse de le 27/09/2016 à 17:26 :
Le thorium est connu depuis aussi longtemps que le nucléaire ...

Le seul problème c'est qu'avec le thorium les centrales ne peuvent fabriquer que de l'électricité .
Avec le nucléaire vous pouvez fabriquer de l'électricité ( mais a l'époque du commencement du nucléaire c'était pas vraiment ce que l'on recherchait ..,) et de la matière servant pour les bombes atomiques !

C'est une volonté politique de faire du nucléaire ( surtout a des fins militaires ) que du " thorium " qui ne sert que pour le civil ...
Quand aux déchets nucléaires il y a 15 ans un spécialiste annonçait qu'il fallait 10 ans pour mettre au point les technologies de recyclage ...Alors un peu de patience , on sera obliger de trouver une solution ( aujourd'hui en fouissage , demain peut être pareil ...).
Réponse de le 12/03/2018 à 11:32 :
"Le choix du plutonium est probablement du à ce qu'on appelle l'effet d'echelle, qui n'aurait pas existé avec l'emploi du thorium, qui aurait renchéri le nucléaire militaire, question de budget en somme."

Bla bla bla comme d'habitude, vous affirmez des trucs sans aucun lien pour prouver vos dires et bêtement vous me collez moi qui n'hésite pourtant pas à troller.

Faut croire que vous avez vraiment envie de me coller. Signalé

@ Le trol:

C'est donc ben et bien certain ? Si le thorium n'a pas été validé c'est seulement à cause du fait qu'on ne puisse pas en faire des bombes ? Pas étonnant dans notre monde de fous furieux mais quand même totalement aberrant méritant presque un procès national aux protagonistes d'un tel délire.

"Quand aux déchets nucléaires il y a 15 ans un spécialiste annonçait qu'il fallait 10 ans pour mettre au point les technologies de recyclage ..."

Voilà, ça fait 40 ans qu'on entend dire la même chose: "Demain tout ira bien".

Au secours
Réponse de le 12/03/2018 à 14:59 :
"qui n'hésite pourtant pas à troller"

qui n'hésite pourtant pas à signaler et pas à troller bien entendu, je finis par en perdre mon latin de tout ça...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :