Boeing et Embraer finalisent leur rapprochement pour lutter contre Airbus

 |   |  419  mots
(Crédits : © Roosevelt Cassio / Reuters)
Embraer et Boeing ont finalisé les termes de leur accord en vue de l'acquisition par l'avionneur américain d'une participation de 80% dans la division d'aviation civile du groupe brésilien, dont la valeur a été relevée à 5,26 milliards de dollars.

Plus de cinq mois après la signature d'un protocole d'accord par Boeing et Embraer sur la prise de contrôle de l'avionneur brésilien par le géant américain, les deux constructeurs d'avions ont finalisé ce lundi 17 décembre les termes de leur accord visant à créer une coentreprise qui regroupera la division aviation civile et services d'Embraer et les activités de développement, de production, de commercialisation et de services après-vente de Boeing.

Boeing aura 80% de la coentreprise

Ce dernier détiendra 80% du capital de cette coentreprise dont la valeur a été augmentée de plus de 500 millions de dollars par rapport au projet initial, à 5,26 milliards de dollars (4,64 milliards d'euros).

Embraer a précisé qu'il s'attendait à recevoir trois milliards de dollars, après prise en compte des coûts de l'opération. Les autres termes de l'accord dévoilés ce lundi sont inchangés par rapport à juillet.

Coentreprise dans la défense

Avec cette coentreprise, Boeing entend couvrir toute la gamme d'avions commerciaux, allant des avions régionaux de 70 sièges aux très gros-porteurs de 450 sièges. Les deux groupes pourraient aller plus loin puisqu'ils prévoient de créer une autre coentreprise « pour promouvoir et développer de nouveaux marchés pour l'avion multi-missions KC-390 ». Selon les termes de la proposition de partenariat, Embraer détiendra une participation de 51% dans cette coentreprise, Boeing le solde.

Feu vert obligatoire du gouvernement brésilien

Cette opération doit encore être approuvée par le gouvernement brésilien, en raison du caractère stratégique d'Embraer et par les actionnaires de l'avionneur brésilien.

L'optimisme prévaut sur ce point, a dit une source proche des négociations. Le président sortant Michel Temer a indiqué qu'il laisserait la décision à son successeur, qui entrera en fonction le 1er janvier. Le président-élu Jair Bolsonaro s'est dit favorable à l'accord, qui est largement perçu comme une réponse de Boeing à l'alliance entre Airbus et le canadien Bombardier, principal concurrent d'Embraer.

Après ces annonces, le titre Embraer gagnait plus de 5% en début de séance à la Bourse de Sao Paulo, affichant la plus forte hausse de l'indice vedette Bovespa. Cela porte à quelque 9% sa hausse depuis le début de l'année contre +14,6% pour le Bovespa sur la période.

La semaine dernière, un tribunal fédéral brésilien a rejeté une ordonnance qui bloquait ce projet de rapprochement. Le tribunal avait été saisi par quatre parlementaires du Parti des travailleurs.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 18/12/2018 à 9:03 :
"Le président sortant Michel Temer"

Vous voyez la petite vérité que vous ne mettez pas ?

"Le président sortant, non élu et corrompu Michel Temer.

ON comprend pourquoi vous ne les mettez pas ces petits vérités mais comme le dit Nietzsche imaginez l'énorme mensonge que du coup vous générez...

"Des pots-de-vin qui ont arrosé tous les partis politiques: Au Brésil, les ramifications du scandale Odebrecht" https://www.monde-diplomatique.fr/2017/09/VIGNA/57836

Sinon il st évident que c'est une super affaire pour boeing qui déjà avec Trump voit sa puissance progresser de façon magistrale, n'en avait donc pas besoin, par ailleurs j'ai appris que boeing intelligemment investissait dans le voyage dans l'espace et que airbus est à la ramasse dans ce domaine.

Malgré les puissantes subventions européennes j'ai bien peur que airbus ne puisse pas survivre à la crise européenne.
a écrit le 18/12/2018 à 0:02 :
Boeing n'a pas besoin d'Embraer pour surpasser Airbus en qualité, fiabilité, innovations, technologies et confort.
Réponse de le 18/12/2018 à 17:20 :
Il semblerait que ci.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :