Le Rafale français n'a pas la faveur de l'armée brésilienne

 |   |  268  mots
(Crédits : © 2009 Thomson Reuters)
Selon la presse locale, l'armée de l'air brésilienne préfèrerait acheter des avions de chasse suédois ou américains plutôt que le Rafale français. Il s'agit pourtant d'une commande dont le montant pourrait dépasser 4 milliards de dollars (2,8 milliards d'euros).

Malgré la préférence du président brésilien, Luiz Inacio Lula da Silva, le Rafale français n'aurait pas la faveur de l'armée de l'air brésilienne qui préfèrerait acheter des avions de chasse suédois ou américains.

En effet, un rapport de l'armée de l'air présenté au ministre de la Défense, Nelson Jobim, conclut que la proposition du groupe suédois Saab représente la meilleure offre globale des trois encore en lice, écrit mardi le quotidien Folha de Sao Paulo. Le F18 de l'américain Boeing arrive en deuxième position et le Rafale de Dassault Aviation se classe dernier.

Cette commande, dont le montant pourrait dépasser 4 milliards de dollars (2,8 milliards d'euros), oppose depuis des mois plusieurs des principaux constructeurs aéronautiques du monde.

Accusé par certains de vouloir abréger le processus d'appel d'offres, le gouvernement brésilien a toutefois précisé qu'aucune décision définitive n'avait été prise. Le président Lula a précisé qu'il aurait le dernier mot et que sa décision serait à la fois politique et stratégique.

De fait, Paris et Brasilia ont déjà signé des accords de coopération stratégique dans le domaine de la défense pour un montant chiffré à plusieurs milliards d'euros et qui incluent l'assemblage au Brésil d'hélicoptères et de sous-marins conventionnels et nucléaires. Brasilia, qui veut doter son armée de 36 nouveaux avions de chasse, entend en effet accompagner cette commande d'importants accords de transferts de technologies. Le contrat pourrait être étendu ultérieurement pour atteindre 100 appareils.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/04/2010 à 12:09 :
je suis étonné que pescador puisse dire que le rafale est un mauvais avion alors que ce mec là est nul en aéronautique,il ferrait mieux de retourner 100 fois sa langue de sa bouche plutôt que de dire des âneries et on peut lui dire merçi pour son esprit patriotique,pauvre type.
a écrit le 06/04/2010 à 6:40 :
il est cher oui mais il faut arrêter de dire que c'est le meilleur avion pas du tout, sinon il serait déjà vendu depuis longtemps
il est cher et mauvais!!!
a écrit le 21/03/2010 à 18:19 :
il me semble urgent de vendre quelque rafales parcequ,il sera bientot obselet et il faut développer vite un autre bel oiseau, pourvu qu'il ne servent jamais; dassaut fait de beaux engeins mais en france tout est cher.
a écrit le 11/01/2010 à 9:16 :
Un grand merci de dire que ce contrat pourrait monter à une centaine d'appareil en définitive. C'est tellement rare des personnes qui s'interessent à ce point à ce dossier. Je me permettrait de souligner que d'autres potentiels existent. Des pays ayant les mêmes intérêts que le Brésil, sur le continent sud-américain, pourrait se porter acquéreur du Rafale, puisque construit au coût locaux, donc plus abordable... N'oublions pas que Dassault a une participation, 30% il me semble, dans Embraer ! Et que nous avons signés des accords de défense avec l'Argentine et le Chili aussi qui incluent des partenariats industriels.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :