Le géant de l'agroalimentaire Mondelez recrute son nouveau patron chez McCain

 |   |  333  mots
vant McCain Foods, qui vend des surgelés dont des frites, Dirk Van de Put a travaillé pour le laboratoire pharmaceutique suisse Novartis, les groupes agroalimentaires français Danone et américain Mars et le géant des boissons gazeuses Coca-Cola.
vant McCain Foods, qui vend des surgelés dont des frites, Dirk Van de Put a travaillé pour le laboratoire pharmaceutique suisse Novartis, les groupes agroalimentaires français Danone et américain Mars et le géant des boissons gazeuses Coca-Cola. (Crédits : © Samsul Said / Reuters)
La patronne de Mondelez, Irene Rosenfeld, avait tenté de racheter le chocolatier américain Hershey, qui produit notamment les chocolats Kit Kat aux Etats-Unis pour Nestlé, mais ce dernier avait repoussé ces avances. A la suite de cet échec, Bill Ackman avait décidé d'engager en début d'année un cabinet de chasseurs de tête pour trouver un remplaçant à Mme Rosenfeld.

L'échec du rachat d'Hershey digéré, Mondelez change de tête. Le groupe agroalimentaire américain, propriétaire entre autres des biscuits Lu et Oreo, a annoncé mercredi le départ de sa PDG Irene Rosenfeld sous la pression, exercée depuis plusieurs mois, de deux financiers influents.

Si elle gardera la présidence du conseil d'administration jusqu'au 31 mars 2018, elle va céder les rênes en novembre et sera remplacée par Dirk Van de Put, le PDG du groupe agroalimentaire canadien McCain Foods. A cette date, ce dernier assumera les fonctions de directeur général et de président du conseil d'administration. Avant McCain Foods, qui vend des surgelés dont des frites, Dirk Van de Put a travaillé pour le laboratoire pharmaceutique suisse Novartis, les groupes agroalimentaires français Danone et américain Mars et le géant des boissons gazeuses Coca-Cola.

Bon accueil des investisseurs en Bourse

Arrivée à la tête de Mondelez en 2007, Irene Rosenfeld, était depuis plusieurs mois sous la pression des financiers américains Nelson Peltz et Bill Ackman (Pershing Square), qui demandaient une fusion avec un autre groupe agroalimentaire pour améliorer les marges, diminuer les coûts et doper les retours sur investissements aux actionnaires. Les deux hommes sont actionnaires de Mondelez via leurs fonds d'investissements respectifs.

Irene Rosenfeld avait tenté de racheter le chocolatier américain Hershey, qui produit notamment les chocolats Kit Kat aux Etats-Unis pour Nestlé, mais ce dernier avait repoussé ces avances. A la suite de cet échec, Bill Ackman avait décidé d'engager en début d'année un cabinet de chasseurs de tête pour trouver un remplaçant à Mme Rosenfeld.

Le deuxième groupe mondial de confiseries a également annoncé une baisse de 5% des ses ventes trimestrielles, en raison d'une cyberattaque qui a visé ses services informatiques et entraîné des retards de facturation et de livraison. A Wall Street, le titre gagnait 2,45% à 44,69 dollars vers 12H20 GMT dans les échanges d'avant-séance.

(avec AFP)

Réagir

Votre email ne sera pas affiché publiquement
Tous les champs sont obligatoires

Commentaires
a écrit le 02/08/2017 à 23:04 :
Ou est passé mon post ?
a écrit le 02/08/2017 à 21:28 :
Les talibans de la finance ont encore frappé .
Ackman Est le bête noire de Nestle dont il essaye d'avoir la peau du patron.
Méthode Est simple il suffi de lourder le patron,la bourse remonte et d'annoncer que l'on a restructuré l'entreprise!
En fait il ne font que de la plus value.
a écrit le 02/08/2017 à 17:08 :
"Dirk Van de Put" " "Bon accueil des investisseurs en Bourse"

Tu m'étonnes...
Réponse de le 02/08/2017 à 22:31 :
Bien voilà un commentaire comme je les aime ! Très bon !

Merci pour votre commentaire. Il sera visible prochainement sous réserve de validation.

 a le à :