L'industrie aéronautique veut des "démonstrateurs" d'avions militaires (Gifas)

Dans le cadre de la prochaine loi de programmation militaire 2019-2025, le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (Gifas) réclame une politique de "démonstrateurs". Ces modèles grandeur nature permettraient de valider les concepts et lever les risques avant le lancement de grands programmes d'avions ou de drones militaires.
Fabrice Gliszczynski

3 mn

Le nEUROn, le drone de combat furtif de Dassault Aviation
Le nEUROn, le drone de combat furtif de Dassault Aviation (Crédits : Dassault Aviation)

En cours d'élaboration, la prochaine loi de programmation militaire (LPM) pour la période 2019-2025 exprimera le renforcement du budget de la Défense souhaité par Emmanuel Macron, lequel a décidé de porter l'effort de défense à 2% du PIB à l'horizon 2025. Une décision saluée par Eric Trappier, le président du Gifas (Groupement des industries françaises de l'aéronautique et de l'espace) et PDG de Dassault Aviation, lors de la présentation des vœux du Gifas à la presse.

De gros enjeux pour préparer l'avion de combat de demain

Si cette "LPM" aura pour objectif a priori de régénérer le potentiel des armées et préparer le renouvellement de la dissuasion nucléaire, elle devra également, aux yeux d'Eric Trappier, "préparer le futur, en particulier dans l'aviation de combat et en coopération".

Pour bien préparer l'avenir, le Gifas plaide sur la nécessité de développer des « démonstrateurs », des appareils à grandeur nature qui servent de cobaye pour valider des technologies et des concepts avant le lancement de nouveaux programmes.

« Nous espérons que l'amélioration des budgets permettra de mener une politique de démonstrateurs », a déclaré Eric Trappier: « Dans l'aéronautique, pour montrer que les concepts fonctionnent, il faut absolument avoir une boucle permanente entre les études en amont et la vérification en vol par des démonstrateurs (...). Le démonstrateur doit pouvoir montrer les bases de ce que peut faire l'industrie et de ce que pourra faire la technologie dans 15 ans », a-t-il insisté.

Montants modestes

Pour Eric Trappier, se priver des démonstrateurs et passer directement des études papier au lancement d'un programme est en effet extrêmement risqué pour les industriels. Surtout s'il leur est demandé de s'engager à 100% sur la performance de l'appareil. En cas de difficultés sur le programme, ils se retrouveront en effet dans une position délicate, et les pouvoirs publics aussi. Les déboires rencontrés par l'avion de transport A400M et les montants pharaoniques pour remettre le programme en selle (10 milliards de surcoûts) constituent un bon exemple.

Permettant de lever les risques en amont des programmes, les démonstrateurs ont l'avantage, pour Eric Trappier, de mobiliser des « montants modestes » par rapport aux milliards d'euros que nécessitent les programmes d'avions. Pour illustrer son propos, le président du Gifas a pris l'exemple du nEUROn, le démonstrateur de drone européen de combat dont Dassault est le maître d'œuvre.

« Le coût du nEUROn s'élève à 400 millions d'euros sur 7-8 ans. C'est certes beaucoup d'argent en valeur absolue, mais quand cette somme englobe les études, le développement et les essais en vol, ce n'est pas très cher ».

Avion de combat européen

Si le Gifas milite pour des démonstrateurs dans le secteur spatial ou les drones, les enjeux sont particulièrement importants dans celui de l'aviation de combat. Aujourd'hui, il y existe, non pas un projet, mais une  réflexion sur un avion de combat européen. Des discussions ont notamment lieu avec l'Allemagne pour élaborer une feuille de route en 2018.

"Nous verrons si nous arriverons un jour à faire un avion de combat européen. Ce qui est sûr, c'est que de l'alternative à ne pas faire de suite à un Grippen, un Typhoon et à un Rafale, c'est de choisir un appareil américain, et je souhaite bien du plaisir à ceux qui ont acheté ou qui vont acheter du F-35 (Lockheed Martin) d'être capables de ne pas être intégrés dans l'armée américaine. Car le F-35 est une machine à tuer l'industrie européenne, mais aussi une machine à vous intégrer dans les armées américaines", a déclaré Eric Trappier.

Pour autant, pour qu'un avion de combat européen aboutisse, encore faudra-t-il que les pays européens jouent la préférence européenne. Or, aujourd'hui, une grande partie des pays européens achètent des avions américains.

Fabrice Gliszczynski

3 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 19
à écrit le 14/01/2018 à 21:03
Signaler
IL est totalement inadmissible que les pays europeen n'achètent pas europeen,toute l'europe tombe en ruine et plus particulièrement la france l'europe est le futur biafra , c'est cela la politique ou seul sa petite personne compte même si elle ne vau...

à écrit le 14/01/2018 à 10:47
Signaler
Bien , tres bonne remarque . Dans tous les cas, ils manquent quelque segments dans l'aviation militaire europeen , un avion d'attaque au sol ( spécifique type A10) , un gros porteurs ( avion cargos type galaxie), un hydravion ( civile et militaire) ....

à écrit le 12/01/2018 à 23:05
Signaler
"Nous verrons si nous arriverons un jour à faire un avion de combat européen." Ah bon ? faudrait voir à vous renseigner, il existe et porte un nom asiatique région où il a fait long feu.... Une politique de demonstrateurs ? comme pour le rafale...

à écrit le 12/01/2018 à 21:46
Signaler
Tout comme Airbus est un projet politique français contre Boeing et avant de les avoir tuer contre McDonnell Douglas et Lockheed, cette demande de démonstrateurs militaires est une attaque directe contre le F-35, son futur remplaçant et les pays euro...

le 12/01/2018 à 23:04
Signaler
@Philippe CAUCHI - Merci de m'apprendre que les américains équipent leurs armées avec Airbus, Eurocopter, Chanel, Mercedes, Moet & Chandon...

le 14/01/2018 à 19:47
Signaler
@Philippe CAUCHI - Il ne faut peut-être pas inverser les rôles. Les Américains n'achètent pas européens. Quand ils achètent des équipements de marque européenne, ils font produire sur place grâce à l'effet d'échelle de leurs commandes militaires. Et ...

à écrit le 12/01/2018 à 15:48
Signaler
cette notion de démonstrateur peut s'appliquer aux navires ? la marine allemande vient de renvoyer la nouvelle frégate F125 au concepteur/constructeur (TKMS et d'autres) car trop de défauts. quel est/va être l'impact du déclin démographique allem...

à écrit le 12/01/2018 à 13:45
Signaler
On devrait surtout développer des missiles sol sol ou mer sol de toutes les portées pour taper loin et sans risquer nos vies avoir une flotte conséquente de drones armes et des robots chenilles de combat urbain ...évitons les pertes humaines dans nos...

à écrit le 12/01/2018 à 12:03
Signaler
il ressemble beaucoup au X45 de Boeing ce neuron...

à écrit le 12/01/2018 à 9:18
Signaler
Et pourquoi l'armée française n'aurai-t-elle pas d'autres alternatives que les avions américains ? Les avions russes sont eu aussi très performant, avec l'avantage du prix et de la solidité.

le 12/01/2018 à 12:39
Signaler
Vos sources ? On veut parler des problemes des Su-30-33 indiens ? Des Mig-29 algeriens ? Du superjet ?

le 12/01/2018 à 13:32
Signaler
Les problèmes techniques ont toujours existé sur les technologies de pointe, utilisées dans des conditions extrêmes. Le F35 n'est pas épargné, et le rapport qualité / prix me semble loin du matériel russe. Ce qui compte dans le domaine militaire, c'e...

le 12/01/2018 à 14:18
Signaler
@Steph, Mauvais exemple du superjet....Moteur=Safran/NPO saturn, nacelle=Aircelle, avionique=Thales, St Gobain, Sogitec (Dassault), le Bozec (Zodiac), etc... bref que de la techno française, de la à penser que la techno française ne vaut pas un clou...

le 12/01/2018 à 16:40
Signaler
Ouais bon après parler de technologie de pointe avec le MiG-29 (voir même le 35) ou le Su-30 (voir le 35 aussi).........

le 12/01/2018 à 21:06
Signaler
Sur quelles bases partez-vous pour évoquer la solidité des avions Russes?? J'aimerais connaître quelques arguments.....solides à ce sujet😄je ne manquerai d'y répondre 🤗poka poka

à écrit le 12/01/2018 à 9:15
Signaler
Nous sommes déjà sous protectorat américain, et nos avions volent grâce aux technologies américaines. L'armée a même un partenariat avec l'industrie informatique américaine, délaissant les technologie européenne. Nous soutenons leur politique hégémon...

le 12/01/2018 à 18:36
Signaler
Parce que les Snecma m88 sont americaisns et stimicro c'est ricain?

le 12/01/2018 à 21:22
Signaler
Dingo a raison. Avec un président et un premier ministre ancien young leader et fantasmant sur le mode de vie américain, nous sommes plus que jmais vassal des USA.

le 12/01/2018 à 21:22
Signaler
Dingo a raison. Avec un président et un premier ministre ancien young leader et fantasmant sur le mode de vie américain, nous sommes plus que jmais vassal des USA.

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.