Rafale : le gouvernement indien veut discuter avec la France plutôt qu'avec Dassault

 |   |  316  mots
Initialement évalué à 12 milliards d'euros, le contrat de 126 Rafale serait plus proche des 20 milliards d'euros, le coût de fabrication des 108 Rafale assemblés en Inde s'avérant plus élevé que celui des avions assemblés en France.
Initialement évalué à 12 milliards d'euros, le contrat de 126 Rafale serait plus proche des 20 milliards d'euros, le coût de fabrication des 108 Rafale assemblés en Inde s'avérant plus élevé que celui des avions assemblés en France. (Crédits : © Regis Duvignau / Reuters)
Après avoir annoncé vendredi l'achat de 36 Rafale "prêts à voler", le gouvernement indien pourrait mettre fin aux négociations avec Dassault concernant la vente de 126 appareils et discuter directement avec la France.

L'Inde préfère négocier d'État à État. Tout futur contrat d'achat d'avions Rafale se fera via des négociations directes avec le gouvernement français, a déclaré lundi 13 avril le ministre indien de la Défense, Manohar Parrikar, laissant ainsi penser que les tractations en vue d'un accord avec Dassault Aviation sur 126 appareils ont été mises en suspens.

Au cours de sa visite en France, vendredi 10 avril, le Premier ministre indien, Narendra Modi, avait annoncé l'achat de 36 Rafale "prêts à voler" via des discussions de gouvernement à gouvernement, après trois ans de négociations infructueuses sur la fixation du prix d'appareils à monter en Inde.

"Au lieu de passer par un appel d'offres, ce qui occasionne beaucoup de confusion, de chaos, il a été décidé que 36 avions seraient livrés prêts à voler. Ce qui sera fait avec le reste fera l'objet d'autres discussions", a dit le ministre, en soulignant que la méthode privilégiée, désormais, serait celle de négociations directes avec le gouvernement français plutôt qu'un retour à des négociations commerciales.

Un échec des négociations pourrait redonner espoir à la concurrence

Les négociations distinctes sur un contrat d'achat de 126 de ces appareils à Dassault, dont 108 à monter en Inde, se sont heurtées à des difficultés, selon le ministre de la Défense, qui n'est toutefois pas allé jusqu'à affirmer que le gouvernement de New Delhi y avait mis fin..

Initialement évalué à 12 milliards d'euros, il serait plus proche des 20 milliards d'euros, le coût de fabrication des 108 Rafale assemblés en Inde s'avérant plus élevé que celui des avions assemblés en France.

Toute décision d'abandonner des négociations commerciales signifierait la fin de ce qui était présenté comme l'un des plus gros contrats d'armement au monde, et pourrait redonner espoir à la concurrence, selon des experts du secteur aéronautique.

 (Avec AFP et Reuters)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 14/05/2015 à 0:22 :
question partenariat stratégique avec l'inde ça date de 1979, j'y étais, on leur a vendu nos mirage 2000, mais dans le cadre d'un partenariat incluant la prospective qu'ils auraient la bombe atomique mais qu'ils sauraient agir avec en responsabilité c'est à dire faire de la dissuasion aussi bien avec la chine qu'"avec le Pakistan,lequel s'est confirmé au fil des ans, la france émettant un veto des grandes puissances cherchant à leur interdire à accéder à cette technologie, c'est vrai à tel point que lors du tsunami, seules les ong françaises ont eur l'autorisation de venir aider les populations, petit rappel dans cet appel d'offres ce que voulait originellement l'inde c'est acheter à Dassault le savoir faire pour construire eux-mêmes le mirage, Dassault a refusé, ce qui explique la longue histoire du Rafale, trop cher pour l'inde qui veut une flotte complète de bombardiers et qui compte sur un nombre restreint d'avions de supériorité pour leurs ouvrir des couloir.
C'est vrai que les indiens sont tordus en affaire et qu'il n'est pas agréable de traiter avec eux, par contre si vous parlez d'état responsable à état responsable, ils répondent présent et tiennent leurs engagements. A discuter marchand de tapis on est perdant, à lier nos histoires ils sont fiers d' être allié de la france et son histoire face à la chine et le Pakistan. Quand certains parlent de corruption c'est bien réel mais force est de remarquer que cet accord a primitivement débuté à l'occasion d'une fraude et qu'après ils ont enquêté et mis à l'écart des hauts fonctionnaires qui chez eux étaient impliqués. Bref on peut compter sur l'état indien quand on parle de partenariat, encore faut-il comprendre leur besoin et je ne trouve pas normal de ne pas leur vendre en plus des 60 Rafale dont ils ont besoin pour faire la différence, la capacité de production des mirage 2000 qui assurent toujours nos propres défenses.
Soit l'état français impose à Dassault de vendre une usine de production de Mirage 2000 soit de développer une version export modernisée en version light de cet avion, sinon c'est se moquer de l'inde et du sérieux de notre relation.
a écrit le 16/04/2015 à 17:20 :
du nouveau sur le site Breiz Atao

Echec historique de Le Drian/Hollande : L’Inde annule sa commande de 126 avions de chasse Rafale au profit de la Russie
a écrit le 15/04/2015 à 20:36 :
peu de nouveau :

Google : "Make in India: Rafale deal may take off as a joint venture between French and Indian firm"
a écrit le 15/04/2015 à 8:47 :
az
a écrit le 15/04/2015 à 8:00 :
La vérité c'est que l'Inde veut renégocier avec le gouvernement pour obtenir davantage. Politiquement Hollande est pris. Les contribuables paieront en secret. Les cocoricos prématurés auront un coût.
a écrit le 15/04/2015 à 7:36 :
Bien, il est sur que cela est plus rassurent pour les contrats d'armement, la France s'engage a livrer le matériel commander meme si certain pays ferons de forte pression politique ou economique.... S'est avions devrons voler encore 20 ans, donc beaucoups de soutien à maintenir de longue annee, avec une capacité à maintenir les engagements.....Ensuite pour défendre nos seçret et innovation, le gouvernement et Mr dassault ne laissera pas partir nos innovations technologie même pour un peux d'argent....
Réponse de le 31/05/2015 à 22:26 :
Faut espérer que Dassault pourra résister à la tentation. Parce qu'une joint venture peut signifier une transmission de technologie. Déjà quand on a des ingénieurs et un appareil à leur proposer à décortiquer, on prend des risques mais si, carrément, des usines sont montées à l'étranger...
a écrit le 15/04/2015 à 3:14 :
Excellente nouvelle. Cela va permettre d'annuler le premier appel d'offre qui devenait kafkaien mais que le sanglais et les américains avaient a l’œil. En effet, tout clause non respectée, sur la production en Inde par exemple, pouvait faire annuler le contrat. Dans un contrat d'état a état, l'Inde et la France seront libres de toute contestation des anglo saxons.
a écrit le 14/04/2015 à 23:40 :
Je suis content que cela soit enfin dit, il était hors de question que l'on vendent nos secrets technologiques comme le radar AESA.
Le mieux je pense c'est de repartir sur une base saine de coentreprise franco-indienne privée 50/50.
L'Inde aura à commander 60 ou 90 autre Rafale à la France, le temps que l'entreprise franco-indienne naisse... je pense que cela va être ainsi.
a écrit le 14/04/2015 à 22:02 :
Les indiens ne sont pas fous, ils ont peur qu'on leur refile Serge Dassault lors de leurs prochaines élections municipales...
a écrit le 14/04/2015 à 21:26 :
Tiens, certains commencent à comprendre...
a écrit le 14/04/2015 à 20:55 :
Le prix moyen du Rafale s'élève à environ 116 millions d'euros l'appareil. C'était le prix soi-disant nominal pour le Brésil et ensuite pour l'Arabie Saoudite. Si l'on calcule que le montant des 36 Rafale vendus (théoriquement jusqu'à l'heure actuelle) à l'Inde s'élève à 4 milliards d'euros (et non 5 milliards comme annoncé) alors le prix moyen descendrait à 111 millions d'euros l'appareil. Le prix du F-35 américain (encore loin d'être performant) est de 289 mio de dollars (270.9 mio d'euros).

L'un des concurrents directs du Rafale, le Saab Gripen, possède un atout majeur à faire valoir : son peix. L'armée de l'air brésilienne va s'équiper de 36 appareils pour un montant de 4,5 milliards de dollars mais avec une différence de taille : les Gripen seront construits au Brésil qui pourra aussi les exporter en Amérique latine, selon l'accord passé avec Saab. Un autre concurrent de taille, le F-18, le 2ème avion de combat le plus utilisé dans le monde, a un prix moyen de 100 mio d'euros. Jusqu'à là, la France a eu beaucoup de chance.

En revenant à l'achat des 34 Rafale par le gouvernement indien, on peut se poser la question : quelle était donc la raison majeure de New Delhi pour l'option Rafale ? ne soyons pas dupes, ce n'était pas à cause uniquement des performances du chasseur français – il y a de pour et de contre à ce sujet – mais pour d'autres raisons qui se cachent derrière cette affaire. Des transferts de technologie notamment de l'avionique seraient-ils au rendez-vous ? que veut-elle l'Inde de la France ?

Quand on sait que l'Inde est une partenaire dans le projet du chasseur russe de 5ème génération, le T-50 (PAK-FA), on peut se demander que va-t-il faire le Rafale dans une armée de l'air composée primordialement d'armements de fabrication russe, avec des concurrents (peut-être moins sophistiqués technologiquement mais autant sérieux) comme les Su-34 et un futur Mig-35. En fait, il y a eu un petit tour de prestidigitation, il me semble, et le prestidigitateur en question n'est pas François Hollande, mais c'est Barack Obama.

Vraisemblablement quand de la visite du Président américain en Inde, le 25 janvier, le sujet Rafale a été traité avec le PM indien. Et pourquoi ? parce que la vente d'armements français, à l'exception de quelques pays de l'Afrique, cela concerne directement Washington. Les Etats-Unis ont l'intérêt à élargir leur marché d'armes avec l'Inde mais ce ne sera pas une tâche facile vu l'attachement historique de New Delhi à Moscou. Néanmoins, il y a eu des tractations sur d'autres domaines (on parle de nucléaire, de coopération en mer de Chine, changements climatiques et d'augmentation d'échanges commerciaux entre les USA et l'Inde) mais n'oublions pas que Washington reste en dette avec Paris sur le contentieux BPC Mistral qui devraient être livrés à la Russie. Hollande, en fidèle serviteur, suit bien la consigne de l'OTAN et du Pentagone et se refuse de livrer les Mistral à la Russie. Du coup, il est bien possible que le Rafale a entré dans les discussions entre Obama et Modi.

Cependant, puisqu'on commence déjà à parler qu'il y a de l'eau dans ce vin, les choses se gâtent. L'éventuel abandon de négociations commerciales entre la France et l'Inde mettrait une croix sur le « plus gros contrat d'armement au monde » et redonnerait de l'espoir aux concurrents, notamment, à la Russie, premier exportateur d'armements vers l'Inde.
Réponse de le 14/04/2015 à 22:04 :
Sur Wikipédia, le modèle le plus onéreux du Rafale (la version marine embarquée) est annoncé pour un coût unitaire de 80 millions d'€. Après le prix varie selon les négociations, les contres-parties, les options et le nombre d'exemplaires commandés.

Le Grippen est nettement moins performant que le Rafale mais il est aussi plus économiques, d'où son succès. C'est une gamme en dessous mais tous les pays n'ont pas forcément besoin du haut-de-gamme (la Suisse vu sa superficie et l'absence d'ennemie n'avait pas besoin du Rafale). On aurait du garder et améliorer le Mirage 2000 pour avoir plusieurs gammes avec le Rafale.

Le JSF35 est un fiasco économique (son budget a totalement dérapé) qui n'a été conçu qu pour empêcher l'émergence d'une industrie aéronautique militaire européenne indépendante, en distribuant des miettes aux européens

Les américains sont nos alliés mais sont néanmoins .des concurrents. Donc normal qu'Obama vante l'industrie de son pays. Mais récemment l’Égypte n'a pas pu employer ses F16 intervenir en Libye faute de feu vert des USA. Cela a du faire réfléchir les Indiens.

Concernant la livraison des mistrals aux Russes, l'Otan ne donne pas d'ordre, ce n'est pas dans sa façon de fonctionner. Il y a une énorme pression diplomatique notamment de la Pologne et des pays baltes qui ont un mauvais souvenir très vive de l'occupation soviétique. Ce n'est pas l'Otan qui avait fait prendre la décision par la France de ne plus livrer en armement les Israéliens.
D'ailleurs les autorités américaines ont de plus en plus de réticences vis-à-vis de l'Otan car cela les oblige à négocier en permanence avec les autres pays de l'alliance là où ils aimeraient bien agir tout seul.Ils se souviennent encore très bien comment ça s'étaient passé lors de la guerre du Kosovo, guerre qui durait plus longtemps que prévu et plus elle durait plus l'unité de façade se lézardait entre ceux qui voulaient aller jusqu'au bout des opérations et ceux qui voulaient arrêter et négocier ...
Réponse de le 15/04/2015 à 3:25 :
Le Gripen ne joue pas dans la même ligue que le Rafale, ce n'est pas comparable. C'est un mono-réacteur plus économique et moins performant, chose confirmé par l'évaluation de l'armée suisse qui avait placé le Rafale en tête, devant tous les autres compétiteurs, F-18 américain compris. Le Gripen est comparable dans son positionnement au LCA (Light Combat Aircraft) Tejas que HAL produit depuis peu.

"on peut se demander que va-t-il faire le Rafale dans une armée de l'air composée primordialement d'armements de fabrication russe"

L'Inde a aussi des Mirage 2000 et ils en sont très satisfaits. C'est l'avion de l'armée de l'air indienne qui possède le plus haut taux de disponibilité. A l'inverse ils rencontrent beaucoup de problèmes de fiabilité avec les réacteurs de leurs avions de combat russes.

"on sait que l'Inde est une partenaire dans le projet du chasseur russe de 5ème génération, le T-50 (PAK-FA)"

Plusieurs experts militaires, notamment le général Jonathan Greenert de l'US Navy, s'accordent pour dire que les avions de 5ème génération, dits "furtifs", ne respectent pas leurs promesses. Leur furtivité serait en effet mise à mal par les radars modernes ce qui ne les rendrait en définitive pas vraiment plus furtif qu'un Rafale qui possède des équipements de brouillage radar et qui a prouvé en Libye sa capacité à passer outre les défenses anti-aériennes. De plus pour conserver sa relative furtivité, un avion de 5ème génération ne peut suspendre des missiles et des bombes sous ses ailes car cette furtivité repose grandement sur la forme de l'appareil. De surcroit la forme particulière des avions furtifs nuit à leur manœuvrabilité ce qui en fait des proies faciles en combat aérien rapproché contre un avion très maniable comme le Rafale. Pierre Sprey, le concepteur du très répandu F-16 américain et du A10, a par ailleurs qualifié le F-35 de 5ème génération de "citron".
a écrit le 14/04/2015 à 20:21 :
Maintenant que ce gouvernement a fait crier victoire par les médias, les Indiens vont lui faire du chantage. Hollande et son équipe devra céder..... Ces socialistes sont des fonctionnaires incapables. Des clauses secrètes seront négociées et le contribuable paiera.....
a écrit le 14/04/2015 à 19:14 :
Dans une récente chronique intitulée: "« CLIMAT ET ENERGIE » DOSSIER CHAUD DE LA FIN DE L’ANNEE 2015 ?" la webradio webtv indépendante AWI faisait valoir le refus de l'Inde de se laisser dicter la conduite à tenir concernant les rejets de GES dans la perspective de la conférence mondial de Paris. Cette chronique précisait également que les termes et conditions du contrat portant sur les Rafale, d’un montant estimé à quatre milliards d’euros, restaient à préciser.
a écrit le 14/04/2015 à 18:23 :
LE RAFALE N'ATTEINT PAS SA CIBLE le gouvernement indien veut traiter d'etat a etat il espere sans doute une bonne remise
a écrit le 14/04/2015 à 17:01 :
ça sent le pot de vin ? oui l état serait il plus coulant sure le rpix ?
a écrit le 14/04/2015 à 15:51 :
" le coût de fabrication des 108 Rafale assemblés en Inde s'avérant plus élevé que celui des avions assemblés en France".

Comme quoi...
Réponse de le 14/04/2015 à 21:09 :
Mais si ! évidemment, si l'on considère les investissements dans la logistique pour réaliser les lignes de montage en Inde, la prospection des régions o?u seraient implanté les bâtiments industriels et administratifs, la formation de personnel et éventuels embauches de main d’œuvre étrangère, tout cela aura bien un coût. Et celui-ci sera ajouté aux prix de chaque appareil "made in India".
a écrit le 14/04/2015 à 15:31 :
Ça sent le traquenard futur....
a écrit le 14/04/2015 à 14:37 :
Aucun intérêt économique de fabriquer en Inde, ni pour les vendeurs, ni pour les acheteurs, ni pour les contribuables. Qu'on laisse faire la loi du marché et vu que les usines de Dassault en France sont efficientes, indépendantes et opérationnelles, qu'on les fassent tourner et même que l'on en construisent en double si il faut. L'Euro ( vu la faillite de la zone Euro qui s'aggrave ) devrait encore baisser pour que les usines gagnent encore en compétitivité., ça serait très rentable.
Réponse de le 14/04/2015 à 15:28 :
Bien en accord avec vos propos Gary -
Réponse de le 14/04/2015 à 17:59 :
Et ton salaire, Gary, avec la baisse de l'euro il serait encore rentable lui aussi ?
Réponse de le 15/04/2015 à 11:30 :
Gary, il va falloir vous renseigner un minimum avant d'écrire des inepties.
Ici, il ne s'agit pas de loi du marché. Dès le départ, le contrat était clair : L'inde voulait construire ses 108 Rafales chez elle et souhaitait bénéficier d'un transfert totale de technologie. Réponse de Dassault : "Pas de problème !". Dassault ont exposé aux indiens toute les usines et les technologies à mettre en place pour construire les pièces du Rafale et là les indiens ont déchanté. Ils ont compris que si ils voulaient le construire eux mêmes, le Rafale 100% India allait couter 2 fois plus chère que le Rafale construit en France ! Non mais ils 'attendaient à quoi ? Le devis fournit par Dassault n'allait tout de même pas comprendre la mise en place de tout l'appareil industriel pour construire le Rafale ! Ils ont cru au père Noel nos amis indiens !
a écrit le 14/04/2015 à 14:09 :
C'est tout simple, les Indiens veulent faire payer aux contribuables Français la garantie des avions fabriqués par les Indiens. Ils sont eux mêmes peu sûrs d'eux, d'où l'achat des 36 avions fabriqués en France.
Réponse de le 14/04/2015 à 14:37 :
oui c'est exactement cela .
pour avoir travailler avec eux il espère nous faire payer toute leurs erreurs de fabrication.
avec 60 on a sauvé notre ligne jusqu' à la fin du programme.
On doit rien leur céder
il nous pollue assez avec leur produit qui respecte aucune règle et en plus il croient avoir le science infuse voir leur super voiture low cost a 2000 dollar qui est un fiasco alors qu'ils traitaient tous les ingénieurs occidentaux d'incapables car on savait plus réduire le cout des fonctions
voir un reportage d il y a 7 ou 8 ans au lancement de leur bouses a quatre roues
Réponse de le 15/04/2015 à 8:25 :
@pho78 - c'est vrai, et je voudrais rajouter que les indiens sont infects en business. j'ai egalement travailler un an en inde, je connaissais avant d'y partir mes lourdeurs de leur administration et leurs niveau de corruption; Et bien ce fus pire une foi sur place. les champions de la mauvaise fois, ne tiennent pas leur paroles, et l'administration c'est les 12 travaux d'Asterix, pour ceux qui se souviennent de la maison qui rend fou!!! Un veritable cauchemard capable d'annihiler toute bonne volonte...
a écrit le 14/04/2015 à 13:32 :
quand même étonnant de négocier un achat en ecartant le fabriquant de la nego.
a écrit le 14/04/2015 à 13:31 :
Hmmm pas de bon augure.... la crédibilité commerciale de la France se trouve passablement ternie, ça se voit. Et pour les Mistral, où en est-on ? ^^
a écrit le 14/04/2015 à 13:24 :
Maintenant les pays ne veulent plus acheter des produits si ils ne sont pas construit dans leur pays.
Demandons aux indiens sur tout ce qu'on importe qu'ils soient produit en France, ah mais ça ne sera plus indien.... on marche sur la tête....
a écrit le 14/04/2015 à 13:19 :
evolution logique suite à l'achat des 36 rafale : l'annulation du 1er contrat va suivre. Toutefois, la clause de construction "Make in India" faisant parti de ce contrat, et les concurrents déboutés étant particulièrement attentifs au respect de cette clause, le contrat initial ne peut pas etre liée à la dernière commande !!! Ne pas oublier non plus que, à l'échelle du pays, une commande de 36 avions, c'est une micro-flotte, particulièrement onéreuse à entretenir si elle s'arrêtait là !
En ce qui me concerne, j e penche plutot pour d'autres commandes de rafale, au fur et à mesure des livraisons... le projet de 126 avions sera caduque ensuite !!
Réponse de le 14/04/2015 à 21:38 :
Même si le Rafale est une excellent avion, 36 exemplaires risquent d’être nettement insuffisant pour l'Inde vu la taille continentale du pays (5x la superficie de la France), les deux menaces majeures à ses frontières (Pakistan, Chine + marine chinoise qui monte dans l'océan indien) et l’inévitable taux attrition.
La France pour ses propres besoins avait commandé 286 avions Rafale alors que son territoire est plus restreint et qu'il n'y a pas de menace immédiate à nos frontières.
En raison de l’enlisement du contrat MRCA (126 avions), les autorités indiennes ont donc décidé de parer au plus urgent en modernisant les Mirages 2000 (seuls avions utilisables sans restrictions au-dessus de l’Himalaya) et en commandant ce premier lot de 3 escadrons de 12 Rafale chacun. Et à mon avis cela va annoncer d'autres commandes similaires par la suite tellement les besoins des forces indiennes sont immenses. Il y a un gros gap à rattraper. Leurs avions d'origines russes ne valent pas un clou. Même l'Algérie veut se débarrasser de ses Soukhoï Su-27 qui sont identiques à ceux des Indiens ...
a écrit le 14/04/2015 à 12:34 :
Excusez moi , mais le titre est trompeur...! , le gouvernement indien n'a fait qu'une annonce, officielle à travers une " déclaration conjointes" qui apparemment n'avait rien de définitif...( j'ai d'ailleurs fait cette observation ici même!)
Réponse de le 14/04/2015 à 13:17 :
Les titres ici changent au gré du "mood", des plaisirs ou des émotions qu'ils suscitent... :-))
a écrit le 14/04/2015 à 11:57 :
le ministre indien a aussi dit que l'inde allait acheter plus de Rafale par l'intermédiaire de negotiations de gouvernement à gouvernement et que le nombre , en sus des 36, n'est pas encore fixé. Il a aussi donné le vrai cout de l'ex contrat MMRCA : 13.5 milliards d'euros ... mais bon cela fait beaucoup d'informations a integrer d'un seul coup pour les journalistes ...
a écrit le 14/04/2015 à 11:41 :
Les dessous de ces contrats de vente-achat des Rafale à l'Egypte et à l'Inde se trouvent clarifiés dans cet article ici : lesakerfrancophone.net/rafale-le-mur-du-con-a-ete-franchi/

Coté français on fanfaronne comme étant une "réussite de François Hollande" quand, en fait, il n'y en est rien. La visite de Barack Obama à New Delhi y est pour beaucoup de chose, elle est aussi liée à l'assouplissement de la position française dans les accords de NAFTA et dans les sanctions contre la Russie, notamment pour la non-livraison des Mistral. Le célèbre voyage-éclair de Hollande à Moscou s'insérait aussi dans ce cadre de faire pression (quoique très subtile) sur Washington. Washington dans son "infinie complaisance" a donc permis à l'Egypte et à l'Inde de "faire un geste" envers l'Etat français. Non sans oublier que ce n'est pas Le Caire qui va payer pour ces Rafales ni pour la frégate mais une partie par les Saoudiens et l'autre par les banques françaises.

Il faut donc relativiser (exercice ardu pour les journalistes français dès qu'il s'agit de vanter un exploit quelconque de chez nous) cette vente de Rafale à l'Inde et à l'Egypte car celle-ci ne comporte pas la création d'une tradition de marché mais il s'agit d'un fait sporadique, comme c'était le cas des Mirages vendus au Brésil et qui se trouvent actuellement remplacés par des chasseurs de fabrication suédoise. Le premier fournisseur d'armements à l'Etat indien reste la Russie et cela date des temps de l'URSS, malgré tous les efforts de Washington pour rafler cette place aux Russes.

Coincée entre les monopoles des américains et des russes, la France pourrait diversifier plutôt sa production d'armements, miser sur les missiles et systèmes radar, par ex., et limiter les avions de chez Dassault à son propre marché.
Réponse de le 14/04/2015 à 13:34 :
@Clément Ch. a rajouté peut être pour éclairer votre post, que Vladimir Poutine a signé il y a environ un mois, 18 contrats avec l'Inde ...! .concernant divers domaines et plus particulièrement dans le domaine militaire, le développement en commun d'un nouveau chasseur bombardier multi-rôle indien ! à la clef une proposition est encours d'évaluation pour remplacer et/ou améliorer le parc aéronautique russe actuel de l'armée indienne;....
Réponse de le 14/04/2015 à 15:04 :
@pipo
Pipo!
Exemple:
Développement chasseur 5ème génération (FGFA), départ en 2007, le T50.
Version indianisée : PAK-FA (Prospective Airborne Complex of Frontline Aviation), 244 exemplaires prévus initialement.
10/2012, quantité réduite à 144.
12/2013, l'IAF indique que le FGFA ne répond pas aux attentes indiennes.
01/2014, le Ministère de la Défense estime que le moteur AL-41F1 manque de puissance, que les russes ne coopèrent pas assez et le cout trop élevé.
01/2014, l’IAF estime que le moteur est peu fiable, le radar insuffisant, la participation de l’Inde trop faible, et le prix du chasseur exorbitant avant même sa mise en service.
Entrée théorique en service 2017-18.
03/2014, Russie, T-50 (PAK FA) la commande des 52 premiers avions de 5ème génération prévus se réduisent à 12.
Pensez-vous que l'Inde, qui se plaint déjà du cout, va continuer avec un avion toujours plus cher si les russes en commandent moins? Pas certain.
04/2014, l'Inde ne répond plus: "Defence ministry ignores Russia’s requests to discuss FGFA fighter project"
Les accords, pré-accords, lettres d'intention valent 0, comme les coopérations engagées qui peuvent être abandonnées, portes avions franco-anglais, Navantia, etc.......
Lors de la visite du 1er ministre indien, la France en a signé 13 d'après la presse, et alors? Ce qui compte c'est le concret.
Réponse de le 14/04/2015 à 17:25 :
@Clément Ch.
---
Je retente une réponse plus courte, plus soft et moins détaillée, en espérant qu’elle soit validée.
---
N'auriez vous pas d'autres sources plus sérieuses ?
La méthode, utiliser un amalgame de faits sans liens, sortis de leurs contextes, pour bricoler des articles délirants.
Il existe tout de même des lectures plus utiles et profitables........
---
1- Rappel historique, les deux premiers contrats export des Mirage 2000 étaient pour l'Egypte et l'Inde. Etonnant? Le hasard n'existe pas.
2- L'Egypte coopère donc avec Dassault depuis longtemps et avait déjà formulé avant Sissi son intérêt pour le Rafale.
3- Vous oubliez que les américains soutiennent les frères musulmans, ce qui explique la brouille avec Sissi. Vous oubliez que Poutine n'était pas passé en Egypte depuis une dizaine d'années.
4- Début juin 2014, la France a signé pour 4 corvettes (avec option + 2), pour une valeur supérieure à la FREMM vendue cette année. Ce contrat flingue votre démonstration. Pour ce contrat, un responsable égyptien avait clairement expliqué la raison de ce choix, l'indépendance, par rapport aux Etats-Unis et à la Russie.
Pour ce qui est des navires, nous coopérons aussi depuis longtemps avec l'Egypte.
5- Coface et banques ont fait des prêts à l'Egypte, c'est courant dans des contrats qu'ils soit civil ou défense, rien d'extraordinaire. L'Arabie Saoudite, les EAU, le Koweit et Oman prêtent effectivement des milliards à L'Egypte.
6- "Washington dans son "infinie complaisance"" Les américains ne nous font pas de cadeaux, pour preuve la bagarre en 2014 pour les 2 satellites que nous avons finalement vendu aux E.A.U. Les américains ne sont complaisants que lorsque certains de nos produits les intéressent.
7- Les indiens en ont marre de travailler avec les russes, retard sur les pièces détachées, manque de fiabilité, coopération inexistante. “Many in the IAF do not like the way the Russians work with them,” said one Indian specialist. “The Russians treat Indians like they are children and the IAF officials with the gold braid on their caps are used to being treated with excessive deference and the Russians do not do that.”
8- Les clients exports des russes exigent de l'électronique de qualité, souvent française, quelquefois israélienne. Donc acheter français est pour l'Inde le moyen le plus direct pour être satisfait. Renseignez vous donc pour ce qui est des équipements du Su30-MKI indien. Cherchez les origines de l’avionique, tout est sur le web.
9- "Coincée entre les monopoles des américains et des russes" La France, petit poucet, s'en sort plutôt bien, ça doit vous énerver ?
10- " et limiter les avions de chez Dassault à son propre marché." Ca prouve que vous avez une méconnaissance totale de l'industrie et de ses contraintes. Si on suit votre conseil, sans client export, dans 3 ou 4 années, la chaine Rafale s'arrêtera, le personnel (Dassault et sous traitants) sera licencié, le savoir faire sera perdu à jamais. La France ne pourra plus construire seule un nouveau chasseur ou un drone de combat. On perdra donc notre indépendance, et nous pourrons comme d'autres, acheter américain.
Réponse de le 14/04/2015 à 18:04 :
En matière d'aéronautique, lisez plutôt Air & Cosmos, les informations y sont beaucoup plus fiables.
L’Égypte a commandé des Rafales suite à l'interdiction faite par les USA d'utiliser les F16 en Libye. Et oui même si c'est avion appartiennent à l'armée de l'air égyptienne, leur utilisation est soumise à autorisation. L’Égypte a non seulement commandé des Rafales mais également les munitions qui vont avec. Elle est aussi très intéressée par la capacité des Rafles à se ravitailler entres eux (" buddy-buddy"), ce qui permet de faire des raids très lointains de façon autonome en utilisant un Rafale comme nounous. Il est question de pouvoir aller ainsi jusqu'en Éthiopie auquel l’Égypte a un gros différent sur le partage des ressources du Nil.
Réponse de le 14/04/2015 à 18:54 :
@Pipo
correction pour les 3 dernières dates évidement:
01, 03 et 04/2015
Réponse de le 14/04/2015 à 19:07 :
@Rafale =
Pour le différent entre Egypte et Ethiopie sur l'immense barrage "Grande Renaissance", ils viennent de signer avec le Soudan, l'accord. Sissi a dit faire confiance à l'Ethiopie.
Est-ce qu'il y aurait un lien entre contrat Rafale et accord barrage? Mystère
a écrit le 14/04/2015 à 11:37 :
Il vaut mieux se contenter de 36 avions bons de vol à monter en France que 126 machines bonnes de crash à monter pour la plupart en Inde.
Réponse de le 14/04/2015 à 12:28 :
Pas faux
a écrit le 14/04/2015 à 11:26 :
L'Inde "souveraine" voudrai parler directement avec la France, qui ne l'est plus, puisque sous la tutelle de l'UE, de l'euro et de l'OTAN!
Réponse de le 14/04/2015 à 13:20 :
@ Bah : fini les courbettes et petites promenades en bateau-mouche, les bisou-bisous, le temps est venu pour faire de l'India bashing, allons-y, vivement ! :-))
a écrit le 14/04/2015 à 11:21 :
doutons pas que l'Inde va sanctionner Dassault à sa façon, pour l’échec du MMRCA.
En toute vraisemblance il pourra dire adieu à 126 avions vendus. Ce sera peut être la moitié seulement. Surtout si le Tejas doit remplacer désormais le Mig 21, il va falloir trouver de l'argent quelques part pour le développer.
Et les concurrents vont rappliquer aussi avec leur pots de vins pour avoir un morceau du gâteau.
Réponse de le 14/04/2015 à 15:37 :
Croyez moi, si Dassault ne reçoit qu'une commande de 60 Rafales construit à 100 % en France, ce ne sera pas vu comme un échec d'un point de vue français. :)
Au contraire, ils vont sabré le champagne :)
Réponse de le 14/04/2015 à 15:54 :
Ils ont besoin rapidement d'avion. Avec le Rafale, cela peut être le cas sous 2-3 ans, surtout si hausse des cadences et autres contrats.
Un avion en développement c'est 10 ans minimum, avec pas mal d'aléas (regardez le F35). Et une facture qui peut être très douloureuse. Et pour le Tejas, si l'onde n'est pas capable de monter des Rafale, alors le Tejas, cela ne sera pas plus facile.
Donc ce premier contrat va complètement dans l'optique d'avoir rapidement des avion "combat proofen".
De plus, pour Dassault, il est bien plus intéressant de faire des avions "made in France". Quitte à ouvrir à quelques sous-traitant indiens pour les former.
Et franchement les concurrents ont peu de chance de revenir. Les américain sont out, du fait de leur soutien au Pakistan. Il n'est pas possible de faire ce que l'on veut quand on a des avions américain... L'Inde le sait très bien, les Mirage l'ont déjà bien aider en ce sens.
Pour les Mig russes, c'est un peu la même choses, La France n'étant pas du tout dans la même sphère d'influence.
De plus là ils gagne de base le standards F3.
L'inde du fait des relation avec la Chine et le Pakistant doit absolument avoir une flotte d'avion cohérente. Une partie en Mig et une partie en Rafale/Mirage, c'est quelque chose d'équilibré.
L'Eurofighter Typhoon permet moins de configuration différentes.
Réponse de le 26/04/2015 à 20:41 :
Je ne peux lire tous vos commentaires très portés sur tous les dessous des réflexions, stratagèmes, et surtout rentabilité. J ai une réfléxion : Ily a bcp de choses terribles, avec des guerres. Bcp de personnes veulent vivre en paix, et la Paix. De plus l'Inde a un peuple à nourrir, libérer de la corruption, avec toutes "ces mains tendues". Où trouve t elle l'argent? Elle s'endette..! Et la France fournit des armes de guerre!!!! J ai honte d'être française!

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :