« Quand Airbus saura comment vendre l'A380, IAG sera prêt à discuter » (Walsh)

 |   |  478  mots
Selon Willie Walsh, le directeur général d'IAG, il n'y aurait aucune négociation aujourd'hui entre British Airways et Airbus pour l'achat d'A380 supplémentaires.
Selon Willie Walsh, le directeur général d'IAG, il n'y aurait aucune négociation aujourd'hui entre British Airways et Airbus pour l'achat d'A380 supplémentaires. (Crédits : Peter Nicholls)
IAG, la maison-mère de British Airways, Iberia, Air Lingus et Vueling, envisagerait d'acheter plus d'A380 si Airbus faisait des efforts sur le prix du très gros porteur, a déclaré mardi Willie Walsh, le directeur général du groupe aérien.

Pour justifier la faiblesse des ventes de l'A380, Airbus a souvent pointé du doigt les craintes des compagnies aériennes de ne pas pouvoir remplir de manière suffisamment rentable cet avion, à l'exception de son premier client, Emirates, qui en a commandé près de 180 exemplaires (options comprises), la moitié environ du carnet de commandes.

« Quand une compagnie aérienne sait le remplir, cet appareil est extrêmement économique. Il a du potentiel », avait notamment déclaré il y a deux ans dans La Tribune Fabrice Brégier, l'ancien président d'Airbus Commercial Aircraft.


Un A380 vaut 445 millions de dollars au prix catalogue

Toujours très cash, Willie Walsh, le directeur général du groupe IAG, maison-mère de British Airways, Iberia, Aer Lingus et Vueling, n'est visiblement pas de cet avis. Lui qui en a acheté 12 exemplaires en 2007 du temps où il dirigeait British Airways, rejette la faute sur la politique tarifaire d'Airbus.

"Les prix proposés par Airbus par le passé sont inacceptables pour nous", a-t-il indiqué à Reuters, en marge d'un colloque organisé par Airlines for Europe, une association des compagnies aériennes européennes qui regroupe notamment Air France-KLM, Lufthansa, IAG, Ryanair et Easyjet.

Au prix catalogue (qu'aucune compagnie ne paie), un A380 est vendu 445 millions de dollars.

"Nous avons très clairement dit à Airbus que s'il veut vendre l'A380, il doit être énergique sur le prix et quand il saura comment vendre l'avion, il n'aura qu'à nous le faire savoir et nous serons prêts à discuter".


British Airways n'est pas en négociation avec Airbus

Ce n'est pas la première fois que Willie Walsh dénonce les prix de l'A380. En 2016, il avait déjà déploré des prix excessifs en menaçant de recourir à des avions d'occasion. Chose qu'il n'a pas faite jusqu'ici.

Selon Willie Walsh, il n'y a aucune négociation aujourd'hui entre British Airways et Airbus pour l'achat d'A380 supplémentaires. Il dément ainsi les informations de Bloomberg en janvier qui affirmaient que le groupe aérien était en discussion avec Airbus pour acheter des A380 supplémentaires. Ou peut-être joue-t-il sur les mots, des discussions ne sont pas des négociations.

British Airways présente le profil idéal pour l'A380. Elle possède d'une part la plus grande flotte de B747, l'avion qu'est venu concurrencer l'A380 lors de son lancement en 2000, et est basée, d'autre part, à l'aéroport d'Heathrow qui restera congestionné en l'absence de troisième piste, qui a 50% de chance de voir le jour, selon Willie Walsh. L'A380 constitue donc, à l'heure actuelle, le seul moyen de croître pour BA.

Après avoir signé la vente de 36 appareils à Emirates, Airbus a assuré le maintien de la production pendant à 10 ans, à des cadences très faibles. L'avionneur compte sur d'autres commandes pour pouvoir relever les cadences et réduire les coûts de production.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 07/03/2018 à 7:02 :
British Airways est le plus gros acheteur de l'A380 en Europe. Etrange non ? Que font Air France, Luftansa, KLM, Air Ibéria etc...
a écrit le 06/03/2018 à 20:30 :
Je pense exactement la même chose des Porsche, Ferrari, etc...les prix sont inacceptables😎
a écrit le 06/03/2018 à 17:08 :
Pure tactique de négociation.
Quand un client se plaint, c'est qu'il est intéressé.
Si le projet A380 a été correctement mené, il devrait bien y avoir un prix de vente qui pourra satisfaire les acheteurs et le vendeur.
Réponse de le 08/03/2018 à 22:04 :
C'est surtout qu'arrivent sur le marché de l'occasion les premières exemplaires d'A380, âgés d'à peine une dizaine d'années. Une alternative très intéressante à l'achat d'appareil neuf tant qu'Airbus ne lancera pas une version remotirisé de l'A380 ..
a écrit le 06/03/2018 à 16:07 :
Emirates seul client, n'a de cesse de réclamer en vain une Autre motorisation.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :