"Si nous voulons faire l'Europe de la défense, il va y avoir des choix à faire" (Sylvie Goulard)

 |   |  1050  mots
Il est souhaitable que nous achetions en concertation les uns avec les autres des matériels, ce qui oblige de casser certaines routines, certaines facilités industrielles aussi, a expliqué la ministre des Armées Sylvie Goulard
"Il est souhaitable que nous achetions en concertation les uns avec les autres des matériels, ce qui oblige de casser certaines routines, certaines facilités industrielles aussi, a expliqué la ministre des Armées Sylvie Goulard (Crédits : CHARLES PLATIAU)
La ministre des Armées Sylvie Goulard préconise d'harmoniser les besoins capacitaires des armées européennes en vue d'acheter en coopération les mêmes matériels militaires.

Pour l'Europe de la défense, Sylvie Goulard souhaite "casser certaines routines" et "certaines facilités industrielles". Dans un entretien vidéo avec Le Talk stratégique du Figaro.fr, la ministre des Armées préconise ainsi d'harmoniser les besoins capacitaires des armées européennes en vue d'acheter en coopération les mêmes matériels militaires. Pourquoi pas, mais cette vision risque de se heurter au pragmatisme des pays européens, dont la plupart se sont dotés d'avions de combat américains (F-16, F-18 et maintenant F-35) pour ne prendre que cet exemple symbolique. La Belgique, pourtant au cœur de l'Europe, devrait prochainement s'orienter vers le F-35 alors que trois avions de combat européens sont disponibles sur le marché (Eurofighter, Gripen et Rafale). L'Allemagne est également intéressée par le F-35 de Lockheed Martin, qui est un gouffre financier et technique...

"Il est souhaitable que nous achetions en concertation les uns avec les autres des matériels, ce qui oblige de casser certaines routines, certaines facilités industrielles aussi, a expliqué la ministre des Armées lors de cet entretien. Je l'assume. Si nous voulons faire l'Europe de la défense, il va y avoir des restructurations à opérer, à faire des choix, des choix de compatibilité et, à terme, de souveraineté augmentée mais qui pourront passer dans un premier temps aboutissant à privilégier des consortiums dans lesquels les Français ne sont pas toujours leaders. Bien évidemment nous défendrons autant que possible les intérêts français".

La simple harmonisation des besoins capacitaires et des calendriers de mise en service des équipements militaires des armées européennes serait déjà un petit pas vers le grand objectif d'une Europe de la défense, dont il faut le rappeler aucun pays européen ne voulait jusqu'à présent à l'exception de la France. Cette dernière a été même jusqu'à brader ses intérêts économiques pour constituer des groupes européens à parité entre la France et l'Allemagne comme Airbus et KNDS.

Vers un jeu collectif

Selon elle, un "tabou" a été levé par Bruxelles avec la création d'un Fonds européen de défense doté de 5,5 milliards d'euros. "C'est un vrai changement culturel", a assuré Sylvie Goulard. Ce plan d'action, très fortement inspiré par la commissaire européenne au Marché intérieur et à l'Industrie, Elżbieta Ewa Bieńkowska, doit garantir que "la base industrielle de défense européenne peut répondre aux besoins actuels et futurs de l'Europe en matière de sécurité ; à cet égard, il renforce l'autonomie stratégique de l'Union et, par la même, sa capacité à agir avec des partenaires", avait estimé en décembre la Commission.

"C'est un tournant pour un meilleur partage des coûts, mais aussi des capacités de défense", a déclaré la ministre des Armées dans un communiqué. "Ces travaux insufflent un élan politique majeur sur les questions d'innovation, des moyens et de souveraineté technologique. (...) Il s'agit d'une opportunité qu'il nous appartient de saisir", a-t-elle précisé.

Pour la ministre, "il faut comprendre que si on veut entrer dans un jeu collectif, on entre dans une autre logique et, à termes, on en recueillera les fruits alors que si nous nous replions sur une vision extrêmement étriquée, petit à petit les compétences finiront par se réduire". C'est vrai et c'est faux. Jusqu'ici, les armées françaises ont gardé leur savoir-faire au prix d'une adaptation incroyable en dépit de plus de vingt ans de coupes claires dans ses budgets. La ministre des Armées a d'ailleurs rendu hommage aux militaires qui "servent le pays d'une manière admirable". Les armées n'ont pas non plus attendu ce gouvernement pour travailler en coopération avec des partenaires sur des opérations extérieures. Elles savent faire.

Interrogé par le quotidien régional "La Voix du Nord" sur la faiblesse du soutien européen au Mali, l'ancien ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian avait eu en février 2013 un discours sans langue de bois : "Le président du Mali nous a appelé à l'aide le 10 (janvier 2013, ndlr). La décision d'intervenir a été prise par le président (François Hollande, ndlr) le 11 à 12h30, j'y étais. Et nos forces ont commencé à arriver à 17 heures. Que vouliez-vous faire ? Consulter les vingt-sept ? Tout cela, c'est du bla-bla, un discours de l'opposition. La vérité, c'est que nous avons la réactivité militaire et le pouvoir de décision. Quand l'Europe de la Défense aura la capacité d'intervenir immédiatement, ce sera dans 150 ans ! Il faudrait que l'Europe ait un gouvernement unifié, une assemblée européenne et une autorité militaire communes. Je ne sais pas si on verra ça".

Un effort de défense à hauteur de 2% du PIB

Pour continuer à servir la France aussi bien que possible, les militaires demandent que l'effort de défense soit porté à 2% du PIB. Emmanuel Macron l'a promis pour 2025 (hors pensions). Il l'a réaffirmé lors du sommet de l'OTAN à Bruxelles en présence de Donald Trump et Angela Merkel. "Il n'y a aucun doute sur cet objectif", a assuré Sylvie Goulard. Mais ça commence mal, Bercy a gelé 2,7 milliards d'euros, comme l'a révélé La TribuneInterrogé jeudi soir sur ce gel confirmé par le ministère des Armées, le ministre de l'Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin a indiqué qu'il allait "appliquer le projet présidentiel qui prévoit d'aller jusqu'à 2% du PIB" pour le budget de la défense.

Lors de son entretien avec le Figaro.fr, Sylvie Goulard a expliqué qu'elle partait dans ces négociations avec un "esprit combatif pour la défense" tout en rappelant qu'elle devait raisonner en "équipe France, qui doit aussi assurer sa crédibilité" et, donc, résorber ses dettes. "Il ne faut pas qu'on oublie que nous avons un effort de remise à flot des finances publiques dans lequel la défense conservera bien évidemment un caractère tout à fait prioritaire, a-t-elle expliqué. Mais cela amènera des arbitrages douloureux sur lesquels je ne veux pas anticiper. C'est la responsabilité du Premier ministre et du Parlement". La défense sera-t-elle prioritaire tout en étant concernée ou pas par les "arbitrages douloureux" ? That is question...

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 12/06/2017 à 7:48 :
"Si nous voulons faire l'Europe de la défense" les problèmes sont : est-ce nécessaire ? Le voulons nous ? Qui commandera ? Quelle doctrine ? Quelle position vis à vis de la Russie (qui a un frontière commune avec l'EU alors que les ricains sont de l'autre côté de la mer) ?
L'Europe de la défense n'est pas qu'une question d'achat des matériels. De toute façon ce n'est qu'un discours d'européiste alors que cette Europe n'existe pas et il est souhaitable qu'elle ne le soit pas. L'Europe devrait déjà sortir de l'OTAN qui est une structure du passé, à la botte des USA qui ne voient que par leur hégémonie potentielle. Sans elle il n'y aurait pas eu de problème en Ukraine et ailleurs.
a écrit le 11/06/2017 à 10:40 :
j'ai bien peur d'avoir lu un tissu d'âneries, je vais changer de lunettes et je reviens.
Réponse de le 11/06/2017 à 15:39 :
Et meme ! comme moi, vous resterez consternée, par les aneries et ambivalences stupides et ALARMANTES, de cette " ministre " du charabia absurde et irresponsable.
a écrit le 10/06/2017 à 20:01 :
Beaucoup souhaite une Europe de La Défense, mais la mutualisation des armee nationnale ne peux fonctionner.... Personne ne souhaitera voir mourir ses enfants pour un pays lointain de notre union.... Donc ils nous faut une vrais defense commune, payer par l'UE, des professionnel recruter dans nos 27 pays, entraîner et équiper ensemble , commander par l'exécutif europeen , avec une seul langue commune de travail..... Des volontaires europeen , pour former notre defense commune.... Voila la seul possibilité de réussite....
Réponse de le 12/06/2017 à 7:49 :
"une seul langue commune de travail..;" quoi l'espéranto ?
a écrit le 10/06/2017 à 17:42 :
Elle aussi ;

Elle est également soupçonnée d’emplois fictifs d’assistants parlementaires .L’assistant de Sylvie Goulard à Strasbourg n’était autre que le responsable de la formation des élus au sein du MoDem.
a écrit le 10/06/2017 à 17:39 :
Dépenser moins et, en même temps, dépenser plus...
a écrit le 10/06/2017 à 16:35 :
Et oui elle aussi va nous demander plus d'impôts comme dhab
a écrit le 10/06/2017 à 15:50 :
Il me semble que le projet CED (Communauté Européenne de Défense) avait été initié par la France en 1950 puis ratifié par la RFA, la Belgique, les Pays-Bas et le Luxembourg en 1952 mais qu'il avait été rejeté par notre Assemblée le 30 août 1954, suite à une motion de défiance votée à une écrasante majorité (tous les communistes et tous les gaullistes: même combat) et de nombreux autres députés.
Il serait donc souhaitable que notre ministre et ses proches collaborateurs connaissent un peu notre histoire.
Cordialement
a écrit le 10/06/2017 à 13:26 :
Et bien voilà j'ai compris que les militaires qui furent les seuls à réduire leurs effectifs et faire des sacrifices sous Sarkozy devront le faire de nouveau sous Macron...au mépris de notre sécurité nationale et tout cela pour satisfaire l'éducation nationale dont le taux d'absentéisme à plus de 10 % représente à lui seul les 120000 fonctionnaires que Macron veut supprimer.
Marre ....de ces politiques politiciens
Réponse de le 10/06/2017 à 17:03 :
Ne pas s'emballer . Rien n'est acté. La France est ne peut pas se permettre de réduire le budget de son armée vu le contexte actuel et Macron le sait.
Il ne peut pas aller soutenir les soldats au Mali pour revenir à Paris et leur dire : "Non, vous devez faire avec moins"
a écrit le 10/06/2017 à 8:50 :
Un préalable a cette défense serait de faire comprendre (voir aimer ? ) l’Europe a ses habitants. Nombreux parlent de rétablir un service militaire, qui n'a pas trop de sens actuellement.. Pourquoi ne pas l'organiser sur une période d'une année "scolaire", a faire des taches plus ou moins civilo/militaires , mais dans un autre pays que le sien ? De la sorte, chacun aura tournée en Europe, comprendra un peu plus l'intérêt et les limites, et ne pensera plus uniquement national... ensuite, dans 20 ou 30 ans, on pourra envisager une étape suivante...
a écrit le 10/06/2017 à 8:46 :
Pour faire une Défense européenne que j'appelle de mes voeux, il faut d'abord une politique étrangère commune car on ne peut pas mutualiser les moyens aériens par exemple et devoir passer devant chaque parlement avant de décider d'employer cette aviation sur les conflits extérieurs . De toute façon, parler de coopération et accepter au bout d'un mois une suppression de 2,7 milliards de crédit décidé par Bercy augure mal de l'avenir. Et je ne parle même pas des milliards qu'il va falloir trouver pour le service militaire d'un mois pour toute une classe d'age fille et garçons.Bref il faut tout changer pour que rien ne change !
a écrit le 10/06/2017 à 7:33 :
l'Europe de la defense refuse par tous y compris mme Merkel
vas detruire les emplois en France.
pour garder le privilege industriel de l'allemagne
deja que nos armes de poing et les munitions ne sont plus francaise
a mettre au passif sarko hollande les sabordeurs de la France
qui merite d'etre prive de nationalite pour haute trahison
Réponse de le 10/06/2017 à 12:21 :
Ce n'est pas entièrement la faute de Sarko/Hollande si nos industriels n'arrivent pas à vendre des fusils d'assaut à l'étranger. C'est que tout simplement nos industriels ne se sont pas adaptés assez vite . De plus, il a fallu privilégier d'autres secteurs plus vitaux comme l'industrie aéronautique, sous marinière, le spatial , l'électronique de précision qui sont des industries aux savoir faires bien plus complexe et bien plus rentable que la fabrication de fusils... Bref ne pas diaboliser les précédents présidents qui ont du faire des choix .
Réponse de le 10/06/2017 à 12:37 :
C'est quoi "l'électronique de précision"?
Réponse de le 10/06/2017 à 13:34 :
L'électronique de précision ? C'est tout le domaine qui concerne les technologies utilisant les composants électroniques de hautes précisions bref de hautes performances tels qu'on lz retrouve dans les radars, les capteurs, les systèmes de gestions de données électronique. Un avion de chasse, un bateau de guerres , un sous marins, sans des missiles et des radars et des capteurs performants est aussi vulnerables qu'un avion, bateau de la seconde guerre mondiale. Bref, c'est un domaine CAPITALE !
Réponse de le 11/06/2017 à 9:44 :
L'électronique de précision c'est l'électronique de précision, merci pour la tautologie. Sinon vous vouliez peut être parler de ce qu'on appelle un système d'armes? Pour être indépendants il faudrait déjà que nous produisions nos composants ne serait ce qu'en Europe!
Réponse de le 11/06/2017 à 14:12 :
Oups ! Désolé, je ne me suis pas relu ^^.
Oui, je parlais biensur de toute les technologies électroniques utilisés dans les domaines militaires, aéro-spatiale et l'aviation-civiles.
Toute l'avionique d'un avion de chasse (et même d'un avion civile) est fait de composants électroniques dernier cri , de haute performance donc de hautes précisions. Idem pour nos frégates et nos sous-marin avec l'ensemble de leur système d'armes, de détection de haute sensibilité. Par contre, là ou je ne suis pas d'accord, c'est qu'en Europe nous disposons encore d'un savoir faire de haut niveau dans ce domaine. Nous avons la chance d'avoir une entreprise comme Thales qui reste une référence mondiale dans son domaine. Les italiens dans les radards avec SELEX et les britanniques avec BAE sont aussi à la pointe. Idem pour un petit pays comme Israel.
Biensur on ne fabrique pas non plus 100 % de nos composants électroniques dédiés à l'industrie militaire...
a écrit le 09/06/2017 à 23:56 :
Peu importe nous avons l'Europe du chômage, de la misère, des travailleurs au rabais, des banques reines,des schizophrènies fiscales, des lobbies .. c'est un cauchemar pour les peuples
a écrit le 09/06/2017 à 22:55 :
Quelle incompétence, quelles ignorances, quelle irresponsable, quelle brouillonne, au Secours Jean-Yves Le Drian, " S.Goulard m'a tuER " ( Armées en détresse )
Réponse de le 10/06/2017 à 12:05 :
Vous faites un mauvais procès à Sylvie Goulard. C'est une femme qui connait ses dossiers, parle couramment 4 langues et elle n'aura pas besoin de défendre le budget des armées car il a été sanctuarisé par le président. Donc pas d'inquiétude excessive, les militaires auront leur 2,7 milliards car la France est en "guerre". C'est juste le ministre du budget qui veut se faire voir...
a écrit le 09/06/2017 à 21:07 :
On ne veut pas faire une "Europe de la défense" cela ne rimerai à rien, puisque cela n'est pas un État, ni une nation, mais simplement une zone administrative que l'on appelle UE de Bruxelles!
a écrit le 09/06/2017 à 20:38 :
Sacrée Goulard, il n' y pas de peuple européen malgré la propagande européïste il n' y a que des intérêts nationaux divergents, raison de la souffrance actuelle ..


C' est elle qui avait refusé de débattre avec ASSELINEAU en prétextant qu' elle ne voulait pas être marquée à la culotte par un anti union européenne ..!!

Je parie qu' elle est Young Leader comme Macron et Philippe, gagné ..?
a écrit le 09/06/2017 à 20:32 :
Avec l'UE qui tire à hue et à dia les européens s'entendront pour acheter du matériel made in .... USA!$$$$! et vive l'Europe!
Réponse de le 09/06/2017 à 22:08 :
Normal puisque les européens ont les us pour guide suprême mais chut
...

https://www.upr.fr/conferences/qui-gouverne-la-france
a écrit le 09/06/2017 à 19:03 :
On est encore reparti avec les pourcentages fétiches qui n'ont aucune signification. Pourquoi 2% du PIB ? Pour la même raison que le déficit ne doit pas dépasser 3%.
Circulez ! Il n'y a rien à voir, rien à comprendre ! Pourquoi garder deux vecteurs de dissuasion nucléaire ? C'est utile contre Daesh ? Mais arrêtez donc de poser des questions ! Une seule chose est certaine : le chef des armées est celui qui dirige la Nation. Au fait c'est quoi la Nation européenne ?
a écrit le 09/06/2017 à 16:13 :
"Souveraineté augmentée", mais quel est donc ce nouveau concept ? Ce genre de barbarisme justifie généralement l’abandon pur et simple de ladite souveraineté.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :