Et Nexter trouva enfin une fiancée européenne

 |   |  692  mots
Les chars Leclerc et Leopard bientôt réunis sous le toit d'une société commune franco-allemande
Les chars Leclerc et Leopard bientôt réunis sous le toit d'une société commune franco-allemande (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2012. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)
Le groupe public détenu à 100 % par l'Etat et l'allemand Krauss-Maffei Wegmann ont annoncé leurs fiançailles ce mardi. Ils vont créer le numéro un européen du secteur de l'armement terrestre.

Pour une surprise, c'est une surprise ! L'Etat a enfin tordu le cou à un vieux serpent de mer qui courait depuis près de dix ans environ dans l'industrie de l'armement terrestre, une alliance européenne pour Nexter. A quelques jours d'un quart de finale aux couteaux entre la France et l'Allemagne lors de la Coupe du Monde au Brésil, la société publique détenue à 100% par l'Etat et le groupe familial allemand Krauss-Maffei Wegmann (KMW) ont annoncé leurs fiançailles en vue de créer le leader européen de l'armement terrestre (devant BAE Systems sans ses filiales américaines).

Les deux groupes ont signé un "Head of Agreement" (HoA) non engageant ce mardi au ministère de la Défense en présence de Jean-Yves Le Drian. Ce document décrit notamment la gouvernance et les grands principes de la future société commune qui accueillera les actifs de Nexter (mais pas SNPE) et de KMW. Les deux PDG, Philippe Burtin (Nexter) et Frank Haun (KMW) sont, lors d'une période transitoire de trois à quatre ans, pressentis pour devenir les coprésidents du directoire de la future société commune, dont le siège social pourrait être situé aux Pays-Bas, en "terrain neutre". Enfin, la France a déjà semble-t-il l'assurance de la commission européenne de ne pas bloquer cette opération. "Nous avons la certitude qu'il n'y aura pas de blocage du fait de position dominante" de ce nouvel acteur, assure-t-on dans l'entourage du ministre.

Une première pierre à l'édifice

Cet accord, "une première pierre à l'édifice", conduira dans neuf mois, espère-t-on dans l'entourage du ministre de la Défense, à la création d'une société commune entre KMW et Nexter. Il y a eu une "volonté d'arriver à un schéma équilibré", explique-t-on au sein du ministère. Cette société sera détenue à parts égales par l'Etat français, via la holding de Nexter, Giat, et la famille Bode-Wegmann (38 actionnaires). L'Etat détiendra en outre une golden share pour protéger certaines activités stratégiques (système d'armes et activités munitionnaires) de Nexter.

Pour réaliser cette opération, l'Etat devra passer par une loi de privatisation de Nexter. Parallèlement, les négociateurs auront donc environ neuf mois pour se faire une idée précise de la situation des deux sociétés (phase de "due diligence"), voire définir une soulte pour parvenir au principe intangible du 50-50 (une condition suspensive à cet accord), et, enfin, achever la constitution de la nouvelle société. "On ne vend pas Nexter, on adosse Nexter", précise-t-on au sein du ministère, qui rappelle que les deux sociétés ont à peu près la même taille.

Un nouveau leader européen

Si les fiançailles sont consommées, les deux sociétés vont créer vers le mois d'avril un leader européen avec un chiffre d'affaires de l'ordre de 1,7 milliard d'euros (795 millions pour KMW et 787 millions pour Nexter en 2013). Devant Rheinmetall (1,5 milliard en 2013) mais derrière BAE Systems (3,5 milliards pour l'ensemble de ses activités y compris nord-américaines) et surtout le leader mondial, l'américain General Dynamics (6,1 milliards). "Nexter Systems et KMW, ensemble, seront plus forts, et deviendront même le premier acteur au niveau européen, le quatrième au niveau mondial", a assuré le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian.

Cette opération devrait permettre aux deux groupes de développer ds synergies de "quelques dizaines de millions d'euros", notamment en mettant en commun les achats et la Recherche & Développement (R&D). En outre, elle devrait permettre de proposer à l'exportation une gamme de produits plus cohérente et, surtout, éviter une guerre fratricide entre les deux groupes. "A la fin d'une compétition, il y avait souvent un mort et un grand blessé, souligne-t-on au ministère. Les deux groupes détermineront quel est le véhicule qui répond le mieux aux besoins du client". En attendant la société commune, Nexter et KMW ne se feront pas de cadeaux à l'export, notamment au Qatar et sur d'autres terrains de chasse.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/07/2014 à 17:05 :
Comme annoncé depuis longtemps sur ce fil, le char Leclerc est vendu aux allemands. En deux partie peut-être, mais vendu. Il en va ainsi dans les accords qui verront Airbus divisé en deux parties l'une civile avec les avions pour la France et l'autre militaire avec les tanks, avions de combat et autres pour les allemands. Tout le spatial reste français. Toute la question est celle de la méthodologie de mise en oeuvre de cet immense chantier. La France devrait gagner les petits sous-marins allemands via DCNS. Les anglais récupéreront les seuls hélicoptères de toute l'Europe avant qu'ils nous reviennent à nouveau transformés. BAE sera fusionné d'une façon ou d'une autre à Airbus. Chacun bien entendu s'engage à acheter le matériel des autres dont il a la charge. Le 14 juillet aura une drôle d'allure en faisant défiler des chars allemands sur les Champs-Elysées. Il est vrai que cette commémoration républicaine n'a plus beaucoup d'intérêt.
a écrit le 06/07/2014 à 16:40 :
Bon cela n'est pas un mal pour notre industrie de l'armement que et au plus mal, la gestion de l'état pose vraiment de problème sur sou efficacité, NEXTER ne vent plus rien a l'exportation, soit nous fabriquons de très mauvais matériel, ou les grand patron du publique sont extrêmement mauvais.... Bon nous avons abandonner une par importante de notre industrie terrestre au allemand, qu'avons nous récupérer, les chantier maritime allemand, ou une par importante de FOKKER, ou somme nous comme toujours les grand perdant de cette histoire.... Bon espérons que cette entité industriel sera profiter au mieux des deux pays....
a écrit le 02/07/2014 à 14:35 :
Le fabricant du leclerc et du léopard faisant cause ensemble
a écrit le 02/07/2014 à 12:04 :
Ca c'est plutôt une bonne nouvelle pour le contribuable : NEXTER est public et gagne très peu ou pas d'argent.
Réponse de le 02/07/2014 à 16:00 :
Comme d'habitude, vous êtes à côté de la plaque. Nexter gagne de l'argent depuis plusieurs années...
a écrit le 02/07/2014 à 11:27 :
Donc une Famille Allemande va détenir 50% de l'industrie de l'armement terrestre (munitions, artilleries, blindés). De plus, nos fournisseurs et sous traitants Français ont du souci à se faire car les châssis, les moteurs et les caisses des blindés ont de grande chances d'être fournies par Mercedes Unimog (RTD n'a plus qu'a bien se tenir) etc...j'ajoute qu'il n'ont pas de SMIC et qu'il utilise des ouvriers des pays de l'est dans leurs usines: cela ne va pas être facile de les concurrencés avec nos personnels maison payés dignement et dont certains ont des statuts étatiques. Et je ne parle de la perte de souveraineté de notre pays... plus globalement, ou travaillerons nos enfants?
Réponse de le 10/07/2014 à 17:09 :
Le char Leclec devient allemand et le sera à 100%. Mais il faut dire qu'il ne sert plus à grand chose avec l'avancée des drônes. L'idée est de vendre des chars massivement aux pays moins évolués pendant qu'ils en veulent encore. Par ailleurs les allemands ont désormais un smic.
a écrit le 02/07/2014 à 8:57 :
il était étonnant de ne pas avoir eu droit à des déclarations fracassantes de notre ministre montebourg pour le succès de cette création d'un "airbus" de l'armement terrestre.
En fait il s'agit d'une privatisation : on comprend mieux le silence gêné du ministre
a écrit le 02/07/2014 à 8:55 :
enfin une bonne nouvelle à priori. Les nations d'Europe doivent unir leurs moyens pour créer des champions de la défense et peser face aux USA, comme elles ont su le faire dans le passé avec Ariane et Airbus, avant que ces deux bijoux ne deviennent également anglosaxons via les fonds US au capital de la société mère cotée.
Réponse de le 02/07/2014 à 9:06 :
Comme je ne laisserai pas un barbier me raser si nous sommes fâchés, je n'abandonnerai pas mes industries stratégiques à l'étranger ou au secteur privé, assurant ainsi mon indépendance en toute circonstance...
a écrit le 02/07/2014 à 8:25 :
Ne vendons pas la peau de l'ours, avant de l'avoir abattu.

C'est en fait c'est une mission de recherche.
Etant la nature très différente des 2 groupes, il n'est guère certain qu'un regroupement se fasse vraiment.
a écrit le 02/07/2014 à 2:09 :
Et une entreprise française en moins, une !
Réponse de le 02/07/2014 à 14:15 :
A une entreprise française peu rentable et de taille trop modeste, je préfère une entreprise européenne plus compétitive. D'autant que l'accord capitalistique préserve les intérêts de l'Etat français
Réponse de le 02/07/2014 à 21:51 :
Mais bien sur, c'est vrai qu'il n'y avait pas d'autre société en France comme RTD/Panhard pour assurer une consolidation efficace du secteur avant d'attaquer efficacement le marché européen, une taille critique et une vraie complémentarité des gammes (parce que là, c'est plutôt des concurrents directs, donc une source de coupes claires, de réduction de gammes et de licenciements...). Quant à l'indépendance des approvisionnements français, il sera trop tard quand on y pensera. Et pour la préservation des intérêts de l'Etat Français, celui-ci est incapable de gérer ses participations et d'accompagner le développement des entreprises dans lesquelles il détient une participation. Alors bof, bof, bof...
a écrit le 02/07/2014 à 0:50 :
Donc le prochain char de bataille sera franco-allemand.
a écrit le 02/07/2014 à 0:09 :
Enfin quelqu'un là-haut a fini par comprendre. Espérons qu'il y aura des suites. Aussi pour info l'Europe c'est pas seulement l'Allemagne. Il y a aujourd'hui 28 pays dans l'EU où nous pouvons trouver des partenaires pour nos entreprises.
a écrit le 01/07/2014 à 19:54 :
Quand l'Allemagne fait nos affaires alors elle devient un pays frère, bienveillante sur la construction européenne et patati patata. Il ne suffit de demander pour qu'on serre la ceinture et elle devient notre ennemie publique No. 1. Quand on arrêtera d'être un peuple de râleurs alors on ne sera plus des Français, c'est sûr.
a écrit le 01/07/2014 à 19:23 :
Excellente nouvelle si elle se concrétise !

Mais après avoir consolidé son industrie de défense, il faudrait que l'Europe se demande si c'est très intelligent d'entretenir 28 armées, avec 28 administrations et 28 acheteurs, qui toutes prises individuellement sont trop petites pour avoir la moindre vraie influence.

À un moment donné, il faudra lâcher les nationalismes de bas étage, et comprendre que notre destin est inéluctablement commun. Historiquement et rationnellement.
a écrit le 01/07/2014 à 19:15 :
voilà une bonne nouvelle dans le cadre d'une Industrie européenne on peut par contre être remonté de voir une nouvelle fois un siège positionné en Hollande, un pays qui accueille de la matière financière sans débourser un euro. La fiscalité hollandaise identique depuis des décennies montre que nos artistes des assemblées nationale et sénat nos ignorants du monde économique font que la Hollande draine les sièges.
Réponse de le 01/07/2014 à 19:59 :
Au sujet des Pays-Bas et de leur régime fiscal : Tout cela peut changer très vite.

Auriez vous cru il y a 10 ans que les pays de l'OCDE allaient forcer la main des paradis fiscaux pour leur faire abandonner le secret bancaire ?
a écrit le 01/07/2014 à 19:13 :
Il faudrait quantités de constitutions de Groupes de ce Type en Europe, pour etre fort sur tous les marchés du monde, mutualiser et décupler les budgets de recherches dispersés, produire mieux et moins cher gràce à de grandes séries.
Réponse de le 01/07/2014 à 22:48 :
Je ne pense pas qu'on puisse aller beaucoup plus vite que ce qui a etait fait en 70 ans. Surtout en cette periode de scepticisme. Chaque chose en son temps.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :