Transport aérien : une sanglante guerre des prix se profile avant une consolidation du marché

Pour stimuler le trafic, la reprise devrait se traduire par des prix extrêmement bas. Une féroce guerre des prix, surtout attendue à partir de septembre, devrait durer pendant de nombreux mois. Elle sera alimentée par les compagnies les plus fragiles qui voudront engranger du cash avant l'hiver qui pourrait être leur dernier, mais aussi par les grandes compagnies low-cost comme Ryanair qui voudront gagner des parts de marché rapidement. La faiblesse du prix du carburant facilitera cette stratégie, qui sera inéluctablement suivie par une phase de consolidation.
Fabrice Gliszczynski

2 mn

(Crédits : Francois Lenoir)

Une guerre des prix redoutable au moment de la reprise du transport aérien. Pas tant pour celle qui se profile cet été laquelle, au regard de la faible capacité mise en ligne sur les marchés, restera encore limitée. Mais plutôt au moment où les frontières intercontinentales commenceront à s'ouvrir davantage, peut-être à partir de cet automne s'il n'y a pas de deuxième vague d'épidémie, et au moment où les Etats "débrancheront" leurs aides à l'économie poussant ainsi les compagnies à mettre davantage d'offre sur le marché.

"Des prix en dessous du prix réel"

Quel que soit le calendrier ailleurs dans le monde, c'est le scénario que redoute la directrice générale d'Air France, Anne Rigail. Lors d'une audition au Sénat fin avril, elle partageait sa crainte avec les sénateurs que "l'après-crise se traduise par une guerre tarifaire avec des prix en dessous des prix réels". Marc Rochet, président de French Bee et vice-président du conseil de surveillance d'Air caraïbes, ainsi que Pascal de Izaguirre, PDG de Corsair, sont convaincus aussi qu'il y a aura une guerre des prix, en raison d'une surcapacité et d'une concurrence exacerbée.

L'exemple chinois montre bien que le redémarrage passe par une forte baisse des prix. Premier pays touché par le Covid-19 et premier pays à avoir redémarré, la Chine a constaté une chute de 40% des tarifs depuis la réouverture des vols intérieurs mi-février.

La guerre éclair de Ryanair

Tous les ingrédients sont en effet en place pour une telle guerre tant sur les vols long-courriers que sur les moyen-courriers. Après un arrêt des opérations, les compagnies aériennes vont essayer de se "refaire". En septembre, les compagnies les plus fragiles, celles qui auront passé la crise sanitaire sans aide de l'Etat, seront tentées de vendre des billets coûte que coûte pour engranger du cash avant l'hiver, qui pourrait être leur dernier. Et les plus solides des grandes low-cost comme Ryanair ou Wizzair risquent de mener une guerre éclair non pas pour survivre mais pour gagner des parts de marché en quelques mois.

D'autant plus que le faible niveau du prix du baril de pétrole permettra de soutenir ces bas tarifs. Cette forte baisse de prix sera par ailleurs entretenue par une surcapacité chronique, en raison de la faiblesse de la demande à la fois professionnelle et touristique du fait de la récession de l'économie.

Par ailleurs, la distanciation physique dans les avions ne devant pas être obligatoire, les compagnies ne seront pas contraintes d'augmenter le prix des billets pour compenser la neutralisation d'un siège entre chaque passager.

Ce mouvement de prix bas pourrait s'étaler sur une grande partie de l'année 2021 en raison de la lenteur de la reprise qui se profile. Ceux qui n'auront pas les reins suffisamment solides et ceux qui ne parviendront pas se recapitaliser ne survivront pas. Cette guerre des prix sera probablement le prélude à un mouvement de concentration de grande ampleur. Avec une hausse des prix à la clé.

Fabrice Gliszczynski

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 23
à écrit le 24/05/2020 à 9:01
Signaler
Pour ceux à qui prendre l'avion manque sachez qu'ils font des prix au Pakistan en ce moment.

le 24/05/2020 à 17:53
Signaler
Citoyen à l'esprit malfaisant et aigri, voire envieux.

le 25/05/2020 à 20:20
Signaler
ouai!!! Superrr

à écrit le 24/05/2020 à 3:25
Signaler
Naturellement beaucoup de compagnie essayent de sauver leurs peaux mais n'ont pas encore compris les enjeux de demain en matière de dé-consommation carbonée (de plus les billets seront de plus en plus surtaxés) pour des raisons vitales. Les Français ...

le 25/05/2020 à 12:07
Signaler
Bonjour Karim, Lorsque que l'on relaye de fausses informations portées par la mode actuelle, il ne faut pas dire des bêtises : Le secteur aérien émet 3% do CO2 total, le textile (vos habits) 10%...internet (Google et autre...) 6% et en augmentati...

à écrit le 23/05/2020 à 10:28
Signaler
Il est clair que certaines compagnies vont devoir fusionner ou disparaître. Les compagnies low cost qui entassent leurs passagers comme des sardines risquent de sentir le changement. Souvent voyager en éco en Europe c'est la garantie d'un siège avec ...

le 23/05/2020 à 20:54
Signaler
Vous êtes contradictoire ! dans votre précédent commentaire vous disiez vouloir voyager avec Norwegian... vous pensez que vous bénéficierez de conditions de confort correct ?! Peut-être que les commentaires suivant vous ont influencé et que vous essa...

à écrit le 23/05/2020 à 8:16
Signaler
S'il y a une guerre des prix, on pourrait commencer par ne plus les subventionner. Ce qu'on fait aujourd'hui, à concurrence de cinq ou six milliards annuels, en exemptant les trafics intra-européens de la TVA, pourtant règle de base du marché unique...

à écrit le 22/05/2020 à 20:42
Signaler
Tous cela me révolte quand je vois des compagnies subventionnées et polluer notre ciel par tous ces vols intérieurs alors qu'il existe un moyen plus propre qu'est le tgv.Nous marchons sur la tête et nous le paierons tôt ou tard si nous ne changeons p...

le 23/05/2020 à 1:29
Signaler
Ouvre les yeux Alain, il n’y a pas que Paris et le TGV. Pour relier les villes de province, l’offre ferroviaire est dans les choux. Pas De TGV. Donc pas d’autre choix Que l’avion. Et pour le long-courrier, un peu compliqué de prendre le TGV

le 23/05/2020 à 1:30
Signaler
Ouvre les yeux Alain, il n’y a pas que Paris et le TGV. Pour relier les villes de province, l’offre ferroviaire est dans les choux. Pas De TGV. Donc pas d’autre choix Que l’avion. Et pour le long-courrier, un peu compliqué de prendre le TGV

le 25/05/2020 à 7:54
Signaler
Il est vrai qu'en Normandie les trains fonctionnent très bien et sont très propres, n'est ce pas Alain76?

à écrit le 22/05/2020 à 20:33
Signaler
une guerre des prix sur un marche au tas, c'est une super boucherie

à écrit le 22/05/2020 à 14:25
Signaler
Le contraire de ce qu'il faudrait faire économiquement, socialement et écologiquement. Les prix des billets d'avion ne correspondent pas à la réalité des coûts. Il faut les augmenter de telle sorte qu'ils permettent aux compagnies "traditionnelles" ...

le 23/05/2020 à 10:05
Signaler
Inconfort à bord? Vous n'avez pas dû voyager souvent avec les lcc. Pas plus qu'AF sur la Navette. Le personnel est plutôt sympa et l'expérience voyage aussi.

à écrit le 22/05/2020 à 13:24
Signaler
En tout cas, Airbus peut souffler un peu, Easyjet vient de publier les resultats de l'AG exceptionnelle du jour. Les demandes de Sir Stelios Haji-Ioannou concernant l'éviction de la direction et l'annulation de la commande à Airbus ont été massivemen...

à écrit le 22/05/2020 à 13:05
Signaler
Je n'ai jamais voyagé sur Ryanair et je n'ai aucune intention de le faire. Je suis membre flying blue donc je vole majoritairement sur AFKLM et ses partenaires mais parfois certaines destinations ne sont pas accessibles avec Air-France-klm. Cet été j...

le 22/05/2020 à 14:27
Signaler
Vous n'avez jamais voyagé avec Ryanair. Tant mieux. Mais pourquoi envisager de voler avec Norwegian.?! Elle vient d'échapper à une faillite qu'elle aurait méritée... ce n'est pas une compagnie aérienne mais un ersatz.

le 22/05/2020 à 17:39
Signaler
@Europeen voyageur Voyager, c'est polluer. Depuis des années, je ne prends plus l'avion pour cette raison. (et d'autres). Je reste et découvre la France, à travers ses terroirs notamment.

le 23/05/2020 à 1:17
Signaler
Internet c'est polluer (et dix fois plus que les maigres 2% de l'aérien) donc coupez internet. La mode c'est 12% de pollution donc n'achetez plus de vêtements. Allez faire vos pseudo leçons de morale faussement écologique ailleurs.

le 23/05/2020 à 1:25
Signaler
Norwegian a échappé à une faillite soi-disant méritée, n’est-ce pas le cas d’AF également ?

le 23/05/2020 à 1:29
Signaler
Norwegian a échappé à une faillite soi-disant méritée, n’est-ce pas le cas d’AF également ?

le 23/05/2020 à 10:07
Signaler
Moi aussi, j'aimerais bien voyager en France mais c'est trop cher. Quand on dit que le voyage en avion c'est pour les riches, moi ça me permet d'avoir des vacances que je ne pourrais pas avoir en France... Et je ne parle même pas du service...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.