Le gouvernement lance la privatisation de Nexter

 |   |  344  mots
Vers un rapprochement des constructeurs de chars Leclerc (Nexter) et Leopard (Krauss-maffei Wegmann)
Vers un rapprochement des constructeurs de chars Leclerc (Nexter) et Leopard (Krauss-maffei Wegmann) (Crédits : reuters.com)
Dans le projet de loi pour la croissance et l'activité présenté mercredi par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, un volet de ce texte facilite le rapprochement entre les deux groupes de défense terrestre Nexter et l'allemand Krauss-Maffei Wegmann.

C'est relativement passé inaperçu... Pourtant c'est inscrit noir sur blanc dans le projet de loi pour la croissance et l'activité présenté en conseil des ministres ce mercredi par le ministre de l'Economie, Emmanuel Macron, qui a jeté dans la rue des milliers d'avocats, notaires ou huissiers de justice pour manifester contre le projet de libéraliser les conditions de leurs activités et de réviser à la baisse leurs tarifs.

Parmi les mesures souhaitées par Emmanuel Macron, ce projet comprend un volet relatif à la mobilisation du portefeuille de participations de l'état. Des dispositions vont permettre d'accompagner des projets industriels d'entreprises publiques. Et ce projet de loi "autorise en particulier le gouvernement à mettre en œuvre le projet de rapprochement entre l'entreprise publique française Nexter et l'entreprise allemande KMW (Krauss-Maffei Wegmann, ndlr)", a expliqué le ministère de l'Economie.

La création d'un leader européen

Annoncé le 1er juillet 2014, cette opération permettra "de créer un leader européen de l'armement terrestre, bénéficiant des compétences et savoir-faire complémentaires des deux entreprises et disposant d'une envergure suffisante pour assurer son développement, notamment à l'export", a précisé Bercy. Pour réaliser cette opération entre Nexter et KMW, l'Etat français devra passer par une loi de privatisation de Nexter. Avec ce texte présenté par Emmanuel Macron, c'est la première étape.

Si les fiançailles entre Nexter et KMW sont consommées, les deux sociétés vont créer vers le mois d'avril un leader européen avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 1,7 milliard d'euros (795 millions pour KMW et 787 millions pour Nexter en 2013). Devant Rheinmetall (1,5 milliard en 2013) mais derrière BAE Systems (3,5 milliards pour l'ensemble de ses activités y compris nord-américaines) et surtout le leader mondial, l'américain General Dynamics (6,1 milliards). "Nexter Systems et KMW, ensemble, seront plus forts, et deviendront même le premier acteur au niveau européen, le quatrième au niveau mondial", avait assuré en juillet dernier le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/12/2014 à 13:43 :
Il faut savoir que le gouvernement laisse cette entreprise publique, depuis 20 ans..... Sans réforme n'y relance de la production..... Encore quelque chose de très mal géré pas les gouvernements de droite et de gauche..... Bon sûrement que l'entreprise vas m'être la main sur tous nos brève et licencier tous de beau monde....souvent des fonctionnaires au reclassement garantis et peut travailleurs..... ( malheureusement) espérons que cela ne sera pas trop en défaveur de notre pays.....
a écrit le 11/12/2014 à 20:38 :
ça sent le plan social dans un ou deux an(s) chez NEXTER !!!
Que de regrets et de tristesse quand on regarde les choix de nos politiques avec GIAT : Fermeture des arsenaux, pertes de savoirs faire uniques (munitions de petit calibre, fusils d'assauts,...) et j'en passe !
a écrit le 11/12/2014 à 11:25 :
Et encore une entreprise Française qui va disparaitre !
a écrit le 11/12/2014 à 10:15 :
L article oubli de dire que la nouvelle entité sera de droit Hollandais, ehhh oui, Macron doit trouver qu on paye trop d impots en France ^^
a écrit le 11/12/2014 à 9:11 :
La question est de savoir qui sera le patron et je devine que ce seront les Allemands puisque rien n'est dit sur ce point. Les usines et les ingénieurs finiront en Allemagne. C'est la débâcle sur tous les fronts.
a écrit le 11/12/2014 à 8:56 :
Nous le sommes déjà. Permettre au pays de s'endetter à près de 100%, c'est forcément donner le pouvoir à ceux qui nous prètent de l'argent : les pays non endettés, les spéculateurs, les banquiers, les entreprises.
a écrit le 11/12/2014 à 6:52 :
Encore une braderie de nos compétences pour faire plaisir à Angela. Bientôt nous serons totalement dépendants.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :