Coca-Cola fait machine arrière : il investira bien en France

Suite à la taxe sur les boissons avec sucres ajoutés, le géant d'Atlanta avait menacé de suspendre son investissement. Devant la polémique qui enflait, Coca-Cola a finir par démentir l'information, pointant une "erreur de communication".
Copyright Reuters
Copyright Reuters (Crédits : (c) Copyright Thomson Reuters 2011. Check for restrictions at: http://about.reuters.com/fulllegal.asp)

Le géant américain Coca -Cola s'est pris les pieds dans le tapis jeudi, annonçant puis démentant la suspension d'un investissement de 17 millions d'euros en France, en réponse au projet de taxe du gouvernement sur les boissons à sucres ajoutés que le groupe dénonce.

Jeudi matin, en annonçant la suspension de cet investissement, destiné à moderniser une ligne de production de canettes à l'usine des Pennes-Mirabeau (Bouches-du-Rhône), la filiale française de Coca -Cola Entreprise, l'embouteilleur de la boisson (qui n'apppartient pas à Coca -Cola Company), avait suscité l'ire de nombreux responsables politiques.

L'investissement devait être annoncé le 19 septembre, date marquant le 40e anniversaire de l'usine du sud de la France. Il n'est pas annulé mais "doit être réévalué dans le contexte d'incertitude créé par la taxe", avait précisé l'entreprise.

Mais jeudi soir, coup de théâtre: le président de Coca -Cola Entreprise Europe, Hubert Patricot, a démenti à la télévision une telle décision. Interrogé par téléphone sur LCI, M. Patricot a dit "regretter une erreur de communication", commise par la filiale française, "qui a semé la confusion sur l'engagement de Coca -Cola en France". La filiale française n'était pas immédiatement disponible pour commenter ces informations.

"Je tiens à le préciser ce soir: nous confirmons notre investissement de 17 millions d'euros sur notre site des Pennes-Mirabeau", a assuré Hubert Patricot. "L'investissement sur le site aura lieu, nous restons fortement engagés sur le marché français", a-t-il dit. "Mais je voudrais le dire de façon très claire: nous restons fermement opposés à une taxe qui vise injustement le pouvoir d'achat des Français et qui stigmatise une catégorie de boissons", a-t-il ajouté.
Selon lui, c'est cette taxe qui "a créé une grande émotion" dans les équipes de Coca -Cola, et qui est à l'origine de "cette erreur" de communication.
L'usine des Pennes-Mirabeau est l'un des cinq sites de production français de Coca -Cola Entreprise, qui fabrique et distribue les sodas mais n'appartient pas à Cola-Cola Company, le propriétaire de la formule de la célèbre boisson.

La taxe, justifiée par le gouvernement par la nécessité de lutter contre l'obésité, doit entrer en vigueur début 2012 et elle devrait rapporter 120 millions d'euros à l'Etat. Une fois qu'elle sera effective, le prix moyen d'une canette devrait augmenter d'un centime d'euro.

Au-delà de l'impact économique, ce sont aussi les conséquences en termes d'image contre lesquelles s'élève Coca -Cola.  "Nous entendons protester symboliquement contre une taxe qui sanctionne notre entreprise et stigmatise nos produits", expliquait le groupe jeudi matin, pour justifier la décision de suspendre son investissement.

Le géant américain avait immédiatement reçu le soutien de l'Association nationale des industries alimentaires (Ania). Son président, Jean-René Buisson, a dit "comprendre" cette décision et il s'attend à d'autres actions de producteurs. Les dirigeants de l'Ania se réuniront vendredi pour examiner d'autres actions.
Son président, Jean-René Buisson, avait dit "comprendre" cette décision et s'attendre à d'autres actions de producteurs. Les dirigeants de l'Ania se réuniront vendredi pour examiner d'autres actions.

La ministre du Budget, Valérie Pécresse avait dénoncé une "décision regrettable et incompréhensible", rappelant que la création de la taxe était "motivée par des considérations de santé publique". Interrogé jeudi soir, le ministère du Budget ne souhaitait pas réagir dans l'immédiat.

Le ministre du Travail et de la Santé, Xavier Bertrand, avait, lui, qualifié la première annonce de Coca -Cola d'"incompréhensible" et insisté sur la volonté du gouvernement de lutter contre l'obésité.

La député (UMP) des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer s'était, de son côté, dite "absolument choquée et scandalisée" par "le chantage" du groupe américain.
Jeudi matin, Coca -Cola Entreprise France avait aussi annoncé que la venue du président du groupe, John Brock, pour les 40 ans du site était annulée.
"Nous allons reprogrammer" sa visite, a assuré jeudi soir Hubert Patricot. "Je n'ai pas encore la date exacte mais il y aura la visite et nous célébrerons le 40ème anniversaire", a-t-il dit.

Sujets les + lus

|

Sujets les + commentés

Commentaires 21
à écrit le 10/09/2011 à 16:11
Signaler
Ce n'est vraiment rien face aux menaces de délocalisation pour baisser les salaires mais les médias réagissent au quart de tour, servant la communication de Coca et de tribune aux hommes politiques. Contre-pouvoir ? Pour mériter ce titre il faut en...

à écrit le 09/09/2011 à 18:46
Signaler
Ce n'est pas à coca cola qu'on va apprendre ce qu'est la communication. Avec cette opération merveillement montée, on n'a jamais autant parlé de coca cola pour pas un sou et sans ternir son image. Les naïfs ne sont pas du coté de coca cola mais du co...

à écrit le 09/09/2011 à 14:38
Signaler
Chacun défend son beefsteack, demandez à la SNCF qui prend en otage leurs usagers !!!

le 09/09/2011 à 16:41
Signaler
en principe c'est le service publique ! trouvaille française qui la plus part du temps est en grève.

à écrit le 09/09/2011 à 13:54
Signaler
Etrange , ce changement de situation. J'habite un ville où l'ancien maire a proposé une prime d'obesité. Etrange mais comme par magie, il a été élue. Et certains entretienne leur poids pour la toucher. Coca, c'est qu'une histoire de sous. De toute...

à écrit le 09/09/2011 à 13:27
Signaler
Coca cola et son management français sont pitoyable cette taxe concerne toutes les sociétés de boissons sucrées mais ce sont les euls à avoir eu ce type de discours les boissons sont des produits lourds à transporter donc les volumes nécessaires à ...

à écrit le 09/09/2011 à 12:59
Signaler
Et quel cadeau le gouvernement leur a-t-il fait en échange ???

le 09/09/2011 à 14:48
Signaler
Bonjour Patrickb, j'aime bien en général tes commentaires, avec une pointe de cynisme et pas mal d"humour, surtout qu'ils sont souvent pertinents (c'est mon point de vue, on doit penser un peu sur le même mode ;-). Mais ne serait-ce pas tout simpl...

le 09/09/2011 à 16:01
Signaler
@ mp: mais bien sûr. Ce qui m'irtite, c'est que les politiques, en particulier, veulent nous faire prendre les vessies pour des lanternes.

à écrit le 09/09/2011 à 11:20
Signaler
Coca n'a rien a craindre des français ! ils ne font pas le tri dans ce qu'ils consomment. (a quelques exception pres) Moi je crois que la firme dit ce que tout le monde veux entendre, pour des questions d'images, de morales des employés, de relation...

le 09/09/2011 à 15:28
Signaler
je pense aussi ... en meme temps, ils ont pas forcement tort

à écrit le 09/09/2011 à 8:20
Signaler
Ils ont intérêt s'ils ne veulent pas voir un effritement des ventes. Coca Cola est une des rares marques que j'achète toujours, s'ils commencent à faire du chantage à l'emploi, on finira par acheter de la marque distrib.

le 09/09/2011 à 14:52
Signaler
d'une manière générale, et sur le long terme, je pense que ce genre de péripéties n'a aucune incidence sur les ventes d'une grosse société.

à écrit le 09/09/2011 à 8:15
Signaler
Comme quoi, on peut être une multi nationnale et être dirigé par un guignol

le 09/09/2011 à 18:49
Signaler
A totalefinancier - Une opération communication merveillement montée par coca cola. On parle du produit sans que ça leur coûte un sou et sans ternir leur image.

le 11/09/2011 à 19:37
Signaler
On voit que coca cola est organisé comme un zouk avec un directeur europeen qui dement son directeur francais, en effet, belle preuve d'efficacite ! Quant à leur produit, ils ont ete mis en avant comme etant hyper calorique, bonjour la bonne com'

à écrit le 09/09/2011 à 7:50
Signaler
Lutter contre l'obésité : mon oeil. Les Enarques ne savent plus quoi trouver pour compenser le déficit abyssal du pays.

le 09/09/2011 à 13:01
Signaler
@ Gilles: l'argument n'est pas sans fondement, mais je doute en effet que les politiques se préoccupent de notre santé :-)

à écrit le 09/09/2011 à 7:38
Signaler
Ce n'est pas bien de ravaler sa salive. Mais le mal est fait, car je ne boirai pas son breuvage pendant un an.

le 09/09/2011 à 13:01
Signaler
@ co-ca..: et tu boiras quoi si t'es déjà addict ?

le 11/09/2011 à 18:57
Signaler
Moi, je n'en ai bu que deux fois dans ma vie , je boycotte tous ces sodas et privilégie l'eau du robinet, suivez mon exemple et cessez de traîner dans les supermarchés !!! ça vous nettoiera l''esprit .

Votre email ne sera pas affiché publiquement.
Tous les champs sont obligatoires.

-

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.