Heineken fait mousser ses bénéfices

Le bénéfice net du troisième brasseur mondial a grimpé de 37% pour atteindre 1,45 milliard d'euros.
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : © 2009 Thomson Reuters)

Les analystes ne s'attendaient pas à de tels bénéfices. Profitant à plein des mesures d'économie qu'il a engagée, Heineken a réussi à compenser largement la baisse des ventes en volume.

Le bénéfice net hors exceptionnel du troisième brasseur mondial a grimpé de 37% pour atteindre 1,45 milliard d'euros, alors que le consensus donnait 1,38 milliard. A périmètre comparable, il a progressé de 19,7% alors que le groupe avait anticipé une hausse dans le bas d'une marge à deux chiffres au moins.

Le bénéfice opérationnel a quant à lui avancé de 25% hors exceptionnel, ou de 8,6% à périmètre comparable, à 2,61 milliards d'euros contre 2,47 milliards attendus par le marché. Toutefois, les ventes ont baissé de 3,1% en volume en 2010 à périmètre égal. Le chiffre d'affaires est néanmoins légèrement inférieur aux attentes, à 16,133 milliards d'euros contre un consensus de 16,34 milliards d'euros. Le brasseur a proposé enfin le versement d'un dividende total de 0,76 euro par action.

Des perspectives plutôt encourageantes malgré la hausse des matières premières

Heineken a annoncé anticiper pour 2011 une hausse de ses ventes en Amérique latine, en Asie et en Afrique. Il a ajouté qu'une augmentation des prix cette année devrait atténuer l'impact de la hausse prévisible dans le bas d'une marge à un chiffre de ses coûts de production. Les prix des matières premières seront probablement l'un des sujets majeurs cette année alors que les contrats à terme sur le malt d'orge ont grimpé de 51% depuis leur création en mai 2010.

Le groupe, propriétaire des marques Heineken et Amstel, respectivement première et troisième bières consommées en Europe, a dit s'attendre à une certaine prudence des consommateurs européens et américains en raison des taux de chômage élevés et des mesures d'austérité malgré l'amélioration de l'environnement économique. Heineken estime que le segment de bière haut de gamme, qui inclut sa marque Heineken, devrait surperformer le marché de la bière dans son ensemble.

Le programme de réduction des coûts a permis d'économiser 280 millions d'euros tandis que les synergies issues du rachat notamment des bières mexicaines de FEMSA ont dégagé 42 millions d'économies.

Son concurrent SABMiller très présent sur les marchés à forte croissance d'Afrique et d'Amérique latine, avait indiqué le mois dernier que ses volumes écoulés avaient progressé de 3% sur les trois derniers mois de l'année. Carlsberg, le quatrième brasseur mondial, publiera ses résultats annuels le 21 février et le leader mondial Anheuser-Bush InBev le 3 mars. SABMiller, dont l'exercice s'achève fin mars, publiera quant à lui le 18 mai.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaire 0

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

Il n'y a actuellement aucun commentaire concernant cet article.
Soyez le premier à donner votre avis !

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.