Dissuasion nucléaire : les quatre convictions d'Emmanuel Macron

 |   |  1750  mots
Notre force de dissuasion nucléaire demeure, en ultime recours, la clé de voûte de notre sécurité et la garantie de nos intérêts vitaux, a expliqué vendredi à l'Ecole de guerre le président de la République Emmanuel Macron.
"Notre force de dissuasion nucléaire demeure, en ultime recours, la clé de voûte de notre sécurité et la garantie de nos intérêts vitaux", a expliqué vendredi à l'Ecole de guerre le président de la République Emmanuel Macron. (Crédits : Elysée)
La dissuasion nucléaire reste la clé de voûte de la sécurité de la France. Emmanuel Macron ne souhaite pas désarmer la France, ni diluer les forces de dissuasion dans l'OTAN. En revanche, il aspire à un débat des Européens sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans la sécurité collective de l'Europe.

Plus de soixante ans après le général de Gaulle et son discours à l'Ecole de Guerre sur la création de la "force de frappe", Emmanuel Macron s'est placé dans les pas de son illustre prédécesseur pour réaffirmer l'intangibilité de l'arme nucléaire, qui reste au cœur de la stratégie de défense de la France. "Notre force de dissuasion nucléaire demeure, en ultime recours, la clé de voûte de notre sécurité et la garantie de nos intérêts vitaux, a expliqué vendredi le président de la République à l'occasion d'un discours très riche. Aujourd'hui comme hier, elle garantit notre indépendance, notre liberté d'appréciation, de décision et d'action. Elle interdit à l'adversaire de miser sur le succès de l'escalade, de l'intimidation ou du chantage".

Si Emmanuel Macron reste droit dans ses Weston en ayant une approche conservatrice, le Chef de l'Etat, rattrapé par son tropisme européen, a souhaité que se développe "un dialogue stratégique" avec les "partenaires européens qui y sont prêts sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans notre sécurité collective". Pourquoi ? "Soyons clairs : les intérêts vitaux de la France ont désormais une dimension européenne", a-t-il estimé. Faudra-t-il mourir encore pour Dantzig ? Probablement comme en 1939. En vertu de leur traité d'alliance, la Grande-Bretagne et la France ont déclaré séparément la guerre à l'Allemagne le 3 septembre 1939 après l'attaque d'Hitler en Pologne le 1er septembre afin d'annexer le corridor et la ville de Dantzig. Ce qui déclencha la Seconde Guerre Mondiale.

1/ Pas question de laisser l'Europe au bord de la route

Que veut exactement Emmanuel Macron ? Le Chef de l'Etat, qui sait le sujet explosif, a été prudent en appelant simplement les Européens à avoir "un dialogue stratégique" sur le rôle de la dissuasion nucléaire française dans la sécurité de l'Europe. Est-ce un petit premier pas qui en amènera d'autres ou une tactique pour faire accepter l'arme nucléaire par ses partenaires européens ? Ou les deux ? En tout cas, Emmanuel Macron a une conviction - ou est-ce une certitude : "notre indépendance de décision est pleinement compatible avec une solidarité inébranlable à l'égard de nos partenaires européens. Notre engagement pour leur sécurité et leur défense est l'expression naturelle de notre solidarité toujours plus étroite".

"La dissuasion nucléaire a joué un rôle fondamental dans la préservation de la paix et de la sécurité internationale, notamment en Europe. Je suis intimement persuadé que notre stratégie de dissuasion conserve toutes ses vertus stabilisatrices, et demeure un atout particulièrement précieux dans le monde de compétition des puissances, de désinhibition des comportements et d'érosion des normes qui aujourd'hui se dessine sous nos yeux", a analysé Emmanuel Macron.

Selon Emmanuel Macron, "nos forces nucléaires renforcent la sécurité de l'Europe par leur existence même et à cet égard ont une dimension authentiquement européenne". Pour autant, quatre Etats européens ont également la capacité d'emporter des armes nucléaires de l'OTAN avec leurs avions de combat. Et comme cela s'est vu en Belgique avec l'achat du F-35, ces pays sont très attachés à poursuivre cette mission, ce qui conditionne en réalité fortement les capacités aériennes qu'ils cherchent à acquérir. Des pays avec lesquels la France devrait avoir plus de facilité à entamer un tel dialogue stratégique.

"A l'heure actuelle, note la Fondation de la recherche stratégique (FRS), on estime à environ 140 armes (des bombes à gravité B61, ndlr) entreposées en Allemagne (BA Büchel), aux Pays-Bas (BA Volkel), en Belgique (BA Kleine Brogel), en Italie (BA Aviano et Ghedi Torre) et en Turquie (BA Incirlik)".

Par ailleurs, Emmanuel Macron a appelé les Européens à "proposer ensemble un agenda international de maîtrise des armements". En effet, la fin du traité sur les forces nucléaires intermédiaires (FNI) et les incertitudes sur l'avenir du traité New Start laissent entrevoir d'ici à 2021 "la possibilité d'une pure compétition militaire et nucléaire, sans contraintes, comme nous n'en avons plus connu depuis la fin des années 1960". Et de demander sur ce sujet "une position très claire de l'Europe, qui tienne compte à la fois de l'évolution des armements contemporains, notamment russes, qui pourraient impacter notre sol, et des intérêts des Européens - de tous les Européens, y compris au Nord et au Centre de l'Europe". Car les traités en vigueur encore il y a quelques années ne protégeaient plus certains pays d'Europe.

2/ Pas question de diluer la dissuasion française dans l'OTAN

Pour Emmanuel Macron, la force de frappe ne se partage pas avec l'OTAN même si les forces nucléaires françaises contribuent "évidemment de manière significative au renforcement global de la dissuasion de l'Alliance atlantique, aux côtés des forces britanniques et américaines", comme l'a rappelé le Chef de l'Etat. Mais "la France ne participe pas aux mécanismes de planification nucléaire de l'Alliance et n'y participera pas plus à l'avenir". En revanche, Emmanuel Macron a expliqué que la France "continuera à nourrir la réflexion de niveau politique visant à renforcer la culture nucléaire de l'Alliance".

3/ Pas question d'un désarmement unilatéral

C'est clair et net de la part d'Emmanuel Macron. La France n'enclenchera pas un désarmement nucléaire de façon unilatérale. Ce que regrettent déjà les pacifistes mais qui est pourtant frappé au coin du bon sens dans un monde devenu très dangereux et complexe. "Face à un environnement international dégradé, a-t-il souligné, certains, y compris en Europe, se sont engagés récemment dans une approche prohibitionniste, fondée en grande partie sur un impératif absolu et un raisonnement stratégique simple : pour supprimer la peur, pour supprimer la guerre, il suffirait de supprimer les armes nucléaires !" Les promoteurs d'une abolition, qui attaquent la légitimité même de la dissuasion nucléaire, connaissent parfaitement la faiblesse des pouvoirs européens face à la pression médiatique. Emmanuel Macron se dit inflexible :

"J'estime que le choix n'est pas entre d'une part un absolu moral sans lien avec les réalités stratégiques, et d'autre part un retour cynique au seul rapport de forces sans le droit. Pour ma part, je ne tomberai pas dans le piège de cette fausse alternative. Elle est déstabilisante pour l'architecture de sécurité internationale et n'est pas à la hauteur des ambitions que porte la France pour la paix, le multilatéralisme et le droit", a expliqué le président.

Résultat, Emmanuel Macron ne peut "donner à la France comme objectif moral le désarmement des démocraties face à des puissances voire des dictatures qui, elles, conserveraient ou développeraient leurs armes nucléaires". Car un désarmement nucléaire unilatéral équivaudrait "pour un Etat doté comme le nôtre à s'exposer et à exposer ses partenaires à la violence et au chantage, ou à s'en remettre à d'autres pour assurer sa sécurité". Et Emmanuel Macron a été également très clair : la France doit "rester souveraine ou décider elle-même, sans les subir, les transferts de souveraineté qu'elle consentirait, tout comme les coopérations contraignantes dans lesquelles elle s'engagerait".

"Ne soyons pas naïfs : un décrochage de la France, dont l'arsenal ne peut en aucun cas être comparé à celui des Etats-Unis ou de la Russie, n'aurait pas le moindre effet d'entraînement sur les autres puissances nucléaires. Dans le même esprit, la France n'adhérera pas à un traité d'interdiction des armes nucléaires. Ce traité ne créera aucune obligation nouvelle pour la France, ni pour l'Etat, ni pour les acteurs publics ou privés sur son territoire".

4/ Pas question de ne pas riposter

Pour Emmanuel Macron, la doctrine française est strictement défensive. La France, qui dispose d'un arsenal inférieur à 300 armes nucléaires, a par ailleurs toujours refusé que l'arme nucléaire puisse être considérée comme une arme de bataille. Ce qui n'est pas le cas aujourd'hui des Etats-Unis. Toutefois, "si d'aventure un dirigeant d'Etat venait à mésestimer l'attachement viscéral de la France à sa liberté et envisageait de s'en prendre à nos intérêts vitaux, quels qu'ils soient, il doit savoir que nos forces nucléaires sont capables d'infliger des dommages absolument inacceptables sur ses centres de pouvoir, c'est-à-dire sur ses centres névralgiques, politiques, économiques, militaires", a averti le Chef de l'Etat. Il assume chaque jour cette responsabilité ultime, au cœur de la fonction présidentielle.

"Nos forces nucléaires ont été configurées pour cela avec la flexibilité et la réactivité nécessaires. En cas de méprise sur la détermination de la France à préserver ses intérêts vitaux, un avertissement nucléaire, unique et non renouvelable, pourrait être délivré à un agresseur étatique pour signifier clairement que le conflit vient de changer de nature et rétablir la dissuasion".

Emmanuel Macron a averti que certaines crises régionales, terrain d'expression de la rivalité stratégique des Etats, représentent "aujourd'hui autant d'hypothèses crédibles, mais pas exclusives, dans lesquelles nous pourrions, pour la première fois depuis longtemps, devoir relever un troisième défi, celui d'avoir à affronter directement, dans une escalade non maîtrisée, une puissance hostile, éventuellement dotée de l'arme nucléaire ou alliée à une puissance possédant des armes de destruction massive". Mais la stratégie nucléaire de la France vise "fondamentalement à empêcher la guerre", a rappelé Emmanuel Macron.

C'est pour cela que la France a relevé son effort de défense. Elle peut notamment s'appuyer au quotidien sur les deux composantes de ses forces nucléaires, qui sont complémentaires. "J'ai pris et je continuerai à prendre les décisions nécessaires au maintien de leur crédibilité opérationnelle dans la durée, au niveau de stricte suffisance requis par l'environnement international", a expliqué Emmanuel Macron. La France a décidé de moderniser sa dissuasion nucléaire dans le cadre de la loi de programmation militaire (LPM) et de consacrer un effort budgétaire significatif d'environ 25 milliards d'euros sur la période 2019-2023. La composante aéroportée pourrait à partir de 2035 mettre en œuvre un missile hypersonique emporté par un avion de combat, un porteur lourd ou un drone furtif.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 10/02/2020 à 20:37 :
Qu'es ce qu'on peut lire comme betise !Les missiles strategiques sont tirés de bien trop loin pour etre interceptés dans leurs phases de montée ;Les océans sont immenses les forets russes aussi et patriot et s400 n'ont aucun role pour les intercepter ;Les missiles russes percent 4m de glace avec 12000 km pour la suite .En ce qui concerne la bombe H il faut lire la literature sur elle pour s'aperçevoir que ce ne fut en rien difficile à réaliser ;Une bombe A et juste a coté un reservoir d'hydrogene compréssé c'est comme ça que ça c'est passé et comment ils se sont planté sur un essai plus puissant que ce que les ricains avaient prévu d'ailleurs tous les pays qui ont la bombe H sont passés trés vité de A à H ..
a écrit le 10/02/2020 à 18:22 :
Beau parleur mais sans aucun sens pratique . Impossible de lui faire confiance . Que fait la France dans le désert saharien ? Nous gaspillons nos moyens alors que la contamination islamique envahit la France . Bon à rien dangereux !
a écrit le 10/02/2020 à 12:35 :
Le format de notre dissuasion nucléaire semble correct, progressif, par ses deux composantes, qu’il faudra toujours moderniser sans prendre de retard. En amont et en préventif, la collecte d'informations par satellites, radars, aéronefs et bâtiments ne doit pas être négligée.
Après un premier avertissement, aucun frapadingue n'aura envie de gouter aux effets d'un seul SNLE, qui balancerait tous ses missiles. Même si chacune des têtes n'embarquait que 5 ogives sur les 10 possibles.
8000 kt (100 x 5 x 16), soit plus de 500 fois la puissance délivrée sur Hiroshima (~15 kt).
Saupoudré sur les plus grandes agglomérations d'un agresseur, ce menu serait totalement indigeste.
Encore plus pour les populations supérieures à la notre qui auraient bien plus à perdre.
Donc, ni la Russie, ni la Chine ne cibleront directement l'hexagone.
Le problème serait une frappe sur une des nations faibles de l'UE-27 par la Russie, pour opérer un chantage à la dissuasion sur le reste de l'EU, pour couvrir une annexion, ou bloquer une contre attaque de l'OTAN ou de l'EU, devenant insupportable.
Pour la Chine, la France devrait clairement définir une stratégie en Outre mer et proximités, s'en donner les moyens, et l'afficher clairement afin que la Chine n'imagine même pas, qu'un jour, elle puisse dépasser les bornes, déjà dans le domaine conventionnel, sans craindre une réplique insupportable.
Reste les alliés hors UE qui pourraient demander l'appui de la France s'ils étaient agressés.
Réponse de le 10/02/2020 à 15:42 :
Maintenant qu'on a des albatros augmentés qui surveillent les TAAF (Terres Australes et Antarctiques Françaises), reste à augmenter les navires et embarcations rapides dans la zone pour aller choper les navires bossant illégalement pour la Chine, chinois ou pas.
Une industrie de recyclages des métaux dans la zone serait vite rentabilisée. Et plus efficace que de libérer les navires contre paiement d'amendes, parce que ceux-ci recommenceront leurs pirateries, dans les TAAF ou ailleurs.
La procédure devrait être modifiée, simplifiée et contraignante, avec obligation pour le pavillon du navire de venir récupérer ses pécheurs, quelques soient leurs nationalités, pendant un certain délai, sous menaces d'amendes journalières sévères ensuite.
Réponse de le 10/02/2020 à 20:16 :
Qui sont " les alliés hors UE " qui par parenthèse n' achètent rien en armement à la France comme l' UE d' ailleurs...? Faites s vp avancer le chimili ou j' appelle Coluche!
Réponse de le 11/02/2020 à 19:23 :
@Bilot
Depuis 2015, la France accélère les commandes pour rattraper le retard emmagasiné depuis trop d’années, au sein de ses armées.
Ce qui chamboule un peu le ratio des CA France/Monde.
Beaucoup d’entreprises font une bonne partie de leur CA, voir même la majorité de leurs CA, hors UE.
Ca peut évidement fortement divergé d’une année à l’autre, en rapport avec les signatures+chèques et livraisons+chèques.
C’est le cas pour Dassault, Thales, Safran et MBDA, Airbus, Nexter, Arquus, ECA, CEA, Sodern, et les entreprises qui les fournissent ou (et) les suivent sur des contrats :
Pour décolletage, fraisage, traitements, fonderies, formage, pliage, injection, robotique, électronique, optique, assemblage de sous-système, peintures, emballages, logistique, ingénierie, contrôles, etc.
---
En seul exemple :
En Australie : 12 sous-marins (Naval Group, Safran, Schneider Electric, Eca, Afpa), sonars et modernisation pour les 6 sous-marins actuels, gestion de l’espace aérien OneSky, fusils F90, blindés (Thales), A330-MRTT, Tigre (Airbus), NH90 (NHIndustries).
+ MBDA, Engie Axima, voir Fiva, Socitec, et j'en oublie forcement.
Il se trouve que l’Australie et la France ont des intérêts communs à protéger des ZEE et des iles, à lutter contre les pillages principalement chinois, à échanger des informations sur l’Océan Indien et mers en proximité, à protéger les navires économiques qui y passent, et à surveiller tout ce qui descend depuis la Mer de Chine.
Mêmes intérêts avec l’Inde.
Les Emirats Arabes Unis, 3 bases françaises, navale, terrestre et aérienne.
a écrit le 10/02/2020 à 11:20 :
Quand les drapeaux sont déployés toute l'intelligence est dans la trompette...
Impayable...celui qui a bradé notre souveraineté en matière de maintenance et de sûreté nationale de nos centrales et sous marins précisément nucléaire Alstom à GE...🥳🥳🥳...Ubuesque!! Une caricature!
Pourvu que ça dure (Lafesse)...
a écrit le 10/02/2020 à 10:38 :
En lisant certains commentaires je devine que le discours du président n'a pas été lu .Voir le site de l'Elysée ou Le Monde .Il n'a pas proposé aux 26 États membres une quelconque possibilité de décision sur la force de frappe.il propose de réfléchir sur les intérêts vitaux de l'Europe .Le manque de culture sur la réalité de la notion de dissuasion par les élus, allemands ou autres , (la France doit transférer ses missiles )lui permet de proposer de participer aux exercices Rafale N .Et sur le niveau de la technologie francaise...Que font tous les chercheurs américains au Laser Mega Joules que les US n'ont pas payé ? Et j et je pense que les Britanniques sont bien contents des transferts de technologie dont ils ont bénéficiés .
Réponse de le 10/02/2020 à 11:28 :
"il propose de réfléchir sur les intérêts vitaux de l'Europe "

Parce qu'il croit que les autres dirigeants l'ont attendu pour réfléchir sans rire ?!

Les mecs ils prennent ce qu'il y a à prendre avant que l’Europe termine de s'écrouler, voilà ce qu'il se passe et ce depuis des décennies.

Ce qui est est très inquiétant c'est qu'il ne l'ai pas vu avant de nous imposer l'ordonéolibéralisme germanico-européen ! Il devrait de suite porter sa "réflexion" sur ce point particulièrement grave.

Comment peut on imposer des mesures venant d'une institution totalement défaillante même lui le dit !

UN minimum de cohérence ne serait pas du luxe.
Réponse de le 12/02/2020 à 19:24 :
Citoyen blasé l'espoir fait vivre . Honnêtement il n'y a aucune proposition venant des autres États membres sur les questions stratégiques .Le parapluie de l'Otan avait supprimé toutes réflexion Puis le grand blond a expliqué que le parapluie était négociable et la trouille s'est installée...
a écrit le 10/02/2020 à 9:58 :
C'est vrai que c'est un homme de convictions, un peu trop même...

"Les convictions sont pires que des prisons" Nietzsche
a écrit le 10/02/2020 à 8:22 :
@tous. Vous voyez une France affaiblie qui veut retrouver de la grandeur grâce a l'Europe et plus précisément grâce a la puissance économique germanique. C'est la stratégie de Macron. Alors essayons le Frexit!
a écrit le 10/02/2020 à 1:09 :
Traître !
a écrit le 09/02/2020 à 22:04 :
Le grand micron des missiles dans la cours des petit ?
a écrit le 09/02/2020 à 20:59 :
Souvenez vous du traité d'Aix La Chapelle... LEs Allemands ont exigé la couverture nucléaire FR et le siége au conseil de sécurité, les Allemands auront les 2 car nous avons une élite francophobe et européophile (lire germanophile)
Réponse de le 10/02/2020 à 9:08 :
Notre siège au conseil de sécurité nous le devons à W. Churchill pour contrebalancer les puissants participants, le PB est que nous oublions notre tragique histoire...
a écrit le 09/02/2020 à 18:38 :
La réalité n'a que faire des convictions...
La réalité c'est que ces 10 dernières années les systèmes d'armes anti-missiles ont considérablement évolués (ex: S400 Russe, Patriot Américain) de même que les capacités des nouvelles générations de missile à être manoeuvrant ou à intégrer des contre-mesures...
De ce fait, nos vieilles technologies de missiles balistiques (embarqués sur SNLE notamment) sont désormais obsolètes et nous n'avons plus les moyens d'une course permanente à la technologie comme celle que se livrent Chinois, Russes et Américains...
Bref, vouloir "jouer dans la cour des grands" avec du matériel obsolète tout en disant vouloir protéger également l'Allemagne est pour le moins pathétique...
Réponse de le 10/02/2020 à 0:02 :
Vraiment? J'ignorais que les système anti-missiles de théâtre pouvaient intercepter des têtes nucléaires en phases de retombée.
Etes vous sur de vos informations? Les intercepteurs du système anti-missile américains sont extrêmement différents des patriots.
Sans parler du fait que le patriot ne semble pas avoir servis à grand chose lorsque les raffineries saoudiennes ont étés attaquées.
Avant de propager de telles informations vous devriez sourcer vos affirmations.
Réponse de le 10/02/2020 à 4:03 :
He oui, Remy, les derniers missiles subsoniques Russes sont capables de cette prouesse. Ca fonctionne dans toutes les directions, sauf en marche arriere.....
La tech made in France est d'un autre temps. RIP.
Réponse de le 10/02/2020 à 19:48 :
Le subsonique c'est très bien pour rester furtif et éviter d'être intercepté en n'étant pas détecté. Le super et hyper sonique c'est bien pour intercepter. Un missile subsonique n'est donc pas fait pour l'interception !
Les missiles continentaux dans l'espace "extra-atmosphérique" volent trop vite pour être interceptés par quoique ce soit de connu. Il faut leur barrer la route en phase de monté, avant qu'ils soient à leur vitesse de croisière, ou alors après la ré-entré dans l'atmosphère conventionnelle, quand la friction se met à ralentir et à chauffer les ogives.
Sauf qu'après la phase de ré-entré, c'est très risqué: il peut y avoir jusqu'à 12 ogives selon les modèles de missiles balistiques et si une seule arrive à passé, le nombre de morts se chiffre a minima en centaine de milliers et les dommages financiers en centaines de milliards.
D'où le fameux système de bouclier anti-missile que les Américains installent en Roumanie et en Corée et qui fait tant criser nos amis Russo-chinois depuis 2 décennies: c'est un système de missiles intercepteurs conçu pour taper à longue distance pendant la phase de monté...
Réponse de le 10/02/2020 à 19:57 :
à Photon et matins calmes; il est clair que vous avez apparemment peu de connaissances et d'informations sur le sujet et l'état de nos moyens réels. Ayant beaucoup voyagé et "bourlingué" (malheureusement l'âge va avec) j'ai souvent entendu dire à l'étranger que les plus" maldisants" de la France étaient les Français eux-mêmes et que cela allait avec leur orgueil, comme une volonté de tout savoir. C'est vrai que le ton péremptoire avec lequel sont dites certaines contre-vérités aurait tendance à prouver cela.
Réponse de le 10/02/2020 à 20:46 :
@Bernardet :
La France n'a que 4 SNLE donc cela veut dire que seulement 2 ou 3 sont en opération H24 (sûrement suivi d'ailleurs par d'autres sous-marins dès leur entrée dans l'atlantique). Quant à l'équipement réel en missile de ces SNLE, cela reste du missile à parcours balistique (donc interceptable sur son parcours final)...
A ma connaissance les programmes de conception de missiles hypersoniques manoeuvrant n'en sont qu'à leurs débuts et sur l'aspect défensif, il n'existe en France rien d'équivalent à des systèmes d'armes anti-missiles comme les S400 Russe...
Donc efficacité réelle de tout cela sur des pays de premier plan (Russie, Chine par exemple) : pas grand chose en vérité...
a écrit le 09/02/2020 à 16:24 :
A mon humble avis, la dissuasion nucléaire ne peut pas partagée.
Cordialement
Réponse de le 09/02/2020 à 18:31 :
La souveraineté ne se partage pas, Sarkozy l' a fait par le traité de Lisbonne de 2008 contre le choix des français de 2005, traité de Rome II qui refusaient d' être gouvernés par une entité supranationale qui adresse aujourd' hui sa feuille de route une fois l' an à chaque ..président européen. Pouvait-on tomber plus bas dans la trahison? Oui puisqu' aujourd' hui son successeur Macron envisage de doter l' Allemagne à sa demande! de la dissuasion nucléaire française ce qui est interdit par le traité de Moscou en même temps que partager le siège de la France au Conseil de Sécurité de l' Onu..
Tous propos argumentés par l' UPR par la voix de V Brousseau,

Force est de constater que les événements se mettent progressivement en place pour voir la France abandonner sciemment les deux atouts suprêmes que constituent son siège permanent au Conseil de Sécurité de l’ONU et l’indépendance de sa propre force nucléaire.

Une telle évolution serait parfaitement compatible avec l’esprit européiste, bien que ses motivations ne soient pas forcément purement européistes.

En effet, sur quoi repose l’européisme ? Sur la volonté de démanteler les États-nations et d’abraser leur souveraineté. Or, la force atomique et le siège permanent – que nous devons l’un et l’autre à l’action stratégique et opiniâtre de Charles de Gaulle – sont bien les deux sanctuaires ultimes de la souveraineté nationale française.

Il était donc à prévoir que les forces euro-atlantistes – et les élites allemandes parmi elles – tenteraient d’y porter atteinte, tout comme au reste.

Le processus est lancé. La suprême haute trahison aura-t-elle lieu ? Et Emmanuel Macron a-t-il été propulsé à l’Élysée par l’oligarchie dans ce but suprême ?

Le décompte fatidique se poursuit alors que le peuple français, placé sous le contrôle mental des grands médias, ne comprend pas, ou se refuse à comprendre, ce qui se passe.

Plus que jamais, le Frexit de l’UE, de l’euro, et de l’OTAN sont la dernière chance avant la fin de l’Histoire de France comme puissance indépendante et souveraine..
a écrit le 09/02/2020 à 15:22 :
L' OTAN est en train de moderniser l'arsemal nucléaire déposé en Europe dans 5 états, hors la France. La Russie a déjà répondu en montrant un drone hypersonique furtif volant à basse altitude capable de véhiculer une bombe H. Comme le cerveau de I'OTAN est mort, un nouveau macro cerveau français se lève pour le remplacer en Europe. Il est doté de quatre croyances stratégiques. Ce ne sont pas celles qui vont le rendre crédible. Et la crédibilité ne saurait donner confiance sans fiabilité et flexibilité. En 1960 la France était la 3ème puissance nucléaire indépendante. Aujoud'hui il y en a neuf et sans doute 10 avec l'Iran. Un monde divers et multiple est certainement plus risqué mais moins dangereux quand les risques sont connus.
a écrit le 09/02/2020 à 14:17 :
Il faut répondre positivement aux demandes allemandes de mise en commun avec l'otan des forces nucléaires françaises.On ne peut pas tenir un double langage sur l'Europe:vouloir une intégration plus forte,et se garder son petit pouvoir régalien militaire.Macron doit etre plus visionnaire pour une fois.
Réponse de le 09/02/2020 à 16:43 :
Il est hors de question que l’Allemagne, puissance belliqueuse s’il en est, puisse bénéficier de ce que les traités lui interdisent, à savoir l’arme atomique. Tout comme le siège au Conseil de Sécurité de l’ONU. C’est sonner la fin de la France et de sa diplomatie. Vous, le PS pensez encore davantage au râtelier de nos voisins et encore plus votre maîtresse UE qu’à l’intérêt de la France dans le monde. Et après vous vous étonnez que personne ne vote plus pour vous ou le Labour ?
L’Allemagne en tous cas vous remercie de votre lâcheté.
Réponse de le 09/02/2020 à 17:07 :
Pourquoi les traités interdisent à l’Allemagne la bombe nucléaire ?

Sachant que pour mettre fin à la guerre le seul pays ayant utilisé la bombe atomique sont les usa .

Tous les scientifiques Allemands qui ont participé à l’invention de la bombe atomique sont devenus des citoyens Américains ou Britanniques pendant la guerre .

Pourquoi l’Allemagne d’aujourd’hui est vu «  comme un criminel «  je ne comprend pas ; vous pouvez expliquer ?
Le passé est le passé, non ?
Réponse de le 09/02/2020 à 19:55 :
Le PS...de ces partis politiques prêts à tout en France pour accéder au pouvoir, quitte à vendre le pays et sa souveraineté si besoin.
Réponse de le 10/02/2020 à 9:18 :
Le mariage Franco-Allemand c'est un peu celui de la carpe et du lapin, d'un coté l'ordolibéralisme (stabilité monétaire et concurrence non faussée depuis 57) de l'autre un pays de tradition colbertiste (Concorde...). Pourquoi voulez-vous poursuivre un tel mariage dans un contexte de guerre économique, de dettes hors de contrôle...Etc.... Ensuite pour les US le socialisme c'est le diable et ils représentent le bien c'est presque du religieux comme réflexion (la démolition du Moyen Orient et de la Libye ne sont pas le fait des Russes ni des Chinois)... Souvenons nous que l'histoire de ce pays est tragique et souvent il a été au fond du gouffre avant de renaitre à la lumière en trouvant sa Jeanne d'Arc du moment..
a écrit le 09/02/2020 à 13:36 :
Qui peut croire un instant que la bombe francaise fut conçus sans l'aides des US ?
La bombe US a necessité la collaboration des génies les plus puissant de l'époque, John von neuman, oppenheimer, feynman pour les plus connus, il y en a plein d'autres dans l'ombre tout aussi important et doués techniquement.
Comment croire une seconde que la france ait pu faire la meme chose alors qu'elle etait très en retard dans les technologies du calcul, à minima les calculateurs étaient americain.
France qui acheta la technologie nucléaire civile !
Il est probable que nous avons acheté des "briques" technologiques et conceptuelles à ces savant tous membres de la communauté bouddhiste, c'est un hasard, en échange de la fourniture à israel des moyens financier pour construire ses propre bombe...
Réponse de le 09/02/2020 à 14:05 :
"il est fort probable" !
Et si ma soeur en avait, elle s' appellerait mon oncle. Complotiste ?
Réponse de le 09/02/2020 à 15:30 :
Un ramassis d'absurdités teinté d'une très forte volonté de dénigrer les compétences scientifiques et technologiques françaises. Oui, dans les années 1950-60, la France à bénéficié de forts appuis US pour la mise au point des ses armes nucléaires et thermonucléaires. Mais cela fait plus de 50 ans que nous sommes parfaitement autonomes pour la conception et l'essai de nos vecteurs nucléaires, aussi bien pour les têtes que pour les véhicules. La France est extrêmement bien placée au niveau mondial pour la simulation de fission avec les installations du Barp. Et nos vecteurs, qu'il s'agisse du missile stratégique Mirvé M5 ou du missile supersonique à statoréacteur ASMP (sans équivalent US), sont eux aussi au meilleur niveau international, que ce soit en termes de portée, de precision, de durcissement aux CME ou de furtivité.
Réponse de le 09/02/2020 à 17:18 :
Les simplets n'ont rien d'autre à dire que de lever leur crucifix en criant: complotiste !
Aucun argument, rien, le néant !

Trouvez moi les equivalent francais des von neuman, feynman oppenheimer etc... Horowitz ? il a du se sentir seul.
Réponse de le 09/02/2020 à 20:03 :
La France a toujours été un pays d'excellents ingénieurs, avec des écoles au top. Avec une volonté politique forte incarnée par le Général, la France a su seule créer une industrie nucléaire de classe mondiale, mais pas que : Airbus, Ariane, Satellites , armements dont Rafales, Missiles, etc. Télécoms, agroalimentaires, voitures, ... On sait tout faire grâce à ce formidable outil de formation post bac que sont les classes prépas et les grandes écoles.
Aujourd'hui le président Macron s'est donné pour mission de saborder le bac d'abord, et vous verrez les écoles ensuite. Comment ? Simple : en augmentant les frais d'inscription et en diminuant les dotations d'état !
Réponse de le 10/02/2020 à 12:02 :
En fait le principal père de la bombe atomique est un français, Frédéric Joliot, qui a mis en évidence en 1939 le phénomène du neutron de fuite et qui a théorisé la réaction en chaine à partir de là.
Ensuite avec son équipe ils ont déposé 4 brevets qui devraient empêcher quiconque d'utiliser le nucléaire civil ou militaire sans verser des royalties à la France. C'est la raison pour laquelle les Américains ont refusé toute participation des physiciens français au projet Manhatan quand ils ont fui la France pendant l'occupation et qu'ils se sont retrouvés à travailler au Canada sur la bombe Britannique.
En 1939, la France était le pays le plus avancé du monde dans la course à la bombe: il avait la théorie, les scientifiques compétents, l'eau lourde et les mines d'uranium, il ne manquait que des piles atomiques spécialisés ou des installations d'enrichissement. L'invasion nazi a mis un coup d'arrêt au programme.
Ensuite de Gaulle crée le CEA en 1945 et nomme Joliot-Curie président. Les Américains passeront les 20 années suivantes à nous mettre des bâtons dans les roues pour ralentir le développement de notre bombe A puis H et ne restitueront nos mines du Congo qu'une fois le programme achevé. C'est la raison pour laquelle des dizaines de mines d'uranium ont été ouverte partout où c'était possible sur le territoire métropolitain et qu'on a plein de site pollués...
Vous vous rendez compte que vous disez pas mal de contre-vérités ?
Réponse de le 10/02/2020 à 12:32 :
Pour la bombe A, le tout est d'avoir du plutonium, chose assez facile si on y met les moyens. Le reste est évident.
Pour la bombe H, la France a eu beaucoup de difficultés, et il a fallu de nombreux tests pour obtenir une véritable réaction thermo nucléaire.
On dit qu' il y avait plusieurs choix "géométriques" et que le CEA avait pris la mauvaise voie, jusqu'à ce qu'un diplomate anglais les remette sur la bonne voie.
Ces infos viennent d'un document en anglais paru il y quelques années, écrit par un ancien responsable du DAM/CEA
Réponse de le 10/02/2020 à 16:15 :
Je n'affirme rien je doute fortement compte tenu des informations dont je dispose. Il faut parfois dire le faux pour le tester et avoir des infos ; )

Les réponses des deux derniers intervenant sont argumentés j'en tiens compte mais elles ne lèvent pas entièrement mes doutes , en effet des difficultés dans les développements suite à de mauvaix choix etc... ce sont des arguments que j'ai deja entendu concernant les réacteurs civils et qui ont conduis la France a acheter une solution sur étagère à Westing House alors... il y a de quoi douter et penser qu'il en fut de même concernant les bombes H notamment.
Réponse de le 10/02/2020 à 20:23 :
@uytre: c'est vrai que les Anglais nous ont aiguillé pour la bombe H parce que les mandarins du CEA avaient du mal. Mais c'était un prêté pour un rendu vu qu'on a construit pratiquement toute l'architecture de leur bombe A à leur place pendant la guerre et en plus ils n'ont fait que dire "c'est le petit gars qui a raison": il y avait un jeunot au CEA qui avait pigé le truc et qui n'était écouté par personne, les mandarins ne l'aimaient pas.
Pour ce qui est de la bombe A, elle peut se faire à l'uranium235 fortement enrichi ou au plutonium239 qualité militaire. Tout dépend du résultat que vous souhaitez obtenir: l'uranium produit de plus grosses explosions et il est plus stable dans le temps parce qu'il a une masse critique et une demi-vie bien plus importante.
Ce qui a pris du temps entre 1945 et l'explosion de Gerboise Bleue, c'est surtout à avoir à repartir de zéro et de devoir refabriquer l'eau lourde et le yellow cake à partir de rien. Plus évidemment de fabriquer les installations qui nous manquait déjà en 1939 quand nous étions leader mondial dans la course à la bombe.
Notre eau lourde et notre uranium de l'époque, que nous avons perdu pour cause d'invasion nazi, ma foi croyez le ou pas, il a servi à la construction de la bombe Britannique, ET à la construction de la bombe Américaine.
L'histoire de l'évacuation de l'eau lourde française de Norvège, pour éviter qu'elle tombe entre les mains des nazis, est au moins aussi rocambolesque que l'évacuation des réserves d'or de la BdF pour éviter qu'elles tombent entre les mains des nazis. Dans les deux cas, connaitre les tenants et les aboutissants permet de relativiser la confiance qu'on peut faire à nos amis Américains (qui sont de vrais bandits) !
Bref on a très certainement plus aidé les Britanniques à être une puissance nucléaire qu'ils ne nous ont aidé nous, et pour ce qui est des Américains, on les a aidé aussi et en retour ils nous ont chié dans les bottes pendant près de 20 ans.
L'intérêt de toute puissance nucléaire militaire constituée, sauf cas vraiment exceptionnel, c'est d'éviter que d'autres concurrent apparaissent sur le marché.
Réponse de le 10/02/2020 à 21:03 :
ce sont des arguments que j'ai deja entendu concernant les réacteurs civils et qui ont conduis la France a acheter une solution sur étagère à Westing House alors..
Feynman: quand on a vraiment bien creusé le sujet on comprend tout ! Déjà la France n'a rien acheté sur étagère à Westing House: elle a acheté un transfert de technologie, le droit de construire elle même des réacteurs brevetés par WH, pour la raison simple et bonne que ce sont les réacteurs à eau les plus simples fiables du monde et l'EPR n'est qu'une amélioration de ce modèle.
WH et Washington DC nous ont vendu la chose sans trop faire d'histoires pour plusieurs raisons. Déjà pour se faire pardonner l'affaire des brevets violés (normalement on devrait toucher des royalties sur la construction de chaque réacteur nucléaire dans le monde - et peu importe la technologie, on a breveté ce qui se passe dans le cœur du réacteur).
Ensuite pour se faire pardonner leur comportement lors de la reprise du programme nucléaire militaire français, et pour faciliter un réchauffement bienvenu des relations avec l'OTAN sous le mandat de Giscard l'"américain".
Quant à ce qui est des "mauvais choix" dans le nucléaire, bien je vous expliquerais qu'après guerre la France avait de la difficulté à se procurer du Yellow Cake, suite à la volonté de Roosevelt (francophobe de première catégorie) et de ses successeurs, et, de là à se procurer suffisamment de matière fissible hautement enrichit pour se constituer un arsenal nucléaire capable de massacrer 50% de la population d'URSS et de tenir la puissance la plus menaçante en respect... voila la raison principale qui explique le choix de la filière graphite-gaz, un choix purement et simplement orienté par les militaires car il permettait de charger et décharger à chaud le combustible des cœurs et donc de maximiser la production de plutonium de qualité militaire.
La filière a finalement été abandonné en plein choc pétrolier, d'une part parce que la réserve de matériel fissible qualité militaire avait beaucoup augmenté, d'autre part parce qu'il y a eu un double incident sur la même centrale sur quelques années d'intervalle et qu'ils auraient pu être beaucoup grave que ce qu'ils ont été. D'où le choix de faire un transfert de technologie rapidement pour remplacer par quelque chose de plus fiable ce qui avait vocation à devenir la principale source de production électrique dans le pays. Cela démontre clairement le sérieux et la rationalité des gens qui dirigent la filière nucléaire française !
Pour conclure laisser moi vous extraire une citation du discours de Chirac dressant le bilan de sa décision contestée de reprendre les essais nucléaires français en Polynésie: "Nous avons atteint la perfection ! Les (observateurs) Américains ont été stupéfait !" La France ne dispose peut-être pas du plus gros arsenal nucléaire militaire du monde, mais aussi vrai qu'elle était leader mondial de la course à la bombe en 1939, la France fabrique aujourd'hui les plus belles bombes atomiques qui existent ! Hiroshima c'était du bricolage !
a écrit le 09/02/2020 à 13:19 :
Les pays souverains Angleterre, Russie, Chine, USA pour ne citer que les essentiels conservent et développent leur force de dissuasion nucléaire quand les pays larbins noyés dans l' UE la concèdent aux autres, y compris lorsqu' ils en sont interdits, genre Allemagne et alors même que les français qui l' ont payé sont interdits de parole. Il faut se souvenir que Macron avait déjà donné le coeur du nucléaire français, les turbines Arabelle aux américains via la cession d' Alstom.
"Loïk Le Floch-Prigent Arabelle : il ne fallait pas se tromper"

Les deux chambres vont-elle enfin se bouger pour arrêter par la voie légale et constitutionnelle le dépeçage des intérêts vitaux du pays organisé par la macronie ..?
Réponse de le 09/02/2020 à 16:43 :
Moué.. enfin n'oubliez pas que l'Angleterre dépend du bon vouloir des vecteurs américains pour sa force nucléaire et qu'ils utilisent des installation en France (partagé) pour leurs têtes nucléaires.
On a vus mieux comme "conservation" de sa force nucléaire,après ça reste typiquement Britannique comme comportement et ils n'ont jamais vraiment rechercher la totale indépendance sur ce sujet là comme en France.
Donc bon évitez un peu de critiquer en défaveur de la France sur ce sujet là car les britanniques sont mal placé question "souveraineté".
Réponse de le 09/02/2020 à 18:11 :
@M.D.A Je redis que l' Angleterre est aujourd' hui redevenue un pays souverain par le Brexit à la différence de la France pilotée par Bruxelles et que l' Angleterre a aujourd' hui le choix d' ajourner les ..choix précédents et de les réorienter. Ce que la France non souveraine, coincée dans l' Otan, affaiblie par le plomb euro et couplée dans et par l' alliance! atlantiste ne sait pas faire, ne peut pas faire cad trouver de la ressource financière pour se développer y compris sur le présent sujet, le nucléaire. Une France hors de l' UE, si. La souveraineté n' a pas de prix et s' agissant de la souveraineté nucléaire française, on sent bien que Macron est prêt -comme l' analyse l' UPR depuis plus de deux ans-
"CE QUI SE CACHE DERRIÈRE LE PROJET DES « EURO-NUKES » == Un dossier stratégique établi par Vincent Brousseau "
à la brader en bravant les interdits pour doter l' Allemagne ce qui est innacceptable..
Réponse de le 10/02/2020 à 21:24 :
Il est vrai que les Anglais viennent de redevenir politiquement (d'un point de vu intérieur) plus indépendants que les Français, mais militairement les Anglais nous envient, certains responsables de premier plan l'ont encore confirmé récemment, en reconnaissant que les Français étaient plus pro-actifs (et autonomes) que les Britanniques. Par voie de conséquence et quoi qu'en disent les Haineux et les Obsessionnels la France pèse plus d'un point de vu diplomatique que le Royaume-Uni. Ça ne signifie qu'il faut encourager une fuite en avant dans l'intégration européenne, ça signifie que les Anglais envisagent de s'inspirer de nous sur certains points qui leurs plaisent bien.
a écrit le 09/02/2020 à 13:01 :
La dissuasion repose essentiellement sur des gens raisonnables ;En effet imaginons un pays qui fait avancer ses forces conventionnelles vers la France et qui possede 20 fois plus d'armes nucléaires que nous !Arrivés à la frontiere que va t il se passer !Le president français menace l'agresseur d'une frappe sur son territoire mais l'autre replique que si c'est le cas ,il en envera 10 fois plus sur la France et que si la France peut commettre de gros degats chez lui ,lui dit qu'il peut erradiquer la presque totalité de la population française !Face à ça si il franchit le rubicon que va t il se passer !Il n'est pas une personnne raisonnable !On appelle ça le poker menteur diplomatique et là en toutes conscience le president français se trouve bien desapointé ,que faire face à un individu qui n'est pas raisonnable risquer quoi ....!
Réponse de le 09/02/2020 à 16:56 :
Votre situation est totalement exagérer car cette force armée se ferait intercepter bien avant ça et se ferait attaquer en retour par les autres puissances nucléaires allié à la France,comme les britanniques et américains sans parler que si le territoire français se fait frapper,il y aura des répercussions sur les pays voisins,Belgique,Allemagne,Italie,Espagne,R-U,Luxembourg... qui eux aussi vont réagir au quart de tour.
Ca va pas être quelques bombes qu'ils vont se prendre à ce niveau là mais tout un tapis sans parler des pays proche "du pays en question" qui vont subir aussi les joies des nuages radioactifs.
Votre situation est bonne à faire rire la galerie et rien de plus car elle ne produira jamais,quant à votre dirigeant un peu foufou qui se moque de se prendre des frappes nucléaires sur son pays,reste à voir combien de temps il va dire ça quand il verra les dégâts causé et sa population qui va "s'occuper de lui" pour avoir jouer avec le feu nucléaire,enfin "le reste de la population" on va dire car il devrait ne plus rester grand chose non plus chez eux.
Le sujet de l'arme nucléaire doit être traité par des gens "raisonnable" et éduqué,oui.
Par contre si ils sont comme vous,là oui on peut avoir peur vus votre imagination débordante et un peu délirante..
Réponse de le 09/02/2020 à 18:22 :
@MDA Il faut élargir votre champ de réflexion, l' UE est une colonie UE asservie par l' UE et l' Otan et vous nous dites d' en rester là. Il faut prioritairement sortir de ces deux situations d' asservissement, l' Otan bras géopolitique us que nous finançons, sortir de l' UE que nous finançons et qui nous plombe économiquement avec l' euro puis repenser toutes les alliances librement et aussi avec les partenaires européens qui le souhaitent hors cadre Otan et prêts à mettre au pot commun. Macron Young Leader est absolument incapable d' emmener un tel projet car il est tout simplement le profil d' homme antonyme à une telle situation de renversement géopolitique.
Réponse de le 10/02/2020 à 6:33 :
Les commentaires de MDA qui éclairent nos lanternes, respirent la vacuité surtout,, l excellence et la pertinence, nous font toujours autant hurler de rire (lol)...please go ahead ...ce soir on fait un diner entre amis...on te verrait bien en tête de gondole ??
a écrit le 09/02/2020 à 12:54 :
Question à M. Macron :

A quoi ça sert la bombe atomique dans une Europe pauvre , sans avenir et en proie de perte de tout ses atouts positifs , une Europe qui va régresser , victime de violences sans précédent partout en Europe?
a écrit le 09/02/2020 à 11:58 :
Dépenser 5 milliard s d euros par an
Pour une arme inutilisable est-ce encore utile ?
On pourrait garder quelques missiles nucléaires et arrêter les sous-marins qui coûtent 2 bras
Les baratins sur notre force ça n intéressent que les militaires qui s’occupent de ces armes .
Les russes ont une vraie force
La volonté
comme on a pu le voir en Syrie
Ils ne font pas des réunions quotidiennes d’incantations stériles comme les européens
Réponse de le 09/02/2020 à 14:37 :
Votre point de vue et intéressant mais à reformuler. Les russes sont un état souverain, décident en fonction de leur intérêt et qui font, la France un état inféodé à l' UE qui commande, qui décide pour le pays quand Macron propose d' apporter notre dissuasion sur demande allemande. La France se déplace en Syrie sur injonction américaine qui a voulu et pensé l' élargissement après avoir poussé à la création de l' UE.
a écrit le 09/02/2020 à 11:51 :
Macron joue aux échecs, les politiciens de la CDU aux dames .Le fait de proposer de faire participer les États qui le souhaitent aux exercices de la dissuasion revient à leur demander d'ouvrir leur espace aérien aux rafales et leurs missiles,sans tête nucléaire....Dans la presse allemande le silence radio est assourdissant .
a écrit le 09/02/2020 à 11:41 :
de Macron jusqu'à présent, réformes mal pensées et bâclées avec des résultats très incertains, il y a de quoi être inquiet quand il se mêle de vouloir toucher à la dissuasion nucléaire de la France, qu'il est prêt à brader à une Europe impuissante
a écrit le 09/02/2020 à 11:27 :
Pourquoi parler de dissuasion nucléaire pour l'avenir alors que la réforme du baccalauréat est de nature à porter un coup fatal à la formation de nos futurs ingénieurs ? C'est une catastrophe totale. Une americanisation : comprendre on a fait du secondaire le prolongement du primaire en en faisant une garderie pour élèves de basses classes sociales. Regardez aux usa : il n'y a plus assez de bons ingénieurs pour rivaliser avec l'Asie. Les avions tombent, les capsules spatiales ne fonctionnent pas, les avions de combat ne savent plus tirer, on veux racheter des groupes européens pour contrer Huawei. C'est mort, plus moyen de revenir en arrière. Comprenez des lors que MR Blanquer est en train de bousiller le meilleur de la France.
Réponse de le 09/02/2020 à 13:21 :
Les USA ont et continuent d'être à l'origine de toutes les technologies y compris la grande majorité de celles qui rendent ton pays un temps soit peu compétitif, automatismes, amplificateurs operationnels, transistors, thyristor, transistors intégrés (IC), éléments finis, bases de données, spaceX, Tesla, Microsoft, Apple, IA, le nucléaire civil de la France acheté à Westing house etc... VOus en faite pas pour eux ils n'attendent pas après la France...
Patrick Pellata a révélé que les ingés Renault étaient dépassés en interne par les consultant du Boston Consulting Group, Boston robotics... c'est autre chose que aldebaran robotics...

Les sciences et techniques ensiegnées en france ont toutes pour origine les US, c'est pour ça qu'on ne fait pas d'histoire des sciences et techniques ça se verrait trop, conservons un flou à notre avantage...

Quelles caricatures ! Les avions tombent, les capsulent ne fonctionnent pas, ça s'appel des tests grand niaiss, aucune machine complexe ne marche toujours à 100% du 1er coup, c'est un peu votre probleme en France, n'etant pas compétitifs vous etes contraints de faire comme si vous étiez parfait pour rassurer les assureurs... ou par ce que vous n'avez pas les moyens, le throughput comme ils disent, pour vous permettre de l'audace technique resultat les 1ers chinois des US ont été les européens, toujours 20 ans derrière...
Réponse de le 09/02/2020 à 20:16 :
Vulgarité et tutoiement : j'ai vu juste donc, j'avais juste omis cette caractéristique très commune au demeurant des gens qui savent qu'on leur dit une vérité.
Bien sûr que les USA conservent de très grands ingénieurs. Mais vous allez voir que petit à petit leur puissance technique va s’émousser de plus en plus vite. Ce sera le cas de nombreux pays dits développés actuels. La faute à la baisse générale et dramatique du niveau scolaire, qui a été sciemment mis en place pour favoriser les classes aisées. Un exemple : je connais une étudiante qui n'a pas pu intégrer Imperial College à Londres, parce que aucune banque n'a voulu lui prêter 30 000 euros. Evidemment un étudiant moins méritant aura pris sa place, parce qu'il a eu son prêt, parce qu'il avait des garanties. C'est aussi simple que ça.
a écrit le 09/02/2020 à 11:24 :
Je me souviens de mon service militaire dans l'armée de l'air et de la presentation des forces aériennes. Je pense personnellement que la force d'action nucléaire a pour but de dissuaser n'importe quelle nation etrangère d'attaquer nucléairement la France et par extension l'Europe . J'avais une question en tête que je n'est jamais posé mais cette intérrogation m'est resté en tête : quel le rôle de la France dans l'OTAN. En 1966, sous de Gaulle, la France s'est retiré de l'OTAN. Sous sarkozy elle a réintégré le commandement de l'OTAN. Le problème est bien la sécurité et la sureté des armes nucléaires tactiques françaises et empêcher qu'un groupe terroriste récupère, vole une arme nucléaire. Oui la dissuasion nucléaire française est stratégique pour le pouvoir élyséen et pour la defense du territoire français.Oui empêcher que n'importe quelle pays du Moyen Orient ne possède une arme nucléaire. C'est un domaine extremement vital mais aussi dangereux.
Le président Macron a un position tout a fait propre à lui-même, l'arme nucléaire est un sujet très sensible : la ou je ne suis pas d'accord c'est qu'en un député allemand se mêle de la dissuasion nucléaire française. Le danger c'est que beaucoup de nations veulent possèder l'arme nucléaire et aussi des nations hostile à la France. Donc méfiance.
Oui l'autre question est de savoir si on doit "tout dire" ou "tout montrer" ????
Réponse de le 09/02/2020 à 14:11 :
Les allemands sont interdits de nucléaire par le traite de Moscou. Le 12 septembre 1990, les ministres des Affaires étrangères des deux États allemands (RFA et RDA) et les quatre puissances victorieuses signent le « Traité de règlement final concernant l’Allemagne » (Traité dit « 2 + 4 ») dans l’un des salons de l’Hôtel d’Octobre de Moscou. Ce traité a pour but de clôturer les séquelles juridiques de la Deuxième guerre mondiale et de redonner à l’Allemagne sa souveraineté nationale et internationale pleine et entière. Dans le cadre de cet accord, l’Allemagne reconnaît que ses frontières sont définitives et promet, entre autres, de réduire l’armée allemande, de ne jamais acquérir d’armes nucléaires, et de ne pas mener de guerres d’agression. L’Union soviétique promet de son côté de retirer ses troupes de RDA avant fin 1994. Cette photo montre les ministres des Affaires étrangères des 6 pays concernés s’apprêtant à signer le traité. De gauche à droite : James Baker (USA), Douglas Hurd (Grande Bretagne), Eduard Shevardnadze (URSS), Roland Dumas (France), Lothar de Maizière (République démocratique allemande) et Hans-Dietrich Genscher (République fédérale d’Allemagne).
"CE QUI SE CACHE DERRIÈRE LE PROJET DES « EURO-NUKES » Un dossier stratégique établi par Vincent Brousseau"
a écrit le 09/02/2020 à 11:11 :
Mr Macron a bien réagit face à certains élus allemands qui voulaient partager notre arme nucléaire sans participer à une défense européenne, Armée européenne qui ne verra jamais le jour.
Cette arme nous permet financièrement de traiter d'une part nos guerres asymétriques en Afrique et au Moyen Orient , et de ne pas trop investir en matériels dans un éventuel conflit intermédiaire , sachant que si une "grande" puissance nous attaquait, il n'y aurait aucune autre alternative que d'utiliser la bombe nucléaire.
a écrit le 09/02/2020 à 10:59 :
Tout est occasion de brader ce qui fait la France!
Par le simple fait d'appartenir a l'UE de Bruxelles nous sommes tenue d'être dans l'OTAN...,
Il ne cherche qu'a diluer ce qu'est la France...., cette fois-ci en prenant des allures martiales, afin de mieux enfumer "le véritable propriétaire" qui est le peuple français!
a écrit le 09/02/2020 à 10:52 :
Comme toute les politiciens de droite Macron prend le même chenin. A avoir prendre tout ce qui a été payé pendant des décennies par les Français-e pour le vendre, donner ou le mettre a disposition sans consulter le peuple. Concernant la dissuasion nucléaire si celle-ci devait être autre que Française il faut un référendum afin de savoir si le peuple serait d'accord ou pas pour un partage de notre dissuasion nucléaire. Ce n'est pas à une personne seule de prendre ce genre de décision.
a écrit le 09/02/2020 à 10:15 :
Ce dossier circonstancié a été traité avec force documentation par Vincent Brousseau, responsable national chargé des questions monétaires et de l’adoption du franc, à l' UPR, il y a plus de 2 ans. Pour avoir travaillé pendant 15 ans à la Banque centrale européenne (BCE) à Francfort, en particulier dans le Saint-des-saints qu’est son service de la politique monétaire, il est l’un des meilleurs experts français, sinon mondiaux, de l’euro. Ses articles et ses conférences présentés dans le cadre de l’UPR font autorité.

Mais Vincent, qui vit encore une large part de son temps en Allemagne, est également un très bon connaisseur de la scène politique allemande et des débats qui agitent plus ou moins confidentiellement le microcosme des élites d’Outre-Rhin. Et comme il s’intéresse plus spécialement, en dehors des questions économiques et monétaires, aux questions géostratégiques et militaires, il nous a préparé un dossier du plus haut intérêt sur ce qui se trame en Allemagne sur ces questions.

Alors qu’Emmanuel Macron, reniant déjà l’une de ses promesses de campagne, a décidé d’un énième et scandaleux tour-de-vis budgétaire contre les armées françaises – qui sont pourtant déjà réduites à la misère depuis des années -, Vincent Brousseau attire notre attention, dans le dossier ci-après, sur une idée lancée officiellement à la fin de l’an dernier, comme un ballon d’essai, par le parlementaire allemand Roderich Kiesewetter.

Bien entendu, à peu près personne en France n’en a entendu parler, car aucun média de masse n’a jugé bon d’en alerter nos compatriotes. Il y aurait pourtant matière car l’idée en question, si elle était suivie d’effet, permettrait discrètement à l’Allemagne de contourner l’interdiction des armes nucléaires qui lui est faite depuis la Deuxième guerre mondiale et qui est juridiquement contraignante depuis le traité de Moscou du 12 septembre 1990.

Comment l’Allemagne pourrait-elle se doter d’une puissance nucléaire alors qu’elle en a l’interdiction juridique formelle ? Tout bonnement en tirant profit des incartades du président Trump et des contraintes budgétaires démentielles dans lesquelles l’euro plonge la France indéfiniment, pour mettre subtilement la main sur notre force de frappe en créant une prétendue « bombe nucléaire européenne » (« Euro-nukes » en anglais). Ce hold-up militaire et technologique étant bien entendu commis avec l’approbation bruyante, en France, des idiots utiles de la « construction européenne ».

Et comme le suggère le stratagème chinois qui conseille de « piller les maisons qui brûlent » – c’est-à-dire de tirer profit au maximum de la faiblesse stratégique de son concurrent -, les relais européistes de l’influence allemande en profitent pour ressortir, au même moment, l’idée d’un siège permanent de l’UE au Conseil de sécurité, ce qui supposerait que la France accepte d’abandonner le sien pour en faire profiter l’Allemagne.

Merci à Vincent Brousseau de nous présenter ce débat crucial, de façon claire et pédagogique, avec des yeux situés Outre-Rhin.

Ce qui se joue désormais est donc immense. C’est rien moins que la préservation, ou le sacrifice sur l’autel du dogme européiste, des deux atouts suprêmes que nous avait légués Charles de Gaulle et qui font que la France est encore une grande puissance : notre force de frappe nucléaire nationale et notre siège permanent au Conseil de sécurité de l’ONU.

"CE QUI SE CACHE DERRIÈRE LE PROJET DES « EURO-NUKES » Un dossier stratégique établi par Vincent Brousseau "

Ce qui se joue à travers cette tentation doublement suicidaire, c’est la poursuite ou la fin de l’histoire de France en tant que puissance indépendante et souveraine...
a écrit le 09/02/2020 à 9:41 :
Emmanuel Macron n'a strictement aucune chance de convaincre les Allemands de partager avec eux le coût d'un "parapluie nucléaire" français aujourd'hui quasiment inefficace quand on met en comparaison nos vieilles technologies de missiles embarqués (sous-marins) face à des systèmes d'armes anti-missiles de plus en plus performants comme les S400 russes ou les Patriots américains...
Bref, le matériel français est aujourd'hui obsolète et nécessite 5 à 10 ans de recherche et développement que nous n'avons plus les moyens de payer...
Quant à la défense du territoire et aux systèmes anti-missiles français, il n'existe quasiment rien, zéro, nada...
Je terminerai pas la célèbre blague de Coluche qui résumait assez bien l'utilité de ces dépenses en disant, à l'époque, que "la France à les moyens de raser 30% de l'URSS... oui mais avec les 70% qui reste, qu'est ce qu'on va prendre..."
Réponse de le 09/02/2020 à 13:27 :
Sans oublier que contrairement à d'autres pays d'europe la France n'a pas prévu d'abris anti atomique pour sa population, uniquement pour quelques élus, quelle cynisme qui devrait faire prendre conscience aux francais la nature de la caste qui tient ce territoire.
Se sont les mêmes qui les ont envoyés se faire massacrer en 14 dans une guerre absurde.
Les gens doivent comprendre que démocratie et nation possedant l'arme atomique c'est anti nomique, si un président musulman aux intentions peu claires, ambigues risquait de prendre le pouvoir en France on verrait de manière encore plus nette la réalité de la Démocratie Francaise, croyez vous qu'il serait élu ? Les gens sont niaiss..
Réponse de le 09/02/2020 à 13:32 :
Le plus vous attendez à "larbiner" dans l' UE et à payer des sommes colossales pour l' appartenance à une entité qui vous rince, vous pilote et vous coûte, 53 milliards annuels -quand même- auxquels s' ajoutent 100 milliards de fraude et exil fiscaux par l' article 63, le plus vous perdez.

Il faut un Frexit d 'urgence sur le modèle anglais, votre démo européo centrée oublie la bombe anglaise, vous voudriez vous y frotter ..?
a écrit le 09/02/2020 à 9:28 :
Je m'interroge, la dissuasion fut décidée par de Gaulle pour ne plus jamais devoir solliciter des alliés pour libérer Strasbourg c'était hier. Aujourd'hui il est permis de se questionner sur le devenir de cette dissuasion dans un contexte de dette colossale et hors de contrôle, une industrie qui s'envole, un centre de décision supranational, une monnaie qui n'est pas la notre dans un contexte de guerre économique entre les membres de l'UE, des frontières grandes ouvertes, de nouvelles menaces et une perte de nos valeurs nationales... Il reste le bavardage...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :