La France va-t-elle se lancer, elle aussi, dans une stratégie spatiale offensive ? (3/3)

 |   |  1627  mots
Des menaces peuvent peser sur ces moyens spatiaux essentiels à la conduite de nos opérations, a confirmé le chef d'état-major des armées (CEMA), le général François Lecointre.
"Des menaces peuvent peser sur ces moyens spatiaux essentiels à la conduite de nos opérations", a confirmé le chef d'état-major des armées (CEMA), le général François Lecointre. (Crédits : Reuters/ NASA)
La France, nation leader en matière de spatial militaire, a déjà investi dans de nombreuses technologiques de pointe mais il lui manque encore beaucoup pour mieux se protéger et... dissuader de se faire attaquer. Emmanuel Macron a entre ses mains un changement de doctrine : la France restera-t-elle défensive ou bien deviendra-t-elle une nation offensive dans l'espace à l'image de ce qu'elle a déjà fait dans la cyber?

Dans le domaine spatial, la France a découvert au fil de la montée en puissance de l'arsenalisation de l'espace, des trous dans la raquette. Et de très sérieux. Aujourd'hui elle ne sait pas assurer à 100% l'intégrité physique de ses satellites, y compris de leurs segments sol contre des attaques de nature cyber, de brouillage, de renseignement (espionnage) ou, encore moins, de nature cinétique. Elle est également relativement démunie dans l'observation de l'orbite géostationnaire. Mieux se défendre suppose une meilleure connaissance de la situation spatiale, puis une aptitude à réagir si la sécurité des satellites est menacée.

Ce n'est pas le cas de la France, qui reste pourtant l'une des nations leader dans le domaine spatial dans le monde derrière le trio composé par les Etats-Unis, la Russie et la Chine. Ces trois Etats puissances se livrent depuis plusieurs années une compétition stratégique et militaire dans ce domaine, qui reste d'ailleurs un espace finalement peu régulé. La France ne devrait donc pas trop parier sur une régulation de l'espace. Car il semble vraisemblable qu'il n'y aura pas à court et moyen termes au niveau international de négociations pour disposer de règles de sécurité collective. Il s'agit donc pour la France d'apporter rapidement des réponses (voies et moyens) afin de sécuriser au mieux les opérations spatiales militaires.

La France joue en défense

Jusqu'ici la France n'a pas souhaité changer de doctrine et n'en a d'ailleurs pas encore l'intention. "La France ne veut pas d'une arsenalisation de l'espace, a ainsi expliqué en octobre à l'Assemblée nationale le chef d'état-major des armées (CEMA), le général François Lecointre. (...) Je n'imagine pas que l'on équipe des satellites de manière à pouvoir en détruire d'autres". Un tabou façonné par des années de volonté - finalement vaine - de sanctuariser l'espace. Cette stratégie se heurte aujourd'hui à la dure réalité de l'arsenalisation de l'espace.

Et pourtant la France sait faire, et plus précisément l'ONERA. En 1992, le centre de recherche du ministère des Armées a réussi un essai d'éblouissement par un laser ionique sur un satellite Spot en fin de vie. La France dispose déjà également de nombreuses compétences dans les armes à effet dirigé (laser pour aveugler, micro-onde pour brouiller). Faut-il rappeler enfin que la France a su faire évoluer ces dernières années sa doctrine dans le domaine cyber, un espace où elle ne s'interdit plus d'être offensive...La revue stratégique appelait d'ailleurs à « un renforcement substantiel à la fois des moyens défensifs et offensifs de la France ».

Paradoxalement, le milieu spatial revêt de plus en plus une importance cruciale pour l'ensemble des capacités militaires françaises, notamment en termes de renseignement et de communications. "Les évolutions attendues dans les prochaines décennies vont faire que l'armée de l'air, qui est aujourd'hui une armée d'aéronefs pilotés, va de plus en plus devenir une armée de pilotes de drones", a ainsi averti le général François Lecointre. Et en même temps, l'espace est devenu un champ de vulnérabilité croissante pour les moyens de commandement et de surveillance. "Des menaces peuvent peser sur ces moyens essentiels à la conduite de nos opérations", a confirmé le CEMA. Pour sa part, le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Philippe Lavigne observe "une contestation croissante des espaces aériens et spatiaux, et une généralisation de ce que j'appellerais le déni d'accès".

En outre, la plupart des experts estiment inéluctable des affrontements dans l'espace, a rappelé le Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) dans son ouvrage  "Chocs du futur". D'autant que les progrès de technique de rendez-vous dans l'espace, les capacités de la robotique et la propulsion électrique permettent de réparer, de ravitailler en carburant, voire de désorbiter des engins spatiaux. Sous couvert d'objectifs civils, les Etats peuvent ouvertement financer des armes potentiellement antisatellites. Des armes beaucoup plus difficiles à détecter, à suivre et à contrer que des satellites espions. Et comme la meilleure défense reste l'attaque : le fait de posséder ces technologies offensives peut dissuader l'assaillant, qui s'attendra à une riposte beaucoup plus dure que son attaque. C'est, semble-t-il, la stratégie que les Etats-Unis ont adoptée ces dernières années. Washington ne s'interdit pas en outre d'effectuer des frappes préventives dans l'espace.

La France va-t-elle continuer à jouer seulement le catenaccio ?

"Je ne pense pas que nous ayons l'intention de baisser la garde, a expliqué le CEMA. Nous maintiendrons notre avance". Soit. Que va faire la France dans un cadre budgétaire contraint ? "Nous prévoyons d'accentuer les moyens d'identifier des agressions potentielles ou des attaques conduites contre nos satellites, notamment en dotant les satellites Syracuse de caméras permettant d'identifier des objets à proximité", a précisé le général Lecointre. Le chef d'état-major des armées imagine déplacer les satellites pour les protéger ou installer "à l'intérieur des dispositifs de sûreté interdisant une interception des communications". Un peu court pour vraiment dissuader les Etats puissances ou les états voyous disposant de capacités spatiales.

Face à l'accroissement des risques et des menaces, le renforcement continu de la protection et de la résilience des nouveaux moyens spatiaux et des systèmes les utilisant s'impose ainsi pour la France. Les futurs satellites de télécoms Syracuse 4 sont beaucoup plus sécurisés. "Ces satellites, qui constituent un système clé, sont extrêmement durcis contre les menaces", a confirmé en décembre 2017 à l'Assemblée nationale l'ancien commandant interarmées de l'espace, le général Jean-Pascal Breton. Il estimait par ailleurs que les systèmes français, "grâce au cryptage, sont particulièrement bien protégés contre les agressions des hackers et autres". Ne faut-il pas que la France soit plus réactive en préparant des satellites siamois en cas d'attaque de façon à les lancer rapidement. Car un catenaccio a toujours in fine une faille.

D'ailleurs le président du CNES Jean-Yves Le Gall a rappelé en avril à l'Assemblée nationale qu'on "ne sait pas se protéger d'un satellite étranger qui viendrait fureter à proximité des nôtres. Certes on peut se durcir : protection contre les tirs laser, mesures de cyber sécurité, etc", a-t-il expliqué. Et de noter également que la France "ne sait pas faire des satellites furtifs". Le CNES réfléchit sur ces sujets avec et sous la responsabilité du ministère des Armées. Mais pourquoi ne pas imaginer d'ores et déjà des satellites dotés d'intelligence artificielle capables de se reconfigurer après avoir été endommagés par une attaque ?

Une meilleure surveillance de l'espace mais...

Le groupe de travail mis en place par le ministère des Armées a pour objet d'aller plus loin dans les capacités de surveillance de l'espace afin de répondre à la demande du président de la République du 13 juillet dernier en faveur d'une politique militaire spatiale plus ambitieuse. C'est l'une des clés de voûte de la stratégie française : la capacité à détecter sur toutes les orbites et à attribuer un éventuel acte suspect, inamical ou agressif dans l'espace constitue une condition essentielle de la protection des satellites français. Notamment sur l'orbite géostationnaire. Seuls les Américains devraient mettre en service en 2019 un programme radar pouvant surveiller cette orbite (Space Fence). Aussi, la pertinence de ces systèmes pour surveiller les orbites basse (jusqu'à 1.000 km d'altitude pour le système GRAVES) moyenne et géostationnaire (télescopes, via le réseau Tarot du CNRS, GEOTracker d'ArianeGroup ) fait partie de l'équation pour mieux surveiller l'espace et gagner en autonomie stratégique.

"L'urgence est la connaissance, la première priorité doit donc être donnée aux moyens de surveillance de l'espace : acquisition de la capacité de surveillance de l'orbite géostationnaire, d'abord puis modernisation de nos capacités de surveillance des orbites basses", a expliqué Jean-Daniel Testé, ancien Commandant Interarmées de l'Espace dans une opinion publiée par La Tribune.

Plusieurs pays européens disposent de capacités, dont l'Allemagne, l'Italie, la Grande-Bretagne. Des coopérations existent dans ce domaine. La France va certainement en proposer afin de réduire la facture pour le budget des armées. Enfin, le ministère étudie également les moyens en vue d'atténuer les risques associés à la dépendance à l'espace exo-atmosphérique des armées, ainsi que les mesures permettant de limiter cette même dépendance pour les opérations.

Mais de tels systèmes sans moyen de réaction restent limités. Ainsi, Washington et Pékin se sont dotés de programmes d'équipements offensifs. Le programme Shenlong n'est pas sans rappeler le X 37B américain, qui évolue en orbite basse (moins de 1.000 km). Mis en service en 2010, le X 37B, doté d'une soute et agile, est capable de placer une petite charge utile en orbite et d'inspecter, voire de récupérer des satellites. La France va-t-elle lancer un X 37B à la française ? Fin 2017, la réflexion était en cours. Et si l'innovation était clairement la clé des succès futurs de la France : armes à effet dirigé, intelligence artificielle à bord des satellites, développement de radar basse fréquence longue portée pour la surveillance de l'espace (Thales), miniaturisation des charges utiles des satellites d'observation (Thales et Airbus), imagerie hyper spectrale (ONERA), ballons stratosphériques (Thales)... A Emmanuel Macron de choisir et d'y mettre enfin les moyens.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 30/12/2018 à 15:22 :
AVEC QUEL ARGENT ? FRANCE RUINEE. Là encore l'Allemagne attend la France-Macron, pour se faire offrir les transferts de Techno.
a écrit le 30/12/2018 à 9:01 :
@jguy
Les mondes militaires et civils sont toujours plus proches, par le spatial, les véhicules autonomes, les drones, les robots, les exosquelettes, la réalité augmentée, l'électronique, l'IA, l'IoT, les capteurs, la miniaturisation, les nanotechnologies, les stockages et les transferts de l'énergie, les transferts de données, optiques ou autres, la puissance de calcul, l'exploration sous-marine, etc.
Et les transferts se font, par exemple pour la sécurité - détection de matières dangereuses ou explosives, surveillance de site sensibles, exosquelettes (médical-travail-militaire), capteurs pour les véhicules autonomes, médecine d'urgence, tout ce qui est lié à la sécurité et au secours, dans ces domaines les armées interviennent souvent quand le civil n'a pas les moyens suffisants, comme lors des catastrophes naturelles ou tous simplement pour un bateau en détresse, etc.
Réponse de le 31/12/2018 à 13:58 :
La Défense et le spatial permettent aussi, à des bureaux d’études, des sociétés d’ingénierie, et des industries, qui sont initialement plutôt orientées automobile ou aéronautique, de dépasser leur taille critique en travaillant pour plusieurs domaines.
Ce qui leurs apporte plus de flexibilité et de visibilité, et un CA plus important.
Est-ce que le spatial civil français aurait eu un avenir sans branche militaire ?
Est-ce que l’aéronautique civile française aurait eu un avenir sans la branche militaire ?
Est-ce que le naval civil français aurait eu un avenir sans la branche militaire ?
---
Exemples, le naval, ces chantiers produisent des navires civils et militaires :
Socarenam, Piriou, Kership (Piriou + Naval Group), CMN, Sillinger, Ocea, ZodiacMilpro et évidement l’ex-STX : les Chantiers de l’Atlantique.
Ce secteur est l’un de celui qui embauche le plus et qui affiche une forte croissance depuis plusieurs années. En tête de peloton même lorsque nos autres grands secteurs industriels ramaient encore !
a écrit le 30/12/2018 à 8:31 :
Venant de personnes ayant été formées (certains diront formattés) dans des écoles militaires francaises qui croyaient que la ligne Maginot était la solution....

On a des doutes sur l´efficacité...
a écrit le 29/12/2018 à 14:00 :
Je suis consterné par les commentaires du type: "mais avec quel argent?", "il y a d'autres priorités".
La prospérité d'un pays se fait sur son avancée technologique, si la France réussit à rester à la pointe dans certains domaines, on pourra continuer à financer notre système de santé, nos programmes sociaux et l'éducation. .
Réponse de le 29/12/2018 à 16:20 :
On parle d'armement là, c'est jamais rentable !
uniquement pour les happy few.
Essayez de donner un exemple de transfert en france de l'armement au secteur industriel. Ceux qui sont dans les satellites ou autres systeme d'arme n'ont pas très envie de transferer leurs connaissances pour améliorer l'usine 4.0 façon l'aile ou la cuisse;

C'est comme la formule un, c'est techno mais ça sert à rien, tellement éloigné de l'industrie, d'ailleurs ça n'en est pas plutot de la manufacture, quelques unités, ce qui caractérise l'industrie ce sont quand même les grandes séries donc les produits qui se vendent au monde entier, par milliers !
Vous ne verrez pas de qualcomm ou autre appel naitre de ces projets, jamais, ça n'a jamais eut lieu en france.
Réponse de le 29/12/2018 à 21:21 :
@guy
Allez vous coucher, ça vous évitera de dire des âneries. Le militaire a toujours tiré la recherche et par conséquent l’industrie.
Exemple Internet développé à des usages militaires au debut. Missiles et fusées spatiales emploient des techno semblables. J’en passe, il y a pleins d’exemples, il suffit de retirer la poutre dans votre oeil.
Réponse de le 29/12/2018 à 23:05 :
"Vous ne verrez pas de qualcomm ou autre appel naitre de ces projets, jamais"
Bon déja pour commencer Qualcomm a été fondée par des anciens salariés de Linkabit, entreprise spécialisée dans... les télécommunications par satellite dont le principal client était l'armée US.
Et pour finir des fleurons français de la technologie qui ont prospéré en partie grâce au domaine militaire il y en a : Thales, Dassault (qui on l'oublie souvent vend surtout des avions civils) etc...
Réponse de le 29/12/2018 à 23:14 :
Je parle de la france !! Aux US oui le système est intégré avec les universités, ce n'est pas le cas de la france qui copie les découvertes et méthodes du monde anglo saxon depuis des lustres, faudrait se réveiller !!!

internet à été developpé par les US pas par la france alors que l'origine, l'invention est européenne, tim berners lee c'est tout dire... merci de confirmer, meme comme nous impulsons quelques inventions (ici j'étends à l'europe) ce sont les US et le DARPA qui développent et surtout tous le systèmes cognitif ergonomique des universités qui organise le savoir afin de le présenter au mieux à leurs armées d’ingénieurs.

Quand on innove en france en fait on redécouvre le fil à couper le beurre inventé outre atlantique ou en russie à de rares exceptions près comme la contribution du récent prix nobel sur les lasers. Mais il a decouvert un principe un système nouveau mais pas developpé toute une théorie comme l'IA.
Réponse de le 30/12/2018 à 10:51 :
C'est là qu'on voit qu'on ne peut plus rien pour ce pays, ils s'assimilent aux US! Complétement endoctrinés, cerveaux retournés par des années d'annihilation culturelle (vos chanteurs qui chantent en anglais) d'appropriation d'accomplissements qui proviennent d'une autre nation par l'intermédiaire de ce concept fumeux, dénoncé par Todd de l'occident !!
L'occident inclusif, after all nous sommes tous des occidentaux, les US c'est un peu nous.
Ce concept d'occident permet de pomper la ressource en matière grise attirée par le championnat majeur s'ils veulent progresser il ne faut pas rester en ligue 2 voire 3.

Je leur parle de la france ils me repondent invariablement sur les US. Qualcomm est un exemple de ce que les investissements militaires en france ça marche. C'est proprement hallucinant.
a écrit le 28/12/2018 à 18:41 :
Une irruption solaire peut mettre sans problème, les satellites en rade y compris, le réseau électrique sur terre . Mettre tous les œufs dans le même panier, peut coûter cher, voir très très cher!
Réponse de le 29/12/2018 à 15:45 :
Et vous dites cela avec le plus grand sérieux ... . 99.999% des éruptions solaires sont sans risques grâce à notre magnétosphère mais également grâce au champs électromagnétique artificiels généré par les activités technologique terrestres.
Rajoutons à cela que les satellites sont équipés de composants spécifiques de classe militaire pour résister aux vent solaire et de plus sont systématiquement placés en orbite à l’intérieur de la protection de la magnétosphère. C'est d'ailleurs la raison de la durée limitée des satellites qui ont besoin d'une réserve de gaz pour lutter contre la gravité terrestre. Une fois cette réserve de gaz permettant de corriger leur orbite, épuisée, ces derniers sont voués à la destruction.
En dernier lieu si nous avions une tempête solaire de classe X véritablement destructrice, il y aurait d'autres priorités que la survie des satellites.
Bref cessez de naviguer sur Internet par ennui et ouvrez des livres pour vous instruire ... .
a écrit le 28/12/2018 à 18:15 :
... et le tout fonctionnant sous windaube 10 ? ;o))))
Réponse de le 29/12/2018 à 15:38 :
Dans le spatial tous les systèmes informatiques fonctionnent sur des systèmes propriétaires ... . Et puis la blague "windaube" est véritablement éculée surtout que c'est le deuxième contributeur mondial dans l'open source à présent. Bref le monde change il serait temps de vous y adapter ... .
a écrit le 29/11/2018 à 14:02 :
Sincèrement , arrêtez de nous "bananer" avec l'intelligence artificielle à bord des satellites. Parlez, comme tout informaticien responsable, d'informatique spécialisée, de logiciels spécifiques, mais ne faites pas croire aux lecteurs non informés des choses faites pour "l'impressionner". J'étais hier au soir à une cérémonie officielle de remise de la légion d'honneur à un grand scientifique (en présence de Madame la Ministre de la Recherche) et les conversations entre Scientifiques sur le sujet de l'IA auraient fait trembler de honte plus d'un journaliste à l'affut du scoop "idiot" !
a écrit le 28/11/2018 à 17:56 :
"la plupart des experts estiment inéluctable des affrontements dans l'espace"
Evidement, déjà parce que les simples mortels n'y capteront rien !
Pas de comptes à rendre puisque qu'aucune législation sérieuse ne sera en vigueur pour éviter le chaos ! Et même, comment enquêter, prouver et condamner les dérives.
On est même pas foutu de condamner des installations illégales en Mer de Chine et en Mer d'Azov, voir dans l'Antarctique et dans l'Arctique, quand des preuves existent, à commencer par des images satellites bien définies et datées.
Autre problème, pour prouver, il faudrait que la nation agressée dévoile elle-même c'est propres moyens. Alors même que la France a bien une cartographie précise de l'espace, grâce à COSMOS crée en 2014, un bon nombre de ces entités ne sont pas identifiables, donc secrètes.
(Centre Opérationnel de Surveillance des Objets Spatiaux)
Et puis l'ère des nano-satellites commence à peine, n'importe qui pourra faire lancer n'importe quoi, à un faible cout, sans passer par les majors du spatial.
Même le Pentagone pourrait être largué dans ce domaine.
Là-haut, ce ne seront que de la ferraille et de l'électronique qui iront au tapis, et y'aura pas d'enterrements en grandes pompes, donc la Russie, la Chine et les Etats-Unis ne vont pas se priver de mercenaires métalliques. La France a tous intérêts à raccrocher les wagons, et à ne plus se faire larguer, parce que c'est bien tout le système de défense qui subirait les conséquences de dégradations dans le spatial. Sachant que les satellites fonctionnent souvent en meute, et que le disfonctionnement d'un seul d'entre-deux peut diminuer gravement, voir annihiler les capacité d'un groupe. Sachant que ces programmes sont très long et couteux à mettre en œuvre. Si la lumière et le son nous sont coupés, ils le seront pour au moins 2 ou 3 années, même en accélérant développement et lancement de satellites, pour réparer le ou les trous dans la raquette. Et que nous avons déjà bien moins de satellites que les nations qui nous précèdent, même avec des démonstrateurs qui seraient toujours actifs.
La meilleure défense c'est l'attaque, surtout parce que nous avons moins de satellites que ceux d'en face. Il sera plus facile de tous les défendre, et les zozos en face auront bien plus à perdre que nous, c'est donc stratégique !
Ce pourrait être exactement la même configuration de rapports de forces que dans la dissuasion nucléaire. 300 ogives seulement ? Mais largement de quoi passer l'envie aux 3 nations qui nous précèdent de venir nous titiller, elles auraient bien plus à perdre que notre petit hexagone !
Sinon pour le financement nous pourrions peut-être faire appel aux bousilleurs de croissance et créateurs de chômeurs : syndicats SNCF et Air France, logisticiens, gilets jaunes, mélanchonistes, lepénistes, écologistes, etc.
a écrit le 28/11/2018 à 17:08 :
L'Etat Fr Cigale et Ruiné : dette, sur-fiscalité et dépenses-gaspill offre gratis toute sa technologie à l'Etat Allemand Fourmi. Braderie de toutes les impulsions d'avenir de notre Président Charles De Gaulle et Georges Pompidou et VGE 1958-1981.
a écrit le 28/11/2018 à 15:29 :
Si les US peuvent se permettre se genre de fuite en avant techno c'est par ce qu'ils ont des google, apple, intel, nvidia, Oracle etc... une liste très longue...
Et c'est en réponse aux redoutables armes russes qui ont anéantis leurs rêves de domination absolue.

Une cerise sur le gâteau quand ya pas d'gateau donc finalement pas grand chose à défendre c'est ridicule ! On dirait l'ancienne noblesse décadente qui forge ses épées et boucliers alors qu'elle n'a plus de château.
Réponse de le 29/12/2018 à 14:03 :
Désolé mais ce n'est pas un argument, les russes n'ont pas d'argent et ils arrivent à faire des choses qui déstabilisent la puissance dominante.
Pourquoi pas nous?
Réponse de le 30/12/2018 à 8:02 :
Quelle redoutable arme russe au délà des hypes bruyants ? Donnez des examples concrèts de leurs exploits vérifiés et connus. Sachant qu'on n'est plus aux temps des Soviets.
.
Parlant de destabilisation, je ne vois pas en quoi la russie destabilise vraiment les USA. Je dois ajouter que dans ce cas alors la Corée du Nord destabilise les USA aussi. Tout comme l'Iran et même Cuba voire la Turquie destabilisent les USA. Je n'y vois pas un signe de puissance, au contraire. Une nation se doit de se préoccuper de son progrès et de son dévélopment pas de destabiliser les autres. Que gagne la russie dans sa destabilisation de l'Ukraine ? Rien que l'éloignement continu de l'Ukraine vis-à-vis la russie
a écrit le 28/11/2018 à 14:15 :
Beau déballage de technologies sans aucune esquisse de stratégie militaire et encore moins d'alliance. Cela rappelle le développement des aéronefs en 1914 (absence d'armement) ou le développement des chars en 1940 (absence de télécoms). La France abstraite est toujours là.
a écrit le 28/11/2018 à 13:01 :
Une fois de plus, macron et son gang nous font la preuve del eurs accointances suspectes avec le monde industriel. Certes, le petit fonctionnaire élyséen en cdd doit bien penser à sa reconversion et ce sont les financiers et autres industriels qu'il a servis servilement qui lui assureront son avenir professionnel; certes aussi, macron a depuis longtemps dépassé son seuil de compétences (s'il était vraiment compétent, il serait resté dans le privé et n'aurait pas fui dans un domaine qui n'exige ni compétences, ni déontologie, ni honnêteté : la politique); mais il démontre encore une fois qu'il est totalement incapable d'envisager un futur réaliste pour le pays. Investir dans de la technologie spatiale alors que la france est un état brinquebalant et complètement moyen-âgeux à tous égards ? Faut vraiment vouloir faire plaisir à ses petits copains de l'industrie pour faire passer ces gadgets inutiles et coûteux avant de tenter de faire entrer le pays dans l'ère moderne. La france, "leader" (par rapport à qui et à quoi ? Mystère !) du spatial militaire ? Bien triste et pitoyable leadership, en vérité. En pendant ce temps, la france reste toujours un pays complètement arriéré au niveau agricole, sur le plan énergétique, en ce qui concerne son enseignement ou ses soins de santé. Mais bon... Les français qui ont voté pour ce pitoyable branquignol sans compétences ni éducation, et ceux qui continuent à suivre comme des boeufs tout en râlant au comptoir du café du Commerce valent-ils mieux que ça ? Pas sûr ! La france est à l'image des français : arriérée.
Réponse de le 29/12/2018 à 14:08 :
Assez du discours "les français sont nuls".
a écrit le 28/11/2018 à 12:53 :
Pas idiot, cet investissement; Surtout s'il permet à des entreprises d'engranger de nouveauPas idiot, cet investissement; Surtout s'il permet à des entreprises d'engranger de nouveaux contrats et de nouveaux marchés. C'est toujours plus productif de consacrer de l'argent à ça plutôt que d'apporter des nouvelles "aides", "accompagnements" et autres "subventions" aux 10 millions de pauvres qui vivent e,n france et qui, quoiqu'on leur donne, resteront de toute manière pauvre et totalement inintéressants sur le plan socio-économique. Certes, l'investissement spatial sera à charge de tous, mais entretenir des assistés chroniques qui vivent aux crochets de tous l'est tout autant. En outre, ces soi-disants "pauvres" ont tous des télés à écran plat, des smartphones, des coûteux abonnements télé et autres gadgets onéreux et inutiles, mais se plaignent de ne pas boucler leurs fins de mois. On peut les gaver d'autant d'"aides" que l'on veut, ils seront toujours incapables de gérer leur budget. Autant ne pas gaspiller inutilement de l"'argent et faire vivre des entreprises productives. Laissons les "pauvres" s'avachir devant le match de foot truqué, s'abêtir devant The Voice et autres conner... du genre et râler au comptoir du Café du Commerce. ils pourront toujours s'acheter un gilet jaune... à crédit ! x contrats et de nouveaux marchés. C'est toujours plus productif de consacrer de l'argent à ça plutôt que d'apporter des nouvelles "aides", "accompagnements" et autres "subventions" aux 10 millions de pauvres qui vivent e,n france et qui, quoiqu'on leur donne, resteront de toute manière pauvre et totalement inintéressants sur le plan socio-économique. Certes, l'investissement spatial sera à charge de tous, mais entretenir des assistés chroniques qui vivent aux crochets de tous l'est tout autant. En outre, ces soi-disants "pauvres" ont tous des télés à écran plat, des smartphones et autres gadeats onéreux et inutiles, mais se plaignent de ne pas boucler leurs fins de mois. On peut les gaver d'autant d'"aides" que l'on veut, ils seront toujours incapables de gérer leur budget. Autant ne pas gaspiller inutilement de l"'argent et faire vivre des entreprises productives. Laissons les "pauvres" s'avachir devant le match de foot truqué, s'abêtir devant The Voice et autres conner... du genre et râler au comptoir du Café du Commerce. ils pourront toujours s'acheter un gilet jaune... à crédit !
a écrit le 28/11/2018 à 12:48 :
Article curieux qui laisse supposer que l France est souveraine ! déjà pour la plus petite opération terrestre ou maritime , le gouvernement demande l'aide (et l'autorisation préalable) de l'armée américaine ; ensuite inféodation à Bruxelles (Berlin dans les faits) .
Quand on brade son pays, pas la peine de financer un lobby d'armement : c'est un pognon de dingues, gâché !
a écrit le 28/11/2018 à 11:38 :
Arrêtez de parler de la France comme si elle était encore souveraine dans ses décisions, alors qu'elle a signé pour être sous la tutelle de cet administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles!
Réponse de le 28/11/2018 à 14:42 :
... sans oublier que la france profite un max de nombreuses aides venues, elles aussi, de Bru. A commencer par les subsides de la PAC qui engraissent scandaleusement les fermiers-profiteurs, assistés chroniques, qui nous empoisonnent au quotidien et qui empoisonnent la terre, les eaux, l'air et les animaux.
Réponse de le 28/11/2018 à 14:43 :
... sans oublier que la france profite un max de nombreuses aides venues, elles aussi, de Bru. A commencer par les subsides de la PAC qui engraissent scandaleusement les fermiers-profiteurs, assistés chroniques, qui nous empoisonnent au quotidien et qui empoisonnent la terre, les eaux, l'air et les animaux.
Réponse de le 28/11/2018 à 17:49 :
Il faut être réaliste! C'est qu'elle "profite" toujours sous condition, puisque, le décisionnaire des subsides est Bruxelles, qui distribue "ses" subventions aux nations qui finissent par nous concurrencer!
a écrit le 28/11/2018 à 11:36 :
En ponctionnant encore et encore les retraités...................
Réponse de le 28/11/2018 à 14:43 :
Bah ! Ponctionner des retraités, est-ce vraiment le plus grave ? N'est-il pas plus grave d'entraver les débuts de carrière des jeunes ? Place aux jeunes, que diable ! Même dans un pays d'assistés chroniques, de fraudeurs et de scandaleux profiteurs tel que la france !
Réponse de le 28/11/2018 à 14:44 :
Bah ! Ponctionner des retraités, est-ce vraiment le plus grave ? N'est-il pas plus grave d'entraver les débuts de carrière des jeunes ? Place aux jeunes, que diable ! Même dans un pays d'assistés chroniques, de fraudeurs et de scandaleux profiteurs tel que la france !
a écrit le 28/11/2018 à 11:36 :
Arrêtez de parler de la France comme si elle était encore souveraine dans ses décisions, alors qu'elle a signé pour être sous la tutelle de cet administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles!
a écrit le 28/11/2018 à 11:34 :
Arrêtez de parler de la France comme si elle était encore souveraine dans ses décisions, alors qu'elle a signé pour être sous la tutelle de cet administration hors sol qu'est l'UE de Bruxelles!
a écrit le 28/11/2018 à 9:58 :
Avec quel argent !Rien ne peut se faire sans augmentation trés nette du budget militaire ou alors il faudra faire des coupes nettes dans certains materiels ,helicopteres ,avions ext .......Macron a un gros soucis ,ses espoirs de croissance se sont envolé et comme Hollande ,il risque de finir son quinquennat avec moins de 2 % de croissance en moyenne !I est coincé alors il fera le strict minimum on peut bien trouver 100 ou 200 millions dans le budget de l'état mais avec ça dans l'espace on va pas trés loin .......................
a écrit le 28/11/2018 à 9:08 :
M. Cabirol, vos articles sont toujours un régal à lire car, riches, la plupart du temps ils sont dénués d'idéologie, c'est vraiment très agréable, un véritable havre de paix, surtout dans ce domaine là.

Maintenant quand vous voyez l'etat catastrophique de la puissance politique française et l'absence totale d’initiative même à moyen terme, autant vous dire qu'on voit mal comment nos hurluberlus sont capables d'entrevoir sereinement une vision à long voir très long terme de ce genre.

ET pour couronner le tout nous sommes coincés entre une france qui n'existe plus et une europe qui n'existe pas. Bref à part "tirer un plan sur la comète"... comment voulez vous qu'on y croit ? Mais vous avez raison il faut quand même en parler...
Réponse de le 28/11/2018 à 10:11 :
Je pense au contraire que la France a une meilleure vision stratégique que bien des pays d'Europe. Elle lance l'initiative d'une défense du continent européen, tente de s'émanciper des USA au relationnel toxique pour défendre mieux nos intérêts face à ces derniers, la Chine et la Russie.
Nous possédons d'énormes atouts de souveraineté contrairement aux reste du G7: Royaume Uni , au Japon, au Canada, à l'Inde ou l'Allemagne.

.
Réponse de le 29/11/2018 à 8:46 :
"Elle lance l'initiative d'une défense du continent européen,"

N'importe quoi... -_-

Ça fait trente ans que nos politiciens nous annoncent dans les médias de masse qu'une armée européenne allait voir le jour.

Vous viviez où avant ?
Réponse de le 29/12/2018 à 1:11 :
réponse à nexterience:
ah ah !!! vous devriez vous informer sur les Etats du G7 avant d'en parler. Vous n'avez pas cité le seul pays européen ayant des capacités semblable aux nôtres dans le domaine spatial (voir moteurs d'Arianne P120, VEGA Z40, Avum, Zefiro 9, P120, satellites, Thales Alenia Space, Avio, Telespazio....) mais vous avez raison seul notre pays ainsi que l'Italie ont une vision complète du spatial en Europe.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :