L'Union Européenne devrait assouplir l'interdiction des OGM dans la nourriture animale

 |  | 300 mots
Lecture 2 min.
Copyright Reuters
Afin d'éviter d'avoir à renvoyer dans leur pays d'origine des cargaisons de nourriture animale comprenant une part infime d'OGM, l'Union Européenne envisage de rendre moins stricte sa réglementation.

Un comité d'experts issus de chacun des Etats membres de l'Union européenne a autorisé mardi la présence de traces résiduelles d'OGM dans les importations de nourriture animale en Europe. Les Etats membres de l'UE et les eurodéputés devront maintenant approuver ou rejeter dans un délai de trois mois cette proposition qui consiste à autoriser la présence de 0,1% d'OGM dans les cargaisons à destination du vieux continent. Les règles de tolérance zéro dans l'alimentation humaine restent néanmoins inchangées.

"En toute logique, la mesure devrait être adoptée par les Etats membres et les eurodéputés, même si on s'attend à un débat animé au Parlement européen", a indiqué un diplomate européen ayant participé aux négociations.

Cette mesure ne concerne que la nourriture animale et vise en particulier les importations de maïs et de soja venant du Brésil, d'Argentine et des Etats-Unis. Elle vise notamment à éviter que des cargaisons entières soient renvoyées vers leur port d'origine après qu'y soient détectées des traces infimes d'OGM non encore autorisées à l'importation dans l'UE.

"Cela posait des problèmes commerciaux et d'approvisionnement et poussait aussi la Commission à accélérer les demandes d'autorisation", a expliqué ce diplomate. La France, qui était initialement contre cette possibilité, a finalement voté en faveur après avoir obtenu que plusieurs conditions s'appliquent.

Les OGM concernés devront faire l'objet d'une demande d'autorisation européenne de plus de trois mois, devront au préalable être autorisés dans un pays tiers, devront faire l'objet d'un avis positif de l'Autorité européenne de sécurité alimentaire et, enfin, le méthode de détection et de validation devra être contrôlée par un centre de recherche européen.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 23/02/2011 à 18:01 :
Qui la commission européenne est-elle sensée protéger? les consommateurs europeens ou quelques spéculateurs important des OGM en Europe?
Barroso toujours aussi nul et surtout dangereux.
a écrit le 23/02/2011 à 17:03 :
C'est affligent.
Une telle autorisation est inquiétante pour l'ensemble des consommateurs !
En espérant qu'une nourriture BIO soit encore une soupape de sécurité ?
Notre monde est foutu !!
Entre autre la recherche de gaz de schiste dans le sud est de la France !
Il n'y a pas assez de catastrophes naturelles sur la terre !
La terre, mère nourricière est désagrégée par le comportement de tous les grands groupes faisant un maximum de fric ! Le fric, toujours le fric ! Nous en crèveront.
Pas assez de mots pour exprimer une colère !!!
Notre partie écologique devrait se réveiller.
Y a en marre.
a écrit le 23/02/2011 à 13:47 :
Cela s'appelle un passage en force... Au handball, c'est sanctionné! Et pourtant dans ce cas, il n'y a aucun risque pour le citoyen!
a écrit le 23/02/2011 à 12:19 :
Traces résiduelles, faibles pourcentages, teneur inférieure à 50%... puis généralisation des OGM. On connaît le manque d'impartialité des experts de la commission dont certains appartiennent à des associations, à des organismes, des entreprises souhaitant le développement des OGM en Europe !
Mais les citoyens n'en veulent pas dans leurs assiettes, ni dans la viande, ni sous forme de céréales, de fruits et de légumes !
a écrit le 23/02/2011 à 10:15 :
Monsanto et BASF remercient chaleureusement les députés européens...
a écrit le 23/02/2011 à 7:49 :
Des experts liés à l'industrie agro alimentaire et aux céréaliers ... Tout doucement on integre et generalise les OGM dans l'alimentation .... Les lobbys cerealiers ont obtenu gain de cause, tant pis pour le consommateur
a écrit le 22/02/2011 à 19:43 :
On mourra du maïs fou!
a écrit le 22/02/2011 à 19:25 :
En plein salon agricole, cette décision n'est-elle pas plus provoquante qu'une anodine campagne de pub ?
a écrit le 22/02/2011 à 18:45 :
Et les Verts et Europe Écologie (dont José Bové) sont à 200% pour cette Europe de Maastricht et de Lisbonne. Allez comprendre...
Réponse de le 23/02/2011 à 16:21 :
Si José Bové est seul "contre" (même à 200000000 %) et tous les autres "pour", on ne peut tout de même pas dire qu'il y a unanimité, mais une majorité de "pour" et l'autorisation passera malgré tout.
Donc, pas de reproches à JB.
En tout cas, si l'autorisation passe, c'est la porte ouverte à tous les abus par la suite et toutes les conséquences qui en découleront. J'en suis affligé !!!
a écrit le 22/02/2011 à 18:44 :
Peut-être serait-il judicieux de se souvenir que les Etats-Unis viennent de voir, pour la toute première fois dans un pays développé, une diminution de l'espérance de vie.
Certes, les causes ne sont pas vraiment cernées. Mais il serait bon de se souvenir aussi des maladies animales découvertes au Royaume-Uni et transmises à l'humain.

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :