Emmanuel Macron offre la Direction générale de l'armement au normalien Emmanuel Chiva

Le directeur de l'Agence de l'innovation de défense, Emmanuel Chiva, a été nommé délégué général pour l'armement en remplacement de Joël Barre à compter du 31 juillet.
Michel Cabirol
La nomination surprise d'Emmanuel Chiva en tant que Délégué général pour l'armement, est en même temps dans la droite ligne des choix d'Emmanuel Macron, qui aime tant prendre à rebrousse-poil les grands corps de l'État français.
La nomination surprise d'Emmanuel Chiva en tant que Délégué général pour l'armement, est en même temps dans la droite ligne des choix d'Emmanuel Macron, qui aime tant prendre à rebrousse-poil les grands corps de l'État français. (Crédits : Agence de l'Innovation de Défense)

Comme annoncé vendredi matin par La Tribune, le directeur de l'Agence de l'innovation défense (AID) Emmanuel Chiva va remplacer Joël Barre à la tête de la Direction générale de l'armement (DGA), qui va faire valoir ses droits à la retraite à partir du 31 juillet. Une nomination qui va provoquer un séisme au sein du corps très puissant des ingénieurs de l'armement, Emmanuel Chiva "n'étant que" normalien et docteur en biomathématiques. Cette nomination surprise est en même temps dans la droite ligne des choix d'Emmanuel Macron, qui aime tant prendre à rebrousse-poil les grands corps de l'État français.

"Merci M le ministre pour votre confiance et celle du Président de la République. Le défi est immense. Je rends hommage à Joël Barre pour son travail et son soutien et suis désormais prêt avec Thierry Carlier pour m'engager dans cette exaltante aventure!", a twitté le nouveau Délégué général pour l'armement (DGA).

La trajectoire de ce capitaine de vaisseau de réserve est incroyable : il y a encore quatre ans, Emmanuel Chiva n'était que le PDG d'Agueris, une PME française filiale du groupe belge John Cockerill. Depuis quatre ans, il était le premier patron de l'AID, créée par Florence Parly il y a près de quatre ans. Il est membre du comité exécutif de la direction générale de l'armement du ministère des Armées. Entrepreneur, il a fondé et dirigé treize PME dans le domaine de l'intelligence artificielle et de la simulation militaire.

Un tandem avec Thierry Carlier

L'actuel directeur de l'AID va former un tandem avec Thierry Carlier, directeur du développement international (DDI) de la DGA. Emmanuel Chiva sera donc secondé dans cette mission par l'ingénieur général de l'armement Thierry Carlier, nommé directeur général adjoint de la DGA. Candidat à la succession de Joël Barre, le patron de la DDI, qui a dirigé plusieurs programmes d'armement dans le domaine des missiles et de la dissuasion, est crédité de nombreux succès à l'export ces cinq dernières années. A commencer par le Rafale aux Émirats Arabes Unis, en Indonésie, en Grèce et en Croatie. Thierry Carlier a également exercé les fonctions de directeur adjoint des affaires internationales, stratégiques et technologiques au sein du Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN).

En matière d'exportations d'armements, le quinquennat de la ministre des Armées Florence Parly a été un réel succès : 9,1 milliards en 2018, puis 8,3 milliards en 2019, et, enfin, 4,8 milliards en 2020, année de la Covid. Mais ce sont surtout les exportations en 2021 et, plus encore en 2022, qui font exploser les bilans et atteindre des sommets jamais atteints. Soit un total estimé à plus de 65 milliards d'euros sur la période du quinquennat.

Par ailleurs, l'ingénieure générale de l'armement Monique Legrand-Larroche, candidate également à la succession de Joël Barre, est nommée inspectrice générale des armées et de l'armement. C'est la première femme promue générale 5 étoiles en France. Elle est polytechnicienne et diplômée de l'École Nationale des Techniques Avancées. Elle était depuis 2018 directrice de la maintenance aéronautique au ministère des Armées. De 2014 à 2018, Monique Legrand-Larroche a exercé les fonctions de directrice des opérations de la direction générale de l'armement.

La DGA sur le chantier de l'économie de guerre

"Ces deux nominations illustrent l'importance qui sera accordée à l'innovation et à l'excellence technologique dans le cadre de la réflexion engagée sur l'économie de guerre à la demande du président de la République", a commenté le ministère des Armées dans un communiqué publié vendredi en début d'après-midi. "Sa nomination illustre l'importance qui sera accordée à l'innovation et à l'excellence technologique dans la réflexion engagée sur l'économie de guerre", a confirmé dans un tweet le ministre des Armées, Sébastien Lecornu.

"Tous les projets de technologiques de défense sont essentiellement réalisés avec les grands maîtres d'œuvre. C'est vrai pour le Système de combat aérien du futur (SCAF) ou Main Ground Combat System (MGCS) et bien d'autres. Nous avons l'habitude de travailler avec ces grands industriels. Mais nous mettons en place en plus, aujourd'hui, des modes de travail innovants à l'image du projet Centurion, l'exemple type, qui nous permet de travailler avec les grands maîtres d'œuvre mais aussi avec des acteurs qui ne font pas partie des acteurs traditionnels de la BITD. Il faut bien voir qu'une start-up va développer souvent une seule brique technologique, qui devra être intégrée dans un système. Nous souhaitons avoir une vue d'ensemble et ne pas dialoguer uniquement avec le grand maître d'œuvre. Mais nous voulons travailler avec l'ensemble de la communauté et nous sommes capables d'une certaine agilité...", avait expliqué à La Tribune Emmanuel Chiva dans une interview publiée en novembre 2021

En outre, le DGA et son adjoint seront amenés "à formuler prochainement des propositions au ministre pour replacer les enjeux de production et de sécurisation des approvisionnements au cœur de la relation avec l'industrie de défense, afin de tenir compte du contexte international et du retour de la guerre en Europe", a précisé le ministère. Et de rajouter que "leur bonne connaissance des programmes d'armement et la prise en compte de l'ensemble du tissu industriel, des grands groupes jusqu'aux petites et moyennes entreprises, seront à ce titre déterminant". Cette réflexion sera ensuite prolongée sous l'égide du ministre des Armées, avec le chef d'État-major des armées et la secrétaire générale pour l'administration, pour préparer la prochaine loi de programmation militaire 2024-2030.

Michel Cabirol
En direct - Transition Forum 2022

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 9
à écrit le 15/08/2022 à 17:00
Signaler
Bonjour, La France a surtout besoin de nouvelles idees pour conduire au mieux s'est progressivement de développement... Modernisation des chars Leclerc, développement d'une défense air-sol capable d'accompagner le corps de bataille, Développement ...

à écrit le 31/07/2022 à 12:16
Signaler
Mon Dieu : ils n ont pas nommé un polytechnicien…

à écrit le 30/07/2022 à 15:51
Signaler
Bonjour, Personnellement je n'est rien contre cette nomination, un peux de sangs neuf et de nouvelles idées n'ons jamais conduite à la catastrophe. Surtout si ils est capable de conduire des programmes de développement réaliste et des modernisation...

à écrit le 30/07/2022 à 14:30
Signaler
Chivas Regal ! Fine blend whiskey ! La dieu Chiva, dieu du Yoga ! On dirait plutot un sumo !

à écrit le 30/07/2022 à 9:02
Signaler
Une bonne idée, mettez le à la frontière avec n'importe quel pays, même la Russie et jamais ils n'oseraient nous attaquer.

à écrit le 29/07/2022 à 21:04
Signaler
Gérard Depardieu à la DGA!!!!

à écrit le 29/07/2022 à 18:50
Signaler
Dans le CR du conseil des ministre ils parlent de Directeur et non de Délégué.... une simple coquille???

à écrit le 29/07/2022 à 18:49
Signaler
Dans le CR du conseil des ministre ils parlent de Directeur et non de Délégué.... une simple coquille???

à écrit le 29/07/2022 à 16:43
Signaler
Coquille dans le titre "offre la Direction général de l'armement" générale ?

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.