Les problèmes du Boeing 787 vont-ils pousser Airbus à renoncer aux batteries lithium-ion sur l'A350 ?

 |   |  490  mots
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : BLOOMBERG NEWS)
En raison des problèmes rencontrés par Boeing sur le B787, Airbus étudie l'éventualité de renoncer aux batteries au lithium-ion pour en adopter de plus traditionnelles sur A350 selon Reuters. L'avionneur avait déjà indiqué il y a une semaine qu'il disposait d'un plan B.

Y aura-t-il des batteries lithium-ion sur l'A350 comme prévu ? Trop tôt pour le dire et l'enquête en cours sur les problèmes de batteries rencontrés par Boeing sur son B787 sera déterminante. Selon l'agence Reuters qui cite "des sources au fait du dossier", Airbus étudie néanmoins l'éventualité de renoncer aux batteries au lithium-ion pour en adopter de plus traditionnelles sur A350. Le secteur de l'aéronautique se demande plus généralement si cette technologie puissante et légère, mais aussi fragile est bien arrivée à maturité, ont ajouté les sources.

"C'est peut-être bien l'avenir mais pour l'heure c'est une question de maturité. Les informations sur les deux incidents n'ont rien de rassurant", a expliqué un expert à Reuters. Les deux incidents en question sont ceux observés sur un B787 de JAL à Boston le 7 janvier et au Japon sur un appareil d'ANA le 16 janvier. Alors qu'une batterie a été sérieusement endommagée dans les deux cas, les enquêteurs n'ont toujours pas trouvé la cause du problème. Les enquêteurs ont des doutes sur le processus de certification. Pour tenter d'y voir plus clair, les autorités américaines ont autorisé Boeing à reprendre des vols d'essais.

Plan B pour l'A350

Un porte-parole d'Airbus a indiqué que l'avionneur étudierait et évaluerait les conclusions de l'enquête en cours sur le Dreamliner. "N'allons pas plus vite que la musique", a-t-il déclaré. La semaine dernière devant les journalistes de l'AJPAE (association des journalistes professionnels de l'aéronautique et de l'espace) le président d'Airbus, Fabrice Brégier, avait indiqué qu'en cas de changement dans la réglementation, l'avionneur européen disposait d'un plan B et de temps pour y répondre. "Nous avons étudié avec beaucoup de précaution l'intégration de ces batteries dans l'A350", avait-il indiqué. "On avait identifié cette fragilité dès le départ du développement et nous pensons l'avoir levée il y a environ un an. Rien ne nous empêche de ressortir un plan classique qu'on a étudié en parallèle". Il y a près d'un an, Airbus avait fait état des risques liés à ces batteries.

Les experts disent toutefois que si l'enquête sur le 787 n'apporte pas rapidement des réponses claires, l'avionneur européen risque de devoir opter pour une solution alternative afin de parer à tout risque potentiel. 

Premier vol de l'A350 cet été

Alors que sa mise en service est prévue au deuxième semestre 2014, l'A350 doit effectuer son premier vol cet été. Revenir aux batteries nickel-cadmium reviendrait à sacrifier le gain de poids du lithium-ion, équivalent à bord à un passager homme adulte pour 270 à 350 passagers et une cargaison. Pour autant,
cette économie de poids reste minime par rapport aux 40 tonnes en moins de l'A350. "Le surpoids est vraiment un moindre mal si on le compare aux risques associés au lithium-ion", dit Nick Cunningham, analyste d'Agency Partners à Londres.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2013 à 15:46 :
On espère que la technologie lithium-ion n'a pas été choisie par Renault pour ses voitures électriques. Tout comme la technologie novatrice du multiplexage qui a tant coûté en terme d'image de fiabilité aux voitures françaises.
a écrit le 10/02/2013 à 4:39 :
Les problemes de batteries sont lies a un defaut de supervision de conception de technique innovative et les certifications de tests agrementes par une commission de professionels.Si A350 doit assurer une conformation approprie de securite de batteries avec des anciennes techniques qui s' averent conformes a la securite du Faa.Et avec cela rallonger son rayon d'action a 15000 kilometres operationels alors A350 aura un atout majeur de succes de marketting assure.Nous savons que le succes des normes de securite est la carte de visite essentiel du succes d'un marketting d'un produit et peut etre Boeing est entrain d'y payer le prix
des atermoiements de contrefacon illegitime
Réponse de le 10/02/2013 à 12:21 :
Encore un expert.....
a écrit le 09/02/2013 à 17:20 :
Le problême a été localisé en début d'exploitation ... un moindre mal ! Imaginez un feu batterie dans les régions polaires avec 300 passagers.... ! Juste quelques milliards de Dollars qui vont s'envoler avec les fumées des batteries.... ! ;-) Mais le problème est passionnant et j'adorerais être petite souris dans les "Engineering Electrical Systems Department" de Boeing et d'Airbus ..... !
Réponse de le 09/02/2013 à 18:52 :
Renardvolant, vous avez loupé le début de l'affaire, on dirait. ANA avait déjà remplacé DIX batteries alors que leur durée de vie considérée normale est de deux ans. Soit, Boeing était BIEN au courant du souci avant les deux incendies. Ils ont donc laissé trainé le problème de façon CONSCIENTE.
Réponse de le 09/02/2013 à 20:28 :
Merci Yvan pour votre complément d'information; je savais qu'il avait eu des incidents concernant les batteries avant les 2 feu batteries mais je n'en connaissais pas le nombre. L'avantage du feu est que l'on ne peut le cacher.... d'autres types d'incidents batteries (bourssouflures de cellules, courts circuits partiels, fuites etc ..... ) peuvent l'être par contre.... ! De toute façon les choses sont remises à plat, les avions sont au sol (sauf les vols d'essai) et BOEING est dans l'obligation de trouver une solution .... !!
Réponse de le 10/02/2013 à 10:29 :
Sur des sites US on peut constater qu'ils ont déjà change plus d'une centaine de batteries avec des Pb differents a 16 000$ l'unite cela commence a faire...
a écrit le 09/02/2013 à 15:28 :
d' accord avec Dubois P pour NiMh . La question est d'en disposer à temps . C'est SAT , le fournisseur de batteries qui doit se bouger . La solution lithium-ion cobalt de Boeing est alèchante sur le papier mais relève d'une technologie non maîtrisée et dangereuse du fait de l'instabillité chimique en température , de la pureté de l'électrolyte requise qui ne peut pas être garantie et de la fragilité aux chocs et vibrations . Cessna a abandonné suite à un grave incident , Dassault ne veut pas en entendre parler .Le prochain à s' y risquer pourrait passer pour inconscient !
a écrit le 09/02/2013 à 14:05 :
entre le NiCad (beurk) et le lithium-ion (incertain), on dispose du NiMh (nickel-metalhybride, fiable et éprouvé)
a écrit le 09/02/2013 à 12:27 :
Si le gain est si peu important, pourquoi prendre le risque de le faire,
Réponse de le 09/02/2013 à 15:14 :
Bien vu, Gates. Et pourquoi donc, avec de multiples pépins, se concentrent-ils sur les batteries..?? Là, si nous pouvions connaître le contenu de la commande de Boeing à Thalés, nous aurions, je pense, le fin mot de l'histoire. Sachant qu'ils sont CERTAINEMENT en train d'étudier le reste du comportement de l'appareil Ainsi que comment faire payer un maximum de frais à Thalés. La suite dira si je me trompe ou...
a écrit le 09/02/2013 à 11:28 :
Dernière déclaration de Boeing : "Pour compenser l'augmentation de poids des batteries, nous avons décidé que les avions voleraient sans pilote."
Réponse de le 09/02/2013 à 17:22 :
Le 787 sera le premier drone commercial !
Réponse de le 09/02/2013 à 18:22 :
avant de passer directement à la version sans pilote, pourquoi ne pas passer au pilote en plastique, donc plus léger, comme les ailes ou le fuselage ?
a écrit le 09/02/2013 à 11:26 :
Je ne sais plus qui plaisantait en parlant de jeter un passager par dessus bord... Et pour les fuites de kérosène, ils en sont où, les gars..?? Ils ont mis des rustines..??
Réponse de le 09/02/2013 à 18:59 :
Il ne s'agit pas de fuite mais du contenu de kérozène en aval d'une vanne qui s'est purgé accidentellement.
Réponse de le 10/02/2013 à 11:50 :
à DG Seattle , semblez bien informé , et le parebrise fissuré , ils en sont où ?
a écrit le 09/02/2013 à 10:52 :
"étudie de renoncer"....et si on étudiait le français....
Réponse de le 10/02/2013 à 20:39 :
Heu... Ne pas manger des mots non plus... "Étudie l'éventualité de "....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :