Les premiers satellites de la constellation OneWeb en orbite

Arianespace a engagé avec succès le déploiement de OneWeb en réalisant le premier lancement d'une série de 21 pour cette constellation. Elle doit fournir un service à haut débit et faible latence à un large éventail de marchés et rendra le très haut débit accessible partout dans le monde.
Michel Cabirol

2 mn

Le démarrage du service commercial de la constellation d'OneWeb est prévu en 2021.
Le démarrage du service commercial de la constellation d'OneWeb est prévu en 2021. (Crédits : Arianespace)

Enfin une bonne nouvelle  pour la constellation OneWeb. Mais le plus dur commence pour OneWeb : démontrer que son "business model" sera rentable. Pour l'heure, Arianespace a engagé mercredi dans la soirée avec succès le déploiement de OneWeb en réalisant le premier lancement d'une série de 21 pour cette constellation. D'une masse au décollage de 886 kg (147,7 kg par satellite), les six premiers satellites, placés à 1.000 km d'altitude et appelés OneWebF6, inaugurent la constellation OneWeb, qui fournira en principe des services de communication planétaire et assurera un accès Internet sans faille, à tous, partout dans le monde.

Ce premier lancement pour l'opérateur OneWeb ouvre également la voie à la phase de déploiement de la constellation initiale pour laquelle Arianespace effectuera 20 vols  supplémentaires avec le lanceur russe Soyuz depuis trois bases spatiales (Kourou, en Guyane française, Baïkonour, au Kazakhstan et Vostotchny, en Russie), d'ici à 2020. La constellation initiale OneWeb sera constituée d'environ 650 satellites et pourra atteindre plus de 900 satellites afin de répondre à la croissance de la demande mondiale.

Démarrage commercial en 2021

En 2020, OneWeb débutera les démonstrations clients et assurera, dès 2021, une couverture planétaire 24h/24h. Dans ce cadre, le démarrage du service commercial est prévu en 2021. Initié en 2014 par l'entrepreneur américain Greg Wyler, le projet de cette constellation fournira un service à haut débit et faible latence à un large éventail de marchés (aéronautique, maritime, liaisons cellulaires, Wi-Fi communautaire, services de communication d'urgence) et rendra le très haut débit accessible partout dans le monde (air, terre et mer). Les six premiers satellites de la constellation ont été fabriqués à Toulouse par OneWeb Satellites, une co-entreprise fondée par OneWeb et Airbus Defence and Space.

Avec OneWeb, Arianespace confirme sa capacité à déployer toutes les constellations de satellites. Grâce à sa famille de lanceurs actuelle (Ariane 5, Soyuz et Vega) et future (Ariane 6 et Vega C), Arianespace occupe une place unique sur ce marché en croissance des constellations de satellites au service des télécoms et de la connectivité, de l'observation de la Terre ou de la navigation. La société européenne de services de lancement a déjà mis en orbite 109 satellites pour des constellations avec Ariane 4, Ariane 5, Soyuz et Vega. Outre ceux de OneWeb, 20 autres satellites de constellation pour les opérateurs Spire (8), Airbus Defence and Space (4), ESA et Commission Européenne (4) et O3b (4).

Michel Cabirol

2 mn

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 4
à écrit le 28/02/2019 à 13:37
Signaler
"Les premiers satellites de la constellation OneWeb en orbite" ou l'art de continuer à polluer l'espace en répandant des débris partout ("La constellation initiale OneWeb sera constituée d'environ 650 satellites et pourra atteindre plus de 900 satell...

le 28/02/2019 à 18:26
Signaler
@Aerolithe, s'agissant d'une initiative privée, il n'y a là aucun impact négatif sur les "urgences".

le 28/02/2019 à 20:09
Signaler
"en répandant des débris partout" Ben non, justement, les satellites sont conçus pour ne pas laisser des débris et se désorbiter proprement en fin de vie. "juste pour aller traquer sur le moindre endroit de la planète les données personnelles du moi...

le 01/03/2019 à 14:05
Signaler
"en répandant des débris partout" : ben si ! Le 1ier problème est qu'il n'y a pas de normes et que chacun fait ce qu'il veut (maintenant si vous m'affirmez que CES satellites sont "propres", je veut bien vous croire sur parole) et que 2ièment les lan...

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.