Boeing relève la tête en signant une commande géante de 200 B737 MAX

 |   |  382  mots
(Crédits : Hannah Mckay)
Alors que le B737 MAX est cloué au sol depuis mi-mars, Boeing a signé avec le groupe IAG (British Airways, Iberia, Vueling, Aer Lingus, Level) une intention de commande pour 200 737 MAX, dont les premiers exemplaires seront livrés à partir de 2022-2023. Il s'agit de la première commande de son moyen-courrier depuis l'interdiction des vols.

Ce sera peut-être l'Annonce du Salon du Bourget. Celle que personne n'attendait à part la direction de Boeing et de IAG. Frappé de plein fouet par la crise du B737 MAX, cloué au sol depuis mi-mars à la suite de deux accidents mortels impliquant cet avion, le constructeur américain a signé avec le groupe IAG (British Airways, Iberia, Vueling, Aer Lingus, Level) une intention de commande pour 200 737 MAX, dont les premiers exemplaires seront livrés à partir de 2022-2023. Il s'agit de la première commande de son moyen-courrier depuis l'interdiction des vols. Au prix catalogue, le contrat dépasse 24 millions de dollars, mais il semble évident que Boeing, pour rafler dune telle commande auprès d'un client de référence dans de telles circonstances, a dû casser les prix.

Boeing passe devant Airbus

Alors qu'il semblait parti pour ne faire que de la figuration au Paris AirShow face à son rival Airbus qui engrangeait les commandes, le constructeur américain s'est même payé le luxe de lui ravir un gros client. La flotte moyen-courrier des compagnies aériennes du groupe IAG est en effet majoritairement composée d'Airbus.

Lire aussi : B737 MAX, "NMA", "NSA", la terrible équation pour Boeing

Mieux, avec cette méga-commande, celle de Korean Air pour 20 B787 et celle portant sur 39 Embraer (aujourd'hui dans la galaxie Boeing), Boeing comptabilise 259 commandes et fait mieux qu'Airbus (229 avions dont 55 A220, anciennement les CS-Series de Bombardier dont Airbus a pris le contrôle).

Un signe de confiance

Emanant d'un des groupes aériens les plus puissants de la planète, cette commande est un énorme signe de confiance pour cet avion dont la remise en service n'est pas encore fixée. La confiance sera l'élément clé pour l'avenir et la stratégie de Boeing. Elle repose certes sur celle des compagnies mais surtout sur celles des passagers, dont la réaction reste inconnue.

Après la médiatisation de cette affaire qui a mis en lumière de nombreuses défaillances, accepteront-ils de voyager à bord d'un B737 MAX? Ce sera tout l'enjeu de la mise en service le jour où elle interviendra. Willie Walsh, le directeur général de IAG estime que la question ne se posera pas au moment où les livraisons des appareils débuteront, d'ici à 3 à 4 ans.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2019 à 16:19 :
Les Anglais et les Espagnols n'ont vraiment aucune honte ...
Réponse de le 19/06/2019 à 19:25 :
Les anglais surtout (les espagnols ont le droit seulement de la fermer), mais ils obéissent aux ordres des yankees.
Réponse de le 20/06/2019 à 7:06 :
Le business d’’abord, grosse ristourne sans doute et “lettre d’intention “ ne signifie pas commande ferme. On pourra toujours convertir en 777 ou 787 et réduire le périmètre. Ils n’hésiteront pas à annuler en cas de mauvaise passe de Boeing d’ici 2 ans. Regardez le carnet de commandes de l’A380 !
a écrit le 19/06/2019 à 14:59 :
Pas très élégant de la part des espagnols et des anglais, partenaires majeurs des programmes AIRBUS.
Réponse de le 19/06/2019 à 19:07 :
Les compagnies aériennes ne suivent pas les même règles que les états ! Elles achètent d'abord les avions qui les conviennent et au meilleur prix ! Par exemple, la moitié des avions d'air France sont des BOEING ! Et Air France étaient même prêt à acheter que des avions long courriers en Boeing tellement le B777 , B787 étaient économique et rentable mais il a fallu la pression du gouvernement pour que la moitié des commandes soient aussi en Airbus ! Bref, le nationalisme n'a pas trop sa place dans ce secteur d'activité. Ne pas oublier que 1/3 des avions de lignes moyens courriers américains sont des AIRBUS A 320 ! Bref , il est normal que des compagnies européennes (même si ils fabriquent des airbus) achetent ausdi des Boeing sinon, on fait du protectionnisme et dans ce cas, l'«ami» Trump fera le nécessaire pour que aucune compagnie américaine n'achètent des Airbus !
a écrit le 19/06/2019 à 14:32 :
Boeing tente de sauver les meubles. La raison aurait voulu que le programme 787 soit abandonné. Financièrement c'était supportable.En terme d'image c'est impossible, car cela voudrait dire que Boeing commercialise des avions non aboutis. Désastreux.
Le risque majeur désormais, c'est que lorsque ces avions voleront à nouveau, un nouveau Crash survienne...et emporte Boeing.
a écrit le 19/06/2019 à 14:11 :
Bon, ils font jouer la concurrence . Faire baisser les prix aux autres fournisseurs .
Ou alors, c'est une extraordinaire prise de responsabilités $$$$$$$$$$$$$$$$$$
a écrit le 19/06/2019 à 14:00 :
Merci de l'information. Je sais maintenant avec quelles compagnies aériennes je ne volerais plus !
a écrit le 19/06/2019 à 10:17 :
Je ne prends plus l'avion pour des raisons autres que la sécurité, et désormais, vu ce qui c'est passé avec l'Airbus du Rio/Paris, les déboires de Malaysia...ceux de Boeing...les risques permanents d'attentats...les pilotes dépressifs...cette raison ne m'encourage pas à revoir ma position.
Je vais donc rester sur Terre, marcher pour découvrir la France, où il y a tellement à voir...un peu de voile ...hors saison !
Réponse de le 19/06/2019 à 16:25 :
Avec un tel raisonnement, ne prenez surtout plus votre voiture ou pire, ne sortez plus de chez vous après 20 Heures si vous habitez dans une grande ville française !
En effet, vous statistiquement 1000 fois plus de chance de mourir ou d'être blessé dans un accident de voiture ou d'une agression dans la rue que de mourir dans un avion.
a écrit le 19/06/2019 à 9:54 :
Boeing : " Qui veut mes avions avec défauts de conception, moteurs trop gros et mal placés et des défauts informatiques ? on en a plein en stock et ils sont pas chers ! "
a écrit le 19/06/2019 à 9:18 :
24 Milliards ou millions ? Corriger l'article
Réponse de le 19/06/2019 à 19:12 :
Milliards !
24 Millions cela correspondraient au quart du prix catalogue d'un seul avion.
a écrit le 19/06/2019 à 8:47 :
Moi je dis que c'est un jolie coup de.. IAG ! Car BOEING pour faire cette vente a probablement du faire une mega ristourne et ils ont probablement vendu leur avions à prix coutant ! Maintenant, n'importe quel compagnie (ou regroupement) est en position de force pour pouvoir négocier l'achat des B737 MAX. Et le pire, c'est que IAG pourra faire marche arrière à tout moment du moins, je pense que BOEING n'a exigé aucun acompte avant les 12 mois, le temps que l'avion soit recertifié par les différentes autorités et que IAG a pris des assurances de manière à ce que BOEING ne réclame aucune contre partie au cas ou une annulation de commande en cas de nouveau crach. Bref , Boeing joue sa survie durant ces prochaines années (faut pas exagerer quand même Boeing sera toujours là même en cas d'annulation du programme des MAX , la société ne pourra jamais faire faillite car l'état fédérale sera toujours là derrière)
a écrit le 19/06/2019 à 8:39 :
Une commande pareille est surtout un coup de com bienvenu quand vous avez les deux pieds dans le béton... Mais, ce n'est qu'une lettre d'intention et si IAG devait un jour finaliser cet achat serait plus près de 12 Mi que de 24.
Rien n'est résolu pour Boeing. Pour le moment il faut sauver les meubles, préparer les négociations avec tout le monde, compagnies aériennes et assurances, indemnisations, transformations de centaines d'appareils déja construits, formations des pilotes... Bonjour les dégats.
a écrit le 19/06/2019 à 8:25 :
"Un signe de confiance"

Envers la puissance politique américaine, oui en ce moment cela ne fait pas l'ombre d'un doute chaque euro investi dans trump en rapportera 3 dans 5 ans mais par contre on se demande comment ils peuvent faire confiance à un logiciel défectueux qui fait n'importe quoi au décollage si ce n'est avec l'hypocrisie habituelle.
a écrit le 19/06/2019 à 7:58 :
Un peu douteux cette commande à point nommé , et en plus de l'avion récriminé.
Boeing a dû consentir des super ristournes, c'est le moment d'acheter du Boeing!
a écrit le 19/06/2019 à 4:34 :
Que disais-je il y a quelques jours a propos des reseaux US et leurs faculte de reaction ?
200 commandes, une paille.... Boeing n'est pas a terre, il vole MAX.
Réponse de le 19/06/2019 à 8:13 :
Cela n'est sans doute pas sans une contre partie d'une mega ristourne. Il se soutiennent les anglo saxons mais ce sont aussi de grands opportunistes. Tout le monde y gagne dans cette histoire. IAG financierement et Boeing fait un gros coup de com. Attendons fin decembre, si les deboires de boeing ne sont pas resolus IAG aura toujours une clause d'annulation. Comme disent les anglo saxon "wait and see"
a écrit le 19/06/2019 à 4:27 :
Hahahaha cette belle commande vient de calmer tous les petits pro-airbus qui se la racontent des pseudo-experts aéronautiques.
Réponse de le 19/06/2019 à 8:59 :
Boeing allait revendre des Max, c'était inévitable . Et pour cette vente ait lieu durant le salon , il a fallu que BOEING fasse une grande réduction sur cette vente et offre de grandes garanties aux compagnies acheteuses. Bref pas sur que Boeing gagne de l'argent avec cette commande... En tout cas, si j'étais président de compagnies aériennes, j'acheterai des MAX car je pourrais les avoir à un prix ridicule et surtout comme je ne pourrais les avoir pas avant 5 ans, je pourrai toujours faire marche arrière en cas de nouveau crach et je sais que les avions seront fiabilisé. Bref les compagnies sont gagnantes à tout les coups.
a écrit le 19/06/2019 à 2:51 :
Comprends pas pourquoi commander des avions qui tombent ? Personne va vouloir monter dedans, moi le premier. Le dreamliner deja, il tremble de partout au décollage et à l'atterrissage.
Ca va etre un gros problème pour boeing de faire monter des passagers dans leur "zing" quoique si vous prennez un vol sur Air France vous avez plus de chance. Leurs avions restent plus longtemps sur le tarmac que ceux des autres compagnies.
Il est vrai un avion n'est pas fait pour voler !!
Réponse de le 19/06/2019 à 8:21 :
IAG a certainement beneficier de mega ristournes. Avec l'assurance de se faire dedomager en cas de nouveau crash. Ce sont des compagnies privees, business first.
a écrit le 19/06/2019 à 0:15 :
ça sent les soldes à plein nez......
Réponse de le 19/06/2019 à 8:24 :
Oh oui surtout qu'ils vong se retrouver avec ees annulation et de b737 mzx sur le bras. Il est mieux en terme de com de communiquer sur des gros coups que des grosses ristournes accordees pur des retards de livraison pour cause de crash. En tant que voyageur ca me ferait trembler de monter dans un b737 max ristourne pour cause de crash. Ca laisse une mauvaise impression d'avion mal recycle.
a écrit le 18/06/2019 à 22:40 :
Si le problème du pilote automatique n’est pas réparée ( la cause des accidents sur ce modele d’avion)
: les gens vont se méfier.
a écrit le 18/06/2019 à 22:19 :
Le PDG d'IAG est friand de prix cassés.Il a voulu acheter des A380 mais Airbus n'a pas voulu vendre à perte.Dans le cas de Boeing,c'est une vente à perte,mais pour Boeing,l'important c'était de marquer des points,pour soutenir le B737 max,surtout que IAG était client d'Airbus pour les moyens courriers.Je pense que IAG avait déjà commandé des a320 néo.Donc,ces nouveaux moyens courriers serviront à développer,encore plus,les activités low cost de Level et Vueling
En tout cas,c'est un pari risqué pour IAG.
a écrit le 18/06/2019 à 21:34 :
Soldes MAX ! Ce n'est pas un bon signe car tous les clients ne prendront livraison que contre un alignement des tarifs . C'est sans doute le prix à payer pour assurer le plan de charge . La facture totale sera salée .
a écrit le 18/06/2019 à 21:03 :
British airway, cela ne m étonne pas des british....
a écrit le 18/06/2019 à 20:41 :
Boeing a probablement dû s'engager à fournir un autre avion au même prix bradé du 737 MAX au cas où il ya aurait un autre crash ou en cas de non certification par les agences européennes.
En tous cas moi je prendrais Easyjet ,et n'importe quelle compagnie qui utilise des Airbus .
a écrit le 18/06/2019 à 20:31 :
20 millions de dollars pour 200 exemplaires... Effectivement, ils bradent!
a écrit le 18/06/2019 à 19:55 :
Ils font ce qu'ils veulent, mais moi je ne monterai jamais dans ce cercueil volant!
Boeing a du brader son avion pour convaincre IAG
a écrit le 18/06/2019 à 19:28 :
La remise sur le prix doit être à la hauteur de la commande, vue l'image de l'appareil, même si, en 3 ans, elle peut évoluer !
Mais IAG fait quand même un pari risqué, si par malheur, un autre accident survient après la reprise des vols !!!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :