Et si l'Airbus A320neo MPA bousculait le marché de la patrouille maritime

 |   |  837  mots
Airbus estime le marché potentiel global à une centaine d'appareils PATMAR (patrouille maritime).
Airbus estime le marché potentiel global à une centaine d'appareils PATMAR (patrouille maritime). (Crédits : Airbus)
A l'image du P-8 Poseidon (Boeing), un dérivé du B737, Airbus souhaite lancer l'A320neo sur le marché de la patrouille maritime (PATMAR). Un nouveau duel entre les deux géants de l'aéronautique.

C'est un joli pari. Mais un pari qui pourrait bousculer le marché PATMAR (patrouille maritime). A condition bien sûr d'être sélectionné par la France et l'Allemagne dans le cadre du programme MAWS (Maritime Airborne Warfare System). Ce programme vise à remplacer à l'horizon de 2030-2035 les 22 appareils de patrouille maritime Atlantique 2 de la Marine nationale (Dassault Aviation) et les huit P3 Orion allemands (Lockheed Martin). De quoi parle-t-on ? De la volonté d'Airbus Defence de proposer l'A320neo MPA (Maritime Patrol Aircraft) comme successeur des ATL 2 et des Orion P3 à Berlin et Paris, qui ont signé en avril dernier une lettre d'intention portant sur le développement d'un nouvel appareil de patrouille maritime (MAWS).

Pour l'heure, la France et l'Allemagne ont lancé la modernisation de leur flotte PATMAR.  Dix-huit avions de patrouille maritime Atlantique 2 seront rénovés, dont le premier à partir de 2019, les trois suivants en 2020, puis cinq encore en 2021. "Les senseurs de ces appareils rénovés sont très prometteurs, a expliqué en février dernier le chef d'état-major de la marine, l'amiral Christophe Prazuck. Ils seront mis en service opérationnel à partir de 2021". Lancée en 2015, la modernisation de la flotte allemande de P-3C Orion devrait permettre aux appareils de rester en service encore 20 ans.

Le programme MAWS lancé en 2022?

Après avoir déjà écarté semble-t-il une proposition japonaise Kawazaki P-1, l'Allemagne et la France devrait avoir le choix entre deux plates-formes : soit un Falcon, soit un A320neo, qui dispose d'un rayon d'action de 6.300 km. "Nous pensons que nous avons une plateforme qui répond très bien aux besoins des Français et des Allemands", a expliqué le patron d'Airbus Defence & Space Dirk Hoke dans une interview récemment accordée à La Tribune. Il faudra surtout convaincre la direction générale de l'armement (DGA) que cet appareil est bien adapté aux missions PATMAR. Car certains ne le sont pas encore au sein de la DGA. Selon le rapport du président de la commission de la défense de l'Assemblée nationale Jean-Jacques Bridey sur la prochaine loi de programmation militaire, le programme PATMAR "sera élaboré courant 2022, pour une réalisation à compter de 2025 et des livraisons prévues après 2030".

Au sein d'Airbus, on plaide pour que le programme franco-allemand soit rapidement lancé afin de disposer d'un programme crédible à l'export. Car la flotte mondiale PATMAR est déjà entrée dans une phase de renouvellement très acive. Ainsi, après l'Inde, l'Australie, le Royaume-Uni et la Norvège, la Corée du Sud va acquérir six P-8 Poseidon (Boeing), dérivé du B737, afin de moderniser ses capacités de patrouille maritime. Airbus, qui estime le marché potentiel global à une centaine d'appareils PATMAR, redoute "un effet domino" en faveur de Boeing.

Aussi, Airbus et/ou Dassault Aviation doivent être en mesure d'apporter rapidement une réponse face à Boeing. D'autant que plusieurs pays dont la France en 2017, ont rejoint le programme "Multinational Maritime Multinational Mission" dans le cadre de l'OTAN : Allemagne, Grèce, Italie, Espagne, Turquie. Un programme qui a également attiré le Canada et la Pologne en février 2018. Il permet aux participants de ce programme de définir leurs capacités et leurs besoins communs dans le domaine de l'aviation de patrouille maritime. C'est pour cela qu'Airbus préconise "une solution européenne". En outre, quelques pays asiatiques devraient se doter d'un tel système d'arme au regard du réarmement dans cette région, notamment en mer de Chine.

Un système de systèmes ?

Au-delà de la plateforme A320neo peu coûteuse et la plus performante du marché, selon Airbus, ce qui compte pour le constructeur européen, c'est bien l'aspect système. Le géant européen sait faire, il a déjà remporté des succès avec les versions maritimes des C295 et C235. Ce qui en fera un redoutable compétiteur si l'A320neo MPA décolle un jour. Ce nouvel avion devra être très efficace aussi bien au-dessus de l'Atlantique Nord pour chasser les sous-marins qu'au-dessus de la terre pour surveiller et renseigner lors des opérations extérieures. Il devra également s'intégrer au sein d'une flotte de plates-formes différentes - satellites, HAPS (High Altitude Pseudo-Satellite), drones. Ainsi les Allemands font déjà voler en mode collaboratif leurs P-3 Orion et les drones Triton de Northrop Grumman. D'ailleurs, le système PATMAR a vocation à rentrer dans le système de systèmes SCAF (Système de combat aérien du futur), estime-t-on chez Airbus.

Comme tout appareil PATMAR, l'A320neo MPA va recevoir un système d'armes anti-sous-marins et anti-surface et pourra transporter une variété d'armes dans une grande soute à armements (torpilles, mines, etc..) et sous les ailes (quatre points pouvant embarquer des missiles ayant vocation à attaquer des cibles navales ou terrestres). Son long rayon d'action, combiné à son système tactique intégré (FITS), fera du A320neo MPA une plate-forme pour les missions de patrouille maritime et de guerre anti-sous-marine.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 31/10/2018 à 11:55 :
J'imagine qu'il pourra faire du soutien aérien avec des bombes guidés comme le fond depuis quelques années les Atlantique. Bref, si nos états-majors, et surtout nos ministères des finances, le permettent, les nations européennes auront enfin un bombardier à long rayon d'action.
a écrit le 28/10/2018 à 16:47 :
Une fois encore, Airbus essaye d'imiter Boeing. Je dis bien essaye. De toute facon, vet avion de papier sera imposé aux forces armées françaises puis idéalement dans l'esprit des gens de l'Élysée, aux forces allemandes. Il sera certainement offert au Canada en guise de remerciement pour avoir 'sauvé' le C Series....
a écrit le 24/10/2018 à 20:55 :
S'est une bonne nouvelle ... Mais bon encore fait-il que cette appareil soit fonctionnel , fiable et performent .....
Bon reste à sortir une machine correçte...
a écrit le 24/10/2018 à 1:05 :
Patrouille ! même pas peur !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :