ATDI, la PME française qui réussit... en Pologne

 |   |  539  mots
Le contrat remporté par ATDI permettra l'installation du GSM-R (Global System for Mobile Communications-Railways) sur l'ensemble du réseau ferroviaire polonais (transmissions, sécurité, wifi).
Le contrat remporté par ATDI permettra l'installation du GSM-R (Global System for Mobile Communications-Railways) sur l'ensemble du réseau ferroviaire polonais (transmissions, sécurité, wifi). (Crédits : DR)
La PME tricolore ATDI vient tout récemment de gagner deux contrats d'ingénierie (planification, documentation et géodésie) pour les chemins de fer polonais. Le montant du contrat s'élève à environ 10 millions d'euros.

Là où les grands groupes de la défense tricolores se cassent régulièrement les dents en Pologne, une petite PME française d'ingénierie inconnue du grand public s'y est très bien implantée. Là où Airbus, MBDA et Thales repartent la plupart du temps bredouillent, ATDI vient tout récemment de gagner deux contrats pour un montant d'environ 10 millions d'euros en Pologne, confie à La Tribune la vice-présidente d'ATDI en charge de la Pologne Agnieszka Slosarka. Soit autant que le chiffre d'affaire annuel de cette PME (50% militaire, 50% civil). Basée en plein cœur de Paris, cette pépite française conçoit, développe et commercialise des logiciels et des services couvrant les principaux domaines liés à la conception, la planification et l'utilisation des réseaux hertziens ainsi que des logiciels de communications tactiques.

En Pologne, ATDI a remporté deux contrats d'ingénierie (planification, documentation et géodésie) pour les chemins de fer polonais dans le cadre d'un appel d'offres de près de 530 millions d'euros gagné par un consortium composé de Nokia et de deux entreprises polonaises, l'électronicien Wasko et Pozbud, qui construit entre autres des pylônes. Thales fait partie des perdants... Ce contrat permettra l'installation du GSM-R (Global System for Mobile Communications-Railways) sur l'ensemble du réseau ferroviaire (transmissions, sécurité, wifi). Ce succès va faire "vivre quatre ans" ATDI Pologne, qui a embauché 20 ingénieurs pour ce contrat, précise Agnieszka Slosarka, qui est également présidente et actionnaire (8%) de la filiale polonaise (1 million de chiffre d'affaires). Enfin, elle vise très prochainement une troisième tranche de 1,5 million d'euros.

ATDI, une success-story en Pologne

"Nous avons bien trouvé notre place en Pologne", constate Agnieszka Slosarka. Le groupe ATDI continue ainsi sa progression sur le marché polonais. Ses logiciels de calcul et de gestion des fréquences sont déjà utilisés par les ministères de l'Intérieur, de la Défense, de la police et de la police des frontières polonaises ainsi que l'Agence nationale de fréquence et la Radio Nationale polonaise. D'une façon générale, ATDI s'adresse aux opérateurs de télécoms fixes, aux autorités de régulation, aux chaînes radio et de télévision, aux services de sécurité (pompiers et police), aux entreprises en charge de la conception de faisceaux hertziens, aux opérateurs de téléphonie mobile ainsi qu'aux fabricants et utilisateurs de systèmes radars et satellites (brouillage et guerre électronique). Par exemple, ATDI vient d'être associé à l'État chinois pour la conception de la stratégie de régulation par rapport à l'exposition aux ondes électromagnétiques.

Pourquoi une telle réussite en Pologne? ATDI, qui a déjà comme clientes les armées américaine, française et israélienne notamment, a bien su montrer son savoir-faire aux autorités polonaises, estime Agnieszka Slosarka : "Nous avons été très humbles et nous avons démontré la qualité de notre logiciel". En parallèle, ATDI a également lancé de très nombreuses coopérations avec le monde universitaire et militaire. Enfin, elle estime avoir recruté les meilleurs ingénieurs polonais dans le domaine du GSM-R. Ni plus, ni moins...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :