La "taxe soda" élargie aux édulcorants déclenche une bataille entre industriels

 |   |  589  mots
La Tribune Infographie/BHEDOUIN
La Tribune Infographie/BHEDOUIN
Coca, Pepsi et Orangina oeuvrent les uns contre les autres auprès des parlementaires pour obtenir un avantage concurrentiel. Un premier round a été gagné ce mercredi par les tenants de l'inclusion des boissons "light" dans la mesure. C'est au final le consommateur qui risque de trinquer.

Les députés en rajoutent une louche. Depuis ce mercredi soir, ce ne sont plus seulement les colas, nectars et autres boissons enrichies en sucre qui subiront une nouvelle taxe gouvernementale. Les versions "light", dans lesquelles les édulcorants remplacent le sucre, entrent à leur tour dans la danse. Après un doublement de la taxe initiale annoncé par le gouvernement la semaine dernière (le droit d'accise par hectolitre passe de 0,54 euros à 7,16 euros et non plus 3,58), il y a de quoi rendre fous les fabricants industriels. Enfin, certains plus que d'autres.

Dans un premier temps, tous sont restés étrangement muets, laissant l'Association nationale de l'industrie agroalimentaire monter au créneau . "Cette taxe est insupportable, nous tentons de la contester auprès de Bruxelles", explique à La Tribune son président, Jean-René Buisson.

Pourtant, derrière cette unité de façade, chaque fabricant a sorti ses lobbyistes afin de défendre sa propre chapelle et d'obtenir, à travers cet impôt, des avantages concurrentiels sur ses camarades. Orangina doit aujourd'hui crier victoire. Constatant que la taxe s'appliquait sur 90% de ses boissons contre 60% pour Coca-Cola sauvé par ses versions light à l'aspartame, le groupe a oeuvré pour que les boissons contenant des édulcorants soient elles aussi concernées. Bingo. Son plus gros concurrent allonge sa facture à plus de 100 millions d'euros. Orangina, qui a baissé ses taux de sucre de 13% en deux ans, sur Oasis par exemple, réclame aussi que la taxe soit moins forte pour les boissons à base de fruits.

Efforts sur les recettes

De son côté, PepsiCo, bien moins fort que Coca dans les sodas en France, était dans un premier temps satisfait de voir son concurrent fortement touché par la taxe. Il tente cependant d'éviter la double peine à sa propre marque Lipton Ice Tea en réclamant une taxe divisée par deux sur les boissons contenant moins de 8 grammes de sucre par litre. Selon lui, les fabricants faisant de gros efforts pour reformuler leurs recettes seraient ainsi récompensés.

Enfin Coca-Cola, qui pèse plus de la moitié du marché à lui seul, est le grand perdant mais se fait discret afin de ne pas réitérer son couac de communication du 8 septembre. Face à la première salve de taxe, les équipes de la filiale française avaient menacé de geler 17 millions d'investissement dans l'Hexagone, avant d'être désavouées par leurs supérieurs européens devant la levée de bouclier politique. Au passage, la directrice des affaires publiques, Khristelle Robic, a été limogée sur le coup, même si elle est officiellement en arrêt maladie. Cette sortie malencontreuse de Coca serait, selon ses concurrents, en partie responsable de la décision de la ministre du budget, Valérie Pécresse, de doubler la taxe. Depuis, tous sont muets de peur de déclencher une nouvelle ire gouvernementale.

"Nous ne faisons plus aucun commentaire", déclament-ils en coeur. Ils ne sont pourtant pas les plus à plaindre. Les groupes fabricants pour les marques de distributeur, comme Refresco et Laiterie Saint Denis de l'Hotel (LSDH), verront le surcoût par bouteille grimper de 20%, contre 7% à 8% pour les grandes marques. "La taxe, hors édulcorant, nous coûtera 25 millions d'euros, soit trois fois notre résultat opérationnel de l'an dernier", s'énerve le président de LSDH, Emmanuel Vasseneix. "Les politiques ont pris les Américains pour cible sans voir les conséquences sur l'emploi français", ajoute Vincent Delozière, PDG de Refresco. Au final, ce sera le consommateur français qui trinquera le plus.

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 15/10/2011 à 19:06 :
Donnez nous la recette du coca et autres boissons gazeuses et on le fabriquera nous même. Et recyclez vous dans les machines à fabriquer ces boissons. D'ailleurs je crois que celà existe déjà
a écrit le 14/10/2011 à 21:16 :
Puisqu'on se sert encore du fameux prétexte de la santé pour taxer, il est normal de l'étendre aux édulcorants si nocifs. On peut s'étonner de ne pas faire un taux plus fort.
Les recettes fiscales ne sont jamais préaffectées, car cela est hors la loi. Mais, on peut constater les recettes de l'année écoulée d'une taxe, et décider chaque année de son utilisation dans le collectif budgétaire de printemps. C'est trop simple pour un énarque.
a écrit le 14/10/2011 à 15:44 :
Au sujet des taxes supposées être officiellement "affectées" demandez donc au "gouvernement" combien de taxes ont elles été collectées sur les alcools, combien de taxes ont elles été récoltées sur le tabac ..... et ..... combien de taxes ont été EFFECTIVEMENT reversées à la sécurité sociale officiellement "bénéficiaire" de la collecte des dites taxes .... Vous n'aurez JAMAIS la réponse sauf à vous coltiner le rapport de la cour des comptes. CQFD
a écrit le 14/10/2011 à 15:35 :
A ceux qui rêvent encore:
Principe de la fiscalité française: IL N'Y A PAS D'IMPÔT AFFECTE.
Donc les agriculteurs n'en verront pas la queue d'un centime d'euro tout comme la défunte vignette auto ................... qui devait bénéficier aux vieux. CQFD
a écrit le 14/10/2011 à 15:31 :
Et bientôt la taxe sur les eaux minérales ... puis celle sur l'eau du robinet ... en attendant la taxe sur l'eau de pluie ... et ... cerise sur le gâteau ... une super taxe sur l'oxygène que vous osez respirer ...
a écrit le 14/10/2011 à 13:21 :
Le 1er Ministre a d'abord parlé de taxe contre l'obésité.... qui aurait dû aller à la Sécurité Sociale qui rembourse les soins contre l'obésité....!! Et bien non...c'est pour diminuer les charges sociales des agriculteurs....incohérence totale....!!
a écrit le 14/10/2011 à 8:59 :
est-ce qu'on va arreter de nous bassiner avec une taxe de 0.02 euros par canette qui est vendue 1.25 euros minimum ?
a écrit le 13/10/2011 à 15:29 :
Que c'est beau , à l'approche d'une élection présidentielle de taxer les uns ( les buveurs de sodas) pour couvrir les 210 millions d'exonération de cotisations sociales, offerts aux agriculteurs. Acheter le vote agricole avec l'argent des consommateurs ! alors que les caisses sont vides .. plus belle la vie en sarkoland , lui qui n'a pas été élu pour augmenter les impôts : mais en créant une nouvelle taxe !

Réponse de le 13/10/2011 à 16:14 :
parce que vous croyez encore que cela ira aux agriculteurs ?
Réponse de le 13/10/2011 à 17:32 :
Une habile façon d'acheter le vote agricole avec l'argent des consommateurs ! parce que l'argent , il faut bien en trouvé ... puisque les caisses sont vide ..dilemme!

je crée une taxe ( sodas ) pour payer les exonérations de cotisations sociales offerts aux agriculteurs.
Réponse de le 14/10/2011 à 0:29 :
Ça devient la foire aux ânes. Une taxe "soda" pour financer les agriculteurs. A quand la taxe "charcuterie" (trop gras) pour financer la dépendance? Ou alors une taxe "trop calorique", "trop salé", "trop peu de fibres" , "trop peu de vitamines",...pour financer l'assurance chômage, le RSA,...? Un problème, une taxe!
a écrit le 13/10/2011 à 14:31 :
Que les gens consomment des jus de fruits ou de l'eau tout simplement. C'est fou de voir la quantité de bouffe calories que mangent les gens (et le nombre de gens avec du ventre gras alors qu'il suffirait de manger plus sain. la grande majorité des Français est sédentaire, et nous mangeons comme si nous avions des gabarits de rugbymen
a écrit le 13/10/2011 à 14:25 :
Genre une augmentation de 30 centimes va dissuader les acheteurs...
a écrit le 13/10/2011 à 7:59 :
Après l'industrie, notre agriculture n'est plus compétitive. Ne restent plus que des fonctionnaires et encore des fonctionnaires...
Réponse de le 13/10/2011 à 12:45 :
mais arrétez un peu avec ce discours anti fonctionnairede base, (frustré de ne pas avoir le niveau ou d'avoir raté les concours?)
j' ai beaucoup de respect pour les agriculteurs, mais leur attitude quelquefois "moutonnière": mon voisin a fait des profits avec telle production donc je veux en faire aussi, imité par ses autres voisins contribue à un écroulement des cours, n'est donc quelquefois pas meilleure!
arrétez d'opposer certains français à d'autres, on est dans le même bateau, il faut ramer ensemble et chacun selon ses compétences!
a écrit le 13/10/2011 à 7:52 :
Perso, je ne comprends pas, plutôt que d'inventer de nouvelles taxes assez ridicules, le gouvernement n'aligne tout simplement pas la TVA sur le taux standard à 19,6% !!! Ca rapporterait bcp plus, et il n'y a aucune raison objective pour avoir un taux réduit à 5,5% sur ces boissons ! C'est pas comme si elles avaient un effet bénéfique sur la santé, qu'elles soient sucrées ou pleines d'aspartame ou équivalent ... Et plus généralement, au lieu de nouvelles taxes, merci de commencer par supprimer les niches fiscales qui ne servent à rien (40Mds?/an, cf le récent rapport sur le sujet), sauf à réduire les impôts des très riches contribuables.
Réponse de le 13/10/2011 à 9:29 :
LES IDEES SIMPLES SONT TOUJOURS LES MEILLEURES cela permettrait une meilleure lisibilité de la fiscalité!!
Réponse de le 13/10/2011 à 9:31 :
vous avez raison K nous avons des énarques qui ne savent rien du tout du terrain qui ne savent même pas comment fonctionne la grande disrtribution et il ponde des usines à gaz alors que nous pourrions tellement faire si simple et éfficace mais voila le lobbing des industrielles sont la avec leurs financements des futurs campagnes de dons ???
Réponse de le 13/10/2011 à 11:45 :
C'est ce que je pensais, ça simplifierait la gestion comptable de tout le monde (niveau reversement à l'Etat), mais pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué pour être presque indolore (il vaut mieux 1 ou 2c de plus par canette/bouteille qu'une hausse plus visible et dissuasive). Taxe boisson gazeuse + taxe démunis + taxe "vertueuse" + , ... Que des rustines.
Si la consommation baisse, les agriculteurs vont encore être pénalisés.
Mangez des fruits, pas des jus sucrés !
a écrit le 13/10/2011 à 7:35 :
Même notre agriculture n'est plus concurrentielle. Il faut encore plus de subventions. Que restera-t-il à terme en France ? Des fonctionnaires et encore des fonctionnaires comme en Grèce.
a écrit le 13/10/2011 à 7:16 :
Bizarre.... nos députés ne voulaient pas de cette taxe sur le champagne ? C'est pourtant du jus de fruits !
Réponse de le 13/10/2011 à 13:51 :
il n'y a qu'a boire de la orchata c'est un trés bon produit fabriqué en espagne et excélent et 2 fois moins cher.
a écrit le 13/10/2011 à 6:05 :
C'est reparti pour l'envolée des taxes ! A croire que l'UMP veut à tout prix perdre les élections, afin de laisser la gauche dans la situation inextricable qu'elle aura laissée. Le dirigisme, et même la dictature, ne connait plus de bornes: maintenant on vous dit ce que vous devez manger...

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :