Le lanceur Ariane 6 est-il en danger ?

 |   |  1496  mots
(Crédits : ESA)
Airbus Safran Launchers remet en cause une grande partie du financement d'Ariane 6. Un dossier qui avait pourtant été approuvé en décembre dernier lors de la conférence ministérielle de l'Agence spatiale européenne (ESA) par les États membres. L'Allemagne menace de ne pas voter les crédits pour Ariane 6.

Rien ne va plus pour le programme Ariane 6. Notamment son financement. La plupart des engagements financiers pris dans le cadre de la conférence ministérielle de l'ESA (Agence spatiale européenne) de décembre 2014 sont remis en cause par les industriels. Comme l'avait révélé La Tribune, ils demandent une rallonge de 870 millions d'euros aux États membres qui ont souscrit au programme Ariane 6, via l'ESA. Le président d'Airbus Safran Launchers (ASL) Alain Charmeau évoquait même dans un courrier adressé à l'ESA le 27 janvier une augmentation de 5% de la contribution des États pour combler ce trou de près de 1 milliard.

Forte irritation de Berlin

Le courrier d'Alain Charmeau a provoqué pas mal de remous à l'ESA et un fort agacement des États contributeurs. Notamment de l'Allemagne qui refuse aux industriels une rallonge budgétaire. C'est d'ailleurs ce qu'explique la secrétaire d'Etat allemande aux Affaires économiques et à l'Energie, Brigitte Zypries dans deux courriers écrits en allemand et adressés au directeur général de l'ESA, Jean-Jacques Dordain, et à Alain Charmeau :

"J'apprends avec beaucoup d'inquiétude que seulement quelques semaines après la conférence ministérielle, les industriels évoquent un possible trou dans le financement du programme à hauteur de 800 millions d'euros".

Une irritation qui se traduit par une menace à peine voilée en direction des industriels, Brigitte Zypries précisant que le Bundestag doit encore se prononcer sur les crédits pour le financement d'Ariane 6.  Contacté par "La Tribune", ASL n'a pas souhaité faire de commentaires. "Les Allemands sont tout à fait capables d'arrêter brutalement le programme", avertit un industriel.

Dans son courrier, Brigitte Zypries rappelle à l'ESA l'effort qui a réalisé dans le cadre de la conférence ministérielle : "Dans des situations économiques difficiles, les pays participants ont consenti d'énormes efforts pour mettre à disposition les budgets nécessaires. Je pars du principe, dans ces conditions, que vous vous (Jean-Jacques Dordain, ndlr) mettrez d'accord avec les industriels pour maintenir le cadre de financement précédemment décidé à Luxembourg et d'exclure de demander d'éventuels surcoûts aux Etats membres".

>>>>>>Lire aussi: Pourquoi Airbus et Berlin se déchirent sur Ariane 6<<<<<<

Rétropédalage

Un courrier qui a obligé Alain Charmeau à rétro-pédaler dans une lettre datée du 10 mars et adressée à Brigitte Zypries. "Nous ne demandons pas d'argent supplémentaire aux États membres au-delà de ce que nous a offert l'ESA" pour financer Ariane 6, explique-t-il à la secrétaire d'Etat allemande. Pour sa part, Jean-Jacques Dordain, pourtant réputé proche des positions des industriels, fait également profil bas dans sa réponse à Brigitte Zypries datée du 5 mars :

"Je ne peux pas accepter les déclarations des industriels indiquant un trou dans le budget de plus de 800 millions d'euros pour achever le développement d'Ariane 6. La décision par les ministres au Luxembourg a été prise sur la base d'éléments solides et entièrement transparents communiqués aux États membres et à l'industrie. Le budget est suffisant et je ne demanderai pas d'argent supplémentaire".

Pour un industriel du secteur, "dire aujourd'hui qu'il manque plus de 800 millions d'euros, c'est se tirer une balle dans le pied. Cela ne fait pas sérieux de remettre une proposition sur la base d'études et revenir moins de deux mois plus tard en expliquant qu'il y a un trou". Tactiquement, ASL aurait dû attendre la conférence ministérielle prévue en 2016 pour avertir les États membres d'un problème de financement, estime un industriel.

ASL ne veut pas payer 400 millions sans contrepartie

Pour autant, les déclarations d'Alain Charmeau et de Jean-Jacques Dordain ne règlent rien. Car en dépit du "Nein" allemand pour financer les surcoûts découverts par les industriels après la conférence ministérielle de décembre, ASL campe sur sa position. Notamment la société commune entre Airbus et Safran ne veut plus financer le programme Ariane 6 à hauteur de 400 millions d'euros comme elle s'y était pourtant engagée en décembre à Luxembourg à l'occasion de la conférence ministérielle. Soit pratiquement la moitié du trou évoqué en janvier par Alain Charmeau.

La décision de la conférence ministérielle qui s'est tenue à Luxembourg contient un point expliquant que "l'industrie devrait investir en propre 400 millions d'euros dans le programme", a bien rappelé Alain Charmeau dans son courrier à la ministre allemande. Pour autant, a-t-il expliqué, l'industrie avait signalé "un empressement à en parler". Car aujourd'hui ASL demande des contreparties à l'investissement de la filière industrielle : "Cela doit maintenant être négocié entre l'ESA et l'industrie. (...) Cet investissement ne peut pas être intégré dans les calculs de juste retour géographique de l'ESA".

"Le budget disponible pour financer le développement d'Ariane 6 est entièrement conforme aux évaluations, qui ont servi à la détermination des enveloppes (financières, ndlr) proposées lors de la conférence ministérielle aux États membres, tout en tenant compte de l'investissement industriel de 400 millions d'euros", a expliqué l'agence dans un courrier daté du 19 février et adressé aux responsables des délégations des États membres et aux industriels. Un courrier qui aurait été imposé par l'Allemagne et qui étrangement n'a pas été signé par le directeur général, Jean-Jacques Dordain. Cet investissement des industriels doit être "reconfirmé en 2016".

Une posture dangereuse

"ASL s'assoit sur son engagement", note un industriel. Pourquoi ? Parce que les conditions associées à cet investissement ne sont plus remplies, estime donc ASL. "Mais lesquelles?", interroge un observateur du secteur. Or à l'ESA, on ne se souvient pas de telles conditions. Un accord avait pourtant été trouvé entre l'agence spatiale européenne et les industriels sur le coût de développement d'Ariane 6 (3,2 milliards d'euros, dont 738 millions pour le développement du moteur P120 de Vega), a rappelé l'agence. Et non 3,4 milliards comme l'indique Alain Charmeau dans son courrier de fin janvier.

D'ailleurs, cet accord a été présenté aux États membres le 23 septembre à l'occasion de la  réunion informelle qui s'est tenue à Zurich. "Comment l'ESA aurait pu demander aux États membres de valider un accord en décembre sans avoir eu auparavant le feu vert d'Airbus et de Safran", fait remarquer un industriel, habitué à telles de négociations avec l'ESA. Et de conclure que ASL "joue un jeu très dangereux avec l'Allemagne capable de claquer la porte".

Quels sont les points d'achoppement?

Le courrier du 19 février recense précisément les points d'achoppement dans le financement d'Ariane 6 entre ASL et l'ESA. Outre les 400 millions que les industriels s'étaient engagés à financer, l'agence rappelle que l'objectif du coût de développement d'Ariane 6 reste à 3,2 milliards, un montant "connu par l'industrie". L'ESA a également réduit le budget du moteur P120 de 174 millions d'euros, dont 82 millions dans des infrastructures en Guyane. Enfin, l'ESA n'a pas souhaité intégré le financement de la phase A du développement d'Ariane 6 (69 millions) et a exclu les activités de banc de tests, estimées à 27 millions d'euros. Soit les 870 millions que demandent les industriels.

Le développement d'Ariane 6 s'élève à 3,215 milliards d'euros, a confirmé l'ESA. Sur la réduction du budget du moteur P120, l'ESA estime que la réduction du périmètre du P120 ne peut pas être considéré comme un problème budgétaire puisqu'elle représente une réduction d'activités par rapport à ce qui a été décidé le 23 septembre. En revanche, elle est prête à discuter avec les industriels sur le financement de nouvelles installations en Guyane (82 millions). Enfin, l'agence considère que les Etats membres n'ont pas à financer deux fois la phase A, qui déjà été entièrement contractualisée. Enfin, la proposition des industriels de financer les bancs de test est arrivé après la réunion du 23 septembre.

Quelles sont les autres revendications des industriels?

Outre les 870 millions réclamés, faut-il rappeler que les industriels demandent également aux Etats membres de l'ESA de garantir cinq lancements institutionnels par an... pour tenir le prix de vente d'Ariane 6 déclinée en deux versions : Ariane 62 (70 millions d'euros) sera destinée aux lancements institutionnels; Ariane 64 (96 millions d'euros), plus puissante, vise le marché des télécoms. Mais pas que... car ils demandent aux Etats de s'engager sur le long terme. "Personne ne dispose de la durée attendue par les industriels, décrypte un bon connaisseur. Une condition facile pour se désengager sur le prix de vente" si les Etats ne satisfont pas ASL.

En outre, les industriels exigent l'utilisation gratuite du Centre spatial guyanais (CSG) afin de tenir les prix de lancement. Ce qu'Arianespace n'a jamais obtenu, la société finançant 50% des installations du CSG. "Les conditions exigées par ASL pour l'exploitation des lanceurs entraînent une aide financière publique 2 à 2,5 fois supérieure à ce que perçoit Arianespace aujourd'hui", explique-t-on à La Tribune.

>>>Lire aussi : Pourquoi le rachat d'Arianespace par Airbus n'est pas vraiment urgent<<<

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 16/04/2015 à 22:45 :
Et tout cela pour un lanceur qui sera obsolète et non compétitif avant même son premier vol. Trop drôle !
a écrit le 15/04/2015 à 14:46 :
D'accord avec Zomur : informations un peu orientées...ancien du CNES, connaissant bien le contexte, je pense que cet article méli-mélo public-privé ne permet pas à un non initié de comprendre qqchose. Quelques repères:
1. oui, Arianespace, crée et voulue par le CNES, a une valeur à définir.
2. oui, les temps ont changé il faut passer le relais à l'industrie qui n'a plus besoin d'être
" cornaquée" . Plus besoin d'une Direction DLA mi-CNES mi-ESA. Une économie certaine...
3. Nous n'avons plus de Ministre de la Recherche impliqué dans le spatial. Vite, çà manque dans un contexte òu l'Allemagne va présider l'ESA
4.Oui, le CNES et ses 2000 "Agents" doit être dégraissé. On le dit depuis + de 15 ans. La culture Arsenal variante Radio France çà suffit et çà fait pas le poids devant Space X.
Malgré tout bonne route à Ariane6.
a écrit le 14/04/2015 à 13:13 :
Chers contribuables, vous avez été si gentils la dernière fois avec l'A400M... On s'est dit que pour Ariane 6 vous pourriez aussi faire quelques rallonges pour l'industriel préféré des français ! Promis c'est la dernière fois qu'on demande jusqu'à la prochaine fois.
Réponse de le 15/04/2015 à 22:44 :
En ce qui concerne l'A400M prenez le temps de répléchir à quelques légers détails qui vous ont apparemment échapé. Un avion de type A400 est un équipement militaire qui ne se vend et s'exporte qu'avec la bénédiction des gouvernements, qui sont aussi, les clients de lancement. Dans ce contexte l'industriel fait ce que souhaite le client, même si c'est un peu c...n. A l'arrivée il est un peu facile de charger Airbus et de le tenir pour responsable de certaines inepties. Par ailleurs regardez les autres programmes de même type dans le monde, ce n'est guère mieux. Il y a quelques raisons autres que la perversité des méchants industriels.
a écrit le 14/04/2015 à 12:42 :
Un programme comme celui là doit rester sous le contrôle des états, on voit une fois de plus que les industriels seul, contrairement à ce qu'ils disent, sont incapable de financer des projets autre que gadgets type objets connectés et pin's.
Ils veulent l'argent public pour se filer des golden hello et parachutes, c un scandale!
Réponse de le 14/04/2015 à 17:12 :
petite erreur à la française ! l'argent public ne provient que de la création de richesse du privé : pme, entreprises, indépendants, artisans, agriculteurs..car même si les élus et fonctionnaires payent des impôts, c'est avec leur paye qui vient des impôts et taxes sur le privé....

évidemment, ce n'est pas avec l'éducation nationale qu'on va apprendre ces fondamentaux de l'économie....haro sur les entreprises et les patrons...

reste à savoir qui s'est planté, à clarifier. Quand à nier la création industrielle, no comment...pour autant d'accord sur les salaires du cac, mais ne pas oublier que les régimes spéciaux des fonctionnaires, c'est 22 milliards de gains possibles...et tout à l'avenant dans le grand gaspillage public, par dizaines de milliards..
Réponse de le 14/04/2015 à 19:15 :
Encore un expert en économie qui n'y connaît absolument rien, ça change....
De nbs entreprises sont ou ont était public et sont même devenu des leaders à l'internationale, Arianespace, airbus etcetc
Sans oublier que l'etat fourni un cadre et des subventions qui permettent aux entreprises de se dévelloper et de prospérer. Les fameuses 170 milliards de niches fiscales, dont les 35 milliards du CICE est venu plomber notre déficit.
Les autoroutes sont un parfait ex, racheter 1 e symbolique et sont devenu une pompe à frique.
Aucun gros projet industrielle qui doit être fait sur le long terme sans avoir à dégager 10% de marges dès les premières années pour les actionnaires, n'est issu d'une entreprise privé....
L'éducation nationale est créateur de richesse puisque ce sont les salariés de demain, les hôpitaux achètent de l'équipement médical d'entreprise privé etcetc

Les fameux régimes spéciaux, le truc qui sert de bouc émissaire avec les immigrés, les rsaiste pour tout les frustrés des thèses d'Hayek déçu qu'il n'ait pas percé en France et de voir que ses théories, malgré un baroud d'honneur, sont de plus en plus contesté, on entre dans une ère de coopération et de solidarité. ET oui le socialisme, pas celui de macron ou valls, est en voie d'extinction pour mieux renaitre.
Réponse de le 14/04/2015 à 20:34 :
Vous etes toujours pret à donner des leçons aux autres, mais pas avec votre argent, mais l'argent public. Qu'on abandonne cette mentalité de socialo communiste, l'urss on sait ce que ça a donné. Le socialisme ne devrait meme plus exister.
a écrit le 14/04/2015 à 11:16 :
Comme quoi donner tous pouvoirs aux industriels sur le programme Ariane dans le cadre de la joint venture Airbus-Safran n'est clairement pas une bonne idée...
a écrit le 14/04/2015 à 11:12 :
Le PDG d'Airbus ne veut plus d'Etats dans son capital, là où il y a de l'argent à gagner, mais là, il n'hésite pas à les solliciter!
a écrit le 14/04/2015 à 10:32 :
Si je comprends bien ASL veut préempter toute la filière lanceurs à un coût 2,5 fois plus élevé en aides d'états qu'actuellement. Y-a comme un loup là!
Réponse de le 14/04/2015 à 15:03 :
Je travaille sur ce programme... Cet article est une suite d'interprétations quasi malhonnêtes et totalement orientées... Le journaliste est d'ailleurs bien connu pour sa croisade continue contre les industriels et surtout contre Airbus, au sens large. Les sources soit disant industrielles qu'il site ne sont pas nommées... Serait ce un concurrent d'Airbus ? :-) tous les extraits sont totalement sortis du contexte! C'est vraiment du journalisme de niveau zéro !
Réponse de le 14/04/2015 à 16:55 :
Content de lire la position d'un homme de l'intérieur. Qui a t-il de faux dans cette article ? Pourriez-vous nous en dire plus, sans dévoiler de secrets, bien entendu. La position des industriels n'étant pas clair. Venant d'une des deux sociétés, je suis étonné de ce qui est écrit !!
Réponse de le 15/04/2015 à 3:00 :
@zomur, êtes-vous sûr que ce n’est pas vous qui êtes de très mauvaise foi. Ce journaliste a une bien curieuse façon de faire une croisade contre les industriels avec des titres d’articles de ce type :

La fabuleuse année 2014 d’Airbus Space Systems : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20150122trib05c664ef8/la-fabuleuse-annee-2014-d-airbus-space-systms.html

Airbus Group vole de records en records : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/20150227tribce231806a/airbus-group-vole-de-records-en-records.html

Airbus Helicopters décroche un très beau contrat en Corée du Sud : http://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/airbus-helicopters-decroche-un-tres-beau-contrat-en-coree-du-sud-460870.html

Peut-être que ce journaliste est bien informé tout simplement et que cela vous met en rage, non ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :