Constellations de satellites : Thales rafle un projet de surveillance de l'espace

 |   |  650  mots
NorthStar est une constellation qui regarde vers le haut pour surveiller notamment les débris spatiaux mais aussi les satellites qu'ils soient espions ou pas (photo d'un satellite de la:constellation Iridium développée et conçue par Thales Alenia Space)
NorthStar est une constellation qui regarde vers le haut pour surveiller notamment les débris spatiaux mais aussi les satellites qu'ils soient espions ou pas (photo d'un satellite de la:constellation Iridium développée et conçue par Thales Alenia Space)
Coup double pour Thales qui investit dans la constellation NorthStar, à travers la Space Alliance (Thales Alenia Space et Telespazio). Thales Alenia Space se renforce encore dans les constellations et débarque dans le marché de la surveillance de l'espace.

Décidément Thales est toujours dans les bons coups pour participer au développement et à la conception de constellations de satellites. Après avoir lancé O3b et Iridium, Thales Alenia Space (TAS) est monté à bord de constellations prometteuses comme Leosat (78 à 108 satellites), BlackSky (60 satellites) et plus récemment de Kineis (Argos), une constellation de 20 nanosatellites. A travers la Space Alliance, composée de Telespazio et de TAS, le constructeur de satellites a cette fois-ci investi dans la constellation NorthStar Ciel et Terre, pilotée par la société de services d'information canadienne NorthStar, basée à Montréal. Une constellation qui fleure bon le New Space...

Les premiers contacts entre NorthStar et la Space Alliance, et plus particulièrement Telespazio, remontent à environ deux ans. Les Canadiens étaient notamment intéressés par les services proposés par Telespazio, qui lui a proposé un partenariat beaucoup  plus complet dans le cadre de la Space Alliance. Près de deux ans ont été nécessaires pour finaliser ce partenariat entre les deux entités. NorthStar a notamment dans son capital deux actionnaires fondateurs, Telesystem Ltd, présent dans les domaines des médias et de la technologie, et KinetX, une société américaine spécialisée dans le domaine de la dynamique orbitale.

Une première levée de fonds à 35 millions d'euros environ

Ce groupe canadien a réalisé une première levée de fonds de 52 millions de dollars canadiens au total (34,7 millions d'euros). Un premier round auquel participent la Space Alliance, qui ne souhaite pas donner le montant de son investissement, ainsi que le ministère de l'Economie du Québec (8,6 millions d'euros conclus en août dernier) et le gouvernement du Canada (sous forme de prêts remboursables). Un deuxième round est espéré dans un an une fois les études préliminaires et le modèle économique définitivement affinés.

La Space Alliance fournira également les solutions pour la conception, le développement et la réalisation d'une constellation de 40 satellites, qui pourraient être d'un poids à peu près équivalent à ceux d'Iridium (860 kg). NorthStar Ciel et Terre fera de la surveillance de l'espace et de la géo-information ainsi que de l'observation de la Terre grâce à des capteurs hyperspectraux, qui vont analyser la composition chimique et minérale de la matière sur Terre (surveillance des océans, détection des départs de feux...). NorthStar Ciel et Terre proposera notamment des services pour l'agriculture, la pêche, l'urbanisme, les marchés du pétrole et gaz.

Thales en orbite dans la surveillance de l'espace

C'est également un très joli coup pour Thales dans le domaine de l'observation de l'espace ou SSA (Space Surveillance Awareness), où l'électronicien débarque enfin dans un secteur où il était étrangement absent. Car NorthStar développe le système le plus avancé dans le monde de la surveillance de l'environnement et de l'espace proche, explique à La Tribune Joël Chenet, conseiller du président de TAS, Jean-Loïc Galle. C'est une constellation qui regarde vers le haut pour surveiller notamment les débris spatiaux mais aussi pourquoi pas les satellites qu'ils soient espions ou pas. C'est d'ailleurs ce qu'avait laissé entendre la ministre des Armées, Florence Parly, lors de son discours au CNES à Toulouse en septembre.

"Thales, au sein de la Space Alliance, investit dans de nouveaux capteurs qui permettront le catalogage et l'identification des objets spatiaux, avait-elle dévoilé. Ce service pourra donner une capacité opérationnelle de premier rang".

La constellation NorthStar Ciel et Terre apportera une contribution pour cartographier les objets naturels et artificiels qui circulent autour de la Terre. Plus de 600.000 objets en orbite basse menacent effectivement les satellites. Soit des centaines de milliards de dollars qui peuvent disparaître dans le silence de l'espace. NorthStar proposera donc ses services aux marchés de la défense et à d'autres clients institutionnels.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/11/2018 à 21:32 :
Merci pour ce publi-reportage.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :