Airbus : les trois clés pour comprendre la perte de près de 1,8 milliard en 2019

 |   |  695  mots
Airbus peut se réjouir du niveau de prises de commandes qui ont progressé à 81,2 milliards d'euros en 2019 (55,5 milliards d'euros en 2018),
Airbus peut se réjouir du niveau de prises de commandes qui ont progressé à 81,2 milliards d'euros en 2019 (55,5 milliards d'euros en 2018), (Crédits : Regis Duvignau)
Surprise, surprise... Airbus a enregistré une perte de 1,75 milliard d'euros en 2019. Le constructeur européen paie cash les affaires de corruption, les nouveaux déboires de l'A400M (réévaluation du potentiel court terme à l'export) et l'interdiction d'exporter vers l'Arabie Saoudite par l'Allemagne.

Airbus a bu la tasse en 2019. Ce n'était pas attendu mais tactiquement, pour Guillaume Faury porté à la tête d'Airbus en avril 2019, c'est bien joué. Car il solde à la fois de façon très classique et opportunément le passé, tout le passé, notamment les affaires de corruption (3,6 milliards d'euros de pénalités), dont le calendrier s'est révélé parfait pour le patron d'Airbus, et, enfin (?), les déboires de l'A400M (charge de 1,2 milliard d'euros). Résultat, le géant européen a affiché une perte nette de 1,75 milliard d'euros en 2019 (contre un bénéfice de près de 4 milliards en 2018).

Une situation qui lui permet de ne pas fanfaronner face aux déboires de Boeing avec le 737 MAX (perte de 636 millions de dollars en 2019) et, donc, de faire, tactiquement, profil bas. "Nous ne nous réjouissons pas" de la situation de Boeing, la sécurité des passagers est une affaire de confiance et elle concerne tous les constructeurs, a rappelé Guillaume Faury. Pour autant, Airbus peut se réjouir du niveau de prises de commandes qui ont progressé à 81,2 milliards d'euros en 2019 (55,5 milliards d'euros en 2018), portant la valeur du carnet de commandes consolidé à 471 milliards d'euros fin 2019 (460 milliards fin 2018).

 1/ L'EBIT prend une belle claque

Airbus a dynamité et éparpillé son bel EBIT ajusté (comprendre le résultat opérationnel avant les "ajustements", soit les pénalités, les provisions et autres joyeusetés), qui s'est élevé l'année dernière 6,94 milliards (5,8 milliards en  2018). Résultat, l'EBIT reporté à 1,4 milliard d'euros (contre 5 milliards en 2018) prend une belle claque. Sans tous les "ajustements" conjoncturels, Airbus dégage "une bonne profitabilité", a noté Guillaume Faury. Dans ce cadre, a-t-il annoncé, "notre confiance dans notre aptitude à continuer de croître durablement nous amène à proposer le versement d'un dividende de 1,80 euro par action". Soit une hausse de 9% par rapport au dividende de 2018.

Tous ces "ajustements" coûtent quand même à Airbus la bagatelle de 5,6 milliards sur son EBIT : 3,6 milliards de pénalités liées aux affaires de corruption, 1,2 milliard de charges liées au programme d'avion de transport militaire A400M, 221 millions d'impacts aux suspensions des licences d'exportation de matériel de défense vers l'Arabie Saoudite par l'Allemagne, 170 millions d'impacts liés à l'écart de comptabilisation des paiements avant livraison en dollars et aux réévaluations bilancielles, 103 millions d'impacts liés au plan de restructuration de Premium Aerotec (aérostructures) et, enfin, 101 millions d'euros de coûts divers, incluant les coûts de compliance (conformité).

2/ Livraison record d'avions commerciaux

Le chiffre d'affaires consolidé a progressé à 70,5 milliards d'euros (63,7 milliards en 2018), reflétant "essentiellement la hausse des livraisons et un mix favorable au sein d'Airbus, ainsi que, dans une moindre mesure, l'évolution favorable des taux de change", a expliqué Airbus. Airbus a livré "un nombre record d'avions commerciaux", a expliqué  Guillaume Faury. Soit 863 en 2019 (48 A220, 642 avions de la famille A320, 53 A330, 112 A350 et 8 A380) contre 800 en 2018. Airbus Helicopters a enregistré un chiffre d'affaires stable (6 milliards), soutenu par la croissance du volume d'activité de services, qui a compensé une baisse des livraisons à 332 hélicoptères (356 unités en 2018). Le chiffre d'affaires d'Airbus Defence and Space est globalement stable par rapport à l'exercice précédent (10,9 milliards, contre 11 milliards en 2018)

3/ Le cauchemar de l'A400M continue

A400M : d'année en année, la direction d'Airbus promet la fin du cauchemar A400M. Et d'année en année, le cauchemar continue. Si tout va beaucoup mieux sur le programme lui-même - 14 avions de transport militaire livrés en 2019 -, Airbus a dû prendre une nouvelle charge liée à la révision des prévisions de contrats d''export pour l'A400M. Alors que le programme a été remis à plat et que le développement des capacités techniques progresse "à bon rythme", selon Airbus, le constructeur a constaté  que les ambitions d'exportation "s'avèrent de plus en plus difficiles à atteindre pour la phase contractuelle initiale, et ce, d'autant plus en raison de la prolongation répétée de l'interdiction d'exportation de l'Allemagne vers l'Arabie saoudite". Sur la période 2015-2018, Airbus a a été contraint de provisionner environ 5,5 milliards d'euros pour le compte de l'A400M.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 13/02/2020 à 14:04 :
Vieux comme le monde : un nouveau boss arrive , il plombe les comptes , fait baisser l'action et hérite de stock options artificiellemnt basses qui l'enrichiront encore plus à son départ .
a écrit le 13/02/2020 à 14:04 :
Article intéressant. Merci. La série sur l'a400m est toujours aussi intéressant. ce serait bien un article de fond sur cet accident industriel et commercial. On a hâte aussi de lire tout le mal sur l'oligarchie européenne qui fait en plus de la propagande anti-frexit et que nous génère chaque jour des citoyens un peu trop blasé.
Réponse de le 13/02/2020 à 19:25 :
On ne peu pas parler à mon avis d'accident industriel, ou du moins a ne pas mettre sur compte l'Airbus. Ce programme a du composer avec les désidératas de chaque pays participant, largage de para, atteressissage sur piste courte et mal carosser, ravitaillement hélico, etc. A cela s'est ajouté les différents protagoniste au projet industriel imposé par chacun des pays. Au final, c'est un gouffre,mais l'avion vole et se bonifie. L'accident aurait été que le programme soit abandonné.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :