Guerre dans l'espace : pourquoi la France doit massivement investir (2/3)

 |   |  2137  mots
Washington ne renie pas l'éventualité d'une guerre dans l'espace sur le principe de la légitime défense et via l'introduction implicite de la notion de frappe préventive, observe le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) dans son ouvrage Chocs futurs.
"Washington ne renie pas l'éventualité d'une guerre dans l'espace sur le principe de la légitime défense et via l'introduction implicite de la notion de frappe préventive", observe le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) dans son ouvrage Chocs futurs. (Crédits : © NASA NASA / Reuters)
Dans l'espace, la menace est omniprésente. Elle pèse de plus en plus fortement sur les opérations des armées. La France doit continuer à s'armer pour faire face à l'arsenalisation de l'espace.

Le poids et le choc des mots. "Si nous perdons la guerre dans l'espace, nous perdrons la guerre tout court", a estimé en octobre à l'Assemblée nationale le chef d'état-major de l'armée de l'air (CEMAA), le général Philippe Lavigne. Tout est dit. Dans l'espace, la menace est aujourd'hui multiple et omniprésente : armes antisatellites, dont les armes à effet dirigé (laser notamment), espionnage, brouillage, cyber... L'espace est bel et bien devenu depuis plusieurs années un théâtre de conflictualités et un enjeu stratégique majeur. Son "arsenalisation", qui était crainte par la France et d'autres nations, se renforce d'année en année de façon discrète mais très fortement. La sécurité spatiale ressemble de plus en plus à la course aux armements nucléaires du début de la Guerre Froide...

Les Etats puissances, qui maîtrisent les technologies spatiales, principalement les Etats-Unis, la Chine et la Russie, mènent dans l'espace une guerre silencieuse mais stratégique pour dominer leurs adversaires ... et le monde. Mais pas seulement. Car l'irruption du New Space permet, à travers le concept de l'espace low cost, de faire accéder certaines nations à des projets spatiaux, notamment dans l'observation de la Terre. "Cela réduit l'écart technologique et opérationnel entre les vieilles nations spatiales et les émergentes qui entrent dans l'espace via les technologies civiles bas-coûts", explique un observateur.

Pékin et Washington lancent officiellement les hostilités

Mais avant cette guerre silencieuse, il y a eu deux événements mondiaux majeurs. La Chine d'abord, puis les Etats-Unis, ont envoyé un message clair et sans équivoque à l'ensemble des pays ayant des satellites. En janvier 2007, les Chinois ont réussi des tirs de missiles antisatellites à basse altitude (800 km d'altitude) et ont détruit un vieux  satellite météorologique, Fengyun 1C, par impact cinétique. Ce qui a d'ailleurs provoqué une multitude de débris spatiaux très dangereux pour tous les satellites en opération sur cette orbite.

En février 2008, les Etats-Unis ont bien sûr répondu à la Chine mais plus proprement en limitant les risques de pollution des orbites opérationnelles. Ils n'ont pas moins pulvérisé à 247 km d'altitude le satellite USA 193 en voie de désorbitation par un SM-3 Block 1, tiré du croiseur lance-missiles, l'USS Lake Erie. La guerre de l'espace était officiellement lancée. Quelques mois plus tard, le chef d'état-major de l'armée de l'air chinoise estimait "historiquement inévitable" une compétition entre forces armées dans l'espace et jugeait "impératif" que la Chine y développe des moyens offensifs et défensifs. De son côté, les Etats-Unis, après avoir défendu le concept d'espace sanctuarisé, sont aujourd'hui plus belliqueux avec leurs concepts de "Space control" et de "Space dominance", qui caractérisent leur doctrine militaire spatiale.

"Washington ne renie pas l'éventualité d'une guerre dans l'espace sur le principe de la légitime défense et via l'introduction implicite de la notion de frappe préventive", observe le secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale (SGDSN) dans son ouvrage Chocs futurs.

De plus en plus de "sous-marins spatiaux"

A compter de ces deux opérations de destruction, l'espace est donc devenu un véritable théâtre d'opérations. Il l'était déjà avant mais, avec la destruction par effet cinétique des deux satellites, les militaires ont enfin pris la mesure de la menace. Le commandement interarmées de l'espace (CIE), qui relève du chef d'Etat-major des armées, a d'ailleurs été créé le 1er juillet 2010. Le politique aussi en a pris pleinement conscience. "Le domaine spatial est aujourd'hui essentiel pour nos opérations, avait affirmé le 13 juillet dernier Emmanuel Macron dans les jardins de l'Hôtel de Brienne. Par les incroyables potentialités qu'il offre, mais également par la conflictualité qu'il suscite, l'espace est un véritable enjeu de sécurité nationale".

Au-delà de ces deux événements chocs, les Etats puissances se livrent une guerre plus discrète mais pas moins spectaculaire par le niveau technologique qu'il exige. "Les stratégies de contestation ou de déni d'accès prennent des formes nouvelles, avait expliqué en décembre 2017 l'ancien commandant interarmées de l'espace, le général Jean-Pascal Breton. Outre le développement d'armes à effet dirigé, capables de dégrader les performances de nos moyens, la maîtrise de la technique de rendez-vous dans l'espace permet de venir à proximité de capacités spatiales d'autres pays sur l'ensemble des orbites".  Environ 2% des objets spatiaux du catalogue du COSMOS (Centre opérationnel de surveillance des objets spatiaux), qui assure le suivi et établit le catalogue des objets spatiaux en orbite, sont "des inconnus avérés", avait pour sa part révélé lors d'un point presse en novembre 2017, le lieutenant-colonel Thierry Cattaneo, commandant du COSMOS.

"Ce sont des objets qui sont là et sur lesquels personne ne communique mais dont nous avons la connaissance uniquement grâce à l'exploitation du système GRAVES. Ce sont des sous-marins spatiaux, des objets qui par nature et par mission doivent rester discrets. Donc ils fondent un intérêt militaire certain", avait alors expliqué le commandant du COSMOS.

Observateur aguerri de la guerre spatiale, le lieutenant-colonel Thierry Cattaneo avait confirmé la "multiplication des activités suspectes" dans l'espace. Et de donner des exemples précis : il y a "des satellites qui devraient être géostationnaires et dont on voit qu'ils ne le sont pas, des apparitions de drones spatiaux comme l'X37B américain, des manœuvres de rendez-vous sur des satellites non-coopérants menées par la Chine, les Etats-Unis, la Russie".  Des opérations militaires principalement, dont le rendez-vous en orbite du satellite chinois Shijuan 15 en mai-août 2014. Les fameux cargos de l'espace (Space Tug), qui ont une logique commerciale de ravitaillement et de réparation des satellites, peuvent tout aussi dégrader un satellite cible. Tout l'enjeu du COSMOS, créé seulement en 2014 et sous la tutelle de l'armée de l'air française, est d'analyser la nature accidentelle, provoquée ou naturelle de l'événement spatial afin de pouvoir alimenter toute la chaîne décisionnelle et politique.

C'est d'ailleurs comme cela que Florence Parly a révélé en septembre dernier l'espionnage d'un satellite français par un autre de nationalité étrangère. Plus précisément, la ministre des Armées a pour la première fois donné officiellement un exemple précis d'espionnage d'un satellite de télécoms franco-italien, Athena-Fidus par le satellite russe Louch-Olymp. Ces actes d'espionnage dans l'espace ne sont pas nouveaux. L'armée de l'air française a reconnu avoir identifié en 2012, puis 2013 et, enfin, en 2015, des engins spatiaux qui se sont approchés de satellites militaires français. Ces satellites sont d'ailleurs restés à leur contact pendant une période relativement longue.  Très certainement pour les écouter. "Plusieurs de nos satellites ont ainsi été approchés par des objets de type satellites inspecteurs", avait confirmé le général Jean-Pascal Breton.

Un vrai danger pour les opérations des armées

Le domaine spatial est vital pour les opérations des armées et leur réussite. Toutes les missions ou presque de l'armée française, durant lesquelles elle a utilisé des missiles, en particulier provenant des avions, ont utilisé le système GPS. Seules certaines missions très spécifiques et d'un domaine réservé (nucléaire) se sont affranchis du système spatial américain. En Syrie, par exemple, des moyens de guerre électronique brouillent les armements guidés par GPS et les systèmes d'armes et de navigation des avions français, a récemment constaté le chef d'état-major de l'armée de l'air, le général Philippe Lavigne.

"Nous avons bien pris en compte cette menace lors de la préparation du raid Hamilton (les forces françaises, avec les Etats-Unis et la Grande-Bretagne, ont frappé plusieurs sites en Syrie en avril, ndlr). Si nous n'y prenons pas garde, j'estime qu'il existe un vrai risque de nous trouver privés de notre liberté d'action, et même de voir certains rapports de force s'inverser", a averti le général Lavigne.

Le président du CNES, Jean-Yves Le Gall a rappelé que la France "ne sait pas se protéger d'un satellite étranger qui viendrait fureter à proximité" des satellites français. Certes on peut se durcir : protection contre les tirs laser, mesures de cyber sécurité, etc". Mais face à des satellites qui seraient vraiment hostiles, "nous serions assez démunis", a-t-il constaté.

"Un satellite portant une charge explosive pourrait détruire l'un de nos satellites, a souligné le président du CNES. L'honnêteté force à dire que nous avons connu dans l'histoire récente quelques arrêts inexpliqués de satellites. Les plus indulgents mettent en cause l'action d'un ion lourd ou d'une micrométéorite, d'autres personnes pensent qu'il y a autre chose, mais il est difficile de le savoir..."

Renouvellement des capacités spatiales françaises

Florence Parly a de la chance. Il en faut aussi quand on est ministre. La ministre des Armées va bénéficier à partir de 2018 d'un renouvellement quasiment complet des capacités spatiales militaires françaises. Huit satellites actuels vont être remplacés par huit nouveaux dans les prochaines années. Pour autant, la France n'a pas encore franchi le pas d'armer ses satellites. "La France est très prudente, car elle ne veut pas d'une arsenalisation de l'espace - nous savons qu'un certain nombre de puissances y réfléchissent de leur côté -, mais soyez bien persuadés que nous continuerons d'accorder une importance croissante à ce domaine et à développer les moyens nous permettant de protéger nos satellites", a expliqué en octobre à l'Assemblée nationale le chef d'état-major des armées, le général François Lecointre.

Grâce à son centre militaire d'observation par satellite, l'armée de l'air garantit la fourniture de l'imagerie satellitaire au profit de l'ensemble du ministère, selon les priorités fixées dans les besoins en renseignement ou en produits géographiques. En 2016, les armées ont acquis 45.883 images de toute nature, soit environ 10 % de plus que l'année précédente. Les besoins en la matière vont croissant, en particulier en raison du niveau d'engagement des militaires français dans le monde. Cent vingt images par jour en moyenne ont été prises sur toute la surface du globe.

La France dans le peloton de tête en matière de renseignement

La France va se doter du nec plus ultra en matière de renseignement. Le système spatial CERES (Capacité de renseignement électromagnétique d'origine Spatiale) avec ses trois satellites, donnera aux forces armées une cartographie exhaustive des activités électromagnétiques globales.Clairement, ces satellites vont permettre à la France de maîtriser les systèmes de télécoms et de radars ennemis. Il sera mis en service fin 2020.

Dans le domaine de l'observation spatiale, les deux satellites militaires Helios 2, lancés en 2004 et 2009, et les deux satellites Pléiades lancés en 2011 et 2012, permettant d'observer de jour et de nuit (infrarouge), seront remplacés par trois satellites CSO (Composante spatiale optique). Ces trois satellites apporteront des améliorations significatives en termes de précision, de qualité, de temps de revisite par rapport aux satellites Helios. D'une durée de vie théorique de l'ordre de dix ans, ces satellites, qui permettent l'acquisition d'image à très haute résolution, seront lancés en 2018 (mi-décembre), en 2020, puis en 2021. Les capacités de renseignement dans le domaine spatial seront complètement renouvelées. Et tous les programmes de renouvellement de ces capacités de renseignement seront lancés dès 2023.

En matière de télécoms, le ministère des Armées prépare le programme Syracuse 4, qui est un système de communications sécurisées. Il doit permettre le maintien de la permanence des communications sur le territoire national et avec des zones prioritaires d'intérêt, ainsi qu'avec les bâtiments à la mer, en tout temps (paix, crises ou catastrophe majeure). Le programme comprend la réalisation de deux satellites qui remplaceront, à horizons 2021-2023, les satellites Syracuse 3A et Syracuse 3B actuellement en orbite

Enfin, dans le domaine de la surveillance de l'espace exo-atmosphérique, les moyens de veille des orbites basses GRAVES (Grand réseau adapté à la veille spatiale) et SATAM (Système d'acquisition et de trajectographie des avions et des munitions) seront modernisés en priorité, bénéficiant des opportunités de coopération européenne en la matière, et le système d'informations spatiales (SIS) sera amélioré. Il renforcera ainsi la capacité d'élaboration de la situation spatiale.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 27/12/2018 à 21:06 :
Il faut arrêter d'être naïf, il y aura une militarisation de l'espace.
Imaginez qu'un pays soit seul à développer des armes pour détruire les satellites étranger et qu'elle dispose de ses propres satellites. Alors dans 20 ans ce pays peut rendre n’importe quel pays aveugle et l'envahir en mode blitzkrieg. Surtout si ce pays a 1.5 milliards d'habitants et qu'il augmente son budget militaire de 8% chaque année...
a écrit le 27/11/2018 à 14:24 :
Exiger de l UE un moratoire sur la dette 5 à 10 ans serait idéal .
Et en corollaire les assurances vie aussi .
a écrit le 27/11/2018 à 13:08 :
La France doit surtout réduire les depence et commencer à remborcer la dette .... Ensuites nous devons develloper impérativement un defence militaire commune au niveau europeen .... Car la France n'a pas les moyen de se maintenir à sa plaçe actuel .
Nous somme pauvre et nous devrons nous y faire .... La croissance ne pourra revenir que dàns 10 ou 20 àns , si nous somme capable de faire les bonne réforme ....
a écrit le 27/11/2018 à 12:58 :
Il est impossible d'investir dans le domaine de "la défense spatiale", les caisses de l'Etat sont vides ainsi que le porte-monnaie de 80% des français.
Aujourd'hui, pour des millions d'entre nous, l'essentielle des priorités est de se loger décemment et manger à sa faim.
Donc des préoccupations à des années lumières de ce scénario à la "star wars" qui ne fait fantasmer que les belliqueux et/ou les actionnaires des entreprises d'armement.
a écrit le 27/11/2018 à 12:29 :
Quand on s'est que la France s'équipe de produits américains......Il serait préférable de développer ou de pérenniser de vrai filières industrielles en France, plutôt que de laisser les américains racheter petit à petit notre savoir faire (exemple Alstom....). Cela permettrait de créer des emplois par la même occasion.
a écrit le 27/11/2018 à 12:26 :
... cet investissement permet à certaines entreprises de signer de nouveaux contrats - donc d'engranger des bénéfices, de maintenir la main-d'oeuvre, voire d'engager- et qu'il s'accompagne d'autres investissements en matière de transition vers des énergies réellement propres et renouvelables (et donc pas l'énergie atomique), vers une politique des transports cohérente et efficace, vers une amélioration des soins de santé et de l'enseignement, alors : bravo ! C'est toujours plus constructif que continuer à entretenir la populace dans son état (volontaire, qui plus est !) d'assistés chroniques en demande d'aides, assistances et autres accompagnements dispendieux et inutiles. Il est anormal que de telles "aides" et allocations (y inclus les alloc familiales) existent alors qu'il y a des dizaines de milliers d'emplois en cdi et bien rémunérés à pourvoir, qui ne trouvent pas preneurs. Ben, pour ça, faudrait que les français soient moins profiteurs, fainéants et incompétents. Et qu'ils acceptent de se bouger le c... pour faire plus de 10 ou 15 km entre le domicile et le boulot, voire qu'ils acceptent de changer de région plutôt que de continuer à vivre d'alloc dans leur région sans débouchés. Bref, il faudrait alors que les français soient un peu moins... français. Qu'ils aient compétences, intelligence et courage. Autant dire que ce n'est pas demain la veille. Alors, plutôt que de gaspiller de l'argent pour cette populace, autant investir et faire fructifier des entreprises.
Réponse de le 27/11/2018 à 19:39 :
Bien dit
Réponse de le 28/12/2018 à 4:17 :
A SI.
Vous ne savez toujours pas que ce "pognon de dingue" donne a tous ces "pauvres" sert avant tout a maintenir la paix sociale ?
Supprimer cette mesure demagogue revient a faire peter le systeme.
Faire payer par tous pour une poignee de serviteurs. Relisez Machiavel.
a écrit le 27/11/2018 à 11:00 :
La misère est partout sur notre planète, et que font les gouvernements, ils investissent massivement dans des armes de plus en plus sophistiquées. Les dinosaures ont disparu et personne ne les a regrettés, on peut se demander si pour les hommes, ça ne sera pas la même chose. Le changement climatique à venir fera probablement le travail. Rapidement probablement vu ce qui se passe au Brésil , aux USA et ailleurs, business avant tout et après moi le déluge.
a écrit le 27/11/2018 à 10:53 :
"Toutes les missions ou presque de l'armée française, durant lesquelles elle a utilisé des missiles, en particulier provenant des avions, ont utilisé le système GPS. Seules certaines missions très spécifiques et d'un domaine réservé (nucléaire) se sont affranchis du système spatial américain. "

Tiens tiens, de nombreux spécialistes m'avaient asséné leurs certitudes à ce sujet affirmant que l'on pouvait se passer du gps pour des frappes de haute précision à longue distance...
Ce à quoi je leur avait répondu exclusivement pour les frappes peu précise c'est à dire nucléaire... ils ne feront pas amende honorable...
a écrit le 27/11/2018 à 10:32 :
Que ferait un gouvernement étranger si on perdait une guerre spatiale? Très franchement, qu’est ce que ça changerai pour 95% de la population? Pourquoi s’attacher à défendre des institutions comme les nôtres? Ces institutions ont leurs intérêts et nous les nôtres. Et les 2 ne sont pas loin d’etre irréconciliables.
a écrit le 27/11/2018 à 10:08 :
Pas idiot, cet investissement; Surtout s'il permet à des entreprises d'engranger de nouveaux contrats et de nouveaux marchés. C'est toujours plus productif de consacrer de l'argent à ça plutôt que d'apporter des nouvelles "aides", "accompagnements" et autres "subventions" aux 10 millions de pauvres qui vivent e,n france et qui, quoiqu'on leur donne, resteront de toute manière pauvre et totalement inintéressants sur le plan socio-économique. Certes, l'investissement spatial sera à charge de tous, mais entretenir des assistés chroniques qui vivent aux crochets de tous l'est tout autant. En outre, ces soi-disants "pauvres" ont tous des télés à écran plat, des smartphones et autres gadeats onéreux et inutiles, mais se plaignent de ne pas boucler leurs fins de mois. On peut les gaver d'autant d'"aides" que l'on veut, ils seront toujours incapables de gérer leur budget. Autant ne pas gaspiller inutilement de l"'argent et faire vivre des entreprises productives. Laissons les "pauvres" s'avachir devant le match de foot truqué, s'abêtir devant The Voice et autres conner... du genre et râler au comptoir du Café du Commerce. ils pourront toujours s'acheter un gilet jaune... à crédit !
Réponse de le 27/11/2018 à 11:29 :
Autant acheter directement aux anglo saxons plutot qu'à nos ingés chinois qui les copient depuis Mathusalem... ils ont deja de plus grandes séries ça fera baisser les couts et on aura pas à entretenir ces danseuses qui surfacture (Florence Parly très surprise de constater que les ventes massives sic de rafale dans des pays du tiers monde ne font pas baisser son cout pour le contribuable) et ne sont pas compétitifs avec des technos souvent en retard.
On aurait du acheter le F35 maintenant on est menacé par le benêt luxe de juncker avec nos rafales dépassés.
Réponse de le 27/11/2018 à 14:40 :
Pas très futé comme raisonnement ! Ce n'est pas en achetant à l'étranger que les entreprises françaises tourneront et survivront. Certes, encore faut-il qu'il y ait compétences en la matière, ce qui reste largement à prouver, mais gardons l'esprit ouvert. Acheter à l'étranger , Après ça, vous viendrez encore vous plaindre que des entreprises ferment, que le chômage augmente et que la paupérisation de la populace est galopante. Faudrait savoir ce que vous voulez, tout de même; Même si ces dépenses militaires sont loin d'être une priorité alors que la france a des soins de santé et un enseignement qui, bientôt, peut-être, un jour, arrivera au niveau du moyen-âge...
a écrit le 27/11/2018 à 10:02 :
solution européenne. et basta.

La France est raide. Elle ne peut plus. Elle n'a plus les moyens. Est ce si difficile à comprendre ?
Réponse de le 27/11/2018 à 12:44 :
Si ! Elle peut en avoir les moyens ! A condition d'enfin supprimer toutes les allocations (y compris les allocations familiales - que ceux qui font des gosses les assument financièrement et ne les mettent pas à charge de toute la communauté !), les aides et autres subventions qui confortent la populace-tion (ou, en tout cas, une bonne partie d'entre elle) dans son statut d'assistés.
Supprimer toutes ces "aides" dispendieuses destinées à des gens qui, de toute manière, ne sont pas foutus de gérer leur budget mensuel (il suffit pour s'en rendre compte de voir leurs habitudes d'achats et leurs dépenses inutiles : abonnements tv mensuels, smartphones, nouveaux gadgets électroniques...). Arrêtons de gaspiller cette manne qui coûte cher à tout le monde et augmente les impôts ou, au moins, consacrons le même budget à des initiatives qui permettent de booster les entreprises (et donc la main-d'oeuvre, et donc l'emploi - à condition que les français ne soient pas trop feignasses et incompétents pour aller bosser, ce qui reste largement à prouver).
a écrit le 27/11/2018 à 9:49 :
Pourquoi voulez vous que la France investisse l'argent de ses contribuables alors qu'elle n'est plus souveraine? C'est la simple décision d'une élite qui veut faire tourner sa machine sans que la population émette son avis!
Réponse de le 27/11/2018 à 10:53 :
Une tache de plus pour te polluer l'espace
a écrit le 27/11/2018 à 8:52 :
Petit exercice de mémoire:
Souvenez-vous, il y a quelques mois, Donald Trump relançait le programme Star War, sous les quolibets des medias français.
Quelques jours plus tard, on apprenait que la russie déployait secrètement des satellites capables d'écouter et de détruire d'autres satellites.
Aujourd'hui on nous presse à renforcer nos défenses spatiales.
Le sens critique journalistique est à géométrie variable.
a écrit le 27/11/2018 à 7:09 :
C’est des plans sur la comète.
a écrit le 27/11/2018 à 6:44 :
Une nouvelle ligne Maginot, spatiale cette fois... Encore un machin qui va nous coûter un bras. En cas de guerre entre grande puissance, aucun satellite ne sera à l'abris. Il faut donc développer des solutions alternatives déployées au moment opportun, c'est tout. Les anglais on par exemple mis au point une alternative au GPS. C'est du pragmatisme qui coûte moins cher et qui est plus fiable que de déployer une ribambelle de satellites qui seront détruit par l'ennemi. Mais c'est vrai que ça rapporte moins à des sociétés qui ne vivent que des commandes de l'état...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :