Pourquoi SpaceX a une nouvelle fois crashé à l'atterrissage son lanceur Starship

 |  | 653 mots
Lecture 3 min.
Les prototypes Starship SN9 et SN10 de SpaceX avant le lancement de SN9
Les prototypes Starship SN9 et SN10 de SpaceX avant le lancement de SN9 (Crédits : SpaceX)
SpaceX va devoir travailler l'atterrissage de ses lanceurs prototypes Starship, un programme développé pour des vols interplanétaires. C'est un des moteurs Raptor qui est à l'orginie du nouveau crash.

Un prototype d'un nouveau lanceur Starship développé par SpaceX (SN9) s'est écrasé mardi 2 février à l'atterrissage lors d'un vol d'essai sur le site de Cameron County situé au Texas sur la cote Atlantique, selon les images diffusées par le constructeur américain propriété du milliardaire Elon Musk. Le prototype SN8 (Starship serial number 8) avait connu le même sort en décembre dernier. Il avait réussi à décoller avant de s'écraser. "Nous avons encore eu un excellent vol", a cependant estimé un spécialiste de SpaceX commentant le vol d'essai en haute altitude (10 km), diffusé en direct. "Nous devons juste travailler un peu sur l'atterrissage", a-t-il précisé.

En cause, un des moteurs Raptor

Après avoir plusieurs tests de pilotage contrôlés dans le ciel texan, le lanceur ne n'est finalement pas présenté dans une position verticale juste avant de se poser. Son ordinateur de vol embarqué qui contrôle les paramètres de Starship pendant le vol, devait également permettre un atterrissage précis à l'emplacement prévu. "Lors de la manœuvre pour l'atterrissage, l'un des moteurs Raptor ne s'est pas rallumé et a fait atterrir SN9 à grande vitesse", a expliqué SpaceX.

"Ces vols d'essai visent à améliorer notre compréhension et le développement d'un système de transport entièrement réutilisable conçu pour transporter à la fois l'équipage et le fret sur des vols interplanétaires de longue durée et aider l'Homme à retourner sur la Lune et à voyager vers Mars et au-delà", a expliqué SpaceX.

Après un bras de fer avec l'administration fédérale de l'aviation américaine (FAA), le prototype Starship SN9,  propulsé par trois moteurs Raptor - un moteur à combustion Méthalox réutilisable -, avait été autorisé à voler mardi. Le futur lanceur de SpaceX a pu décoller à 14H30 locales pour atteindre une altitude de 10 kilomètres. Il a ensuite coupé progressivement ses moteurs et effectué une série de manœuvres horizontales. Ces essais se produisent dans une zone quasi-déserte louée par SpaceX, à l'extrême sud du Texas, près de la frontière avec le Mexique et au bord du golfe du Mexique -- une zone suffisamment vide pour qu'un accident ou une explosion ne cause pas de dommages, ni ne fasse de victimes.

Objectifs Lune et Mars

Starship sera composée d'un vaisseau habité et d'un premier étage, appelé Super Heavy, équipé de 37 moteurs au lieu de 9, le tout mesurant 120 mètres de hauteur, et capable d'emporter 100 tonnes en orbite autour de la Terre. Starship sera le lanceur le plus puissant au monde jamais développé, avec la capacité de transporter plus de 100 tonnes métriques en orbite terrestre. Elon Musk imagine lancer un jour plusieurs de ces vaisseaux à la conquête de Mars. Mais dans un premier temps, ce lanceur, s'il devenait opérationnel, pourrait s'avérer utile pour des voyages plus proches, notamment pour la Lune, où la NASA veut rétablir une présence durable à partir de 2024.

Le 17 septembre 2018, SpaceX avait annoncé que le milliardaire japonais Yusaku Maezawa serait le premier passager privé de la société à voler autour de la Lune en 2023. Ce premier vol de passagers lunaire privé, avec un survol de la Lune dans le cadre de une mission d'une semaine, aidera à financer le développement du vaisseau spatial et du Super Heavy de SpaceX.

Enfin, Starship est également conçu pour livrer en orbite des satellites à un coût inférieur à celui des lanceurs Falcon actuels, explique SpaceX. Ce qui pourrait laminer une bonne fois pour toute la concurrence déjà très fortement déstabilisée par SpaceX. Avec un compartiment de charge utile plus grand que n'importe quel carénage actuellement en fonctionnement ou en développement, Starship crée des possibilités pour de nouvelles missions, y compris des télescopes spatiaux encore plus grands que le James Webb.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 04/02/2021 à 1:00 :
Elon Musk sait ce qu'il fait , si il n'est pas inquiet c'est qu'il sait qu'avant sn15 aucun changement majeur n'est apporter au prototype donc sn10 puis sn11 subirons sûrement le même sort malheureusement .
probablement aussi pour ca que sn12,13,14 il me semble ou du moins certains de leurs prototypes sont annule avant sn15.
a écrit le 04/02/2021 à 0:59 :
Elon Musk sait ce qu'il fait , si il n'est pas inquiet c'est qu'il sait qu'avant sn15 aucun changement majeur n'est apporter au prototype donc sn10 puis sn11 subirons sûrement le même sort malheureusement .
probablement aussi pour ca que sn12,13,14 il me semble ou du moins certains de leurs prototypes sont annule avant sn15.
a écrit le 03/02/2021 à 17:54 :
Si Space X ne sait pas faire rapidement, les Chinois sont là… C'est vrai qu'avec 1,4 milliard de ''pékins'' ç'est 4 fois plus rapide pour trouver une solution qu'avec 300 millions d'habitants.
Réponse de le 03/02/2021 à 21:46 :
C'est comme ça qu'ils fonctionnent : ils se plantent plusieurs fois et tout le monde se moque puis un jour ils réussissent et plus personne ne se moque. Après c'est eux qui se moquent de ces gens qui ont passé leur temps à leur dire que c'était impossible.
Réponse de le 07/02/2021 à 3:13 :
parce que les fusées chinoise ne tombe pas mdrrrrrrrrrrr les chinois travaillent a la photocopieuse, ils attendent les progrès de spacex
pour l'instant cela s'appelle des test, alors ne pleure pas...
a écrit le 03/02/2021 à 16:52 :
...me demande si récupérer le lanceur est une si bonne idée compte tenu des risques a l'atterrissage, du coût des moyens pour cette fonction, du coût de la maintenance pour la remise en état, des risques de réutilisation d'un matériel "d'occasion"...
Réponse de le 03/02/2021 à 19:16 :
a la fin cela coût toujours bien moins cher il l'à déjà expliqué pratiquement 10 fois moins
y a juste à résoudre le problème des nouveaux raptor et le transfert des masse (il y a 3 réservoirs à l'intérieur)
a écrit le 03/02/2021 à 10:42 :
Parce que l'on ne fait pas d'omelette sans casser des oeufs, le truc que nos vieilles momies oligarchiques de dirigeants ont complètement oublié faisant que nous autres européens sommes condamneés à nous faire dépasser de tous les côtés. Alors que l'argent devrait servir à investir il ne leur sert plus qu'à faire de l'argent, comme voulez vous que tout n'y soit pas totalement crevé là dedans ? Ils se croient encore au 19 ème siècle à savoir du temps où leur aliénation cupide ne se voyait pas.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :