Soitec lâche le solaire et se recentre sur les semi-conducteurs haute performance

 |  | 409 mots
Lecture 2 min.
Basé à Grenoble, Soitec est implanté à Singapour, en Allemagne et aux États-Unis.
Basé à Grenoble, Soitec est implanté à Singapour, en Allemagne et aux États-Unis. (Crédits : DR)
Le spécialiste français de l'électronique entame l'année par un changement de stratégie et l'évolution de sa gouvernance. Les résultats du troisième trimestre 2014-2015 confirment les intentions du groupe de rester leader des semi-conducteurs performants.

Soitec officialise son changement de stratégie. Après s'être lancé dans la production de matériaux pour l'énergie solaire et l'éclairage, le spécialiste des semi-conducteurs à haute performance se recentre sur son cœur de métier : la production de plaques de silicium sur isolant. Ces composants sont utilisés notamment dans les serveurs, les PC, les smartphones et les tablettes, ainsi que dans le solaire et les LED (diodes électroluminescentes).

Le solaire et l'éclairage trop peu rentables

C'était pour mettre fin à cinq années de résultats financiers dans le rouge que Soitec avait annoncé, en 2012, se lancer dans le solaire et l'énergie. André-Jacques Aubertin-Hervé, PDG du groupe, attendait de ces deux nouvelles activités des revenus équivalents à ceux de l'activité d'électronique.

Deux ans plus tard, l'activité solaire a enfin décollé, mais la division historique de Soitec représente encore 68% du chiffre d'affaires du groupe sur l'exercice décalé 2013-2014. Si les activités liées à l'énergie solaire sont en nette augmentation au cours des neuf premiers mois de 2014-2015, le segment électronique génère toujours près des trois quarts des revenus de l'entreprise.

Le chiffre d'affaires consolidé s'élève ainsi à 154 millions d'euros sur la période, en hausse de 24,1% par rapport aux neuf premiers mois de 2013-2014. Mais Soitec confirme le maintient d'une perte opérationnelle courante sur l'ensemble de l'exercice.

Recentrage sur les produits clés de l'électronique

Le nouveau plan stratégique, voté à l'unanimité par le conseil d'administration, comprend l'examen du "scénario le plus approprié pour extraire la valeur des actifs liés à l'énergie solaire", selon le communiqué. Des mesures de réduction des coûts et une baisse des effectifs aux États-Unis ont également été annoncées, moins d'un mois après l'annulation d'un contrat portant sur un projet de centrale solaire en Californie.

Au sein de la division électronique, le leader mondial des semi-conducteurs effectue également un recentrage sur ses produits clés. En septembre 2014, l'activité de fabrication d'un composé chimique utilisé notamment dans les télécommunications mobiles et les réseaux de fibre optiques a été cédée à l'américain IntelliEPI.

Nouvelle gouvernance

Soitec profite de ce recentrage pour adapter sa gouvernance aux recommandations de l'AFEP-MEDEF. Paul Bourde, directeur général délégué depuis 2008, prend la tête de l'exécutif. André-Jacques Aubertin-Hervé conserve la présidence du conseil d'administration.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/01/2015 à 13:02 :
Il sera interessant de voir comment le marche va reagir puisque Soitec est plus sous-evalue actuellement.
a écrit le 19/01/2015 à 12:54 :
Si j'ai bien compris, l'abandon serait lié aux fortes charges fixes pour maintenir la capacité de production dans le solaire, car la production réelle est trop faible à cause d'un gros contrat perdu récemment. Soitec va sans doute chercher un acheteur pour son site américain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :