Boeing rafle le contrat du siècle de l'armée américaine

Le constructeur a remporté l'appel d'offres portant sur la livraison d'avions ravitailleurs à l'armée de l'air américaine. Grosse déception chez EADS qui souhaite se laisser du temps avant de s'engager dans une éventuelle riposte judiciaire à cette décision du Pentagone.

3 mn

Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Le Pentagone a tranché. Ce sera Boeing. Le constructeur a remporté l'appel d'offres portant sur la livraison d'avions ravitailleurs à l'armée de l'air américaine, a-t-on appris jeudi soir.  La décision sur l'attribution du contrat marque un tournant dans ce dossier. Lors d'une conférence de presse, le secrétaire à l'US Air Force, Michael Donley, a précisé que le contrat attribué à l'américain représentait une valeur supérieure à 30 milliards de dollars (21,73 milliards d'euros). Le secrétaire adjoint à la Défense, William Lynn, a garanti que la compétition avait été juste et qu'aucun camp n'avait été favorisé.

Rien ne garantit que le conflit entre Boeing et Airbus va s'arrêter là. Le groupe européen dispose d'un délai de dix jours pour contester formellement la décision annoncée jeudi soir, mais les parlementaires représentant les Etats américains qui auraient bénéficié de l'attribution du contrat à Airbus pourraient tenter de l'infirmer par la voie juridique.  Le Pentagone estime que si EADS a certes le droit de protester, mais rien ne le justifierait.

Au sein du groupe, il y a un débat autour d'un éventuel recours. Le groupe européen a exprimé dans un communiqué sa "déception" et sa "perplexité" après l'annonce de "l'US Air Force de son choix d'un avion dont le développement n'est pas terminé et qui présente plus de risques que le KC-45, un avion éprouvé et plus performant". EADS proposait de fabriquer cet appareil à Mobile (Alabama) avec le soutien d'un millier de fournisseurs américains. Ce programme devait créer 48.000 emplois aux Etats-Unis.

La concurrence pour la fourniture de ces 179 avions ravitailleurs a provoqué des tensions de part et d'autre de l'Atlantique, et des conflits entre parlementaires américains soucieux de créer des emplois dans leur Etat. Boeing et EADS, via sa filiale nord-américaine, proposaient tous les deux une version spécialement adaptée de leurs appareils de transport existants, le Boeing 767 et l'A330.

Au fil des ans, ce contrat a connu différents rebondissements. Attribué dans un premier temps à Boeing en 2003, l'appel d'offres avait été remporté en 2008 par Northrop Grumman et EADS North America avant d'être relancé, sous la pression de l'avionneur américain, pour un défaut dans la procédure. Coup de théâtre fin 2010, l'US Air Force avait fait savoir le 19 novembre qu'elle avait par erreur envoyé à chaque compétiteur "une quantité limitée" d'informations confidentielles sur son concurrent. Il n'est pas non plus impossible que le perdant porte réclamation sur la base de cette erreur d'envoi de courrier...
Les deux candidats ont remis l'été dernier des dossiers de 9.000 pages pour cet appel d'offres. 

La concurrence du groupe européen avait contraint le constructeur américain a de lourds efforts. Il a promis 10 milliards de dollars d'économies de carburant sur quarante ans et des coûts de maintenance de 15% à 20% inférieurs à ceux d'Airbus. Chez EADS, avant même de connaître l'issue du dossier, on se réjouissait de "faire souffrir Boeing", qui ne fera certainement pas de beaucoup de marges sur ce contrat. Le président d' EADS , Louis Gallois, a coutume de souligner devant ses équipes que c'est déjà une victoire pour son groupe d'avoir été sollicité par le Pentagone pour participer à ce contrat de la décennie. Même si les investissements engagés sur ce projet l'ont été à fonds perdus.

 

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 35
à écrit le 01/03/2011 à 10:48
Signaler
Le tanker américain reste à construire; ce qui va mobiliser les forces vives de Boeing sur ce projet. C'est plutôt rassurant et ça devrait permettre à AIRBUS de développer et de vendre sereinement ses futurs A350 et autres A320 remotorisés en conserv...

à écrit le 25/02/2011 à 20:29
Signaler
Il fallait être bien naïf pour croire de EADS avait une chance d'emporter le marché. Les és étaient déjà jeté lors de l'annualtion de la première offre... Il ne reste plus qu'à l'Europe de se doter d'airbus pour ravitailler les avions... Juste retour...

à écrit le 25/02/2011 à 18:31
Signaler
L'industrie des prestations intellectuelles est stratégique. Elle est monopolisée par des acteurs américains (Firms d'audit, cabinets d'avocats, conseils en stratégie). C'est, selon Porter, une industrie à faible barrière à l'entrée ... Qu'attenden...

à écrit le 25/02/2011 à 18:26
Signaler
mais c'est tout a fait normal que les americains preferent boeing .si c'etait en europe nos grands dictateurs et donneurs de lecons q'auraits t'ils fait .le materiel americain est vraiment superieur . rien qu'a regarder qui est capable en france de...

le 26/02/2011 à 10:46
Signaler
Euh supérieur????? très faux ça que ce soit l hélicoptère tigre, le char Leclerc (qui est l un des très rare char d assaut a pouvoir tirer en roulant), le fusil d assaut famas, les avions de lignes et de transport airbus et l avion de chasse Rafale e...

à écrit le 25/02/2011 à 16:35
Signaler
ou est l'europe!unissons-nous pour faire barrage aux usa,une europe unie serait plus forte que les américains dans tous les domaines,nous avons des cerveaux qui malheureusement partent à l'étranger,achetons européen et faisons comme ces derniers du p...

à écrit le 25/02/2011 à 13:31
Signaler
Les USA toujours à l'affût des obstacles au libre commerce font du protectionnisme quand ça leur coûte trop. Moralité : ne pas se gêner de notre coté non plus comme dit plus bas !

à écrit le 25/02/2011 à 13:10
Signaler
croyez vous que la France aurait acheté du "Boïng" si elle était dans le même cas? il est logique d'investir de telles sommes au bénéfice de son pays, c'est le contraire qui aurait été inquiétant, cela voudrait dire que l'Amérique n'aurait pas confia...

à écrit le 25/02/2011 à 12:24
Signaler
Ils auraient pu faire moitié-moitié (avec une redondance "normale"). Là c'est exclusif, donc une seule conclusion: SORTIE DE L'OTAN et vite une DEFENSE EUROPEENE. Sinon on va continuer à avoir notre pantalon aux chevilles .. ...

à écrit le 25/02/2011 à 11:11
Signaler
Il était naïf de croire que les USA allaient laisser filer un pareil marché. L'alignement avec nos "bons amis américains" est toujours aussi "payant".

à écrit le 25/02/2011 à 11:11
Signaler
Appel d'offre bidonné de haut en bas. Les américains sont des croyants non pratiquants de la concurrence et les grands rois du foutage de g...

à écrit le 25/02/2011 à 10:42
Signaler
EADS ne pouvait pas ganger c'est trop emblématique. Tant pis pour EADS qui voulait installer une usine en zone dollar, tant mieux pour les soustraitant français du 767. Mais les Européens (Ouest et ex bloc de l'Est) pourrainet aussi essayer de favo...

à écrit le 25/02/2011 à 9:49
Signaler
La loi du plus fort est toujours la meilleure, nous l'allons montrer tout à l'heure....Tout est bon pour défendre les intérêts américains, marchés faussés, désinformation politique, soutien de banques qui auraient dû s'effondrer, création monétaire à...

à écrit le 25/02/2011 à 9:28
Signaler
c'est beau de voir que les createurs du capitalisme moderne, donneurs de lecons (la concurrence libre, non faussée blablabla) ne sont pas capables d'en appliquer les preceptes chez eux. le jour ou l'europe prepare une mega offre d'un montant aussi g...

à écrit le 25/02/2011 à 9:12
Signaler
Qu'on arrête de croire au libre échange... ca n'a toujours été qu'un jeu de dupes a sens eu-nique. l'Europe reste un marché plus intéressant pour les ricains que le contraire... travaillons nos produits, et jouons un peu plus au même jeu de dupes qu'...

à écrit le 25/02/2011 à 9:08
Signaler
Que de commentaires idiots ! Il n'y a pas d'industrie plus mondialisée que celle de l'aéronautique. Prenez n'importe lequel des avions Airbus et retirez tout ce qui n'est pas fabriqué en France ou même en Europe. Même les russes avec leur nouveau Sup...

à écrit le 25/02/2011 à 9:07
Signaler
Ceux qui ont cru que EADS allait remporter le contrat lèvent le doigt et sortent de la classe car ils n´ont rien compris!! haha

à écrit le 25/02/2011 à 8:56
Signaler
Surpris? Allons, faut être lucide! Les européens devraient adopter une attitude plus " Buy European First" que de se faire les avocats du lobre échange à outrance.... mais je trouve la position US normale... en temps de crise, on fait travailler ses ...

à écrit le 25/02/2011 à 8:53
Signaler
Les français/européens n'ont pas compris que les américains, qui nous ont exporté la crise financière des subprimes,utilisent l'arme du protectionisme comme personne, qu'ils ne nous donneront jamias un marché où nous sommes en conncurrence avec Boei...

à écrit le 25/02/2011 à 8:43
Signaler
Fallait pas réver non plus....et puis c'était un contrat empoisonné: la contrepartie était qu'EADS installe une usine en Alabama pour assembler les A330. Aprés "Airbus Tianjin" qui assemble des A320, on aurait eu une tête de pont en Alabama...il y a ...

à écrit le 25/02/2011 à 8:18
Signaler
EADS obligé Boeing à baisser toutes ses marges, ce contrat coutera plus cher qu'il ne rapportera, EADS était gagnant dans les deux situations qu'il perde ou qu'il gagne, en gagnant, Si eads ne gagnait rien au niveau des marges, il pouvait developpe...

le 25/02/2011 à 8:55
Signaler
Je pense que Boeing ne perdra aucun dollar, car il touchera des subventions "déguisées" de l'état américain.....

à écrit le 25/02/2011 à 7:39
Signaler
Les carottes étaient cuites depuis que Obama est devenu président. Pendant sa campagne électorale n'avait t'il pas dit que la préférence nationale devait jouer alors que son rival Mac Cain pronait que le meilleur gagne. EADS ayant gagné le contrat fu...

le 25/02/2011 à 10:54
Signaler
Un peu de protectionnisme redonne du moral aux citoyens et affaiblit le capitalisme financier ce n'est pas forcément négatif contrairement à ce que nous martèle à longueur de journée les médias libéraux et les institutions internationales!

à écrit le 25/02/2011 à 7:23
Signaler
Vous vous attendiez à une autre décision ? Soyons sérieux, l'armée américaine achète américain. C'est la moindre des choses! Et beaucoup d'autres pays font de même chez eux.

le 25/02/2011 à 8:34
Signaler
Ce n'est pas totalement vrai: le contrat de la fourniture des repas pour l' armée US a été re-confié a Sodexo, qui est Frenchie jusqu' a nouvel ordre (ça représente des milliards)

le 25/02/2011 à 9:04
Signaler
Oui, mais ce n'est pas vraiment de la technologie!

le 25/02/2011 à 10:55
Signaler
oui, mais c'est un contrat de plusieurs milliards sur 8 ans confié a des Français...ça aurait pu être des Canadiens, Allemands ou Anglais. Et puis si c'est pas de la technologie c'est quand même de la logistique et signe de confiance dans une société...

à écrit le 25/02/2011 à 6:26
Signaler
Il n'est pas si surprenant que les Américains achètent des avions américains. Le vrai problème tient plutôt à ce que les européens sont incapables d'appliquer à leur tour une préférence européenne et financent et achètent des F35 alors qu'ils produis...

à écrit le 25/02/2011 à 6:10
Signaler
AH, le protectionisme!!

à écrit le 25/02/2011 à 4:48
Signaler
Celui qui a dit chez EADS que la remise consentie était suffisante pour emporter le morceau doit s'en mordre les doigts !!! Cela dit, qui va s'étonner que ce soit Boeing le vainqueur !!! Les américains sont chauvins et arrogants, nous y sommes habitu...

le 25/02/2011 à 6:53
Signaler
Si vous saviez le nombre d'entreprises non pas seulement européennes mais françaises qui travaillent pour Boeing, vous seriez surpris. Par exemple, rien que pour le Dreamliner, Messier-Dowty, Dassault, Thales, Labinal, Messier-Bugatti , Latécoère. Il...

le 25/02/2011 à 6:56
Signaler
Exact. Il a toujours été diificile de leur vendre des produits. La démarche inverse a toujours été plus facile a réaliser. Surtout dans un domaine écnonique actuel.

le 25/02/2011 à 7:15
Signaler
Permettez moi d'ajouter le plus important : Safran qui produit les moteurs du Boeing 737 depuis des lustres et a gagné des milliards sur cette ligne de produit

le 25/02/2011 à 8:10
Signaler
je m'étonnes de la naïveté des médias et même d EADS d avoir pu penser qu'ils mettraient la main sur ce contrat ; Ceci étant dis je suis d'accord avec les commentaires de Ben sur le fait que ce contrat bénéficiera aussi a des entreprises françaises e...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.