Grèce : 115 millions d'euros de soutien au secteur du transport aérien

 |  | 313 mots
Lecture 2 min.
(Crédits : REUTERS/Alkis Konstantinidis/File Photo)
Le gouvernement grec a annoncé jeudi un plan de soutien au secteur aérien, chiffré à 115 millions euros et qui consiste surtout dans l'extension des mesures adoptées pour aider les entreprises grecques mises en difficulté par la crise du Covid-1.

Parmi les mesures de soutien figurent l'extension jusqu'en juillet de l'indemnisation par l'Etat des employés mis au chômage partiel, le remboursement des cotisations sociales versées par les 306 entreprises du secteur -qui emploie 11.000 personnes- et la réduction de 40% de leurs loyers jusqu'au mois d'août.

Le gouvernement prévoit également une imposition spéciale pour les compagnies aéroportuaires afin de réduire leur coût de fonctionnement, une indemnisation pour les vols annulés en avril et en mai et une baisse de la TVA entre juin et octobre, qui passera de 24% à 13%.

Le gouvernement n'a pas opté pour "une injection de capital" car le secteur aérien grec "a eu de très bons résultats ces dernières années en raison de la hausse du nombre d'arrivées touristiques et de revenus", a expliqué le ministère des Finances dans un communiqué.

Ouverture de l'aéroport d'Athènes le 15 juin

Le ministère a souligné "l'importance systémique" du secteur des transports aériens pour l'économie du pays, rappelant qu'entre 82% et 85% des revenus touristiques du pays (18 milliards euros en 2019) proviennent des touristes qui arrivent en avion et utilisent les services aéroportuaires.

Le déconfinement graduel du pays a commencé le 4 mai mais la saison touristique n'y démarrera que le 15 juin avec l'ouverture de l'aéroport international d'Athènes. Les aéroports régionaux n'ouvriront que le 1er juillet.

Début mai, le président de la compagnie aérienne grecque privée Aegean Airlines, Eftyhis Vassilakis, avait prévenu du risque "d'une réduction du personnel" en soulignant "le coût important du désastre" que le secteur a subi. En ce qui concerne l'avenir, il avait espéré que les aides d'Etat accordés par certains pays européens au secteur "n'affectent pas d'une manière négative la concurrence entre les compagnies".

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 29/05/2020 à 12:48 :
Mon dieu, mon dieu ! Qu'il est triste d'être à ce point manipulé et obtus, même en étant un habitué du comptoir du Café du Commerce ! Vous "oubliez" que les pseudo-"aides" à la Grèce n'ont été qu'un racket qui, d'après le FMI, n' été imposé à la Grèce que dans le seul et unique but de sauver les banques... françaises (!!) gérées par des français et donc des incompétents notoires. Les seuls qui ont vraiment profité des "aides" à la Grèce sont les banksters et les parasites franchouillards. Quant au "black" et à l'économie parallèle : si elle était aussi faible en france qu'en Grèce, l'hexagone ne serait pas le pitoyable bourbier socio-économique, culturel et sanitaire qu'il est. mais il ne faut pas jeter la pierre à la france moyenâgeuse ! Comment voulez-vous construire quelque chose de positif, durable et d'avenir dans un pays dirigé par une mafia politicienne peu reluisante et peuplé de fainéants incompétents ?
a écrit le 28/05/2020 à 17:21 :
Pauvre pays, pillé et dépecé par le consortium européen financier pour remplir toujours plus les coffres des paradis fiscaux des mégas riches européens, et autres puisque l'argent public européen est distribué à tous les riches de la planète, comme disait notre mangeur de pommes préféré "il faut donner à manger à tout le monde", alors qu'elle se remettait un peu à respirer, mais partant de rien c'était logique, voilà le covid qui débarque mais bon le tsunami ne devait plus avoir grand chose à submerger c'est l'avantage aussi. Puis au moins ils sont déjà habitués à partir de rien...
Réponse de le 29/05/2020 à 9:13 :
Ce genre de trucs date d'il y a 10-12 ans. Sur les comptoirs il y a dorénavant mentionné "le client est en droit de ne pas payer si un reçu ne lui est pas remis". Mais c'est bien, continuez avec vos clichés. Et c'est bien connu qu'en France personne n'a abusé du chômage partiel dernièrement, n'est-ce pas ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :