Armement : l'Egypte se rapproche d'une nouvelle commande de Rafale et de corvettes Gowind

 |   |  421  mots
Pour la France, l'axe Paris/Le Caire reste très important au Proche et Moyen-Orient, une région marquée par un contexte géopolitique excessivement instable
Pour la France, l'axe Paris/Le Caire reste très important au Proche et Moyen-Orient, une région marquée par un contexte géopolitique excessivement instable (Crédits : Charles Platiau)
Florence Parly va en Egypte en fin de semaine. Elle va préparer la prochaine visite d'Emmanuel Macron prévue en début d'année pendant laquelle Le Caire pourrait signer de nouveaux contrats d'armement (Rafale et corvettes Gowind).

Pour la France, l'axe Paris/Le Caire reste très important au Proche et Moyen-Orient, une région marquée par un contexte géopolitique excessivement instable. Après avoir reçu en octobre à Paris le président Abdel Fattah al Sissi, Emmanuel Macron devrait d'ailleurs s'y rendre en début d'année prochaine, vers la fin janvier ou début février, selon nos informations.

Le Chef de l'Etat avait expliqué à son hôte qu'il tenait à poursuivre la relation de confiance entre l'Égypte et la France. C'est donc pour cela que la ministre des Armées, Florence Parly, a dans son agenda un déplacement en Egypte à la fin de cette semaine, qui va servir à préparer la prochaine visite au Caire du président français.

12 ou 24 Rafale en Egypte?

Outre les relations bilatérales, Abdel Fattah al Sissi devrait signer de nouveaux contrats en faveur des industriels de l'armement français. A l'image du Qatar qui a récemment levé une option de 12 Rafale, l'Egypte devrait également acquérir 12 ou 24 avions de combat français supplémentaires. Le nombre de Rafale est encore en discussion entre Le Caire et Dassault Aviation. En février 2015, l'avionneur avait signé au Caire sa première vente de Rafale à l'exportation (24 au total).

En tout cas, Bercy ne bloque plus les négociations à la demande de l'Elysée. Selon nos informations, c'est le ministre des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian qui est allé mi-novembre porter la nouvelle proposition française à Sissi à Charm el-Cheikh, où se tenait le forum de la jeunesse. Les deux hommes entretiennent de très bonnes relations empreintes de confiance. Les négociations entre l'armée égyptienne et Dassault Aviation ont commencé début 2016 pour l'achat des Rafale supplémentaires.

Deux nouvelles corvettes Gowind?

Naval Group est également dans les starting-blocks pour la vente de deux nouvelles corvettes Gowind de 2.400 tonnes, équipées de son système de combat, le Setis, après les quatre vendues en 2014. Deux corvettes qui pourraient être fabriquées à Lorient. Le Caire reste toujours très intéressé par cette acquisition.

Depuis trois ans, l'Égypte a lancé la modernisation de ses forces armées avec le soutien de la France. Paris s'est engagé à fournir de nouveaux équipements, en particulier à la force aérienne (24 Rafale, un satellite de télécoms militaire) et à la marine (quatre corvettes Gowind, une FREMM, deux BPC). Ce qui a représenté près de sept milliards d'euros (6,83 milliards) de contrats pour l'industrie d'armement française entre 2014 et 2016.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/12/2017 à 8:33 :
ah les pseudo experts "c'est nous qu'on va payer".
On pait rien du tout, l'état français se porte garant de l'Egypte au prêt des industriels français. Garant donc si l'Egypte ne peut pas payer, ce qui est improbable mais si ca devait arriver la France se retournerait ensuite contre l'Egypte et récupérerait probablement les avions impayés ce qui ferait la joie de l'AdA.
On attend une croissance de 6% pour ce pays l'année prochaine. On est à combien nous de ce coté là ?
a écrit le 13/12/2017 à 14:09 :
l'ardoise ça sera la France qui va payé le dindon de la farce
Réponse de le 13/12/2017 à 14:53 :
probablement l'Arabie Saoudite qui se sert de l'Egypte comme bouclier à sa disposition. L'Egypte est un pays menacé par les islamistes et qui doit être protégé à tout prix faute de quoi ce sera l'embrasement total de la région avec toutes les conséquences pour l'Europe.
a écrit le 12/12/2017 à 20:49 :
Crédit-vente financé par la France, c'est à dire nous et notre budget déficitaire qui, pour satisfaire l'Europe sera réduit en pompant les APL, en diminuant le rendement du livret A (qui est presque à 0) et en augmentant les impôts tout en disant que l'on fait l'inverse....enfin pour certains...😂
a écrit le 12/12/2017 à 12:52 :
Un pays qui importe une grande partie de sa nourriture et dont la population augmente de plus de 2 millions tout les ans !!! Qui paiera, le pays est en faillite sans l'aide des pays du golfe ? Une bombe à retardement comme toute cette région dont la population est aliéné par la religion.
Réponse de le 13/12/2017 à 13:21 :
l'Egypte me donne effectivement l'impression d'être une bombe à retardement. Sur un plan écologique, la situation du pays est difficilement tenable, notamment au regard de l'augmentation de population.
Réponse de le 14/12/2017 à 8:38 :
C'est vrai franchement c'est quoi ce pays désertique qui doit importer sa nourrir ? Comme je sais pas l'Arabie Saoudite ou le Qatar, la Chine qui sans etre désertique a finalement peu de terre arable.
a écrit le 12/12/2017 à 12:12 :
Encore des armes pour un pays pour le moins instable et sans moyens financiers. Au final, qui va payer ? Le contribuable français ?
Réponse de le 12/12/2017 à 17:26 :
Dans le contrat précédent, la France a accordé un crédit pour la moitié de la somme, l'autre moitié étant payé par l'Égypte (plutôt l'Arabie saoudite) . Donc pour ce nouveau contrat, on devrait aboutir avec des conditions de financement similaires. Du moment qu'ils payent leur crédit, ça ne posera pas de problème. De plus, ce pays ne peut pas sombrer, car si il sombre, c'est tout le moyen orient qui sombrera par migrants en millions et ça les gens du golfe payeront le nécessaire pour que cela ne se produise jamais...
Réponse de le 13/12/2017 à 8:17 :
Total vient de mettre a jour la presence d'un tres grand champ gazier dans le domaine maritime de l'Egypte. Cela represente la planche a billet de ce pays, et accessoirement du gaz pour vous de facon perenne.
Le contribuable francais ne paiera que le gaz.....au prix fort, s'entend.
Réponse de le 14/12/2017 à 8:43 :
@ matins calmes c'est pas total mais ENI.
Et les français payent le gaz aux memes prix que les autres sur le marché internationaux. Le reste il faut demander à l'état et compagnies gazières.
a écrit le 12/12/2017 à 8:53 :
La France va armer d'avantage ce Tyran ? Chef d un pays très instable dont l arsenale peut tomber entre les mains des islamistes en cas de coup d Etat
Réponse de le 12/12/2017 à 17:55 :
@Perplexe - on ne pilote pas un Rafale comme on conduit un pick-up.
Réponse de le 13/12/2017 à 8:52 :
@Pilote L'armée egyptienne et ses avions pourraient bientôt être controllé par un nouveau Colonnel soutenu par les islamistes.
Réponse de le 14/12/2017 à 8:48 :
"@Pilote L'armée egyptienne et ses avions pourraient bientôt être controllé par un nouveau Colonnel soutenu par les islamistes"
C'est bien mal connaitre l'Egypte ou l'armée est à couteux tirés avec les barbus. Les premiers tiennent le pays, les deuxièmes veulent le prendre. Et ils n'arrêtent pas de s'entretuer. Durant longtemps les barbus ont pu compter sur l'aide des puissances du golf qui y voyaient un moyen de lutter contre le panarabisme et Nasser. Aujourd'hui les choses sont très différentes, les barbus veulent des républiques islamiques, intolérables pour les monarchies du golf (sauf le Qatar).
Ensuite un rafale pourrait à peine à atteindre les cotes françaises et encore avec très peu d'armement. En meme pas 3 semaines de temps les rafale seraient cloués au sol par manque de pièces.
a écrit le 12/12/2017 à 7:15 :
La question est de savoir sur la somme de 6,83 milliards d'euros, qu'elle est la somme exactement remborcer..... Malheureusement notre pays ne peux pas vivre a crédit et encore moins accepter le non paiement des dettes.....

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :