Bercy - Défense, la guerre en coulisse

 |   |  542  mots
Jean-Yves Le Drian, ici à Gao/ Reuters
Jean-Yves Le Drian, ici à Gao/ Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2013. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
François Hollande a promis de maintenir le budget de la défense au niveau de 2013 dans la prochaine loi de programmation militaire. Mais le diable se cache souvent dans les détails...

Le match Bercy-Défense, c'est le « Clásico » du budget. Et en 2013, encore plus. Entre contraintes budgétaires, nouveau Livre blanc et loi de programmation militaire, c'est le match que le ministre de la Défense ne doit pas perdre pour ne pas endosser la responsabilité du décrochage de la France des pays disposant encore d'une autonomie d'intervention sur des théâtres extérieurs. En tant que supporter des « Merlus » (FC Lorient), Jean-Yves Le Drian le sait bien. Le match a été âpre et pas toujours fair-play.
Pour convaincre François Hollande, les deux camps ont recruté haut de gamme : la direction du Budget a convaincu le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, de la justesse de ses coupes tandis que les arguments en faveur d'une filière industrielle performante de l'Hôtel de Brienne ont séduit l'autre Bercy, à savoir le ministre du Redressement productif, Arnaud Montebourg, voire celui de l'Économie et des Finances, Pierre Moscovici, influencé par l'Agence des participations de l'État. L'APE voit d'un mauvais ?il la remise en cause de l'outil industriel qui serait destructeur de valeur pour l'État actionnaire. Pour l'heure, le match de l'année n'est pas fini : François Hollande n'a pas encore tranché sur l'ambition qu'il souhaite donner à la France à travers son armée et son industrie de défense. Le conseil de défense du 10 avril, qui devait être décisif, ne l'a finalement pas été.

Des ressources (très) exceptionnelles

Une chose est sûre, Bercy ne renonce jamais. Surtout quand il s'agit de trouver des dépenses faciles à couper pour gagner un combat budgétaire difficile. Même si c'est au détriment du ministère de la Défense et, au-delà, d'une vision à long terme de la place de la France dans le monde. Il y a peu de temps, Bercy - ou plus exactement son administration - avait bel et bien repris la main lors du conseil de défense du 10 avril avec la complicité du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault. Pourtant, le 28 mars, lors de son intervention télévisée, le président François Hollande avait tranché. Entre de nécessaires économies et les menaces pesant sur la France, le chef de l'État avait choisi de maintenir le budget de la Défense tout au long de la prochaine loi de programmation militaire (2014-2019) au niveau de celui de 2013. Soit 31,4 milliards d'euros par an.
Mais Bercy, toujours avec la complicité de Matignon, a su trouver le 10 avril les arguments pour faire hésiter le président. Le ministre en charge du Budget, Bernard Cazeneuve, n'est pas revenu sur la promesse présidentielle des 31,4 milliards d'euros en 2014, mais a inclus 1,9 milliard d'euros de ressources exceptionnelles (REX). Soit un budget de 29,5 milliards d'euros, auquel l'Hôtel de Brienne peut ajouter 1,9 milliard d'euros de REX... très hypothétiques. Une nuance de taille pour la défense qui, pour le coup, ne se fait aucune illusion sur l'existence de ces ressources extrabudgétaires. Surtout quand on sait que les REX du budget de 2013 étaient déjà inscrites au budget... de 2009. Trouver 1,9 milliard pour le budget 2014 est pratiquement une mission impossible, sauf à vendre des participations de l'État actionnaire. C'est ce que recommandent les sénateurs, et l'APE.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/04/2013 à 13:41 :
"Trouver 1,9 milliard pour le budget 2014 est pratiquement une mission impossible, sauf à vendre des participations de l'État actionnaire." Là on voit l'étroitesse d'esprit du rédacteur de l'article. le budget de l'état c'est 1100 milliards. Si sur ce budget on est incapable d'en réaffecter 0.2%, c'est que nos dirigeants sont des incapables. Ils feraient mieux de s'attaquer aux branches parasites du budget dont les dépenses ne cessent de croitre.
a écrit le 24/04/2013 à 13:24 :
Bonjour, il faut bien savoir que l'industrie de défense apporte des emplois en France, la recherche apports toujours une avancer au niveau développement technologique.... Bercy ne comprend pas en plus que chaque achats de nos armée est facturé avec la TVA et que pas cette état de faite 19/100 du budget achat de matériel retourne dans les caisse de l'état... Comme toujours nous somme incapable de voir plus que le bout de sont nez car ci nous développons des matériel performent nous pourrions avoir espoire de les vendre à l'exportation....( Allemagne est le bonne exemple). Ensuite cela donne du travail au industrie de défense donc au français.... Mais comme toujours la logique n'est pas un argument immédiat. Pauvre France.
Réponse de le 24/04/2013 à 17:26 :
la France continue à être et rester 4ième exportateur d'armes au monde derrière l'Allemagne. Seulement voilà, la GB en cinquième position a sautée pour être remplacée par la Chine (exit donc du TOP5). Les coupes budgétaires drastiques dans le budget anglais y sont sans doute pour quelque chose. Voilà ce qui attend la France : déclassement mondial, perte d'influence, perte de crédibilité, perte de richesse, perte d'emplois, perte de l'outil militaire (extrêmement long à acquérir mais très rapide à perdre...). Pour quoi ? Pour avoir des "beaux chiffres" décidés par des incapables obnubilés par leur côte de popularité avec une vision à court terme. Déplorable de bêtise, pourquoi sont-ils aussi décalés du monde ?
a écrit le 24/04/2013 à 13:15 :
Paroles, paroles et foutage de gueules sont les 2 mamelles de ce Gouvernement avec Flamby en tete de gondole pour le retro pedalage...
a écrit le 24/04/2013 à 9:45 :
et puis la guerre devait durer letemps d'une "bricole", mais, hélas, cela va durer plus que prévu! paroles...Parooolllleeeeesssss !! ils ne sont capables que de blablas !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :