Défense : reprise des essais nucléaires américains ?

 |   |  610  mots
La reprise des essais nucléaires a été abordée lors d'une réunion de hauts responsables représentant les plus grandes agences de sécurité nationale,
La reprise des essais nucléaires a été abordée lors d'une réunion de hauts responsables représentant les plus grandes agences de sécurité nationale, (Crédits : DR)
Washington réfléchit sur la possibilité d'effectuer un essai nucléaire, le premier depuis 1992.

Les États-Unis continuent de rendre le monde toujours un peu moins sur. L'administration américaine a discuté de la possibilité d'effectuer un essai nucléaire, le premier depuis 1992, a rapporté le Washington Post vendredi soir. Le sujet a été abordé lors d'une réunion de hauts responsables représentant les plus grandes agences de sécurité nationale, après que l'administration Trump a accusé la Russie et la Chine de procéder pour leur part actuellement à des essais nucléaires de faible puissance, écrit le Washington Post.

La réunion n'aurait toutefois pas abouti à une position commune sur la question de lancer un tel essai, d'autres solutions pour répondre à la menace posée par la Russie et la Chine ayant été privilégiées. Aucun commentaire n'a été obtenu dans l'immédiat auprès des membres de l'administration américaine.

Washington se retire du Traité "Ciel ouvert"

Les États-Unis avait également annoncé jeudi leur intention de se retirer du traité "Ciel ouvert", qui autorise une surveillance aérienne pacifique des pays participants, en accusant la Russie de violations répétées des termes de cet accord. "Je pense que nous avons une très bonne relation avec la Russie. Mais la Russie n'a pas respecté ce traité. Donc tant qu'elle ne le respectera pas, nous nous retirerons", a déclaré Donald Trump à la presse. Le président américain a estimé cependant qu'il y avait "une très bonne chance" de conclure un nouvel arrangement ou de mettre en œuvre des initiatives qui relanceraient cet accord.

Ce retrait sera officiel dans six mois conformément aux dispositions du traité, ont précisé des responsables de l'administration américaine. Donald Trump a déjà retiré les États-Unis de plusieurs grands traités ou accords internationaux, qu'il s'agisse de l'accord de Paris sur le climat, de l'accord sur le nucléaire iranien ou du traité sur les forces nucléaires à portée intermédiaire (FNI).

Moscou réfute

A Moscou, le vice-ministre russe des Affaires étrangères Alexander Grouchko, cité par l'agence de presse RIA, a réfuté les affirmations américaines et a indiqué que rien n'empêchait la poursuite de discussions sur des questions techniques que Washington, a-t-il expliqué, qualifie de violations. Trente-cinq États sont partie prenante au traité Ciel ouvert (Open Skies en anglais) signé en 1992 et dont l'entrée en vigueur, en 2002, a concrétisé un projet proposé près d'un demi-siècle plus tôt par le président américain Dwight Eisenhower dans l'idée de favoriser la confiance entre les pays en autorisant des vols d'observation mutuelle non armés.

Plusieurs alliés des États-Unis au sein de l'Otan et d'autres encore comme l'Ukraine ont pressé Washington de ne pas s'en retirer. La décision dévoilée jeudi fait suite à un examen sur six mois de la situation qui, selon des responsables de l'administration Trump s'exprimant sous couvert d'anonymat, a mis au jour de multiples refus de la Russie de se conformer au traité. "Au cours de cette révision, il est devenu on ne peut plus clair qu'il n'était plus dans l'intérêt des États-Unis de rester partie prenante au traité Ciel ouvert", a affirmé l'un de ces responsables à un petit groupe de journalistes.

L'administration américaine évoque notamment des restrictions de survol par des appareils américains de l'enclave russe de Kaliningrad ou de la Géorgie, État voisin de la Russie. En outre, poursuivent ces sources, la Russie a mis à profit ses propres survols de territoires américains ou européens pour identifier des infrastructures américaines cruciales qui pourraient, en cas de guerre, devenir des cibles.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 24/05/2020 à 22:29 :
Donc cette histoire de lazer méga joule s'est bidon... Un poste de dépense inutile ... Bon conseil de nos amis americain.
Apres tout , seul un essai peux effectivement contrôler les resultats d'une explosion...
Merci àu president Chirac d'avoir autorisé nos dernier essai nucléaire ...
Réponse de le 25/05/2020 à 7:21 :
Rogger, on se calme. Il ne s'agit pas de technique mais de politique. Vous pensez bien que si des essais étaient nécessaires, les américains n'auraient pas attendu 28 ans !
a écrit le 24/05/2020 à 21:57 :
Les USA veulent faire pression sur la Chine et la Russie qui ont repri , contre toute attente , des essais nucléaires . Trump n’est pas dupe comme nos dirigeants , eux , le sont
a écrit le 24/05/2020 à 20:40 :
Ceux qui traitent Donald Trump de "gros plouc" feraient bien de balayer devant leur porte; ils devraient, en cherchant bien, en trouver des gros chez eux aussi. Ceci dit Trump est beaucoup plus populaire aux US que ne le pensent certains ici (qui n'ont probablement jamais mis les pieds là-bas). Quand ne sait pas on ne dit rien.
a écrit le 24/05/2020 à 10:12 :
Le Monde est tous les jours un peu moins sûr. Pendant que les médias sont focalisés à longueur de journée sur le Covid 19, à "bavasser", spéculer, décortiquer le pourquoi du comment, ailleurs des choses très graves de passent.
Syrie, Liban, Kurdistan, Hong Kong, Afghanistan, Israël, Turquie et évidemment Chine, Russie le coronavirus occulte toutes les dérives des pouvoirs en place.
Le Monde n'a jamais été aussi dangereux, un essai nucléaire américain en dit long sur cette dangerosité. Hong Kong, Taiwan dont la liste des problèmes pourraient faire basculer le Monde dans le chaos.
a écrit le 24/05/2020 à 9:22 :
Trump pourrait faire des concours avec son (soit-disant) "copain" nord coréen, des essais comparatifs, ta bombe fait plus de bruit ou de lumière que la mienne, donne moi ta recette. Si l'un veut s'y remettre et l'autre est censé avoir arrêté.
a écrit le 24/05/2020 à 8:51 :
Les Etats Unis se retrouvent finalement de part leur première puissance mondiale incontestable une cible pour les autres pays à la puissance politique égale, cela doit être rageant de sans arrêt être second ou troisième, l'Europe totalement dégénérée par la cupidité de son oligarchie n'étant plus une alliée fiable puisque chinois, russes et américains se la partagent.

L'Europe aurait du devenir un arbitre entre ces puissances mais est devenu de part la profonde faiblesse et défaillance de nos dirigeants un simple terrain de batailles avec son lot de victimes innocentes et quotidiennes habituel.
a écrit le 23/05/2020 à 21:50 :
"Le gros plouc" a été élu démocratiquement, et est le seul à oser se coltiner les chinois en frontal, lui. Il vient d'ailleurs de le payer très cher.
Les apparences sont souvent trompeuses. Il y a une véritable stratégie globale américaine, cohérente à leurs yeux. L'amérique n'a jamais hésiter à créer du désordre pour arriver à ses fins. La nouveauté avec Donald est que le désordre se trouve également dans la communication.
Par ailleurs, vu l'état du monde, la guerre, vraisemblablement régionale plus que mondiale, est un scénario plausible, qui aurait le mérite de résoudre pas mal de problèmes.
Réponse de le 24/05/2020 à 1:29 :
Guerre régionale c'est vite dit car les retombées ne s'arrêteraient pas à la frontière comme le nuage de Tchernobyl (sic)...
Personnellement je n'aimerais pas avoir à gérer un 2ème confinement avec en plus l'eau, les bovins et les cultures contaminés...
Réponse de le 24/05/2020 à 19:20 :
" La nouveauté avec Donald est que le désordre se trouve également dans la communication. "
Peut-être que c'est un génie et que nous n'avons pas les facultés intellectuelles pour comprendre ce désordre apparent. Mais... il a proposé de s'injecter de la javel contre le coronavirus, a priori , ça n'a rien à voir, et pourtant un génie ne peut pas dire ça, même par manque de culture scientifique. Il faudrait peut-être envisager le fait que Trump n'a jamais eu de stratégie claire tout simplement.
a écrit le 23/05/2020 à 20:53 :
En vue ...
a écrit le 23/05/2020 à 20:22 :
Une escalade nucléaire, il ne nous manquait plus que ça.
Il nous aura vraiment tout fait le gros plouc...

Je mets tous mes espoirs dans l'hydroxychloroquine !
Réponse de le 24/05/2020 à 7:26 :
Le pastis serait plus adapte, ou bien du vine, beaucoup de vin.
Mourrons ivres....
Réponse de le 24/05/2020 à 7:35 :
C’est un dirigeant étranger. Vous ne votez ni pour, ni contre lui. Pourquoi semblez-vous attendre qqch de lui? C’est... puéril comme attitude, limite passif ou soumis. Bizarre
Réponse de le 24/05/2020 à 8:50 :
Vous vivez sur Uranus dans un aquarium, au fond d'un bunker à l'abri des retombées radioactives?

Pas moi!
Quand le plouc décide de sortir de l'accord avec l'Iran, d'asticoter les chinois, de priver l'OMS et l'ONU de ressources permettant d'alléger les malheurs du monde, de passer des accords avec les talibans afghans (ceux qui renvoient les filles à la maison), de surarmer l'Arabie saoudite et Israel, de surtaxer les produits français, de polluer sans limites, de semer la zizanie sur la planète comme jamais, je suis concerné parce que j'habite cette planète.

Si le plouc était maire d'une obscure bourgade au fin fond du Texas, il ne représenterait pas un danger pour la paix et la stabilité dans le monde, mais malheureusement pour toute la planète, il est en capacité de faire des dégats énormes et il en a déjà commis trop.

Alors, oui, j'attends de lui qu'il soit un tant soi peu à la hauteur de ses pouvoirs et responsabilités. De la même façon que j'attends des autres dirigeants de ne pas agir comme des fous...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :