A400M : EADS fait part d'une avancée mais "pas encore de projet d'accord"

 |  | 443 mots
'Il est encore trop tôt pour en tirer des conclusions sur le plan financier", insiste le groupe européen d'aéronautique et de défense dans un communiqué publié ce mercredi.

Mise au point d'EADS ce mercredi sur le dossier A400M. Dans un communiqué publié en milieu de journée, EADS confirme "avoir reçu une lettre des Etats clients du programme A400M, résumant l'état des négociations et proposant un certain nombre d'amendements au contrat initial".

"Cette lettre constitue certainement une étape importante vers un point de convergence, mais ne représente pas encore un projet d'accord, précise le groupe européen d'aéronautique et de défense. EADS souhaite obtenir une clarification d'un certain nombre de points et des questions restent sujettes à des discussions ultérieures".

EADS assure qu'il "ajustera la provision A400M dans ses comptes 2009. Cette mise à jour nécessitera l'élaboration de certaines hypothèses et évaluations de leurs conséquences financières qui ne sont pas encore finalisées ; EADS n'est pas actuellement en mesure de déterminer le niveau de la provision A400M que le groupe devra intégrer dans ses comptes 2009."

"L'idée d'avances remboursables est acquise pour les pays partenaires, du moins pour la majorité d'entre eux", a déclaré de son côté Hervé Morin, ministre de la Défense, devant l'Association des journalistes parlementaires à l'Assemblée. Il a affirmé qu'il serait "déçu" si les protagonistes du dossier n'étaient pas en mesure de conclure les négociations lors de la réunion informelle des ministres de la Défense de l'Union européenne, le 24 février à Palma de Majorque. "Les choses progressent bien", selon lui, en soulignant que "la balle est dans le camp d'EADS".

La maison-mère d'Airbus a reçu une offre des pays clients de l'A400M au sujet du financement du programme et donnera une réponse "dans les prochains jours", indiquait déjà le groupe mardi soir. Selon des sources citée par l'agence Reuters, les sept Etats clients de l'A400M - Royaume-Uni, France, Allemagne, Espagne, Belgique, Luxembourg Turquie et Malaisie - auraient proposé un projet de financement répondant à 90% aux préoccupations de la maison-mère d'Airbus. Un accord de principe serait donc probable dès cette semaine même si des détails restent visiblement encore à régler.

Les pays clients auraient proposé de prendre en charge 2 milliards d'euros sur les 5,2 milliards de surcoût du programme qui accumule les déboires et retards. Ils se seraient engagés aussi sur 1,5 milliard d'euros de soutien financier qui pourrait prendre la forme de garanties de crédit. EADS est prêt pour sa part à prendre à sa charge 800 millions d'euros, en plus des 2,4 milliards déjà provisionnés dans ses comptes dans le passé. Resterait donc environ 900 millions d'euros à trouver.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 17/02/2010 à 15:51 :
Super !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :