Spatial militaire, la France continue à s'armer

 |   |  770  mots
Le premier des trois satellites CSO livre déjà aux armées des images optiques d'une exceptionnelle qualité, a assuré le délégué général pour l'armement (DGA), Joël Barre dans une interview accordée à La Tribune
Le premier des trois satellites CSO livre déjà aux armées des images optiques d'une exceptionnelle qualité, a assuré le délégué général pour l'armement (DGA), Joël Barre dans une interview accordée à La Tribune (Crédits : Airbus)
Les études de deux programmes spatiaux - Iris et Céleste - vont être lancées pour remplacer deux programmes actuellement en cours de réalisation, les satellites d’observation optique CSO et les satellites espions CERES .

Pour la France, l'espace est devenu ces dernières années hyper stratégique. Ainsi, "l'utilisation autonome et non contestée de l'espace passe par une connaissance et un contrôle de ce qui s'y passe", a rappelé lundi au 53ème Salon aéronautique du Bourget la ministre des Armées. Forte de cette conviction, Florence Parly a annoncé qu'elle avait décidé début juin de lancer les études de deux nouveaux programmes spatiaux : Iris succédera à CSO destiné à renouveler la capacité d'observation optique (satellites CSO) et Céleste, remplacera CERES en vue de renforcer les capacités de renseignement d'origine électromagnétique de la France. Deux programmes "pour que nous gardions toujours l'avantage, pour que nos armées conservent leur supériorité sur le terrain", a fait valoir la ministre. Ces deux programmes permettant le renouvellement de ces capacités seront lancés en principe en 2023.

"Nos opérations ne peuvent plus se passer de nos capacités spatiales qui contribuent de façon décisive à notre autonomie d'appréciation, de décision et d'action", a-t-elle expliqué.

Pour autant, Florence Parly n'oublie pas coopération à l'échelle européenne "pour acquérir pleinement notre autonomie stratégique". La France et l'Italie vont donc signer un accord pour échanger des images optiques des trois satellites CSO contre des images radar des deux satellites italiens COSMO-SkyMed de seconde génération (CSG). "C'est quand l'Europe partage intelligemment ses ressources qu'elle est forte", a affirmé la ministre.

Des programmes spatiaux de très haut niveau

La constellation des trois satellites CSO fournira des images optique et infra rouge très haute résolution. CSO-1, lancé en décembre dernier, livre déjà aux armées des images d'une exceptionnelle qualité, selon le délégué général pour l'armement (DGA), Joël Barre dans une interview accordée à La Tribune. Actuellement en essai en orbite pour une mise en service opérationnel dès cet été, il sera rejoint par deux autres satellites en 2020 puis en 2021 pour former une constellation d'une durée de vie de dix ans. "Nous prévoyons de lancer d'ici la fin de l'année 2019 les premiers travaux de préparation avec les industriels associés", avait-il précisé à La Tribune. Le ministère des Armées attend les propositions d'Airbus Space et de Thales Alenia Space, qui sont fortement poussés à coopérer par les pouvoirs publics.

Les deux industriels "sont conscients que, sur certains programmes, ils doivent mieux travailler et réfléchir ensemble", a d'ailleurs expliqué la ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche, Frédérique Vidal, en charge de l'espace, dans une interview accordée à La Tribune.

Les trois satellites espions CERES (renseignement d'origine électromagnétique ou ROEM) devraient être mis en service à la fin de l'année 2020. Avec CERES (Capacité de renseignement électromagnétique d'origine Spatiale), la France va entrer dans le club très, très fermé des pays possédant une telle technologie. A ce jour, seuls les États-Unis, la Russie et la Chine disposeraient de tels outils ultra-perfectionnés. Les satellites CERES auront la capacité de localiser et d'identifier les signaux émis par les systèmes adverses. Ce qui permettra de cartographier les centres de télécommunications et les radars dans les zones de conflit, et d'évaluer leur niveau d'activité, y compris sur des zones inaccessibles par les capteurs de surface.

Vers une stratégie spatiale de défense

La Loi de programmation militaire française (LPM) 2019-2025 prévoit un budget de 3,6 milliards d'euros pour le spatial de défense, qui doit notamment permettre de financer le renouvellement des satellites français d'observation CSO et de communication (Syracuse), de lancer en orbite trois satellites d'écoute électromagnétique (CERES) et de moderniser le radar de surveillance spatiale GRAVES. Avec deux milliards d'euros d'investissements annuels dans le spatial militaire et civil, la France reste loin derrière le trio de tête du secteur : les Etats-Unis investissent annuellement 50 milliards de dollars dans le spatial, la Chine 10 milliards et la Russie 4 milliards, selon les chiffres du gouvernement français.

Qualifiant l'espace de "véritable enjeu de sécurité nationale, par la conflictualité qu'il suscite", le président Emmanuel Macron a assuré en juillet 2018 vouloir doter la France d'"une stratégie spatiale de défense" en 2019. Après "d'intenses travaux de réflexion menés à l'automne", Florence Parly a demandé "encore quelques semaines de patience" pour écouter la parole présidentielle. Emmanuel Macron devrait faire des annonces dans les jardins de l'Hôtel de Brienne le samedi 13 juillet à l'occasion du défilé du 14 juillet.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 19/06/2019 à 13:27 :
Elle est ou l'Europe de La Défense ...
Cette union qui nous rends plu puissants et plus fort. ,
Dè belle promesse , mais encor un flops Mr le president !!!!
a écrit le 19/06/2019 à 6:59 :
Et ben, encore une fois énormément de commentaires démontrant que les français sont des râleurs invétérés qui n'y connaissent rien et qui critiquent tout.

Pour un budget minimum, nos ingénieurs font un travail maximum. On dépense 2 % du PIB dans la défense, on est très loin du gouffre russe ou ce secteur représente 50 % de la production brute de l'industrie manufacturière et 30 % de ses ressources humaines.

La coopération dans le domaine du renseignement spatial entre européens fonctionnent sans trop de a coups au niveau industriel, et parfaitement au niveau opérationnel. L'Espagne par exemple va remplacer ses deux satellites de télécommunications militaires fabriqués aux États-Unis par des SpainSat NG fabriqués par Thales et Airbus.

Car non, 24 pays sur 27 n'achète pas qu'américain. L'UE a eu en 2018 un excédent commercial de 139,7 milliards d'euros, soit 20,1 milliards de plus qu'en 2017 (+16,8%) envers les États-Unis mais affiche envers la Chine un déficit de -184 milliards d'euros l'an passé (contre -177,7 milliards en 2017).
Réponse de le 19/06/2019 à 12:10 :
Entierement d'accord avec vous
a écrit le 18/06/2019 à 15:47 :
PigsInSpace !!!
The gravity of the situation !
Réponse de le 18/06/2019 à 16:08 :
Approved by rabbits
a écrit le 18/06/2019 à 15:18 :
Et pendant ce temps on est en train de perdre notre souveraineté alimentaire. Hors pinard on est déjà déficitaires de 6 milliards sur l'agri/agro et en 2023 il est "prévu" que le pinard ne compense même plus. sénat rapsen 7 juin 2019 La France, un champion agricole mondial : pour combien de temps encore ?

Et on veut aller jouer les balaises de l'espacepacepacepace.

Regardez les dégâts en une heure ce week end en rhône alpes et imaginez la beauce ravagée comme ça deux semaines avant les moissons.
L'urss est tombée en partie a cause de sa course a la guerre des étoiles décrétée nécessité impérieuse qui faisait que le pouvoir se contrefoutait des disettes dans la population. l'histoire repasse les plats mais nous ce sera du bortsch vegan pure betterave (enfin a la betterave le dimanche, au cailloux en semaine)
a écrit le 18/06/2019 à 14:47 :
L'euronaif Macron va là encore !!!! faire du transfert techno, au faux-ami-rival allemand.
a écrit le 18/06/2019 à 13:50 :
La France sera complément englue dans l'UE quand le produit sera mis en scène!
a écrit le 18/06/2019 à 12:20 :
très bien, mais c'est a l'Europe de payer s'elle veut être protégée par l'Europe !
Réponse de le 18/06/2019 à 14:42 :
27 pays opposés et rivaux en tout.
24 sur 27 n'achètent qu'U.S : la FR perd temps et énergie et argent,
en concourant à leurs prétendus " appels d'offres "
et L'ALLEMAGNE pille le savoir faire FR


2016 Jean-Yves Le Drian le confirme :
" l'europe de la défense !! c'est pour dans 150 ans "
a écrit le 18/06/2019 à 11:38 :
La France, toujours un train de retard ... À quand une vraie politique offensive dans l'espace ?

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :