La rentabilité de "La Vache qui rit" s'effrite

 |   |  220  mots
Photo Fromagerie Bel
Photo Fromagerie Bel (Crédits : c Bel)
Le résultat opérationnel du groupe Bel a chuté de 17,4 % en 2011. Le fabricant de "La Vache qui rit" se dit victime du printemps arabe. Les révolutions ont fortement perturbé ses ventes au Moyen-Orient.

Sale temps pour les fromageries Bel. Le groupe français, connu pour sa marque emblématique "La Vache qui rit", Babybel et Boursin a vu son résultat net reculer de près de 13 % en 2011. "L'exercice a été marqué par le fort renchérissement du prix des matières premières dans leur ensemble et par l'instabilité géopolitique observée dans certaines zones géographiques du groupe", précise le groupe par communiqué.

Chute des ventes au Proche et Moyen-Orient

Les ventes de Bel ont notamment été perturbées par le printemps arabe. Dans le Proche et Moyen-Orient, où Bel réalise 11 % de son chiffre d'affaires, ses ventes ont chuté de 9,2 % et son résultat opérationnel a plongé de 71,5 %. Résultat : son résultat opérationnel a chuté de 17,4 %, pour s'établir à 170 milions (soit 6,7 % de son chiffre d'affaires mondial).

Les fromageries Bel ont toutefois réussi à boucler leur exercice sur une progression d'activité proche de celle enregistrée en 2010. Ses ventes ont cru de 7 % l'an dernier pour s'établir à 2,5 milliards d'euros. "2012 débute toujours dans un climat très tendu dans certaines zones d'activité du groupe au Proche et Moyen-Orient avec des incertitudes économiques durables en Europe et sans véritable signe de détente du côté des prix des matières premières", note le groupe.

 

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :